Un article dans "L'avenir.net" pour l'ouvrage de Jean-Pierre Kempeneers "Avant d'être Belges"

Publié le par christine brunet /aloys

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20210215_01555168/une-saga-familiale-entre-1789-et-1830

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20210215_01555168/une-saga-familiale-entre-1789-et-1830

 

 
À 77 ans, Jean-Pierre Kempeneers vient de publier «Avant d’être Belges». Un 1er roman largement inspiré d’archives familiales.
 
l n’y a pas d’âge pour se lancer un défi. C’est ce qu’a dû se dire Jean-Pierre Kempeneers lorsqu’il a décidé d’écrire un roman. Hannutois d’origine et Namurois d’adoption, cet ancien spécialiste de la communication de l’entreprise avait en tête, depuis très longtemps déjà, de raconter la vie quotidienne de trois générations de fermiers de sa famille dont il a un jour, par hasard, retrouvé la trace dans des archives familiales.
 
«Ce projet trottait depuis de nombreuses années, explique Jean-Pierre Kempeneers. Depuis que, dans ma jeunesse, j’avais exhumé du fond d’un tiroir, à la ferme familiale, un paquet de vieux papiers jaunis oubliés depuis des lustres. Il y avait toutes sortes de documents comme des lettres de fermage, des bons de réquisition, des lettres de famille… le tout s’étalant de 1737 à 1832. À l’époque, quand je réalisais mon mémoire de fin d’études, je décryptais ces documents pour me vider l’esprit.»
 
Entraîné, par la suite, dans le tourbillon de la vie familiale et professionnelle, Jean-Pierre Kempeneers ne s’est plus guère préoccupé de ces documents. Jusqu’au jour où, l’heure de la retraite ayant sonné, celui-ci s’est dit qu’il était temps de les sortir de l’ombre pour faire revivre, par le biais d’un roman, l’histoire quotidienne de ces «gens ordinaires» qui ont vécu entre 1789 et 1830.
 
Trois générations, trois périodes
 
Quoique passionné par l’histoire, Jean-Pierre Kempeneers s’est bien gardé toutefois d’écrire un énième ouvrage historique sur ces quelques dizaines d’années qui ont précédé la création de notre pays. «N’étant pas historien de formation, j’ai utilisé un autre angle de vue. J’ai tenté de répondre aux questions que je me posais en mettant en scène ces «petites gens» dans le cadre de leur vie quotidienne qui fut, inévitablement, bouleversée par les événements dont ils furent les acteurs involontaires ou, à tout le moins, les spectateurs impuissants.»
 
En narrant le quotidien de Renier, Maximilien et Nicolas Marchant, ses ancêtres, l’auteur entraîne le lecteur dans ces quarante années tumultueuses qui ont marqué la gestation de la Belgique. De l’occupation autrichienne aux journées de septembre 1830, en passant par la présence française, le roman s’interroge sur la manière dont ces fermiers, et les populations de l’époque, qui vivaient loin des villes importantes et des grandes voies de circulation, ont été informés des événements qui secouaient nos régions, et comment ils les ont appréhendés. À travers une succession de péripéties, tantôt réelles, tantôt romancées, Avant d’être Belges mêle la petite et la grande histoire.
 
Avant d’être Belges – 459 p. Éditions Chloé des Lys
 
 
 
 
 
 
 

Publié dans Article presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

C.-L.Desguin 11/04/2021 17:58

Un véritable travail de mémoire, quel bonheur pour les enfants et petits-enfants et tous ceux qui suivront.

Christian Eychloma 11/04/2021 16:14

Rien à voir avec ce qui précède : agaçant, cette page qui s'affiche systématiquement et que l'antivirus dit être polluée par je ne sais trop quel malware...

Christian Eychloma 11/04/2021 13:44

Toujours passionnant à lire, l'Histoire pas ceux qui l'ont vécue... ça me rappelle ce document incroyable (parmi "de vieux papiers jaunis oubliés depuis des lustres") qu'avait retrouvé dans son grenier un de mes amis : la note de frais d'un ancêtre militaire en permission indiquant notamment le prix des bottes de foin pour son cheval ! :)

Christian Eychloma 12/04/2021 18:28

"par ceux"... :))

Micheline Boland 10/04/2021 08:56

Un roman qui suscite ma curiosité. Je souhaite un beau succès à Jean-Pierre Kempeneers.