Brune Sapin nous propose un poème

Publié le par christine brunet /aloys

Brune Sapin nous propose un poème

Et quand bien même ne resterait que la tempête
Quand bien même devant un autel aux cierges en candélabres
Quand bien même un nouveau renouveau
On peut toujours
Toujours plus fort
Le temps du printemps
Chaque jour passant
Comme se soufflent les pissenlits
Les fleurs chantent et les oiseaux ne sont pas craintifs
Que revienne plus paisiblement
La symphonie des doux instants
Célébrée par la pureté d'un sourire d'enfant.

BRUNE SAPIN

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Moi qui n'y connais rien à la poésie, je préfère de bien loin les phrases qui fleurent le sourire de l'auteure à celles qui font grise mine. Au moins, ça a le mérite de détonner :-)
Répondre
B
Si cela détonne, cela peut-il "détonnerrer"?
La critique cinglante est désagréable mais
il est cependant vrai que la photo mériterait
d'être renouvelée.
En tous les cas oui! Gardons le sourire!
M
Belle écriture ! De la poésie libre, c'est rafraîchissant.
Quand bien même tout le monde n'a pas l'oreille musicale.....
Répondre
B
Oui.
Peut-être est-ce parce que ce n'est pas la saison?
Cela sent les cimetières fleuris et les personnes
chères perdues?
A vrai dire peu importe.
La critique reste ouverte.
Cependant mettre un nom serait plus correcte.
A
Ridicule, faussement naïf et sans écriture
Répondre
B
Ce n'est pas très courageux de critiquer en anonyme.
Mais soit cela ne vous plaît pas, cependant cela vous
appartient et reste entièrement subjectif.
"On n'peut pas plaire à tout l'monde!"
Bonne soirée.