Clarène Meyers... Son interview !

Publié le par christine brunet /aloys

Lorsque je demande aux auteurs qui passent par ce blog depuis quand ils écrivent, généralement, la réponse est "depuis l'adolescence". Clarène a 15 ans et démontre qu'il n'y a finalement pas d'âge pour s'immiscer dans le monde de l'édition et imposer son univers, son imaginaire, son écriture. J'ai voulu savoir comment un auteur aussi jeune aborde l'écriture et les lecteurs.

_MG_0118.jpgDepuis quand écrivez-vous ? Un déclencheur ?

Je pense que j’écris depuis toujours... Depuis mes 6 ans, j’ai vraiment trouvé un moyen d’expression qui me correspond. Mes tiroirs sont d’ailleurs remplis de petites histoires et poèmes que je composais pour m’amuser lorsque j’étais à l’école primaire. Depuis lors, mes écrits ont évolué : je ne parle plus des  mêmes choses et mon style est certainement devenu plus imagé. Mais l’idée reste la même : j’écris pour le plaisir, pour exprimer ce qui est en moi et pour le faire découvrir à d’autres. Si l’écriture n’existait pas (si je vivais par exemple à la préhistoire), je pense qu’il me manquerait vraiment quelque chose.

Qu'écrivez-vous ? Quel genre littéraire ?

Le roman que je vais publier est un roman « Heroic Fantasy ». C’est un style que j’adore ! Dans ce type d’histoire, les personnages sont réalistes, en ce sens qu’ils éprouvent des sentiments très humains (il est donc facile de s’identifer à eux), mais ils évoluent dans un univers fantastique et extravagant. Un univers dans lequel on a vraiment envie de plonger pour découvrir une vie et une faune complètement différentes des nôtres. La plupart des romans que je lis durant mes temps libres sont des romans d’heroic fantasy et ont pour auteur Pierre Bottero, Brussolo, Erin Hunter, Suzanne Collins,… Mais je lis aussi d’autres livres, notamment grâce à l’école. Les auteurs contemporains sont ceux que je préfère. J’aime par exemple Amélie Nothomb, Eric-Emmanuel Schmidt et Philippe Claudel.

Définissez le mot "écriture"

L’écriture pour moi… c’est une manière de mettre des mots sur des sentiments, des émotions ou des rêves qu’on ne sait pas toujours exprimer oralement. Par écrit, on prend le temps de choisir les bons termes. On se relit. On se corrige. On prend le temps d’améliorer sa pensée. On prend aussi du plaisir à être lu par d’autres, à leur partager un univers et à faire vivre des personnages pour eux.

Vous vous présentez svp ?

Comme vous l’avez sûrement compris par mes réponses précédentes, je suis une jeune auteure : j’ai 15 ans et je suis en 4e secondaire en options math-sciences. J’aime lire, écrire, dessiner, composer des paroles de chanson pour mon frère et je joue aussi du piano depuis 6 ans. Je n’ai pas encore beaucoup de « vécu » derrière moi, mais j’aime écrire et je pense que le roman que j’ai écrit plaira aux ados de mon âge. Il peut même déjà convenir aux enfants à partir de 10 ans. Ma petite sœur l’a déjà lu et elle a apprécié.

Définissez votre style.

P5193577b.JPGVu le public auquel s’adresse « La vie en mauve », j’ai essayé de garder une écriture simple, narrative et descriptive, voire cinématographique. Je voulais vraiment que les lecteurs visualisent les villes, les lieux, les animaux que j’ai imaginés. Je voulais qu’ils aient envie de s’y trouver et de rencontrer les personnages, de vivre avec eux. Le côté « cinématographique » se retrouve dans cet aspect visuel, mais aussi dans la construction de mes chapitres que j’ai construits un peu comme les séries télévisées, avec un dernier événement à la fin qui amène chaque fois du suspense et donne l’envie de lire le chapitre suivant.

Parlez-moi de vos héros : comment les créez-vous ?

Les personnages principaux de « La vie en mauve » sont Samy et Lara, deux enfants de respectivement 13 et 8 ans. Même si je ne m’en suis pas tout de suite rendue compte, ils sont assez bien inspirés de mon frère et de ma sœur, au niveau physique mais également au niveau des pensées et du comportement. Ce n’était pas conscient de ma part, mais à la re-lecture, j’ai réalisé que c’était probablement un peu mon frère et ma sœur tels que je les imagine dans un monde idéal…  Le chaton de Samy et Lara est lui aussi inspiré de mon entourage vu qu’il ressemble très fort à Bamboo, mon chat !

Racontez-moi l'histoire de "la vie en mauve"

La vie en mauve raconte l’histoire de deux enfants, Samy, 13 ans, et Lara, 8 ans, qui se retrouvent dans un monde parallèle au nôtre. Ils y ont été appelés pour résoudre un conflit qui dure depuis plusieurs siècles. Ils partagent ainsi la vie d’un peuple, isolé et très évolué (car ils ont inventé une formule de jouvence et trouvent leur énergie dans le sommeil, sans jamais devoir manger ou boire), mais ce peuple des Fils de la Force et de l’Esprit est soumis aux attaques de la nature et des animaux. Samy et Lara vont les aider à lutter contre la nature hostile mais surtout à comprendre les raisons de sa haine. Je ne vais pas vous raconter le dénouement de l’histoire, mais, je peux juste vous dire que, comme souvent dans les conflits, rien n’est simple : il n’y a pas vraiment de méchants et de gentils, mais seulement des mauvais choix qui sont parfois posés et des habitudes auxquelles on s’accroche.

Comment et quand écrivez-vous ?

P6293138b.JPGIl y a deux bonnes années, durant les vacances d’été, j’ai commencé à écrire une histoire, comme j’aime souvent le faire. J’adore inventer de petits textes, simplement à mon bureau, sur un bout de papier. Mais la plupart du temps, ces petites histoires sont, soit fort courtes, soit sans suite. Cette fois, je ne sais pas exactement ce qui m’y a poussé (peut-être la pluie), mais j’ai vraiment pris goût à l’histoire et j’ai continué à avancer dans les chapitres. Et finalement, quand je me suis retrouvée avec une dizaine de chapitres, je les ai fait lire à ma mère, qui m’a encouragée à continuer. J’ai alors fait une halte pour bien réfléchir et savoir où je voulais aller, comment les personnages allaient évoluer et comment l’histoire se terminerait, car je me suis dit que, plutôt que d’écrire juste pour le plaisir, ce serait peut-être bien aussi de faire passer un message dans le livre… Une fois que tout a été clair dans ma tête, j’ai repris l’écriture de manière plus structurée. Cette fois, j’ai tout retapé sur l’ordi et, puis, j’ai continué à essayer de rédiger un chapitre par jour. Les idées principales étaient choisies et fixées, mais beaucoup de petits détails ont aussi afflué au fil du récit. Une fois l’histoire terminée, cela a été une grande joie de tout relire, mais également encore beaucoup de travail pour corriger les derniers points incohérents et les mauvaises tournures de phrase. Je crois que j’ai encore relu le roman au moins cinq fois ! A chaque fois, je trouvais des points à améliorer ou à corriger... Maintenant que le livre est complètement finalisé, c’est vraiment le résultat que j’avais envie d’obtenir.

Vous faites partie de la génération du numérique : que pensez-vous des tablettes/liseuses ?

Même si je consulte beaucoup de sites sur internet, je n’ai encore jamais lu de livres entiers sur une tablette. Je ne suis pas équipée pour… Et puis, par habitude, je préfère le contact avec le papier, surtout, en tant qu’auteur… C’est beaucoup plus agréable de voir son livre publié sur papier, de pouvoir le mettre dans sa bibliothèque et le tenir en mains.

Vous allez être lue... Facile ou compliqué, selon vous, d'affronter le regard des lecteurs ?

J’ai déjà fait lire mon livre à mon entourage familial et à mes amis. C’est vrai que j’ai ressenti une certaine crainte en leur passant le livre, car, même si moi, j’adore l’histoire de Samy et Lara, ce n’est pas pour ça que les autres vont apprécier. Heureusement, ils ont tous aimé le livre. Son point fort, je pense, est que l’écriture est facile et agréable à lire : les chapitres sont courts et finissent chaque fois sur une touche de suspense… Ce sont des éléments qui donnent envie de savoir la suite. Je sais que je ne peux pas plaire à tout le monde, mais j’espère vraiment sastifaire un maximum de lecteurs, principalement ceux qui sont sensibles au style « Heroic Fantasy ». Et puis surtout, il faut prendre le livre comme il est, sans prétention : c’est un livre écrit par une jeune auteure et pour les jeunes lecteurs.  

 

 

Pourquoi la vie en Mauve ? N'avez-vous pas peur que les lecteurs pensent plutôt à un roman sentimental ?

Pourquoi le titre « La vie en mauve » ? D’abord parce que ça sonnait bien !. Ensuite et surtout, parce que le mauve a une signification particulière dans le roman. Il y est présent dès le début et deviendra en quelque sorte un symbole de connaissance et d’éternité… La couverture du livre est d’ailleurs principalement dans les tons de mauve. Je n’ai donc pas trop peur que les lecteurs s’attendent à un livre sentimental, car l’illustration est assez explicite pour qu’on se rende compte du type de livre dont il s’agit : deux enfants, dans un monde fantsatique, où le mauve a une place prédominante. C’est le côté aventure qui ressortira donc principalement de la couverture…

 

Clarène se positionne dans un univers qu'elle connaît parfaitement, dans un lectorat qui lui ressemble (quoique le thème m'interpelle et me donne envie...). Une couverture qui interpelle, une démarche complètement assumée malgré le jeune âge de l'auteur ! Bravo et beaucoup de succès !

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Publié dans interview

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Edmée De Xhavée 09/09/2013 11:36


Et elle sait simplement ce qu'elle veut, sans chichis! Très sympa...

silvana 09/09/2013 09:31


Oui bravo Clarène, et bienvenue dans la grande famille cédélienne. Au plaisir de se rencontrer lors d'un prochain salon du livre

Claude Colson 09/09/2013 07:35


en résumé lapidaire : une jeune qui sait ce qu'elle veut, où elle va et qui met les moyens pour y parvenir, bravo !

Carine-Laure Desguin 09/09/2013 04:21


Un genre que je ne connais vraiment pas. Clarène, 16 ans, déjà un caractère très mature. Continue et bon vent chère Clarène!