Alternance, un poème de Claude Colson

Publié le par christine brunet /aloys

claude colson-copie-2

 

Alternance


Après les trajets réguliers,
Six mois après - plus léger ? -
Reprendre le même train ;
C'est cette fois un train de juin.

Le roulis, la solitude en promiscuité
D'avec ces inconnus suscite les pensées.
Méditation presque sans objet,
Envie surtout de griffer le papier.
Le vert profond des frondaisons
Fonce sur toi en profusion.
Il t'engloutit, presque t'oppresse
Tant il est dru : Cerbère sans laisse.

Le vert aussi de ton vêtement,
Plus vif, plus gai : soulagement.
Mais le convoi entre en tunnel
Et à nouveau l'angoisse ronge-sel.

Enfin lumière, car l'onde il longe
Et l'oeil s'ébat, myriades d'éclats,
S'abreuve aux beautés du songe ;
De "més-humeur" elles sonnent le glas.

Sur le fleuve s'ouvre enfin la perspective
Au voyageur qu'ainsi, toute, elle délivre.
Regard au ciel, bleu absolu,
La joie, l'espoir sont revenus.

 

Claude Colson

claude-colson.monsite-orange.fr

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alain Delestienne 15/07/2011 19:33



J'aime beaucoup. Je sens le rythme, mais je ne sais pas si ce sont uniquement les sons ou également le nombre de pieds par vers qui y participent. Très beau de toute façon.



Andry 13/07/2011 12:51



Une vision solaire après la tempête.


Très beau poème


Andry



Marie-Ange Gonzales 12/07/2011 11:03



Je connais ces sensations quand la sortie du tunnel nous plonge dans la lumière ! Liberté, jour qui se lève, innondé de lumière la vie est tellement plus belle.


J'ai beaucoup aimé, merci Claude


Lunessences



carine-LAure Desguin 12/07/2011 08:00



A chaque fois que je prends le train, je repense aux poèmes de claude; C'est fou hein ça ! une poésie bien rythmée, on se laisse bercer !



christine 12/07/2011 07:45



Toujours beaucoup de rythme dans les poèmes de Claude... Et puis cette sensation particulière lors du passage d'un tunnel... déjà ressentie, bien rendue. Bravo !!!!