Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

381 articles avec textes

L'INTERVENTION IMAGINAIRE D'UN ARCHER AUX FUNÉRAILLES DE LOUIS, une nouvelle signée Louis Delville

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

L'INTERVENTION IMAGINAIRE D'UN ARCHER

AUX FUNÉRAILLES DE LOUIS


 

Louis est un exemple pour nous tous puisqu'il s'est initié au tir à l'arc alors qu'il avait déjà plus de trente ans.
 

Lors de ses nombreuses conférences, il citait aussi bien Einstein que le Cardinal Gartompi, grand prêcheur de Vérone et confesseur de deux papes.
 

La musique lui était indispensable. Je l'ai vu réaliser une série de 180 points, le maximum, alors qu'il fredonnait le premier mouvement de la 7e symphonie en ut majeur, opus 60 de Dimitri Chostakovitch.
 

Les crises d'alcoolisme qui ont marqué sa vie lui ont aussi valu de connaître la prison. Il avait eu l'idée saugrenue de poser son petit-fils sur la tête d'une pomme.
 

Si tout cela se termina sans drame, c'est grâce au sang-froid de sa compagne qui s'était coupé le sein gauche pour lui faire plaisir et lui garantir une jouissance parfaite lors de l'acte sexuel.
 

Louis passait de la joie la plus grande au découragement profond uniquement en fonction de sa réussite en tant qu'archer.
 

Ses dernières paroles ont été pour Beethoven qui, hélas, n'en a pas saisi un traître mot !
 

Repose en paix, cher ami archer et fais flèche de tout bois, là où tu es !
 

Je terminerai par quelques phrases de l'excellent livre de Louis, "Le tir à l'arc et moi", grand prix de la F.I.T.A. (Fédération Internationale de Tir à l'Arc) qui fait toujours autorité :

 

… "Mes élèves dans les différentes disciplines que j'ai pratiquée au long de ma vie (que dis-je mes élèves, mes disciples) m'ont enseigné toutes et tous la patience du cobra, la vivacité de la veuve noire et le regard de l'aigle.

 

Patience : pendant de longs instants, répéter la même phrase musicale pour qu'elle devienne parfaite et en adéquation absolue avec les autres choristes.


Vivacité : prendre une bonne décision en étant sûr que c'est la meilleure. L'électronique moderne ne se contente plus d'à-peu-près ! Faire mieux que la concurrence et moins cher.
 

Regard : Se fier à ce que l'on voit alors que notre position d'archer est chaque fois identique. Mon défi de tirer les yeux fermés est toujours d'actualité pour les experts de l'art qu'est le tir à l'arc" …


 


 

Louis Delville

Blog : http://louis.quenpensez-vous.blogspot.com/

Publié dans Textes, Nouvelle

Partager cet article

Repost0

LA PROMESSE DES SONGES, une nouvelle signée Micheline Boland

Publié le par christine brunet /aloys

 

LA PROMESSE DES SONGES


 


 

Les rêves tout comme les souvenirs sont encore en moi.

J'entre dans la galerie d'art Psyché. J'avance d'un pas rapide, attirée par le fond de la pièce tout éclaboussé de soleil. Je suis face à la sculpture. Je vois les formes de l'homme dans le rayon de lumière qui vient de la baie vitrée donnant sur le jardin. Il est vêtu d'un simple pagne. Je reste interdite, comme pétrifiée, tétanisée. La silhouette est sublime. Un chef d'œuvre. L'indéniable patte d'un artiste.
 

Je me plais à observer les grands yeux, la petite verrue sur le front, les oreilles finement ourlées, la bouche charnue, le menton volontaire, les joues lisses, la musculature et la posture parfaites.
 

Je suis tentée de le toucher et à la fois trop impressionnée pour en avoir l'audace. Comment oser poser la main sur une telle merveille ?
 

Cette présence masculine m'obsède. Fascinée, je ferme les yeux. Je connais déjà par cœur chaque courbe, chaque ligne. Impossible de m'éloigner. Je veux le contempler encore et encore. Je suis devenue voyeuse.
 

On m'a touchée, je sursaute : "Salut Christelle. Tu es venue bien tôt. Et je vois que tu as trouvé l'homme idéal."
 

Le charme vient d'être rompu par mon amie Sophie qui m'entraîne à l'autre bout de la salle. Les invités du vernissage arrivent de plus en plus nombreux. Je peux dire adieu à mon bel inconnu. La soirée se passe sans que je ne goûte ni au champagne ni aux petits fours.

Ma vie est transformée. Je serais prête à toutes les concessions si j'étais certaine d'atteindre le but qui m'importe désormais : le redécouvrir à nouveau.

Je rentre chez moi. Je me couche et je retrouve dans mon rêve la perfection de l'œuvre. Je la caresse avec ferveur. Sous la pulpe de mes doigts, je sens la chaleur de l'homme. Je hume son parfum. Il ne parle pas. Il n'y a pas de mots délicats, pas de mots d'amour, même pas de soupirs.
 

Le lendemain, ma toilette faite, je m'habille machinalement.
 

Je ferme les yeux, je revois son sourire, ses lèvres, la beauté de son corps.
 

Mes élèves m'attendent. Dans les rues, les gens marchent, parlent, bougent. Sans grâce. Le spectacle du dehors me paraît si ordinaire.
 

À quatre heures, dès la sonnerie de la cloche, je file en douce à la galerie : "il" n'est plus là. J'interroge l'employée. Elle me répond qu'il n'y a jamais eu de statue à cet endroit-là, que je dois probablement confondre. J'insiste. Son sourire gêné me laisse croire qu'elle me prend pour une folle. De guerre lasse, je m'en vais.
 

Je passe chez Sophie à l'autre bout de la ville. Elle se souvient m'avoir trouvée pensive hier soir à la galerie Psyché. Je me tenais, paraît-il, béate d'admiration face à une installation mêlant vêtements et mannequin en fil de fer. Cette fois, je capitule.
 

J'ai l'impression que je n'éprouverai plus de bien-être qu'auprès de l'homme. Je souffre de son absence. Je suis son esclave. Je sais qu'il ne m'apparaîtra que durant mes rêves. Tous les soirs, j'aspire à m'endormir le plus rapidement possible. En vain. Les nuits de nos rencontres sont tellement rares !
 

À présent, tout m'ennuie : les dîners entre amis, les sorties au cinéma. Même mes petits élèves ne m'intéressent guère, pas plus que mes collègues ni Sophie. Mon existence est chamboulée. Je suis envoûtée.
 

Quand le reverrai-je ? Quand pourrai-je effleurer son corps et sentir son odeur ?

Rien ne compte plus pour moi que les heures que nous passons ensemble. Dans mes songes ne suis-je pas si heureuse ?

 

Un jour à mon réveil, j'aperçois sa silhouette dans un rayon de lumière filtrant dans le hall. Pour la première fois, il m'adresse un signe de la main. Enfin il s'intéresse à moi ! Enfin j'existe ! Je m'approche mais plus je m'approche, plus il s'éloigne. Il finit par disparaître. N'était-ce donc qu'un leurre ?
 

Maintenant, j'en ai pris mon parti : il ne sera jamais à moi, je ne serai jamais à lui sauf dans la promesse des songes.
 

Il me suffit de fermer les yeux pour le découvrir comme une chose précise mais sans vie. J'attends que le soir vienne, puis la nuit promesse d'une rencontre hypothétique. Je n'ai aucun pouvoir sur lui. Parfois il s'offre à moi, le plus souvent il se refuse. Quand il se donne, il est réel et tenace.
 

Je ne suis plus qu'attente.
 

Un jour de vacances, je suis assise au bord de la piscine d'un hôtel. Je suis absorbée par la lecture d'un roman lorsqu'un insecte me frôle la joue puis se pose sur mon bras. Je le chasse d'un revers de la main. Je le suis des yeux et je remarque alors l'homme. Il est loin de moi, debout. Il semble pensif. Soudain, il prend un sac à dos sur un transat et se dirige vers le parking.
 

Tout va très vite. Un coup de frein, un fracas, de grands cris. Je cours. L'homme est étendu sur le sol devant le pare-chocs d'une grosse voiture. Ses yeux sont fermés, il a une bosse au niveau du crâne et saigne d'une oreille. La vie semble l'avoir quitté. Je m'approche. Je me penche et caresse la petite verrue sur le front. Un vertige me prend, je tremble de tous mes membres.

Une femme explique : "Je n'ai pu l'éviter."
 

Déjà l'ambulance est là. L'homme est bientôt à l'intérieur, à l'abri des curieux.
 

J'appelle un taxi, je vais d'hôpital en clinique. Finalement c'est dans un établissement assez proche de l'hôtel que j'apprends qu'on l'a amené là et qu'on n'a rien pu faire pour le sauver. On se refuse à m'en dire plus.
 

Je rentre donc à l'hôtel.
 

Dans le journal, il n'y aura qu'un simple article de quelques lignes. Sans papier d'identité, l'homme reste inconnu. L'enquête s'annonce difficile.
 

Plus jamais, l'homme ne fera partie de mes songes. Et pourtant, chaque nuit, je ne cesse de l'attendre. La fin de mes vertiges j'en suis sûre ne pourra venir que de nos retrouvailles.

Les rêves tout comme les souvenirs sont encore en moi.


 


 

Micheline Boland

Site Internet : http://homeusers.brutele.be/bolandecrits

Blog : http://micheline-ecrit.blogspot.com

 

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

Ah bravo ! Bob le Belge a encore frappé !

Publié le par christine brunet /aloys

 

C’est un peu zonteux quand même que je suis arrivé dans la salle du centre culturel qui était déjà remplie : une trentaine d’hommes et femmes assis en demi cercle l’air penaud autour d’un psy qui me présenta avec gentillesse comme si j’étais un nouvel élève de classe. Faut dire que c’était la première fois et que j’étais dans mes petits souliers.

« Bonjour Bob », répondirent-ils tous en choeur.

Et chacun d’évoquer ensuite le problème pour lequel on nous avait réunis en insistant sur la difficulté d’arrêter, surtout lorsqu’on a commencé très jeune, presque bébé. « Il y aura des rechutes… » expliqua le modérateur, « c’est inévitable, mais avec un peu de volonté… »

Un des patients proposa alors de mettre au point un système d’appels téléphoniques auquel chacun pouvait se contacter lorsqu’il se sentait sur le point de lâcher… un autre plus volontaire nous incita à faire une manifestation devant le ministère de la santé pour réclamer une reconnaissance, un troisième de créer une association pour obtenir des subsides et rejoindre le mouvement international qui était en train de se former et de proposer comme nom provisoire :

L’association belge des individus qui ne peuvent pas s’empêcher de pisser le long de leur jambe lorsqu’ils prennent une douche.

Que celle ou celui qui n’a jamais péché me jette la première pierre !

 

 

Bob le Belge

 

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

LA DÉCOUVERTE DU JEUNE SAM, une nouvelle signée Louis Delville

Publié le par christine brunet /aloys

 

LA DÉCOUVERTE DU JEUNE SAM

Une langue que je porte en moi


 


 

Cela faisait des années qu'ils cherchaient. Les enfants avaient succédé à leurs pères depuis des générations et toujours ils cherchaient.
 

Les plus petits, les moins malins ne savaient même plus ce qu'ils cherchaient. Les anciens, les sages savaient…
 

Le désert avait suivi la jungle, les villes tentaculaires avaient laissé leur place aux huttes en paille. Les couleurs de peau avaient défilé devant eux et même les dieux les avaient croisés. Rien ne semblait pouvoir leur ouvrir les yeux. Rien ni personne.
 

Un matin comme tous les autres, le jeune Sam se présente devant le grand conseil en déclarant : "Je crois avoir trouvé…"
 

On le questionne, on s'empresse autour de lui, on l'écoute. Sam est bien connu de tous pour sa subtilité et son intelligence.
 

"Voilà… Nous errons depuis trop longtemps à la recherche de ce que nous avons probablement en nous depuis le début. Que nous manque-t-il ? Une terre ? Nous en avons foulé des centaines, une capitale ? Nous avons été accueillis partout. L'espoir ? Nous l'avons ancré au plus profond de nous."

 

"Ce qui nous manque, c'est l'amour et nous le transportons depuis toujours. Prenons-le, il est là à portée de main."

 

Le jour se terminait et tous s'arrêtèrent. Ils avaient trouvé…


 


 

Louis Delville

Blog : http://louis.quenpensez-vous.blogspot.com/

 

Publié dans Textes, Nouvelle

Partager cet article

Repost0

Robert Blée nous propose un extrait de son ouvrage "A l'ombre de mon tilleul vert"

Publié le par christine brunet /aloys

Souvent je viens m’asseoir sous mon tilleul vert afin de trouver, dans l’éclat du soleil haché par un feuillage joueur, les prémisses d’un élan, ceux de la beauté.

Je les trouve dans ces moments extrêmes où l’essence de la vie fait d’un songe une valse à deux temps qui me pousse sereinement à comprendre le battement des ailes de papillons, ou celui de l’aiguille qui tourne sans relâche autour de nos horloges internes.

Dans le ballet des tic-tacs

Se construit la vie

Au rythme de nos frasques.

Souvent, la couleur de l’espoir vient chatouiller le jaune cru de mes matins engourdis afin de me bercer dans le blanc nacré des moutons sans berger qui semblent naviguer dans l’azur d’un ciel rieur, dans le no man's land d’un monde sans torpeur.

Étranges visions que je livre en étal, étranges sensations, étrange amour.

À l’ombre d’un tilleul

 

Les feuilles bruissent au vent

Dans les notes confuses d’un été,

Elles chantent aux oreilles des enfants.

 

Regards bleus,

Têtes blondes,

Le temps à l’abri des tilleuls passe.

 

Les murmures des rayons francs

Assoiffent les fontaines muettes,

Réchauffent les billes d’antan.

 

Agates aux tons miel,

Têtes rousses,

Les cours de récréation dorment.

 

Dans l’air…

 

Des fleurs,

Mille senteurs,

Le bonheur,

Les blés dansent

La ronde d’une houle formée,

Le vol d’un papillon fatigué.

 

Tout est calme en campagne,

Le temps d’été s’égrène

Paisiblement à l’ombre d’un tilleul.

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

La petite main, un conte signé Micheline Boland

Publié le par christine brunet /aloys

 

LA PETITE MAIN


 


 

Dimanche de printemps. Je suis seule. Mon mari suit des cours techniques aux États-Unis. Une session d’un peu plus de quatre semaines. Je parcours la brocante de mon quartier. Une façon comme une autre de combattre mon ennui.

Tout à coup, je le vois. C’est un coquetier en porcelaine blanche sur lequel sont peintes des fleurettes bleues. Je m’informe du prix. L’homme le vend quinze euros. Il pourrait le vendre le double que je ne résisterais pas à la tentation. Ce bel objet, il me le faut pour ma collection. Son double, ébréché et fendillé, garni de fleurettes roses, se trouve dans la corbeille ‘tout à deux euros’. J’achète les deux.

Quand je déballe mes achats, je découvre, auprès des deux coquetiers, une petite main en bois qui mesure tout au plus cinq centimètres de long. Probablement la main d’une statuette de Saint Joseph qui se trouvait près de la corbeille aux objets démarqués. Je lave les deux coquetiers et pose la main sur l’appui de fenêtre près d’un chiffon tout propre que je destinais au nettoyage de la vitre.

Je m’affaire. Procédant par essais et erreurs, je trouve dans ma vitrine le bon endroit où placer les coquetiers. Ensuite, je prépare du potage aux asperges pour mon repas du soir et je cuis des œufs durs.

Lorsque je m’apprête à nettoyer la vitre, je m’aperçois qu’elle étincelle comme jamais ! Le chiffon est sale, la petite main repose tout à côté. J’ai beau interroger ma mémoire, je n’ai aucun souvenir d’avoir nettoyé la vitre. Même pas un petit coup comme je le fais parfois lorsque le temps manque ou que j’y aperçois une trace de pluie.

Alors, je joue le jeu. Si la main veut travailler, elle trouvera à s’occuper ! Je débarrasse la table du salon des revues et journaux qui l’encombrent. J’y dépose la petite main et le chiffon. Puis, je fais demi-tour et vais au jardin. Après tout, cette petite main ne supporte peut-être pas qu’on l’observe ! Donnons-lui toutes les chances de se montrer de nouveau efficace !

Retour du jardin, la table est impeccable et le chiffon un peu plus sale !

Inutile de dire qu’il s’en passe des choses dans mon cerveau. Si une main est efficace, deux mains, deux pieds, une tête le seront plus encore ! Vite, je repars pour la brocante ! Ouf, le marchand est toujours là et Saint Joseph n’a pas trouvé acquéreur ! Pour cinq euros, j’achète la statuette, en mauvais état, car, évidemment, il lui manque une main !

Sitôt rentrée, petit test de mise en route. Je place la statuette sur la table de la terrasse. Elle est entourée de chiffons tout propres, de la bouilloire, du moulin à café, du pot à tabac et de la cafetière en cuivre. "Allez, vas-y, brave Joseph ! Travaille, affaire-toi ! Rends service puisque telle est ta vocation !"

Pendant ce temps-là, je me repose dans un fauteuil sur la pelouse. Envie de regarder, envie de savoir mais je résiste ! Une heure plus tard, je me lève. Joseph est resté là où je l’avais posé et les cuivres sont toujours aussi ternes.

Ça cogite toujours dans mon cerveau ! Envie de casser l’autre main, de séparer chaque pied du corps, puis d’essayer de faire de même avec la tête. Envie mais retenue. Envie mais contrôle. Envie mais réflexion plus profonde. Pauvre Joseph, j’aurais dû être plus explicite et plus respectueuse !

J’ai alors recours à un petit rituel du même genre que j’utilise pour obtenir un service de ma sœur, de mon cher époux et même de Jeanne, la femme de ménage qui vient tous les quinze jours ! "Bonjour Joseph. Tu es tellement efficace. C’est vraiment chouette de pouvoir compter sur toi. Tu veux bien m’aider une fois de plus ? Il y a ces cuivres à astiquer. J’ai mis à ta disposition tout ce qui semble nécessaire. Tu ne vois rien d’autre qui te serait utile ?"

Joseph ne répond pas. Je retourne au jardin. Une heure après, Joseph n’a rien astiqué du tout. Aussi inactif que mon époux quand il me dit : "Je laverai l’auto dans deux minutes…" et qu’il continue à lire un polar ou à surfer sur Internet.

C’est dimanche. Joseph aurait-il décidé de ne plus travailler aujourd’hui ? Laissons-lui le bénéfice du doute…

Pendant ce temps-là, la petite main, que j’avais posée sur l’étagère, au-dessus du tas de chiffons, a fait œuvre utile. Elle a rangé les produits d’entretien et les torchons.

La nuit porte conseil, dit-on. Alors, je n’insiste pas. Je rentre Joseph dans la maison, le pose au fond du living, sur le bureau entre l’ordinateur et le téléphone. La petite main trouve place sur la coiffeuse, dans ma chambre.

Le lendemain, à mon réveil, les tiroirs de la chambre sont rangés. La mini poubelle de la salle de bain déborde de chaussettes, de slips, de singlets et de mouchoirs usagés. Apparemment, la petite main a horreur des tissus élimés…

Le matin, je gagne les bureaux de maître Délian, où j’exerce la fonction de secrétaire. La petite main est dans ma poche. On ne sait jamais de qui on peut avoir besoin, n’est-ce pas ?

Joseph reste seul à la maison entre l’ordinateur et le téléphone où je compte l’y retrouver. Et pourtant, à mon retour, Joseph s’est volatilisé. Je le cherche partout. Aucune trace ! Ni dans le living ni dans les chambres, pas plus que dans la cuisine.

Les jours et les semaines passent. La petite main demeure une auxiliaire précieuse qui lave et range mieux que moi.

Et puis, mon mari rentre de son séjour en Amérique. Il remarque aussitôt les deux nouveaux coquetiers dans la vitrine. Sans faire le moindre effort, il réussit là où j’ai échoué, il déniche la statuette entre deux gros livres d’art de la bibliothèque ! Il l’en sort. "Tu sais Minou, il faudrait la faire réparer… Ce Saint Antoine de Padoue est si joli…"

D’un coup, je réalise ma méprise. Saint Joseph ? Saint Antoine de Padoue ? Le bonhomme était sans doute vexé de mon erreur d’appellation. Le lendemain, sitôt mon mari parti travailler, je reprends tout à zéro : et les préparatifs pour le nettoyage de mes cuivres et mes suppliques en rectifiant le tir : "Saint Antoine de Padoue, je te prie, veux-tu bien m’aider à astiquer les cuivres. Je crois que tu pourrais me rendre ce service de la meilleure façon qui soit. Merci d’avance."

Quand je rentre de ma matinée de travail, le bonhomme n’a rien fait. Je renonce donc. Seule la main est active, ce n’est déjà pas si mal. Je suis sûre que si je le lui demande, ce sera elle qui fera briller les cuivres.

Quand arrive la note de téléphone, il apparaît que la facture est particulièrement élevée ! Immédiatement, j’établis un lien ! Mon mari constate : "Quand je suis absent, tu ne te prives pas de téléphoner à l'étranger, en Turquie en plus… Qui connais-tu en Turquie ? Les anciens voisins de tes parents ?"

Il n’insiste pas. Il enchaîne avec un autre sujet - du moins le croit-il : "Tiens, à propos de dépense, un de ces jours il faudra faire réparer le Saint Antoine de Padoue…"

Saint Antoine de Padoue a donc été réparé. Au fait, le réparateur a estimé que c’était un ‘Saint Christophe’. Il n’en était pas sûr mais cette façon de porter l’Enfant Jésus le faisait pencher pour cette hypothèse.

"Habituellement Saint Christophe est représenté avec l’Enfant Jésus sur les épaules, Saint Joseph avec un lys, Saint Antoine de Padoue avec l’Enfant Jésus dans les bras. C’est une statuette rare. Difficile de la dater. Atypique. Oui, atypique. Cette main qui lui manquait, c’est étrange. On dirait qu’on l’a sciée. Oui sciée… Le plus bizarre, c'est l’enfant qui semble en déséquilibre."

La statuette réparée a trouvé place sur la commode du hall. Peu de temps après, la petite main que je manipulais toujours avec précaution et que je rangeais le plus souvent dans une de mes poches, a disparu.

Je l’ai beaucoup cherchée, oui vraiment beaucoup… C’est Jeanne qui, l’autre jour, m’a innocemment appris ce qu’il en était advenu : "Vous savez, Madame, vendredi j’ai trouvé en nettoyant, une petite main en bois près du téléphone… Je la tenais entre le pouce et l’index et puis, en la regardant de plus près, je l’ai lâchée. Quand j’ai voulu la ramasser, elle était en poussière sur le carrelage…Je me demande encore si j’ai bien vu ce que je pense avoir vu…"

Souvent, je pense à la petite main. Elle me manque comme me manque encore mon vieux maître de première primaire ou la vieille Clémence qui venait autrefois cuisiner des tartes chez Bobonne. Elle me manque comme peuvent manquer des odeurs de grenier, des effluves de pot-au-feu.

Encore une chose, un détail que j’allais oublier : depuis que la petite main est partie en poussière, les notes de téléphone sont redevenues ce qu’elles étaient avant son arrivée.

(Prix des Éditions le Roseau Vert au "Prix de l'eau Noire" à Couvin en 2009)


 

Micheline Boland

Site Internet : http://homeusers.brutele.be/bolandecrits

Blog : http://micheline-ecrit.blogspot.com

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

LETTRES ÉCRITES À LA MANIÈRE DE GASTON CHAISSAC, un texte signé Louis Delville

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

LETTRES ÉCRITES À LA MANIÈRE DE GASTON CHAISSAC

L'orthographe particulière de Gaston a été respectée !


 

De Gaston Chaissac à Vincent Spitalels :


 

cher monsieur spitaels,


 

Ce matin en épluchant une pomme, j'ai pensé au denier collage que je vous ai envoyé et que vous devez avoir reçu. Le capitaine du paquebeau jaune-orangé de la partie droite aurait dû se trouver a gauche.

cette erreur dont je suis seul responsable m'autorise à vous en dire plus : le navire en question du fait de sa carguéson illicite de pommes ne pouvait avoir qu'un capitaine gauchiste, donc à gauche.

j'ai donc décidé de refaire le collage qui sèche sur la table à langer oubliée par ma fille lors de son dernier passage avec jean-batiste, mon petit-fils.

vous trouverez aussi quelques changements puisque le paquebeau aura changé de nom. par erreur, je l'avais batisé titanis, ce qui ne lui convient guère, avouez-le !

veuillez pardonner ma trop grande velléité de vous plaire et accepter la quirielle d'excuses qui accompagnent cette missive. je rest à votre écoute, cher ami.


 

(signé)

Gaston

p.s. : j'espère que votre problèmes de souris dans votre cuisine n'est plus qu'un mauvais souvenir.


 

***


 

Réponse de Monsieur Spitaels :


 

Bien Cher Gaston,


 

J'ose espérer que les choses alambiquées vous plaisent autant qu'à moi. Rassurez-vous, Cher Gaston, je ne manque pas d'idée poétique et mon problème de souris a été réglé en moins de deux par le chat de ma voisine qui a fait bonne chère de ces monstres.


 

Le rythme poétique qui m'habite depuis peu a pour origine un voyage au Brésil que ma fille a effectué le mois dernier. De ce pays béni, elle m'a ramené quelques disques de samba qui font mon bonheur de poète musicien.


 

Comme vous, je me suis lancé dans l'épluchage des concombres qui est un art en devenir. Merci encore de me l'avoir fait découvrir. J'ose espérer que cette maladie que vous évoquez à peine dans votre fin de lettre ne vous perturbe pas trop dans vos élans artistiques.


 

Pour vous, ce petit quatrain.


 

Gaston, tes épluchures

Font de notre culture

Un soleil merveilleux

Qui luit dans les cieux


 

Votre disciple, Vincent


 


 

Louis Delville

Blog : http://louis.quenpensez-vous.blogspot.com/

 

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

La chanson d'Helga, une poésie de Louis Delville

Publié le par christine brunet /aloys

 

LA CHANSON D'HELGA

(Sur la musique de l'Ange bleu avec Marlène Dietrich)


 

J'ai toujours aimé venir à Paris

C'est une ville qui me rappelle Berlin,

Le Berlin des années vingt


 

Notre Dame se mire dans la Seine

Depuis des centaines d'années

Et pourtant personne ne s'en lasse.


 

Les Folies Bergère attirent les hommes

Les Français comme les étrangers

Les femmes nues n'ont pas de nationalité.


 

Et puis c'est là que vit mon homme

Celui que j'ai dans la peau

Celui avec qui le ciel est toujours bleu.


 

Pourtant un jour il m'a trompée

Une américaine me l'a volé et il est parti

Je l'ai cherché partout dans la ville.


 

Puis un jour, dans un couloir de métro

Je l'ai aperçu et je l'ai suivi

Il est entré dans un immeuble cossu.


 

J'ai attendu longtemps dans la rue

Puis je suis montée au premier

C'est là que je les ai trouvés.


 

Dans le même lit tous les deux

J'ai ouvert mon sac et sorti le revolver

Il ne m'a fallu que quelques secondes.


 

Une balle pour elle

Une balle pour lui

Et une balle pour moi.


 

J'ai toujours aimé venir à Paris

C'est une ville qui me rappelle Berlin,

Le Berlin des années vingt.


 

Louis Delville

Blog : http://louis.quenpensez-vous.blogspot.com/

 

Publié dans Textes, Poésie

Partager cet article

Repost0

Jean Destree nous propose un nouvel extrait de son prochain ouvrage "Un compte de fées"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

L’orage de la veille avait transformé les chemins forestiers en un bourbier collant aux chausses. Les montures trempaient leurs pattes dans la boue. Elles n’avaient pas besoin de freiner des quatre fers, la boue s’en chargeait. En marche ralentie, notre quatuor traversa une lande. Ils arrivèrent devant un grand lac. S’approchant, ils entendirent une petite voix qui chantait. Surprise! Une petite damoiselle à la queue de poisson était couchée sur une sorte de petit monticule sur une plage de galets. Entendant les pas des quadrupèdes, elle tourna la tête. Puis de remit à chanter.

 

- Bonjour, dit le prince Amaury.

- Bonjour dit Hestor

- Hello, répondit l’apparition.

- Qui es-tu, demanda le prince.

- Je suis Éline et toi?

- Je suis Amaury. D‘où viens-tu comme ça?

- D’un pays lointain près de la mer. Et toi?

- De mon château.

- Il est loin ton château?

- Oui beaucoup de lieues. Il faut marcher pendant des jours.

- Pour moi c’est compliqué. Je ne marche pas.  Je nage mais ici, c’est aussi compliqué, parce que il n’y a pas beaucoup d’eau et quand je plonge, je me cogne la tête contre le fond. Et ça me fait des bosses grosses comme des tomates.

- Tiens donc. Pourquoi tu ne marches pas?

- Tu n’as pas vu? Je n’ai pas de jambes, Je n’ai qu’une queue de poisson.

- C’est vrai que ce doit être compliqué de marcher avec une queue de poisson. Qu’est-ce qu’il t’est arrivé?

- C’est mon frère Flipper le dauphin d’Amérique. Il m’a fait une queue de poisson en me dépassant pendant une course. Je suis restée comme ça. Mon appendice m’empêche de marcher.

- Tu aurais dû te faire opérer. Moi, on me l’a enlevé.

- Tu avais le même?

- Non. Un ami de Vésale m’a ouvert le ventre. Et couic!

- Tu avais une queue de poisson dans le ventre? Ça, ce n’est pas courant, à moins que tu en aies avalé une.

- Mais non, l’appendice est au bout de l’intestin. Quand il est enflammé, on l’enlève et on se sent mieux.

- Ah! Tu avais le feu dans le ventre? Ça doit faire mal. Et comment on l’éteint?

- Je te l’ai dit, on coupe.

- Ah oui! J’ai compris, c’est un coupe-feu! Ça fait couic?

- Comme tu dis.

- Mon prince, je ne comprends rien à vos discours, dit Hestor en bâillant. Je commence à avoir faim. Laissons cette petite malheureuse avec sa queue de poisson et continuons notre voyage.

- Tu es vraiment terre à terre, mon pauvre Hestor.

- D‘abord, je ne suis pas terre à terre, mais assis sur mon âne qui a les pieds sales.

- Et toi, petite Éline, d’où viens-tu?

- Mes parents étaient marins sur une goélette. Ils ont débarqué ici après une tempête. Mon papa est reparti en bateau et maman s’est mise à laver les vêtements des marins pour acheter des tartines. Mon frère Flipper a aussi voulu partir en bateau mais maman n’a pas voulu. «Un coureur des mers, ça suffit,» qu’elle disait. Mon frère a décidé d’être coureur à pieds. Il voulait que je cours avec lui mais quand il m’a fait une queue de poisson, je ne pouvais plus courir. Il m’a laissé tomber. J’ai fait plouf et alors je me suis mise à nager. Ici je me repose sur mon tas de cailloux.

- Tu as dit que ton frère était un dauphin.

- C’est le surnom qu’on lui a donné. Le fils aîné d’un roi s’appelle le dauphin. Et mon papa était le roi de la mer. C’est logique non?

- Tu es une petit finaude.

- Je sais. Maman me le dit toujours Éline la fine. Ça rime n’est-ce pas?

- Et tu vas rester comme ça longtemps sur ton tas?

- Je ne sais pas. S’il pleut trop fort,je plonge pour ne pas être mouillée.

- Ben voyons! Nous te laissons et tâche de ne pas trop prendre froid. C’est mauvais pour la  santé.

- S’il fait trop froid, je plonge aussi.

 

Nos voyageurs laissèrent Éline la petite sirène à queue de poisson. Ils trottèrent longtemps à travers la lande puis ils arrivèrent en fin de jours à la lisière d’une forêt. Hestor bâilla bruyamment. Un pic vert se mit à faire la mitrailleuse sur le tronc d’un vieux hêtre. Hestor ne comprit pas le message et crut que l’oiseau se moquait  de lui. Il jura un grand coup. Le pic se remit à mitrailler le hêtre pour montrer sa réprobation d’avoir été dérangé.

 

 

Jean Destrée

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

Mickaël Auffray nous propose deux nouveaux extraits de son recueil de nouvelles à paraître chez CDL "Vous êtes ici"

Publié le par christine brunet /aloys

Souvenez-vous sa première présentation :

"

« Vous êtes ici » est un recueil de 10 nouvelles exposant des personnages à l'adversité contemporaine:

- L'impasse révèle les déchirures d'un couple au pied du mur ;
Démission offre une plongée dans une entreprise de recouvrement ;
 

 

EXTRAITS :

 

L'impasse
 

C'est un moment de bascule, un jour à péter les plombs. Je serre le volant de toutes mes forces, strangulation discrète. Elle s'observe dans le miroir du pare-soleil, passe méticuleusement son rouge à lèvres ; elle se pense belle, je ne vois que laideur. Mon regard se pose sur la rue d'en face, au bout de la rue c'est une impasse, au bout de l'impasse c'est un mur : le mur qui écrasera sa jolie gueule... Le rouge sur ses lèvres aura bientôt une autre saveur. Il suffira d'accélérer, environ 400 mètres pied au plancher, saisir la boucle de sa ceinture de sécurité et au dernier moment, presser le bouton comme on appuie sur la détente. L'airbag c'est fait, je l'ai désarmé côté passager.

 

******
 

DEMISSION


 

01h42 : Prière de laisser cet endroit aussi propre que vous souhaitez le trouver en entrant. Avec la cuite que je tiens, il est certain que les consignes affichées sur la porte des toilettes ne seront pas respectées : chiotte occupée versus dégueulis imminent, l’apéro en question a pris une tournure inattendue et franchement exaltée. Tête basse, j'observe le mur d’en face où des mots doux gravés dans le béton côtoient des bites dessinées au marqueur. Peu inspiré par cette poésie, j’insiste lourdement en frappant la porte, la réponse est cinglante : « Casse-toi pauvre con ! » […] Je reviens au bar, une grande bouteille de rhum est posée sur le comptoir. On me tend un verre avec une tape dans le dos à vous décoller la plèvre. Nous trinquons avant d’absorber ce soyeux liquide qui fait d’honnêtes gens de parfaits imbéciles. Je me tourne vers la scène de concert, un groupe de punk à la négligence maîtrisée éructe sa vision du monde. Ils surjouent l'indignation en triturant leurs coûteuses Gibson Les Paul pendant que les pissouses du premier rang crachent des salves de cyprine. Je vomis de nouveau, par les oreilles cette fois-ci.

 

MICKAËL AUFFRAY

 

Publié dans Textes

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>