Christian Eychloma a lu "Le Camaret d'Achille" de Marie-Noëlle Fargier

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

« Le Camaret d’Achille » de Marie-Noëlle Fargier

lu par Christian Eychloma


 

« Et pendant ce temps-là, Loire ignorante et douce,

Tu couleras toujours, passante accoutumée,

Dans la vallée heureuse où l’herbe vive pousse,

Ô Loire inépuisable et que j’avais aimée...

Loire qui ne sait rien de la souffrance humaine,

Ô Loire inaltérable et douce à toute enfance,

Ô toi qui ne sais pas l’émoi de la partance… »


 

Je devine votre réaction… Ces vers vous rappellent quelque chose mais avec un petit truc quelque part. Puis vous sursautez en réalisant qu’en remplaçant le nom du fleuve par le nom original (la Meuse), on retrouve bien un extrait d’un poème de Charles Péguy. Gagné !

En lisant « Le Camaret d’Achille », certains vers me sont en effet revenus en mémoire, car ils illustrent de façon si poétique le fait évident que, génération après génération, nous passons, alors que les paysages qui nous ont vu naître, grandir, aimer, mourir, demeurent par endroits presque inchangés. Les « chibottes », par exemple…

On réalise que l’univers ne nous est ni bienveillant ni hostile, mais simplement indifférent. Et qu’il nous appartient par conséquent, à nous, humains, lors de notre court passage, de nous efforcer de créer du sens dans un monde qui, considéré de façon purement objective, en est dépourvu. En commençant par nous respecter et nous aimer. Bon, ça s’appelle l’Humanisme.

Souvenons-nous un instant de « La Bukinê d’Anna ».

Sur les lieux-mêmes où s’érigeaient, il y a bien longtemps, la cité d’Hélios du peuple sédentaire aux cheveux couleur de soleil et le campement précaire de la tribu nomade aux toisons couleur de nuit, Noëlle Fargier nous entraîne cette fois dans l’histoire d’une famille s’étalant sur une période incluant les deux dernières guerres.

Peut-être pour montrer que les siècles s’écoulent mais que l’espèce humaine ne change pas dans sa nature profonde, on retrouve les trois sœurs du premier roman avec leur nom comme unique changement. Trois personnalités identiques à ce qu’elles étaient trois mille ans auparavant, jetées dans le tourbillon d’une nouvelle vie, dans un autre temps, avec ses joies et ses peines. Et l’on ne peut tout d’un coup s’empêcher de se demander : « pourquoi moi, ici et maintenant ? Qu’aurais-je fait à cette époque, dans les mêmes circonstances ? »

L’histoire d’une famille, disais-je. Une histoire qui, observée depuis quelque distance, pourrait en rappeler beaucoup d’autres. La première guerre, d’abord. Vous savez : « la der des der » ! Entre les deux, les difficultés de la vie, et l’influence d’un clergé abusant de son pouvoir sur les âmes simples. Intolérant, exerçant sa tyrannie sur la population des campagnes, avec le terrible destin du jeune Achille. Et la seconde, dix-neuf ans après. Mobilisation, séparations, enfermement interminable des prisonniers de guerre, occupation, résistance, arrestations, tortures, libération, exactions perpétrées par les résistants « de la dernière heure »…

Une histoire humaine, trop humaine.

 

CHRISTIAN EYCHLOMA

 

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pâques 10/02/2018 14:36

C'est intéressant de se rendre compte que certaines choses ne changent pas nous sommes de passage et souvent les caractères se retrouvent semblables à des époques différentes...

Marie-Noëlle FARGIER 11/02/2018 17:09

C'est vrai Marcelle. Et est-ce que l'événement renforce ce qu'il y a de plus ancré en nous ou le contraire parfois ?

Jean-François Foulon 09/02/2018 23:12

On n'écrit bien que sur les lieux que l'on connaît et ceux que nous connaissons le mieux et qui nous suivent toute notre vie, ce sont ceux de l'enfance.

Marie-Noëlle FARGIER 11/02/2018 17:11

Oui c'est certain, et il y a aussi ceux qu'on découvre "des coups de coeur" !

Marie-Noëlle FARGIER 09/02/2018 17:44

Vos commentaires si bienveillants me touchent sincèrement. Je remercie particulièrement Christian d'avoir transmis poétiquement son ressenti sur le Camaret. Cet endroit magique par sa beauté et que j'affectionne particulièrement puisque ce lieu est l'endroit où j'ai grandi et qui m'a appris l'écoute, le regard, le silence, avec des grands-parents vivant avec une belle et rare philosophie. Je crois que cette chance a été, est et sera l'encre exprimée ou non, mais toujours présente en moi. comme un refuge. Merci.

Jean Louis Gillessen 09/02/2018 14:34

Un roman qui ressemble à la personnalité de l'auteure, certes humaniste. Récit et analyse de relations humaines en des époques différentes et troubles, mise en lumière historique, présence de Dame Nature, poésie et rigueur à la fois, tout s'y retrouve pour, comme dit Carine-laure, être transmis dans les mains des enfants. Bravo, Marie-Noëlle, et quelle belle fiche de lecture, Christian.

C.-L. Desguin 09/02/2018 13:46

Un texte qui reste ancré pour toujours, ce qui lui confère aussi un réel intérêt. Ah si tous les enfants pouvaient le lire...

Christina Previ(otto) 09/02/2018 11:34

Ce récit me semble plein de poésie et de sagesse... Intéressant sur le plan historique et humain, le tout au fil de la Loire.

Séverine Baaziz 09/02/2018 11:14

Tourbillon de la vie et grandiosité de la nature... Talent et poésie au rendez-vous...
Un roman très tentant :-)