"Paris-banlieue", un poème de Claude Colson

Publié le par christine brunet /aloys

 

claude colson-copie-2

 

 

 

PARIS-BANLIEUE

Le train : mon île.
Les tags défilent ;
Ils sont partout,
Dessus les ponts
Ou aux frontons,
Sur les wagons tantôt croisés,
Aux murs aussi à l'abandon.

Ils interpellent, géométriques,
Partout gravés, font leur effet ;
Parfois certains nous font la nique.

Les tags, des jeunes l'Expression,
Besoin perdu-reconnaissance,
Cri âpre d'un monde sans abondance,
Quelquefois haussés jusqu'à l'art pur,
Ils sautent alors à la figure.

Voudrait-on même les ignorer,
Qu'ils envahiraient toutes pensées,
Les tags.

 

 

Claude Colson

claude-colson.monsite-orange.fr

 

Saisins d'une passion. Claude Colson

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claude Colson 12/01/2012 07:53


Merci à vous tous !

Alain Delestienne 11/01/2012 16:35


Ca me fait plaisir de retrouver l'écriture de Claude Colson et, en outre, je partage sa vision sur les tags.

Pâques 11/01/2012 14:19


Une belle réflexion poétique sur les tags !

Micheline Boland 11/01/2012 09:58


Un très beau poème que l'on ne peut sûrement pas ignorer et qui envahit, lui aussi, les pensées.

Edmée De Xhavée 11/01/2012 09:17


Je ne sais plus prendre le train sans penser à Claude! Voici qu'en plus il m'ajoute les tags... ciel je ne vais plus avoir le temps de penser à quelqu'un d'autre .


 


Merci Claude!

Ghislaine Renard 11/01/2012 08:25


Je ne le savais pas poète, je n'ai jamais rien lu de lui.  C'était pour moi une découverte littéraire.

carine-LAure Desguin 11/01/2012 08:14


Les tags, ils colorent les villes, ils sont comme une espèce de carte d'identité ...Un texte vrai.

christine 11/01/2012 08:10


Claude est un poète !!! Ses livres en sont la preuve flagrante.

Ghislaine Renard 11/01/2012 07:55


J'ignorais que tu t'adonnais à la poésie, Claude !  Je ne suis pas fan des tags, mais j'aime bien ton poème.