Cathie Louvet nous propose un extrait de son dernier ouvrage !

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

 

Extrait du chapitre 4 "De Glace et de Feu : l'empire disloqué " :

 

 L'intendant du roi avait soigneusement préparé le voyage, planifiant les étapes, le ravitaillement des chevaux et les escales. Il avait estimé préférable de rejoindre le Rhin à Cologne par la route plutôt qu'en empruntant le Wurm, petite rivière jugée trop étroite et peu profonde. Bien sûr, cela supposait de parcourir les dix-huit lieues à travers la vaste forêt qui entourait la cité impériale sur des chemins pas toujours très bien entretenus, mais il espérait qu'en cette saison chaude, ils seraient suffisamment praticables pour le lourd convoi.

   Une brise légère secouait doucement les ramures des chênes centenaires et des châtaigniers qui ombrageaient la porte principale du palais et la route menant à Cologne. Tout était prêt. L'empereur et ses proches prirent place dans les chariots. Le signal du départ fut enfin donné. La longue caravane s'ébranla, les sabots des chevaux soulevant un nuage de poussière grise. Judith et ses femmes, allongées sur de soyeuses fourrures, se laissaient bercer par le léger tangage, tandis que le petit Charles, curieux de tout, regardait le paysage par un interstice ménagé dans la tenture qui les protégeait à la fois de la poussière et du soleil.

   Les éclaireurs de la garde royale caracolaient en tête afin de s'assurer qu'aucune embuscade n'avait été dressée sur leur route par une des bandes de brigands qui infestaient les bois depuis une quinzaine d'années, à vrai dire depuis la mort de Charlemagne. Louis, son fils et successeur, était loin de posséder son charisme et son autorité. Peu à peu, les comtes, plus occupés à accroître leurs domaines et possessions, avaient relâché leur vigilance, ce dont avait su profiter tous les coupe-jarrets et les traîne-misère de la région, rendant les routes très peu sûres. Un groupe d'une vingtaine de soldats solidement armés fermait la marche. Chacun devisait avec son voisin dans une ambiance faussement détendue, l’œil aux aguets.

   Une semaine plus tard, le 19 juillet, le convoi impérial faisait son entrée dans Cologne pavoisée aux couleurs des Carolingiens. Le long de la rue menant à la résidence de l'archevêque où Louis et sa suite étaient attendus, les gens agitaient les mains, lançaient des pétales de fleurs et des pignons de pin en signe de bienvenue. Le couple impérial, ravi de cet accueil chaleureux, répondait en jetant des poignées de menus sous. Une halte d'une semaine avait été prévue dans la cité épiscopale afin de permettre à l'empereur et sa cour de se reposer,  mais surtout le temps de réunir les barques à fond plat sur lesquelles ils allaient voyager jusqu'à Mayence, puis Worms.

Publié dans l'invité d'Aloys

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian Eychloma 13/02/2019 13:07

Restitution soignée de l'environnement et de la vie de l'époque, en cette fin du haut moyen-âge !