MÉTAMORPHOSE DE CLOCHE (Conte de Pâques) de Micheline Boland

Publié le par aloys.over-blog.com

 

boland photo

 

MÉTAMORPHOSE DE CLOCHE (Conte de Pâques)

 

Madeleine est une vieille cloche, lasse de la monotonie de sa vie, fatiguée d'avoir tant et tant sonné. Ce Jeudi saint à l'aube, elle s'apprête pourtant pour son grand voyage annuel. Elle se dit et se redit qu'elle va accomplir un travail merveilleux, que, de son voyage, dépend la joie de nombreux enfants. Cette sorte d'encouragement qu'elle se donne, elle en a bien besoin.

 

Madeleine frissonne. Elle regarde les belles prairies au loin. Elle les survolera en compagnie de Marie et de Julie. Il lui semble que déjà les forces et le souffle lui font défaut. Elle se sent si faible face à l'ampleur de la tâche.

 

Et puis, les habitudes étant ce qu'elles sont, Madeleine suit Marie et Julie. Elle compte sur le vent pour l'épauler, elle compte aussi sur la compagnie des deux autres pour aller de l'avant.

 

Chaque kilomètre parcouru est une victoire sur elle-même ! Madeleine souffre de plus en plus. Quel dur labeur ! Quel pauvre destin ! 

 

Aller à Rome a été pénible. En revenir l'est plus encore. Madeleine est chargée de sujets en chocolat, elle pèse lourd, elle avance à grand-peine. Et puis en survolant les Alpes, exténuée, elle abandonne. Elle se laisse choir dans un pré près d'une ferme. Elle s'y assoupit. Le sommeil ne la quittera pas de sitôt…

 

Le lendemain, des paysans la découvrent. Madeleine est en mauvais état. Ses flancs sont fêlés. Les chocolats sont épars tout autour d'elle.

 

"On va la faire fondre. Avec son bronze, on fera de petites clarines pour nos vaches !"

 

Ce qui est dit par le fermier, est réalisé dans les mois qui suivent…

 

Au printemps suivant, dans les alpages certaines vaches portent au cou un peu de l'âme de Madeleine. Quand leurs cloches tintent, la sonorité rappelle celle que faisait Madeleine dans un clocher d'un petit village du nord.

 

Madeleine n'est plus que ce qu'elle était. Pourtant, elle continue à vivre dans ces tintements particuliers qui meublent le silence de la montagne.

 

 

 

Micheline Boland

homeusers.brutele.be/bolandecrits


Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 17/06/2011 17:52



Et l'histoire ne dit pas ce qu'il advint du chocolat...



Louis 17/06/2011 08:04



Rencontrer Christine en vrai le jour où elle publie ce conte est une belle coïncidence !!!


Micheline est à mes côtés et remercie toutes celles et tous ceux qui ont envoyé les commentaires...


Ceci dit Aloys est très lent à charger depuis plus de dix jours !


 



carine-LAure Desguin 16/06/2011 20:38



Une histoire toute fra^che, comme Micheline aime nous offrir !


Difficile de charger Aloys ? Je saurais pas le dire, mon pc est lent avec n'importe quoi, alors ...



Pâques 16/06/2011 20:11



C'est bien vu, on peut toujours recycler les cloches de Pâques, j'aime cette fin porteuse d'espérances :-)



lunessences 16/06/2011 17:19



Bonjour Micheline, un vrai beau conte de Pâques !! Quelle imagination, un seul regret c'est qu'il ne soit pas plus long !


Mais je le poste sur facebook et sur twitter, car j'aime vraiment beaucoup !


Bravo


Lunessences



magerotte 16/06/2011 09:35



Ding Dong ! C'est mignon tout plein ! Bravo Micheline !



christine 16/06/2011 09:20



Question à vous tous... Avez-vous du mal à charger aloys ??????? 



christine 16/06/2011 04:25



Un conte magique comme je les aime qui me rappelle l'enfance. Bravo, Micheline !