Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Articles récents

Sale temps pour les Héros, le roman de Jacques Degeye dans Le Bibliothécaire

11 Février 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #articles

Sale temps pour les Héros, le roman de Jacques Degeye dans Le Bibliothécaire
Sale temps pour les Héros, le roman de Jacques Degeye dans Le Bibliothécaire
Lire la suite

Voyage, un extrait du recueil de "L'ombre du reflet" de François Iulini

10 Février 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Poésie

Voyage

 

C’est ainsi ; la beauté parfois ça devient laid

Les yeux rouges, éblouis ; le stop veut qu’on le marque

On doit si c’est possible chercher ailleurs… un arbre

Et faire le mort ; rajeunir un lacrymal lac

Ou torcher désinvolte la morve des regrets


 

Sur un ferry swinguant sa vieillesse flemmarde

J’ai reposé mes yeux sur le rien de la mer

Et le bleu tambourin a fait danser mes songes

Libidineux refrain ; chanté les doigts diserts

Vogue rancœur vogue, seule la vie cauchemarde


 

Et te voilà ma ville où tous les fleuves plongent

Rhône, Saône, Bosphore, oued, Uélé

Niqabs et boubous de semoule ont blanchi

L’asphalte certitude qui nous avait menés

Aux cimes ;


 

- Nous partageons désormais nos mensonges ! -

 

 

François Iulini

Lire la suite

Villa Philadelphie, le roman d'Edmée de Xhavée dans Le Bibliothécaire

9 Février 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #articles

Villa Philadelphie, le roman d'Edmée de Xhavée dans Le Bibliothécaire
Villa Philadelphie, le roman d'Edmée de Xhavée dans Le Bibliothécaire
Lire la suite

Edmée de Xhavée a lu "Des lames et des lumières" de Carine-Laure Desguin

8 Février 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture

J’ai lu Des lames et des lumières de Carine-Laure Desguin (Edmée De Xhavée)

 

Je ne le dirai jamais assez – ni trop - , la poésie n’est pas ma Lorelei. Non que je n’aime pas et fasse « pouah, des poèmes… passons notre chemin »,  mais c’est souvent un langage qui me perd en cours de route… Bref, j’en lis « par-ci, par-là » et c’est en général parce que je connais l’auteur.

Ce fut donc le cas cette fois-ci. Il faut dire que l’objet est séduisant : une préface d’Eric Allard, préface qui donne, en quelque sorte, une boussole pour le voyage. De très belles illustrations de Catherine Berael, et une présentation à la fois chic, sobre et soignée.

Et puis on bat les cartes. Coupez-les de la main gauche. Un deux trois c’est parti.

Il y a des astres, des paniers d’horoscope, le destin et sa papesse des mystères, des heures longues, Des mots et images qui déferlent, parfois très hermétiques pour moi, mais quelque part il me semble que la musique, oui, la musique… quelque chose en moi la comprend et l’accueille. Il y a des pirouettes, des chromos tendres (ah, ce joli prince amoureux charmé par les elfes sur un pont de boucles d’or…), des hallucinations en 3D (la victoire dans son chariot de soleils tiré par des chevaux de sang qui s’élance du septième ciel…), des contes effrayants (les sorcières qui comptent des coquillages sur des nappes secrètes tissées de fils aux reflets d’écume et de serpents…). Il y a, oui, de tout ! On est dans un shaker de perceptions quasi-oniriques mais de celles qui vous collent à l’âme au réveil…

Ça, c’est pour la première partie du recueil… C’est la partie qui nous introduit aux cartes et à leur regard sur le monde, sur nous. Mais la seconde partie, celle qui est illustrée… elle s’impose d’elle-même avec un rythme psalmodiant, révélateur.  Après le tourbillon précédent, on est arrivés dans le lieu où tout s’éclaire, tout se calme, se révèle.

Bravo Carine-Laure pour m’avoir amenée à lire tout un livre de poésies, mais surtout à ne pas m’y ennuyer, et avoir le plaisir d’en parler…

Edmée de Xhavée

 

Lire la suite

Christine Brunet a lu "Auprès de ma blonde" de Thierry-Marie Delaunois

7 Février 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture

 

Auprès de ma blonde – Thierry-Marie Delaunois

 

 

Mince alors !

 

Auprès de ma blonde serait un roman policier à en croire le synopsis ! Si j’avais su…

L’aurais-je choisi pour sa 1ère de couv. ? probablement pas… Trop confuse à mon goût, mon œil s’égare à y dénicher les détails. Et puis, quel rapport avec une blonde ? Non, je l’aurais choisi pour la personnalité même de l’auteur…

 

J’ouvre le roman (226 pages) et je me plonge, finalement intriguée, dans les premières lignes… et plonger n’est pas un mot lancé au hasard… deux noyés flottent à la surface d’un lac ! Suicide ? Accident ? Un double meurtre (ce serait cool pour la suite…). Est-ce là le sujet du livre ?

 

Je dois avouer qu’instantanément j’adhère au style de l’auteur : très moderne, visuel, léger (même si le thème, a priori, ne s’y prête guère) voire acidulé et j’ai envie de sourire alors que le héros tombe sous le charme d’une magnifique blonde assise pensivement au bord de ce même lac et se pose des questions sur cette inconnue et, par une logique propre à l’être humain, sur lui…

 

La voilà qui lève les yeux sur le héros et… je ris… Ben oui… J’en suis la première surprise ! ça y est, l’auteur est parvenu à ses fins : il m’a accrochée… J’ai envie de poursuivre ma lecture et de comprendre jusqu’où il va aller et où cette histoire va m’entraîner.

 

Très vite je comprends le foisonnement de la couverture… Peu à peu, d’autres protagonistes apparaissent dans le paysage pourtant bien rempli de la blonde et du héros, des greffes comme de petites touches qui intriguent et désarçonnent. Les deux personnages principaux s’étoffent un peu comme des ectoplasmes qui cherchent à s’infiltrer dans des corps incompatibles : très curieuse sensation… un peu comme ces dialogues « ping-pong », des réparties acérées pour la spectatrice que je suis devenue. Quelle partie jouent-ils, ces deux-là ? Qui est vraiment cette blonde ? Une schizophrène habitée d’une double personnalité ? Une menteuse patentée ? ou pire ?

   

Pour le savoir, faudra lire… 

 


 

Christine Brunet

​​​​​​​

Lire la suite

Carine-Laure Desguin a lu "Ma voisine a hurlé toute la nuit" d'Anne-Michèle Hamesse

6 Février 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture

Anne-Michèle Hamesse, Ma voisine a hurlé toute la nuit, Nouvelles, Cactus Inébranlable éditions, 2016.

Dix portraits de femmes. Je me cale sur la banquette d’un bistrot, ce sera cool, je me dis. Le livre est léger, quatre-vingts pages, une récré. Lorsque j’ai acheté le livre au Grand Curtius de Liège (4ème Salon des petits éditeurs) voici quelques heures, je n’ai pas regardé la couverture, non, pas du tout. C’est le titre « Ma voisine a hurlé toute la nuit » qui a attiré toute mon attention. Il me semblait que je l’entendais crier, cette voisine. Et puis ce nom, Anne-Michèle Hamesse. Jamais rien lu de cette auteure, je ne connais Anne-Michèle Hamesse qu’en tant que présidente de l’Association des Écrivains belges de Langue Française. L’envie me prît donc de découvrir l’écriture de cette auteure publiée plusieurs fois aux éditions Luce Wilquin. Bien calée sur la banquette, je triture « Ma voisine a hurlé toute la nuit » et pan, mes yeux se rivent sur la couverture. Dans une semi-obscurité, une main féminine, un dos dénudé, quelques centimètres carrés d’une lingerie fine et de couleur noire. Cette photo est signée Claire Veys, auteure elle aussi puisqu’elle a publié un roman, Dizzy.

Dix portraits de femmes, des nouvelles. Première nouvelle, « Loterie ». J’ai envie de zapper l’histoire de cette paumée recueillie par sa sœur et qui gagne à la loterie mais je continue quand même et là, là, stupeur, ces dernières lignes, elles m’interpellent. Du noir de noir. Je relis le texte en entier, de la première jusqu’à la dernière ligne. Une écriture stylée, vraiment. J’oublie de siroter la Leffe que le garçon, silencieux devant ma totale immersion, vient de me servir. Car les neuf autres nouvelles sont du même acabit que cette « Loterie ». Des femmes écorchées, des femmes malheureuses dans leur mariage (ou leur célibat) ou des femmes qui donnent l’impression de vivoter plutôt que de vivre, d’être à côté de leur vie, oui, c’est ça, de vivre une vie à côté de leur vie. Mais croyez-moi, lorsqu’on lit ces dix portraits de femmes, on a envie de se secouer et de radiographier tout ce qui nous entoure. Elle est si courte parfois, et si bête aussi, cette vie. N’est-ce pas ? N’est-ce pas ?

Avec des mots justes et très bien aiguisés, l’écriture d’Anne-Michèle Hamesse est moins innocente qu’il n’y paraît. Les psychés des individus sont creusés, découpés, ciselés. Les caractères sont façonnés et je dirais même sculptés car on les imagine fort bien, ces femmes aux destinées chaotiques qui laissent supposer des pertes, des manquements, des souffrances, des amputations, des meurtrissures. Des océans de silence et des flaques de non-dits. Un silence pousse parfois un cri strident, le saviez-vous ? Une contradiction ? Oui, sans doute. Il en va d’ailleurs de ces contradictions dans chacun des textes de ce livre. Leur chute n’en appelle pas nécessairement à la raison ni à la logique. Et c’est pourquoi ces dix textes, je ne vous les détaillerai pas. Je vous les laisse découvrir.

Mon coup d’cœur cependant pour « Le papier gris ». Cerise, elle s’appelait Cerise. Un portrait de femme tout en finesse. Et quelle subtilité dans l’écriture d’Anne-Michèle Hamesse pour donner de la vie et de la tolérance à une histoire d’amour entre deux femmes.

 

 

Lire la suite

Dégâts collatéraux, le thriller de Christine Brunet dans Le bibliothécaire

5 Février 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys

Dégâts collatéraux, le thriller de Christine Brunet dans Le bibliothécaire
Dégâts collatéraux, le thriller de Christine Brunet dans Le bibliothécaire
Lire la suite

Edmée de Xhavée et RCF sur Actu-tv !

4 Février 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #vidéo

Edmée de Xhavée et RCF sur Actu-tv !Edmée de Xhavée et RCF sur Actu-tv !
Lire la suite

Christine Brunet a lu "Le premier choix" de Séverine Baaziz

3 Février 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture

www.severinebaaziz.com

Le premier choix de Séverine Baaziz

www.severinebaaziz.com

 

 

Et si…

 

Voici comment pourrait commencer ce roman attachant. C’est vrai quoi ! Choisir sa famille, ses parents avant la naissance, avant même la fécondation, voilà une idée pour le moins attirante.

Oui, mais… Parce qu’il y a toujours un « mais » et celui que va vivre ce fœtus en devenir est de taille…

Pas question de déflorer l’histoire, ce serait franchement dommage. Mais les personnages campés par Séverine sont tous, à leur manière, très attachants dans leur bonheur ou leur revers de fortune.

L'auteur nous propose, au fil des tableaux familiaux une étude fine et très pertinente de la société sur fond de récit "fantastique", un cadre qui n'est, en fin de compte qu'un moyen de faire passer quelques messages subliminaux. D'ailleurs, difficile de mettre ce texte dans une case tant il est moderne et s'inscrit finalement dans la réalité du quotidien. Sous une apparence idyllique voire enviable, la vie de vos connaissances, de vos voisins peut être teintée de malheur, de revers de fortune… Il suffit de gratter et de savoir regarder. Poussé au choix, notre fœtus en devenir passe d’un couple à l’autre, vit à leurs côtés, s’attache, hésite… Le choix va, très vite, devenir cornélien…

Ce roman se lit d’une traite et si le style pourrait, au départ, laisser subodorer une histoire légère, la fin l’est sans doute un peu moins et prête à réflexion.

Alors, un conseil : ne vous laissez pas abuser par la couverture azur nimbée d’un joli nuage en forme de clé… Osez regarder par le trou de la serrure : ce que vous découvrirez alors pourrait bien vous surprendre !

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Lire la suite

Le blog "Les lectures de Maryline" chronique "Dernières nouvelles de Robert" d'Isabelle Vendeuvre

2 Février 2017 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #avis de blogs

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/dernieres-nouvelles-de-robert-a127953642

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/dernieres-nouvelles-de-robert-a127953642

 

Résumé de l'éditeur :

« J’ai quand même pas fait ce chemin pour rien » marmonne Robert qui cherche son frère André dans le jardin ou les chambres de la maison de retraite.

Étrangers à son entêtement, les autres pensionnaires le laissent poursuivre seul sa quête.

Parfois une vieille femme lui tient la main ou l’entraîne dans ses déambulations.

Est-ce par méprise, pour meubler l’ennui ou pour partager un peu de chaleur ?

A partir de souvenirs épars, de rencontres fortuites, de monologues intérieurs se dessine un paysage de l’extrême vieillesse aux contours flous mais aux questionnements obsédants.

 

 

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé cette petite tranche de vie de retraités dans une maison de retraite. Certains séniles, d'autres fous, d'autres qui se répètent sans cesse... C'est assez drôle et en même temps, ça fait peur! Comment vais-je terminer ma vie? Serais-je comme certains d'entre-eux, pénible avec les gentilles infirmières qui s'occuperont de moi ou bien attendrais-je comme d'autres la visite d'êtres chers sans jamais embêter personne?

Ce n'est pas facile de voir ce que nous pouvons devenir, mais c'est ce qui attend la majorité d'entre-nous : la maison de retraite. Alors j'ai trouvé très sympa de suivre les aventures de Robert, Germaine, Marie ou encore Francette.

Écrit de manière très libre, ce petit roman nous donne une idée de ce que pensent nos anciens lorsque l'on décide de les placer dans une maison de retraite et de comprendre ce qu'ils peuvent ressentir au quotidien : l'attende de visite, l'intrusion désagréable d'infirmières ou médecin ou encore la compagnie d'autres personnes du même âge...

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>