Oiseau de l'avenir, une poésie de Jean Vanhoutte

Publié le par aloys.over-blog.com

 

http://www.bandbsa.be/contes2/janhoutete.jpg

 

 

 

 

OISEAU DE L’AVENIR :

 

 

Si tu devais partir, oiseau libre, Colombe !

Avant que je ne prenne mon envol final,

Emmène-moi dans ton sillage en l’outre-tombe,

Ne me laisse pas seul sur mon chemin banal !

 

Moi je suis simplement, je ne suis qu’un poète ;

Je ne suis pas marin sauf par l’esprit amer.

Moi j’écoute, j’entends le cri de la chouette,

Je ne jetterais pas de bouteille à la mer.

 

J’offre mon cœur en vers, vois le pour toi se battre ;

Moi je t’offre mon cœur sur un plateau d’amour.

Dans l’occupation du tricot devant l’âtre,

Moi je t’offre mon cœur à genoux pour la Cour.

 

Laisse pleurer mon cœur, se vider de son encre

Pour écrire en ton feu, du sang de ma douleur.

Laisse battre mon cœur, sur le fond comme l’ancre

Pour ne pas dériver sur le cours de mon pleur.

 

Je n’aurais plus de mots, n’aurais plus l’énergie

De te quitter encore, une nouvelle fois.

J’aurais perdu l’écorce et son apologie

Car mon cœur est de chair, non il n’est pas de bois.

 

 

Jean Vanhoutte

11/01/2011

 

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jardy denise 09/02/2015 18:02

je souhaiterai entrer en contact avec jean Vahoutte
merci

carine-LAure Desguin 05/04/2011 19:12



Beaucoup de poètes, chez CDL; c'est bien, donnons-leur la parole !



Lascavia 04/04/2011 22:54



Je ne suis pas poète (sse), mais j'ai l'âme sensible et des mots plus que d'autres me touchent. Ceux qui portent sur leur crêtes, de l'amour, je les entends chanter, pleurer et vibrer...


Merci à l'auteur pour ces lignes de coeur.


 



christine 04/04/2011 07:22



Ressenti de poète, ressenti d'âme...