Marguerite Debois nous présente son roman "L'île, elle et nous"

Publié le par christine brunet /aloys

Biographie

 

 

Née en 1954 à Verviers (Wallonie, Belgique), Marguerite Debois y poursuit ses études jusqu'à la fin des humanités secondaires.

Elle effectue ensuite trois années d'études à Liège, où elle obtient son graduat en logopédie.

Engagée dans une école primaire d'enseignement spécialisé à Verviers, elle y effectuera toute sa carrière.

Ses parents étaient violonistes professionnels. La maman aimait les mots, le papa, les jeux de mots,   la grande sœur était régente littéraire et écrivait des poèmes.

Dès l'âge de sept ans, elle prend conscience que l'écriture permet de témoigner et de s'exprimer.

Elle s'essaie à la poésie. On lira quelques-uns de ses poèmes sur une chaîne nationale.

Une fois à la retraite, elle s'inscrit dans un atelier d'écriture à Spa, ville proche du village où elle s'est installée.

Grâce aux conseils de l'animateur et au soutien de ses collègues, elle réalise un de ses rêves : se lancer dans l'écriture d'un roman.

 

Résumé

 

Sur une petite île grecque, un drame familial se joue en trois temps.

Dans un coin isolé de l’île, naissance d’Athanasia dans des conditions difficiles. La fillette grandit entourée de parents aimants mais étouffants.

Alors qu'elle a quatorze ans, une violente tempête s'abat sur l'île et  laisse d’importantes séquelles. Athanasia est portée disparue. On accusera d'abord son professeur de guitare mais pour la police et la plupart des habitants, c'est la crue d'une rivière qui a emporté Athanasia.

Durant l’été qui suit cette catastrophe automnale, un couple de touristes fait une étrange rencontre sur une route isolée. Ils aperçoivent fugacement une jeune fille qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Athanasia.

Peu après, la maison des parents d’Athanasia disparaît dans une explosion, tuant ses deux occupants.

Villageois ou touristes, tous se posent des questions, pragmatiques ou existentielles, au sujet de ces événements choquants.

Remords et soupçons mais aussi compassions et nouvelles amitiés tissent la trame de cette histoire.

 

Extrait


 

Un incendie ?

Le village entier semble aspiré vers la colline.

Sirènes d'ambulances et de pompiers, portières qui claquent, voitures démarrant sur les chapeaux de roues, cris, appels.

Je reste tétanisée dans ma chambre.

L'année dernière, je me suis risquée dans la tempête et je garde le souvenir épouvanté de mon corps charrié par les flots.

J'en ai fini de rechercher les impressions fortes.

Les turpitudes de la vie quotidienne et les petits bonheurs glanés suffisent désormais à nourrir ma curiosité de «l'entomologie humaine ».

Au bout d'un moment, je me risque sur le balcon.

Silence total dans le village, ciel rougeoyant sur la colline.

Impression de drame dans le temps suspendu.

 

Publié dans Présentation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Edmée De Xhavée 09/04/2021 09:27

On a en effet envie d'approfondir ce mystère.... qui ressemble à quelque chose de "vrai"

Marguerite Debois 09/04/2021 11:50

Merci ! Du "vrai" et de l'imaginaire...

Brigitte Hanappe 08/04/2021 17:23

Le résumé incite de suite ma curiosité: un drame familial dans une île grecque. Un cadre qui évoque dans mon esprit de magnifiques paysages: on pense du coup balades et détente et du coup, on s'interroge sur l'intrigue imaginée par l'auteur. L'extrait est court mais suscite déjà des images fortes.

Marguerite Debois 08/04/2021 17:55

Je suis ravie d'avoir aiguisé votre curiosité. Merci pour ce commentaire !

Séverine Baaziz 08/04/2021 12:01

Le résumé est d'une grande clarté, comme une transcription de faits réels. Et l'extrait témoigne, je trouve, de l'amour des mots, pesés, posés, dans un style un peu ciselé. Bravo, Marguerite ! Et bon vent à ce roman !

Marguerite Debois 08/04/2021 18:00

Merci pour ce commentaire ! Il est vrai que l'idée de départ du roman prend sa source dans un petit fait d'apparence anodin que nous avons vécu sur une île grecque. L'imagination et le goût d'écrire ont fait le reste...

Micheline Boland 08/04/2021 09:57

Jolie couverture. Résumé et extrait attrayants. Je souhaite un beau succès à Marguerite Debois.

C.-L.Desguin 08/04/2021 09:53

On se demande en effet ce qui est arrivé à Anathasia. Sous le soleil exactement. Lire un roman dont l'auteur a écrit auparavant de la poésie éveille souvent ma curiosité.

Marguerite Debois 08/04/2021 10:10

Merci ! J'espère ne pas décevoir votre curiosité...

Marguerite 08/04/2021 10:09

Un grand merci ! La couverture, il est vrai, est importante !

Philippe D 08/04/2021 07:52

Déjà la couverture m'attire et puis le résumé m'incite à lire ce livre. Un jour...quand ma PAL aura baissé un peu...

Marguerite Debois 08/04/2021 10:11

Mille mercis pour ce commentaire positif !