La Mariée venue du pays des neiges, un poème de Françoise Castera

Publié le par aloys.over-blog.com

 

 

amis.JPG

 

 

LA MARIEE VENUE DU PAYS DES NEIGES


 

Elle est venue de loin traquée par la famine

C’était un pays mort où tout tombait en ruine

A part quelques nantis le peuple était perdu

Ignoré exploité et tout espoir déchu

Elle espérait trouver amour et protection

Et donner en échange sa vie et ses passions

 

Que vive la mariée !

 

Miroitait dans ton rêve un homme beau et fier

Cet homme imaginé était imaginaire

Là-bas sur le tarmac il t’a paru tout autre

La langue que tu parles est bien loin de la nôtre

Et puis tu avais peur – tu es jeune et jolie

Il t’a suffi alors de prononcer un « oui »

 

Que vive la mariée !

 

Tu étais condamnée vivant dans le silence

Liée à tout jamais par ton obéissance

A subir ton mari, vivre ses exigences

Sans que rien ne t’apporte la moindre jouissance

Que de regrets en toi et combien d’inquiétude

Ta liberté ici n’étant que servitude

 

Que vive la mariée !

 

Tu n’avais pas prévu cet homme imprévisible

Tyrannique et lubrique dérisoire et risible

As-tu imaginé ces étreintes baveuses

Cet homme maladroit à la barbe râpeuse

La femme a deux fonctions : elle est bête de somme

Et sert à assouvir les pulsions de son homme

 

Que vive la mariée !

 

La mariée est malade et c’est la nostalgie

Qui peu à peu l’emporte lui rabotant la vie

L’homme n’est pas content il l’a payée trop cher

Qu’elle retourne à sa terre qu’elle retourne à la terre

Elle n’aura pas le temps de retrouver les siens

Elle n’aura pas le temps son pays est trop loin

 

Que meure la mariée !

 

 

Françoise Castera

 

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

carine-LAure Desguin 08/04/2011 19:14



Oh que c'est terrible tout ça ...C'est vrai, ces filles qui dans leur pays font des rêves bleus et puis qui arrivées ici de quelques mois se désilusionnent ...



Edmée 08/04/2011 14:53



C'est hélàs une triste réalité quotidienne pour bien des femmes sur catalogue... et même, sans que le mari ne soit un soudard cruel, il peut tout simplement être un de ces fantômes d'hommes que
le monde effraye, et qui enfermera sa femme dans les murs avec lui ...



Claude Colson 08/04/2011 09:33



Réalité sordide fort bien évoquée ; reste-t-il le rêve, au moins ?



ELISA ROMAIN 08/04/2011 09:32



Esthétique, politique , rigoureux sans être lourd : ce poème est tout simplement superbe !



christine 08/04/2011 07:11



Si triste... Un poème qui fait froid dans le dos qui qui, pour certaines, n'est que le reflet de ce qu'elles trouvent dans un pays qu'elles auraient cru plus clément. Bravo, Françoise !



Philippe D 08/04/2011 05:22



Un poème qui finit bien mal pour commencer la journée. Fiction ou triste réalité?


Bonne journée à tous.