Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

381 articles avec textes

"Le jour se rapproche du premier jour", un texte signé Carine-laure Desguin publié dans le Spantole

Publié le par christine brunet /aloys

 

Le jour se rapproche du premier jour

 

Celui qui sourit vers l’infini

À l’orée d’une lumière hybride

Alliée à jamais des chants de la terre

Et de ceux des océans

Par-delà les prières du temps

Grâce ! Grâce ! Les cercles des humeurs

Disparaissent et les songes à l’aube

Du grand tout dans un non-lieu une île

Aux mille chemins aux promesses subtiles

Ce jour-là à cette heure-là des ailes

Sonorités magiques et sorcières bleuissent

Les tissus les arômes tous les habits sages et enjôleurs

Grâce ! Grâce ! les astres eux-mêmes

Éclairés d’un métal aux reflux perlés

Se taisent et s’agenouillent à l’ombre de la belle

 

Le jour se rapproche du premier jour

Corymbe sur les bords soyeux du temps

À demi-mots au gré des souffles

Quand les cotonnades rassemblent les lames

Un métal fou aux veines exsangues

File chasse après chasse vers la sublime flamme

Grâce ! Grâce ! Les rives de l’universel

Hèlent encore les paniers aux fruits d’or

Les ardents délices d’un vivant ressuscité

Hors des coulées des chasubles mouvantes

 

D’une obole de sang d’un sacrifice

Dans la paume d’un esprit une lumière

Des semences de l’univers des essences

Ruissellent jusqu’aux frontières lunaires

Grâce ! Grâce ! Pitié

Et des petits grains de sable se traînent

Se désarment adossés à l’arc-en-ciel

 

Carine-Laure Desguin

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

Carine-Laure Desguin a publié un texte poétique dans l'Almanach Thierry Haumont

Publié le par christine brunet /aloys

d’une nuit d’été et de l’Escaut à la Sambre

 

temps qui s’étale s’enfile et roule dans le silence d’une nuit d’été

horizon pâle ne résonne qu’à demi bleu dans l’immense azur encore

bredouilles brindilles enfilades partielles s’étiolent et s’évadent au vent et la  flamme

sporadique et pourtant quelles pépites ces nuages

ils s’éloignent au plus loin de ces draps salis

des signes en somme qui n’abordent qu’un passant

un seul contre une bannière un mouchoir une barrique

temps qui s’étale s’enfile et roule sur ces ennuis ces cartons d’automne

long temps très long à contre courant du jour autour de

funèbres icônes d’un mai en pagaille d’un lance-pierres

sans pierre rien qu’un caillou dans la main

au chevet d’un champ carrefour des aiguilles une lampe

vas vibre et cours plus loin encore me dis-tu

l’été se mouche en banderoles et s’écaille

mille serments déments au feu

nul ne saisit l’optique et le masque subtil d’un jour de semaine

et de grève sur les petites marches du temple

la lune à moins quart s’épuise en remords

quand la marée d’à côté harpiste d’un grain

de sable mouvant là-bas violable sur l’antique bohême

volutes sulfureux au-dessus d’une nappe en papier

si blanche de l’autre côté

que s’essore le soir dans un linceul et son ombre

après tout le seuil se rapproche des saisons

comme la sève de l’eau avec un accroc au cadran

la serrure me dis-tu c’est l’essence le secret

derrière lequel des gosiers et des murs d’ordre publique

ont beau jouer la transparence et autres rituels

analyses d’une vague de froid en avril

qu’on relie à quelle relique déjà oui celle

du temps qui s’étale s’enfile et roule dans le silence

horizon pâle ne résonne qu’à demi bleu dans l’immense azur encore

bredouilles brindilles enfilades partielles s’étiolent et s’évadent au vent et la  flamme

sporadique et pourtant quelles pépites ces nuages

de janvier à décembre et de l’Escaut à la Sambre

 

Carine-Laure Desguin

Publié dans Textes, Poésie

Partager cet article

Repost0

Philippe Desterbecq nous propose un texte... "Souvenir d'une rencontre"

Publié le par christine brunet /aloys

Souvenir d’une rencontre

 

Jules et Juliette regardent dans la même direction. Ils regardent s'éloigner ce bateau sur lequel ils se sont rencontrés 65 ans plus tôt. Oh ! Ce n'est pas exactement celui sur lequel ils ont voyagé incognito, mais il lui ressemble beaucoup.

Jules voulait quitter le pays qui entrait en guerre. Il n'était pas question qu'il prenne les armes, lui, le pacifiste, l'amoureux de la vie ! Il avait à peine 20 ans. Sa vie ne faisait que commencer. Elle ne pouvait pas finir sur un champ de bataille !

Juliette était plus jeune, à peine 15 ans, et elle fuyait, elle fuyait une situation devenue dangereuse : elle était juive. Elle ne voulait pas partir, c'est son père qui l'avait poussée dans ce bateau. Ils y étaient montés à deux, avaient cherché un endroit sûr dans lequel elle pourrait voyager, cachée au regard de tous. Il avaient trouvé l'endroit idéal, mais il était déjà occupé par un jeune homme timide, un peu craintif, mais tellement séduisant.

Son père avait hésité, mais avait été conquis par la mine foncièrement honnête de Jules. Il lui avait expliqué la situation, lui avait confié sa fille pour la traversée, pour la vie en fait, car les jeunes gens ne s'étaient plus quittés.

Bien longtemps après la guerre, ils étaient revenus au pays accompagnés de deux minots. Ils n'avaient, l'un et l'autre, plus retrouvé les leurs, mais ils vivaient heureux, main dans la main. Ils regardaient toujours dans la même direction.

Depuis leur retour, chaque année, à la date anniversaire de leur rencontre, ils venaient là, sur le quai et assistaient au départ d'un bateau.

Leurs souvenirs voguaient, là, sur les flots. Jules enlaçait Juliette et ils se sentaient bien, tous les deux amoureux comme au premier jour. Ensuite, ils retournaient chez eux, main dans la main, regardant toujours dans la même direction...

 

Philippe Desterbecq

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

Philippe Desterbecq nous propose un texte... "Souvenir d'une rencontre"

Publié le par christine brunet /aloys

Souvenir d’une rencontre

 

Jules et Juliette regardent dans la même direction. Ils regardent s'éloigner ce bateau sur lequel ils se sont rencontrés 65 ans plus tôt. Oh ! Ce n'est pas exactement celui sur lequel ils ont voyagé incognito, mais il lui ressemble beaucoup.

Jules voulait quitter le pays qui entrait en guerre. Il n'était pas question qu'il prenne les armes, lui, le pacifiste, l'amoureux de la vie ! Il avait à peine 20 ans. Sa vie ne faisait que commencer. Elle ne pouvait pas finir sur un champ de bataille !

Juliette était plus jeune, à peine 15 ans, et elle fuyait, elle fuyait une situation devenue dangereuse : elle était juive. Elle ne voulait pas partir, c'est son père qui l'avait poussée dans ce bateau. Ils y étaient montés à deux, avaient cherché un endroit sûr dans lequel elle pourrait voyager, cachée au regard de tous. Il avaient trouvé l'endroit idéal, mais il était déjà occupé par un jeune homme timide, un peu craintif, mais tellement séduisant.

Son père avait hésité, mais avait été conquis par la mine foncièrement honnête de Jules. Il lui avait expliqué la situation, lui avait confié sa fille pour la traversée, pour la vie en fait, car les jeunes gens ne s'étaient plus quittés.

Bien longtemps après la guerre, ils étaient revenus au pays accompagnés de deux minots. Ils n'avaient, l'un et l'autre, plus retrouvé les leurs, mais ils vivaient heureux, main dans la main. Ils regardaient toujours dans la même direction.

Depuis leur retour, chaque année, à la date anniversaire de leur rencontre, ils venaient là, sur le quai et assistaient au départ d'un bateau.

Leurs souvenirs voguaient, là, sur les flots. Jules enlaçait Juliette et ils se sentaient bien, tous les deux amoureux comme au premier jour. Ensuite, ils retournaient chez eux, main dans la main, regardant toujours dans la même direction...

 

Philippe Desterbecq

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

Brigitte Hanappe nous propose un nouvel extrait de son ouvrage "Pour un secret"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Résumé du livre. 

Offrir une rose, c’est un geste d’amour empreint de romantisme. 

Difficile d’y résister !

Mais, dénicher une rose accrochée sur un cadre peut parfois détruire une famille.

La vie paisible de Juliette bascule le jour où elle découvre une fleur séchée, sur son portrait. Un cadeau anodin d’un inconnu qui, peu à peu, pénètre dans son intimité.

Un inconnu ?

Ou plutôt quelqu’un de malsain, qui semble connaître beaucoup de choses sur son passé et notamment un petit secret qu’elle avait oublié.

 

Petit extrait 

Une tisane de verveine bien chaude avant d’aller dormir !

La chaleur du breuvage lui fit du bien et dissipa un peu la fatigue de ses muscles. Juliette était soudain pressée de se glisser dans les draps et commença à se déshabiller en grimpant l’escalier.

Sauter dans son pyjama de flanelle, se brosser les dents et oups : un dodo bien mérité.

Elle étouffa un cri de surprise en plaquant sa main sur sa bouche.

Elle venait de soulever son édredon et ses yeux restèrent bloqués sur une autre photo, posée sur le drap. Un portrait d’elle ou plutôt de sa chevelure ondulée d’autrefois : ce cliché avait été pris lors de son sommeil mais vu la position de la tête, on ne voyait que ses longs cheveux éparpillés sur un oreiller. En empoignant la photo, Juliette sentit un froid glacial l’envahir de l’intérieur: des mots y étaient inscrits  au feutre rouge…

« Je connais ton secret. »

   – Mon secret, quel secret ? 

Ses mains tremblaient, ses tempes bourdonnaient. Ce message n’avait aucun sens : elle était une femme normale avec une vie banale.

Elle n’avait rien à cacher !

Cette mauvaise farce l’irritait, elle était épuisée et n’avait plus envie de réfléchir.

Elle jura en froissant l’image.

   – Merde ! Merde ! Et remerde !

Ses yeux balayèrent la pièce de part et d’autre car c’était certain, quelqu’un était venu ici : c’était une intrusion dans son intimité.

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

"Je me souviens", un texte signé Philippe Desterbecq

Publié le par christine brunet /aloys

Je me souviens...

 

Je me souviens de ces heures passées au téléphone, de ces minutes qui précédaient ton appel, de
mon attente fébrile, espérant ta voix.


Je me souviens de notre première rencontre, de tes cheveux blonds dans le vent de la nuit, de ta
peau bronzée sous le clair de lune.


Je me souviens du premier contact, de ta main dans la mienne, un peu moite et tremblante, de mon
cœur battant à un rythme effréné.


Je me souviens de notre premier baiser, de celui que tu as autorisé, bref, chaud, de l'émoi qui s'en
est suivi.


Je me souviens de la première fois où nos cœurs s'unirent dans un même élan, où la nuit fut plus
douce que la peau d'une pêche.


Je me souviens de tes premiers mots le matin, de ton sourire, de tes cheveux répandus sur la soie.


Je me souviens de notre première séparation, de l'avion qui décolle, du baiser envoyé du bout des
doigts, de la promesse du retour, des retrouvailles joyeuses.


Je me souviens de l'explosion en plein vol, pas un mot, pas un cri, le silence absolu illuminé par des
braises de l'avion en charpie.


Je me souviens de la douleur, sourde d'abord, aiguë ensuite, lancinante, insupportable.


Je me souviens du cri qui, tout à coup, fusa de mes entrailles, s'éleva dans la nuit, explosa, déchira le
silence et de ma chute sur les pavés luisants de pluie.


Ce qui se passa ensuite, je ne m'en souviens pas, la mémoire m'a quitté et je reste enfermé dans mes
souvenirs...de toi. Dans ce lieu aseptisé où l'on m'a enfermé, tu reviens chaque nuit dans mes rêves
fous...

 

Philippe Desterbecq

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

Un texte de Bernadette Vroman dans la revue Aura

Publié le par christine brunet /aloys

 

De l’ombre à la lumière


 

Je n’en ai jamais eu l’ombre d’un doute, ce mot me suivrait toute ma vie… J’étais née dans l’ombre, je mourrais dans l’ombre.

 

Dès l’enfance, je me plaisais à me réfugier à l’abri des regards, ces véritables projecteurs dont la lueur m’a toujours incommodée.  Je ne parlais qu’aux livres, qui m’accompagnaient dans un coin du jardin, sous un arbre aux lanternes, l’ombrelle, mon chapeau de soleil, ou dans la niche du chien, mon antre préféré.  

 

Ils m’emmenaient dans des histoires légendaires, d’âmes errantes, de sombres manoirs, de lieux hantés.  Et tous les soirs, je partais à la chasse d’un fantôme qui aurait pu se cacher sous mon lit.  A peine couchée, des ombres fantasmagoriques se manifestaient derrière la lucarne de ma chambre, venant tourmenter mes nuits.

 

L’astre du jour ne m’était pas destiné, provoquant sur ma peau trop blanche des rougeurs, les mêmes que celles qui se dessinaient sur mes joues si j’avais le malheur de prendre la parole quand nous étions plus de deux.

 

Une nuit, la reine des ombres, sous son jour le plus brillant, murmura à l’étoile d’argent, qui ne pousse qu’en présence d’ombre, non sans lumière : tu devrais te mettre sur le devant de la scène, plutôt que de rester dans l’ombre toute ta vie.  Moi, sortir de l’ombre ? Jamais de la vie !  J’y suis, j’y reste !

 

Depuis ce jour, je me suis mise à écrire, à découper des silhouettes, des fleurs, des montagnes, que je mets en lumière, et le théâtre d’ombres fait partie désormais de ma vie.  Je savais dès lors que je mourrais ombromane.

 

Bernadette Vroman

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

Jean-Louis Gillessen nous propose un texte publié dans la revue R.I.F (Réfléchir-Intervenir-Former.)

Publié le par christine brunet /aloys

 

Texte écrit et publié dans la revue R.I.F (Réfléchir-Intervenir-Former.)

             

EAU, TU ES LA VIE

 

Je suis un peu fatigué, assis au chaud dans cet estaminet. Il pleut. Fin de journée. Choix d’un temps de pause, petit café mérité, indiqué ou non, douceur coton du brouhaha d’ambiance.

L’écho me parvient de phrases trop fortes et refroidies, de trompeuses discussions dans la passion, de rires éclatés à l’unisson, trop gros, bidons, fausse cadence, alcool annonciateur de décadence.

Des femmes, des hommes, boivent, beaucoup. Trop. Ces « trop » lancés sur mon papier trottent et galopent en récurrence : je ne veux pas qu’ils me dérangent, ils sont là, tout simplement. Les « trop ». Font que j’écris, grâce à eux, grâce à ces gens qui les induisent. Alors sur cette feuille brut de papier j’étiole leur brutalité, de ces trop qui maintenant s’apaisent et s’amenuisent, in fine soulagés d’être enfin transcrits, sublimés. Heureuse opportunité du pléonasme inopiné. Pas de hasard dans l’union de ces instantanés.

Je suis juste fatigué, pleinement, assis dans cet estaminet. Musique de jazz « blue note ». Sourdine. Mes sens en l’état se ressourcent puis s’énergisent d’être sollicités par l’écoute et l’observation de mise.

Soudain, tel un objectif manipulé par Hitchcock, mon regard en projeté zoom avant progressif, pour ne plus avoir sur l’écran de ma rétine qu’une seule image pleine, ce regard mien fond précisément comme œil de caméra en fondu enchaîné … sur un robinet qui coule dans un des éviers du bar comptoir. Le filet d’eau coule abondamment et régulièrement.

Parallèlement, comme si dans l’arrière-salle un ingénieur du son inversait deux manettes, les bruits d’ambiance s’effluvent, s’évolutent et disparaissent en un parfait on - off simultané, pour ne plus laisser entendre que le seul roulis filtré si fidèle à l’ouïe … de l’eau qui se perd, part, s’évanouit.
Prisonnière des tuyaux, canalisée par l’homme, elle se doit de rester claire. Claire fontaine de plaisir, créatrice de la vie. Mais ici, il y a contrainte, servitude, travail forcené pour elle qui se tue. Elle ne peut s’évader, se voit gaspillée, assassinée. Par faute de l’insouciance humaine, ce bien si précieux ne sert-il en ce lieu qu’à nettoyer les verres ?

Non, me dit Claire Fontaine, la vie de l’eau est eau de vie, les gens l’écoutent ruisseler, la ressentent sur la peau, la goûtent. Sans elle, même la bière dont tu parles ne pourrait naître … l’eau en est son partenaire constitutif. Et puis toi aussi, tu ne le sais peut-être pas, tu baignes en ton corps l’eau qui te baigne en retour, à septante pour cent de ta personne que tu véhicules tous les jours.

« Nous sommes tous emplis de tellement d’eau !? », s’exclame un client. « Mais c’est effarant ! Jésus Marie Joseph, Dieu soit loué, mes doigts trempés dans l’eau bénite, je prierai trois Ave ! ».

Et La Fontaine d’encore narrer qu’elle se veut claire pour les mains des enfants et des plus grands : ils recueillent l’eau chatoyante et chatouillante qu’elle aussi charrie : « Tu me blagues », lui distille tendrement l’eau tout en caresses. Que nenni, « Je te charrie vers eux », lui dit-elle en souriant.

                

                                        Liberté de l’eau, tu es la vie.


                                                                    Jean – Louis Gillessen      

 

                                                                                         Educateur spécialisé - Intervenant social.

 

Texte écrit et publié dans la revue R.I.F (Réfléchir-Intervenir-Former.)

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

Christian Eychloma nous propose un nouvel extrait de son dernier roman "Le dilemme de Trajan"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Caius Plinius Caecilius Secundus reposa un peu nerveusement son stylet qui claqua sur le marbre de sa table de travail. Se laissant ensuite glisser en arrière contre le dossier de son large fauteuil, il demeura un moment sans bouger, songeur, les bras à plat sur les accoudoirs. 

Il avait du mal à trouver la bonne formule et ressentait la nécessité de réfléchir plus longuement à la façon dont il fallait présenter les choses à Trajan. Car même si le poste prestigieux qu’il occupait depuis peu prouvait toute la confiance dont l’honorait l’empereur, il hésitait encore à contrevenir à certaines directives sans en référer au préalable.  

Il lui fallait faire une pause. Déterminé à prendre son temps, il se mit debout et, tout en comparant mentalement diverses introductions possibles, se dirigea vers son point d’observation préféré. Pensif, il se planta devant la murette fermant la terrasse à l’extrémité de laquelle une série de colonnes finement cannelées et coiffées de feuilles d’acanthe dorées soutenaient le toit de tuiles rondes.  

Les deux mains en appui pour soulager sa jambe qui, vingt bonnes années après sa blessure, se rappelait encore parfois à lui, son regard s’attarda longuement sur les collines boisées s’étendant comme une mer, à perte de vue, autour de la baie.

C’était là l’image qui lui venait chaque fois à l’esprit. Un océan de verdure bordant des deux côtés une vaste étendue calme et bleue terminée par une ligne d’horizon au-delà de laquelle, très loin, se trouvaient la Grèce, l’Italie, Rome. Un paysage dont il ne se lassait pas. 

Il ferma à demi les paupières. À cette heure de l’après-midi, le soleil déclinant dessinait sur l’immense étendue turquoise un sillon étincelant dont on aurait pu penser qu’il se prolongeait jusqu’au bord occidental du monde.

Il entendit, trois étages plus bas, au pied du grand escalier, Calpurnia renvoyer les porteurs puis donner des ordres aux esclaves domestiques. Il sourit en l’imaginant en train de prendre des poses devant son grand miroir, enfilant l’une après l’autre les nouvelles robes qu’elle avait vraisemblablement ramenées des boutiques de l’agora.

Les robes de sa chère et tendre épouse… Souvent distrait, il n’y prêtait pas toujours l’attention qu’elle aurait souhaitée, bien qu’elle eût récemment réussi à l’éblouir. Oui, un véritable enchantement que cette ample pièce de tissu qui, avec le chatoiement de nuances mêlées vertes, blanches et bleues, évoquait si étonnamment, à chacun de ses gestes, le mouvement des vagues.

Il soupira. Le paradis… Car c’était bien comme ça qu’il se serait volontiers représenté ce fameux « au-delà » auquel les chrétiens jugés les plus méritants auraient eu accès après leur mort. Illusion à laquelle tous croyaient évidemment dur comme fer, parmi d’autres aberrations. Et qui expliquait sans doute leur prodigieux entêtement et leur indéfectible volonté à ne rien céder de ce qui constituait leur doctrine. 

Le paradis pour lui  - bien terrestre celui-là  - si, paradoxalement, eux n’étaient pas là… Morose, il revint vers son bureau et récupéra la tablette sur laquelle il avait commencé à graver son premier brouillon.

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

Carine-Laure Desguin s'amuse...

Publié le par christine brunet /aloys

À fleur de peau

C’est dans un tripeau poreux qu’il la renpeautra. Sur un nénuphar dépigmenté, elle était toute racrapeautée et elle attendait là depuis la peau des temps, comme ça, assise entre douze palmes d’apeautre, des nids de plumes, des ongles désincarnés et des graines d’épeautre. En deux dermes et trois cuillères à peau, il voulut la tripeauter, la dépeauter et peaufiner tous ses mouvements  en vapeaurisant de ses sueurs la blanche crapeaude. Mais celle-ci, dans un élan hyperdermique, décapeautra cet empeauté tout en bavant qu’il ne fallait pas tendre la peau d’une crapeaude avant de l’avoir dépiautée.  

C.-L. Desguin

http://carineldesguin.canalblog.com

 

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>