Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"La concession Bahine" de Jean Dallier dans Le bibliothécaire

Publié le par christine brunet /aloys

"La concession Bahine" de Jean Dallier dans Le bibliothécaire
"La concession Bahine" de Jean Dallier dans Le bibliothécaire

Publié dans articles

Partager cet article

Repost0

"Capitaine regardez-moi", un poème extrait de "Spirales urbaines", un recueil signé Carine-Laure DESGUIN

Publié le par christine brunet /aloys

Capitaine regardez-moi

 

 

Dites entendez-vous quand je vous parle

Quand je cherche les mots qui vous feront sourire

Ceux-là mêmes comme on caresse un châle

Que vous soufflerez quand je serai partie

 

Je les attends savez-vous ces quelques instants

Ces journées nous les offrent les étoiles généreuses

Couronnes électriques au - dessus des amants

Se moquant des poussières des ténèbres glorieuses

 

Avant de vous voir je rêvasse j'imagine

Ombres dans la brume mes pensées sont d'azur

Les vôtres que sont-elles rouge sang opalines

Capitaine regardez-moi respirez ces murmures

 

Je les attends savez-vous tous ces moments volés

A qui à quoi ne sommes-nous pas éternels

Et si nous étions libres les aurait-on mêlés

Ces départs censurés prisonniers et charnels ?

 

CARINE-LAURE DESGUIN

 

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost0

En avant-première, le générique de notre nouvelle émission...

Publié le par christine brunet /aloys

https://youtu.be/p6E9yObXQbo

Publié dans vidéo

Partager cet article

Repost0

Hatanna Editions nous présente le nouvel ouvrage de Célia B. "Tyserem"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Tyserem, le nouveau roman de Célia B.


 

La Sirène Tranchante poursuit sa route et vous propose depuis le 30 août dernier un tout nouveau roman. Bien différent de son premier, La Légende de la Sirène TranchanteCélia B. vous propose désormais un texte écrit au lycée. Tyserem plonge le lecteur dans une prophétie vieille de 3 000 ans mettant en scène plusieurs élus et des mages noirs plutôt effrayants. Le récit est semé de créatures étranges et de flashs dans le passé qui permettent à l’un des personnages de comprendre ce qui les attend. Aventure, magie, folie, un mélange explosif qui ravira les fans du genre fantastique.

Lecteurs, apprêtez-vous à plonger dans une lutte sans merci entre humains et vantrapars. Les coups bas sont permis. Et les amis peuvent se changer en ennemis. Méfiez-vous de ceux qui vous entourent. Faites appel à vos dons, eux-seuls vous protègeront.

À noter que la bande annonce est disponible sur la chaîne YouTube de la maison d’édition (Hatanna Éditions). Vous pouvez également retrouver toutes les actualités d’Hatanna sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram).

Tous les ouvrages de la Sirène sont en vente en librairie et sur notre site www.hatanna-editions.fr !

À très vite pour de nouvelles aventures !

 

https://hatanna-editions.fr

Publié dans l'invité d'Aloys

Partager cet article

Repost0

Le blog "Un livre dans la poche" a chroniqué "Mamie Paulette", le second ouvrage de Séverine Baaziz

Publié le par christine brunet /aloys

https://unlivredanslapoche.home.blog/2019/08/13/mamie-paulette-severine-baaziz/?fbclid=IwAR3lhrwNWcqdhb-jkhcnq-T6x7Uw71sK7vTIaRryu4ICkAOnSqaDm6S9V34

https://unlivredanslapoche.home.blog/2019/08/13/mamie-paulette-severine-baaziz/?fbclid=IwAR3lhrwNWcqdhb-jkhcnq-T6x7Uw71sK7vTIaRryu4ICkAOnSqaDm6S9V34

 

 

En 2 mots : En Lorraine, l’histoire d’une cohabitation intergénérationnelle houleuse : à la mort de son mari, Paulette, 84 ans, échoue chez son fils et sa belle-fille, un couple guindé et maniaque au possible. Elle y retrouve également Jules, son petit-fils, un adolescent nonchalant et taciturne. Dans cette maison étincelante, figée comme dans un musée, l’image de la  famille parfaite n’est en fait que pure apparence : personne ne se parle ni ne prend le temps de prêter véritablement attention aux autres, chacun étant focalisé sur ses propres préoccupations. Jules, harcelé au collège, rumine des idées noires, tandis que sa mère met un point d’honneur à ce que son intérieur soit parfait pour masquer les angoisses qui la ronge. L’arrivée de Paulette et de son fort caractère va bousculer les si précieuses habitudes de la famille Chédart…

Mon avis : un roman où l’inattendu règne en maître! Sous l’apparence d’un feel good mettant en scène une grand-mère acariâtre faisant tourner en bourrique ses proches, Séverine Baaziz livre ici un roman tragi-comique plein de surprises, le suspens s’invitant même au rendez-vous en toute fin de lecture.

Un vrai potentiel comique se dégage avec des scènes cocasses et loufoques, notamment lorsque l’autrice raille les travers du couple de quinquagénaire formé par Philibert et Marion, délicieusement caricaturaux. Paulette, personnage ô combien haut en couleur et non conventionnel, m’a beaucoup fait rire bien sûr, en particulier de par l’ardeur qu’elle met à gâcher la vie de sa belle-fille. Elle m’a aussi touché de par sa fragilité, sa volonté et son attachement à ses proches, sous des dehors bourrus.

La solitude de cette dame âgée, qui n’attend plus rien de la vie, mais qui se découvre une complicité avec son petit-fils, lui-même bien seul, constitue la matrice du roman. Le lien fort et puissant qu’ils tissent tout au long de l’histoire, jusqu’aux dernières pages, bouleversantes, m’a touché et ému. Le roman, en apparence drôle et léger, aborde ainsi des sujets plus profonds : la fin de vie, le mal-être, la solitude, etc.

Les chapitres courts amènent du rythme et l’histoire ne connait pas de temps mort. Bref, j’ai vraiment passé un agréable moment avec la famille Chédart, aussi dysfonctionnelle soit-elle!

Publié dans avis de blogs

Partager cet article

Repost0

"De vous monsieur j’aime ces silences", une poésie extraite de 3spirales urbaines, un recueil signé Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

 

De vous monsieur j’aime ces silences

 

 

De vous monsieur j'aime ces silences

Ils devinent ce que nous ignorons

Soulèvent votre audace cachent votre arrogance

Derrière les rideaux de ces moindres soupçons

 

De vous monsieur j'aime les regards

Ils se déposent sur moi et puis me déshabillent

Notre rencontre c'est donc le hasard

Celui qu'on nomme amour et qui s'appelle vie

 

De vous monsieur j'aime ces maladresses

Vous osez deux mots et puis vous hésitez

Vous cherchez en moi une femme et aussi la maîtresse

A qui l'on ne dit rien avant de caresser

 

De vous monsieur j'aime tout ce que j'ignore

De votre vie d'avant ces rendez-vous fidèles

De vos désirs ardents et de vos petites morts

Quand la lune s'endort

Et que le jour se lève...

 

Carine-Laure DESGUIN

 

 

 

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost0

Geneviève Dehareng nous présente son ouvrage à paraître "Au nom de l'Amour, avec Margaux

Publié le par christine brunet /aloys

Biographie


 

Née en 1964, Geneviève Dehareng habite à Ciergnon en Belgique. Assistante de laboratoire, elle travaille en milieu hospitalier. Elle a toujours aimé écrire que ce soit pour d’autres personnes, ou pour elle. Pendant plusieurs années, elle a fait partie d’un groupe de « rédacteurs bénévoles » au sein de la clinique où elle travaille, et a rédigé des articles pour la revue trimestrielle distribuée à tous les membres du personnel, aux médecins traitants et aux abonnés. Jamais, elle n’aurait pensé éditer ce recueil qui est son chemin parcouru depuis le premier « flash » envoyée par sa fille Margaux décédée en 1999, à l’âge de 5 mois. Son livre est le récit des signes qu’elle reçoit, agrémenté de réflexions personnelles.

Geneviève emprunte, malgré elle, le chemin de l’invisible et se trouve de plus en plus intuitive et sensible. Pour elle n’a d’importance que la personne humaine, ses joies, ses souffrances… Le reste ne représente plus grand-chose à ses yeux. Elle est passionnée par la relation avec autrui, les soins palliatifs, la spiritualité, l’écriture, la lecture, la cuisine, la céramique, les plantes, la forêt, la nature, l’aromathérapie.


 

Geneviève Dehareng nous propose 2 extraits de son ouvrage :


 

Mai 2016
 

Tôt le matin entre 5h et 6h, je transcris mes écritures à l’ordinateur. Concentrée sur mon ouvrage, je savoure la quiétude de l’instant. Quand tout à coup apparaît sur l’écran une image fugace et furtive remplissant la totalité de l’écran avec, comme message, « Si vous voulez changer d’image… cliquez ici. » Même si c’est très joli, je n’y prête guère attention. L’image reste quelques secondes devant mon regard avant de disparaître. Je retrouve mon texte à l’endroit laissé et continue à œuvrer. Ce n’est que quelques jours plus tard que je comprends ! Cette image si forte, tellement symbolique, si belle ornera la couverture de mon livre ! Eh oui, comment n’ai-je pas compris plus vite ? Oui, cette image représente un sublime coucher de soleil, dans les tons orangés, au bord de la mer avec une silhouette fine, élancée aux longs cheveux… vue de dos !  « Mais oui, c’est toi, Margaux ! » Tu as dix-sept ans en nos cœurs… Quelle invraisemblable similitude entre cette image et le « flash » de 2006. Nous ne sommes que dix ans plus tard !


****

 

Régulièrement, je me mets à rêver d’un monde sourire aux lèvres, authentique et bienveillant aux couleurs de la gratitude. Et le fait d’y penser, c’est déjà l’instaurer un peu car la force de la pensée dépasse l’entendement. Aujourd’hui, je sais que la pensée n’a pas de frontières, elle va à l’infini. La pensée constructive cumulée à l’action forme un délicieux mélange mais il est vrai que notre condition humaine nous enferme dans des stéréotypes, des préjugés, des clichés. Enchaînés par nos croyances, notre ego et nos peurs, nous limitons inconsciemment notre horizon de vie. Nous ne prenons plus le temps de nous occuper de notre « être », accaparés que nous sommes par tant de choses à « faire pour paraître », devenant dépendants de notre image. Alors, on court sans se poser de questions, aveuglément mais vers quoi ? Vers la course à l’illusion ? C’est comme si nous marchions à côté de notre ombre !

Publié dans Présentations

Partager cet article

Repost0

Maryline Marnas a chroniqué dans son blog le nouveau thriller de Christine Brunet "Gwen, adieu..."

Publié le par christine brunet /aloys

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/gwen-adieu-a165455226

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/gwen-adieu-a165455226

Résumé de l'éditeur :

 De la haine pure, froide… Son image, renvoyée sans concession par le miroir en porte tous les stigmates. Il n’inspire plus qu’aversion. SA faute… LEUR faute… Chaque parcelle de sa chair réclame vengeance. Le couperet va tomber, implacable. Ses mains moites tremblent sous l’afflux d’adrénaline. Les prochaines semaines vont montrer ce qu’impitoyable veut dire ! Une seule âme l’accepte, l’approuve et comble le moindre de ses désirs. Se servir de cette pitié répugnante pour arriver à ses fins avant de s’en débarrasser… Ce jour sera à marquer d’une pierre blanche ! Son coeur pulse à l’approche de l’action. Vivre enfin, savourer chaque instant… Une sonnerie criarde, celle de l’interphone. L’AUTRE est là…

 

 

Mon avis :

Christine brunet ou l'art de nous mener en bateau...

Comment fait-elle pour toujours être là où on ne l'attend pas cette Gwen? C'est vrai ça, elle a de multiples facettes, elle change de peau comme on change de chemise, elle devient une autre grâce a des complices tout à fait normaux, elle rentre par un endroit et en sort avec une nouvelle identité.... Bref, elle a une vie de fou! Elle n'a pas le temps de s'ennuyer en tous cas!

Je l'ai déjà dit dans mes précédentes chroniques mais cette auteur arrive à semer des indices tout au long du texte qui nous permettent à la fois d'avancer et de garder le suspense jusqu'au bout. On comprend l'histoire petit à petit, sans se douter de quoi que ce soit. Parce que c'est complexe tout ça! Mais c'est justement ce que j'aime! Ne pas savoir la fin dès le début, se poser des tas de questions, avoir des idées qui se détruisent au fil du texte et finalement découvrir qu'on avait tort sur toute la ligne... Bref, elle est très forte pour ça.

Les personnages sont toujours aussi... particuliers. Je n'arrive pas vraiment à savoir si j'aime Gwen ou pas. En fait, c'est une battante et elle aime ce qu'elle fait, elle donne tout et j’apprécie ce coté, mais elle a un caractère qui me laisse penser qu'elle est trop compliquée pour moi. Je ne réussis pas à la cerner totalement donc je garde un doute sur elle tout le temps. Quant à Signac, je l'aime et le déteste à la fois. Il est parfois trop naïf et tombe facilement dans le négatif. Mais c'est ce qui fait son charme je crois.

Bref, encore une enquête complexe (non! Pas une mais plusieurs je devrais dire), des personnages tous plus fous les uns que les autres, du sang, des morts, des trahisons, des vengeances... bref, un parfait cocktail! A lire sans modération (dans l'ordre c'est mieux!).

 

Maryline Marnas

Partager cet article

Repost0

Edmée de Xhavée nous propose une chronique de "Putain de pays noir", de Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

Edmée de Xhavée nous propose une chronique de "Putain de pays noir", de Carine-Laure Desguin

Putain de pays noir, putain quel livre !

EDMÉE DE XHAVÉE·LUNDI 8 JUILLET 2019

Un tout petit livre, un opuscule pour être exacte, mais un vrai cocktail de… de quoi ? De tout. De laideur, de rêves, de misère, de violence, de tendresse, de crade et de magnifique. Une promenade dans le désespoir au fond d’un puits noir qui sent le moisi et le rat mort. Une faune d’êtres de la nuit, celle des heures noires et celle du mental, de l’usure des corps et de la foi. Les choix de vie ont disparu peu à peu. On aime et on hait ce qu’on a, parce qu’on n’aura rien d’autre mais… putain, pourquoi se retrouve-t-on avec ça ?

Rien ne nous est épargné.

On fronce le nez parce que les odeurs montent des mots, des odeurs violentes et fatiguées. La brutalité de l’errance nous frappe en pleine lecture. On pénètre, safely home, dans les coulisses d’une humanité déshumanisée, déshabillée de ses rires et joies. Et pourtant, et pourtant... c’est saupoudré de poésie, oui oui… La poésie des choses qui sentent mauvais, sont vilaines à voir, comme le chien qui éclabousse les tables de sa bave glaireuse ou Angel qui rit en exposant ses dents jaunes et cariées… Mais poésie d’un monde ni onirique ni cauchemardesque, plutôt un monde qui aurait une gueule de bois interminable, la migraine, l’haleine féroce, et se rapproche, comme des zombies, d’un signal clignotant rouge où on peut lire « vous êtes arrivé à destination »…

Bravo Carine-Laure Desguin, c’est court mais si rempli qu’on prend un coup de poing littéraire !

 

Edmée de Xhavée

Partager cet article

Repost0

Jérémie Lahousse nous présente son roman à paraître "Fennec"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 
Présentation du roman Fennec : 
 

Azzam Zahir, fraichement diplômé de l’université d’Alger vit un véritable cauchemar : ses deux parents décèdent dans un incendie qu’il devine criminel. Voyant l’enquête stagner, il décide de s’y investir corps et âme en s’engageant dans la brigade mobile de police judiciaire. La police devient sa famille et sa moto sa meilleure amie.

Un jour, un groupuscule extrémiste inconnu des services de renseignement met la pression sur l’état pour qu’il applique à son échelle leur vision des textes sacrés. Devant le refus du gouvernement, des attentats pleuvent, les morts s’accumulent et les menaces gonflent.

Pauvre Algérie… N’a-t-elle pas assez souffert ? Et que va-t-il se passer si personne ne les arrête ? Azzam n’est pas celui qui compte répondre à cette question.

Il est celui qui fera en sorte qu’on ne la pose pas. 

 

 

En voici un avant-goût : 

 

 

8 décembre 2020, Sétif, Algérie 

 

 

Par une nuit plombante qu’aucune étoile n’illuminait, le lieutenant était couché, la crosse lambrissée de son fusil de tireur d’élite Accuracy Lapua Magnum contre le creux de son épaule encore douloureuse, un œil ouvert, l’autre se fermant par automatisme.

Se détendre. Plus les muscles sont relâchés, plus le tir est précis. Ça, c’est la théorie. En pratique, seul le résultat compte. Il soupira lentement, la lanière en tissu bleu nuit se tendit, signe d’un mouvement inopiné. Tous les sens en alerte, il compta jusque dix. À dix, cet enfoiré sortira et il le criblera de plomb plus proprement que s’il avait demandé l’euthanasie. En fait, le lieutenant était en train de rendre service à beaucoup de monde, il en était convaincu. Pas à la cible bien sûr,  mais à l’Algérie tout entière, ainsi qu’à l’humanité. Personne n’a envie que vive un gars qui assassine comme il respire, sauf lui-même, ce qui rend son avis minoritaire par rapport à ceux des autres, et ça c’est un point de vue purement démocratique. Le lieutenant adore la démocratie, et il entend bien la faire respecter.

 

Qui est l’auteur ?

 

Né le 22 Février 1985 dans la ville de Tournai, en Belgique, Jérémie Lahousse a côtoyé des écoles de sa région natale : St Éleuthère pour le degré primaire et St André Ramegnies-Chin pour le secondaire. Il a ensuite continué son cursus scolaire à la Haute école Francisco Ferrer où il a obtenu un AESI en éducation physique. Après avoir décroché son diplôme, il travailla quatre ans comme éducateur sportif à Evere, puis comme psychomotricien à Anderlecht, pratiquant la méditation et le yoga avec ses élèves. En parallèle, il s’initia au Tennis de table, au Tai-Chi, au mandarin ainsi qu’au vietnamien.

Durant son parcours scolaire il est amené à se produire en spectacles de théâtre, lesquels reçoivent une certaine ovation. Il participe également à un court métrage qu’il réalise et joue. Salué par ses professeurs pour son écriture dès le degré primaire, sa plume et surtout son imagination ne l’ont jamais quitté, pour le meilleur et pour le pire ! On peut même dire qu’elles ont jalonné son parcours scolaire, du type : « math : encore dans la lune, français : belle créativité », son chemin de vie s’en retrouve plus chantant, et son pc plus encombré. 

 

Curieux ? : http://bulles.co.nf/

Publié dans présentations

Partager cet article

Repost0