Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Texte 5- concours sur le thème du cauchemar pour la revue "les petits papiers de Chloé"

19 Novembre 2014 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #concours

Texte 5- concours sur le thème du cauchemar pour la revue "les petits papiers de Chloé"

UNE HISTOIRE AFRICAINE

Ce rêve agréable, je le faisais souvent : voler très haut, libre comme l’air. L’air pur. Si pur. Pur comme le rire de maman, quand elle riait encore. Mais je suis triste, aujourd’hui, très triste, car le souvenir de son rire s’efface peu à peu. Devient moins clair. « Ne pleure pas », qu’elle murmurait toujours, quand j’avais du chagrin. Alors, non, je ne vais pas pleurer.

Voler haut. Mille fois plus haut que le butor étoilé… Planer ! Je l’aimais, ce rêve. Pourquoi les beaux rêves se transforment-ils toujours en cauchemars ?

Je vole, mais la sensation de bien-être et de liberté est devenue un sentiment oppressant. Tout va vite, beaucoup trop vite… Je suis balayée, je tournoie. De plus en plus vite. Si bien que je ne distingue plus rien. Je ne vois que des couleurs qui se mélangent et la pluie, parfois, fouette mes yeux. Je ressens un poids, là, sur ma poitrine. Je manque d’air. J’ai peur de mourir. Mes poumons sont comme obstrués, tout gonflés. Ma trachée est douloureuse.

Pourquoi personne ne m’aide ? Je me sens si faible, si seule. Les vents me projettent en tous sens, comme si je n’étais qu’une feuille d’arbre misérable.

Il est vrai que je suis plutôt maigre. Je ne mange pas beaucoup…

Je tournoie, je suis effrayée. Par pitié, mais faites que ça s’arrête !

Ça s’arrête toujours… Toujours quand mes paupières s’ouvrent au lever du Soleil. C’est là que le cauchemar commence. Le véritable cauchemar.

Je suis une esclave.

Monsieur et madame disent que je suis leur domestique. C’est faux. Je suis une esclave. Monsieur leur fils m’appelle Cheeta. Je ne sais pas pourquoi, mais ça le fait rire aux larmes et il exige parfois que je pousse des cris.

Maman et papa étaient pauvres. Bien trop pauvres pour tous nous garder. Papa sculptait, maman tissait, mais cela ne suffisait pas pour nourrir quatre enfants. Alors, papa m’a vendue à ces gens de Cotonou. Et quand le train a démarré, j’ai vu maman arriver en courant dans son boubou bariolé. Elle hurlait, pleurait. Et puis, elle s’est mise à taper sur papa. J’ai été heureuse quand j’ai réalisé qu’elle ignorait ce que papa avait fait, serrant contre moi ma petite girafe en bois d’ébène. Mais il était trop tard. Et le train s’éloigna de Parakou. Je n’ai plus pleuré, après ça. J’avais promis. J’ai tout fait pour me souvenir du rire de maman et de rien d’autre. C’était ma force.

Je vis au sein d’une famille riche, dans une grande maison pleine d’objets qui me sont étrangers et dont j’ignore l’utilité. Je dois juste nettoyer et nettoyer encore, toute la journée. Mes mains et mes genoux sont usés, pauvre de moi.

Les vallons me manquent, et le marché, et les poules. J’ai gardé cette odeur de karité dans mes narines. Je me souviens des fortes pluies, également, et de la terrible sécheresse. C’est un peu pareil, à Cotonou… À Cotonou, cela dit, il y a aussi des plages. Je ne les verrai jamais, vraisemblablement.

Si je ne fais pas bien mon travail, monsieur me tape. « Sale négresse », qu’il m’appelle. Il tape aussi les garçons. Eux, il les appelle « Bamboula ».

Demain, il paraît que des hommes fortunés vont venir me voir. J’ai entendu monsieur dire au téléphone que j’étais « jolie ». Qu’est-ce que ça peut leur faire ?

Je m’appelle Fatimatou. J’ai neuf ans et demi.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Didier 21/11/2014 21:16

Une bien belle histoire, même si elle est désespérante. Ou bien peut-être parce qu'elle est désespérante ?

Pâques 19/11/2014 20:52

Un cauchemar qui s'ancre dans la réalité !

Philippe D 19/11/2014 19:36

Cette fois, le cauchemar commence au réveil. Ce texte me plait.

De Bodt Nicole 19/11/2014 18:37

Je suis toute retournée par cette nouvelle. Il y a le cauchemar qui heurte mais aussi la prise de conscience d'une réalité bien d'actualité. Un très beau texte avec de l'émotion, de beaux mots, de belles phrases. Bravo

Jean-Louis Gillessen 19/11/2014 17:15

Dure réalité plutôt que cauchemar dans ce texte tellement bien déposé sous la forme, le rythme, le fond. Cauchemar de la réalité encore trop présent sur notre planète. Fatimatou aura peut-être une chance, une ouverture, une main tendue, un espoir vers une dignité à laquelle chaque être humain a droit dans ses intégrités physique et mentale. Cela est écrit dans Les Droits de l'Homme. Bafoués trop souvent, partout, ici tout près comme là-bas tout loin. Bravo pour ce texte qui porte la révolte, aussi l'espoir.

M-Noëlle FARGIER 19/11/2014 17:05

Quelle force dans l'opposition du texte, coupé en deux, entre le rêve et cette réalité cauchemardesque !

Rolande Quivron 19/11/2014 16:09

Superbe.

Pauvre petite fille à qui l'on voudrait supprimer de tels cauchemars. D'autant plus qu'ils deviennent lourde réalité . Trop jolie aussi. Fatimatou, un souhait : que tu rencontres un bon maître car j'ose encore espérer qu'il y en a ..... malgré tout.

Très bien écrit .... on s'y croirait. Bravo

Christian Eychloma 19/11/2014 10:36

Bouleversant... Un cauchemar éveillé, en somme ?

Christine Brunet 19/11/2014 10:31

Certains cauchemars sont terribles parce qu'ils sont la Vie. Ce texte m'a fait frissonner : il est terrible, servi par des mots et un style implacables. Bravo.

J. P. VOLPI 19/11/2014 10:15

Un cauchemar qui semble inspiré de la réalité...

Edmée De Xhavée 19/11/2014 08:19

C'est un cauchemar sans réveil, sans happy ending "ce n'était qu'un rêve"... un cauchemar comme hélàs on en fait tout éveillé!

Carine-Laure Desguin 19/11/2014 08:00

Ces cauchemars nous font voyager. Nous voici en Afrique. Et dans les pensées de Fatimatou.