Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Patrick Benoit se présente...

26 Janvier 2011 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Textes

tete-patrick-benoit.JPGIdentité

 

Patrick (= prénom) et Benoit (= nom avec un point sur le « i » et non un accent)

 

De moi-même

 

Tantôt publicitaire comme consultant en marketing et communication, tantôt enseignant comme passeur de modestes connaissances et expériences, j’écris sous mon nom réel, car je considère qu’un auteur n'est pas une star qui a besoin de gardes du corps. Il a juste besoin de garde-fous pour ne pas se faire intoxiquer par les lettres.

 

En effet, écrire est une faiblesse : je n'ai pas eu le courage ni la force d'y résister. J'écris aussi parce que je ne sais ni peindre, ni dessiner, ni sculpter, ni jouer d'un instrument de musique. Cela reste une souffrance salvatrice. J'avance des mots l'un derrière l'autre pour construire un sens sans en chercher.

 

De mon livre

 

J'ai écrit ce premier texte entre avril 1987 et décembre 1989, à la sortie de mes études en philologie romane. Je n'ai pas pu résister aux mots. Ils m'ont aliéné avec jouissance, fait souffrir dans la félicité. En fin d'écriture, ce fut un véritable orgasme.

 

Titre : Je, tu, il. Genre hermaphrodite où les mots s'enchaînent et se multiplient pour écrire une histoire de lettres. Ni masculin, ni féminin, juste une illusion d'avoir écrit quelque chose pour donner l'illusion au lecteur d'avoir lu quelque part.

 

De mon écriture

 

L’autocritique est un genre trop dangereux pour moi. Pour en parler, je préfère donc laisser la parole à deux personnes à qui j’avais osé demander une lecture en fin d’écriture, soit en 1990. Pour info, la critique d’André Schmitz se retrouvera très probablement sur la quatrième de couverture.

 

« Je vous ai lu avec intérêt. Et je me suis laissé prendre au jeu de votre récit. Je me suis mis « dedans » (non piégé, mais consentant). Votre écriture n’a pas besoin d’appréciations ; elle contient sa propre « vision » et sa propre « folie » qui justifie bien des choses. Laissez-la vivre son aventure. Laissez votre « fiction » créer ses propres fictions, se prolonger en fiction pour le lecteur, lequel devient peut-être votre personnage, ou celui qui se présente pour mettre en page (et être mis en page). Car elle est tellement libre , votre écriture, et libératrice. Cette quête du livre à écrire qui s’écrit, cette dérive-en-ville (ville de pierres, ville de mots) possède ironie, sens de la dérision, rendu par un style alerte, léger, souple. Illusionniste, l’écrivain ? Peut-être ! Illusion, l’écriture ? Pourquoi pas ! En tous cas, on se surprend à applaudir, en sachant que cette dérive ludique en prend à son aise ! Je, tu, il : avec eux, j’ai passé un bon moment, vraiment. »

André Schmitz, poète

 

« Façade après façade, je me suis amusé, dans cette préhistoire d’un roman à paraître, à poursuivre la révélation d’une écriture photogénétique. »

Alain Wathy, journaliste

 

 

PATRICK BENOIT

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Patrick Benoit 07/05/2012 18:03


Merci à toutes et à tous !


Après beaucoup de patience, j'ai l'immense excitation de vous annoncer le référencement, et donc la disponibilité, de mon 1er roman : Je, tu, il. aux Editions Chloé des Lys.


Bonne lecture, et rendez-vous bientôt sur www.jetuil.be

carine-LAure Desguin 28/01/2011 13:44



Une personnalité riche; à découvrir ...



Edmée 26/01/2011 12:21



Bonjour Patrick, une présentation sobre de la part de l'auteur, heureusement que d'autres sont plus parlants... .
Oui, c'est intrigant, je dois dire ...



Saint-Songe 26/01/2011 09:35



Cher Patrick Benoit, est-ce qu' en votre livre , le Je Tue Il (le peintre, sculpteur, dessinateur, musicien que vous ne fûtes, "symboliquement tué" par l' écrivain (qui en est "faible" d'après
votre formule qui n'est mienne "l'écriture est une faiblesse", ou sont -ils tous ces "Je" - que vous vouliez être - qui tue le "il" de l'écrivain, justement ?)



Lunessences 26/01/2011 07:49



Tout un programme ! Bonjour Patrick Benoit, et si je n'ai pas trop peur de lire, je suivrai la piste de tes mots


Bonne journée et belles années à l'écriture


Lunessences


 


 



christine 26/01/2011 05:59



Deux magnifiques critiques qui en disent long sur l'écriture de Patrick et nous invitent à la lecture.


Bienvenue, Patrick !