L'histoire d'un rendez-flou... une nouvelle de Bob Boutique !

Publié le par christine brunet /aloys

 

bobclin

 

L’histoire d’un rendez-flou

 

 

C’est l’histoire d’un mec qui s’envoie une lettre  à lui-même, vu qu’il n’en reçoit jamais. Faut dire, quand on a vu le gars… y’a pas de quoi arracher son soutien-gorge.

 

Soit. Il s’envoie une lettre.

 

Jusqu’ici rien de bien saignant ! Il s’enverrait en l’air…  Là oui. On peut discuter. Mais une missive ? Pourquoi pas un mail test tant qu’on y est.

 

Mais cette fois, c’est quand même spécial. Car le con en plus de s’écrire une page de mamours, se donne rendez-vous ! Ca aussi, ça ne lui est jamais arrivé !

 

18h00 dans un pub, style Danish Tavern,  avec des boiseries cirées, des bancs matelassés , des bouteilles d’alcool rangées cul en l’air derrière le bar et ‘Strangers in the night’ en bruit de fond.

 

Je résume. Le pli arrive le lendemain.  Il fait l’ étonné, se prépare pendant une heure dans la salle de bain ( psshit sous les aisselles, gomina dans les cheveux, slip propre… la totale, quoi ) et fonce  vers son appointment ( en flamand : een afspraak  ) où il débarque une demie-heure avant l’heure, comme un novice de chez novice.

 

Et là, étonnement. Il s’aperçoit en prenant place dans son box qu’il est là aussi, dans le miroir d’en face. C’est fou ça !

 

Bref, ils se présentent, un peu gênés ( normal pour une première fois ) puis commencent à tourner autour du pot… quel film aimez-vous ? Ah oui, moi aussi… vous connaissez machin chose ? J’aime bien ce qu’il fait.  Et patati et patata.. .

 

Strangers in the night exchanging glances….

 

Le garçon apparaît alors avec sa veste d’amiral et ses éclairs au chocolat sur les épaules pour prendre la commande…

 

deux cafés  répond celui qui est en face…

 

Enfin, je veux dire : ils sont tous les deux en face, mais y’en a un côté miroir qui est gaucher et l’autre en face qui est droitier. C’est d’ailleurs comme ça qu’on les reconnaît.

 

-    Deux cafés, vous êtes bien certain insiste le larbin d’un air pincé ? Ca va

refroidir…

 

Ben oui, deux cafés, quelle question répond l’autre en face, donc le gaucher.

 

Va pour deux café conclut le pingouin en levant les yeux au ciel.

 

Et le plus curieux, c’est qu’il revient aussi vite et dépose quatre plateaux devant les deux rendevouteurs tout en ne réclamant que le prix de deux !

 

Bon, c’est pas le plus important de l’histoire, mais c’est quand même à ce genre de détail qu’on se rend compte qu’il  y a des gens  qui feraient mieux de se faire soigner.

 

Et nos deux consonna… conmonsa… consotan… enfin, les deux qui consomment, de reprendre le fil de leur conversation. C’est une image bien sûr… y’ pas un fil de téléphone qui les relie. Ce serait idiot puisqu’ils sont distants d’à peine 50 cm… plus exactement,  la moitié si on décompte la partie dans le miroir…

 

Vous avez une adresse mail ? Vous êtes sur facebook etc…

 

What were the chances we’d be sharing looooooooove….

 

Bref, ça se passe plutôt bien, mais on sent petit à petit comme une certaine gêne… des doigts qui tambourinent, des yeux qui fuient… et c’est pas un des deux qui hésite. Non, non, tous les deux…

 

Jusqu’au moment ou le gars de gauche s’arrête soudain, provoquant l’arrêt étonné de l’autre et lui dit,  les yeux dans les yeux….

 

- Je ne sais pas comment vous le dire, mais je crois qu’on va en rester là ! On a

   beaucoup de choses en commun, c’est certain, mais voilà… je suis hétéro !

 

-  Ca tombe bien dit le droitier, moi aussi

 

Et c’est ainsi que finit un grand non-amour, quelques secondes avant de commencer.

 

Quelqu’un a-t-il vu mes cachets ?

 


 

Bob Boutique

www.bandbsa.be/contes.htm

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pâques 06/07/2011 14:58



Le garçon qui dépose 4 plateaux colle bien à ce rendez-vous burlesque


Il s'en passe des choses dans cette boutique !!!



Alain Delestienne 27/06/2011 17:07



J'adore cet humour ! J'en ai ri tout seul. Enfin non, nous avons ri à deux parce qu'il y a un miroir en face de moi. Notre humeur en a été favorablement modifiée.


signé : un solitaire dédoublé grâce à Mer Boutique



Claude Danze 27/06/2011 11:22



Germaiaiaine!? T'as pas vu Bob ses cachets?


Je me suis surpris à rire tout haut tout seul (va falloir que je pense sérieusement à acheter un miroir, moi... C'est quoi ton fournisseur?).



christine 26/06/2011 18:21



c'est amusant, rondement mené, bien croqué... Tiens, Bob, toi aussi tu prends des cachets ?!



Bob 26/06/2011 08:07



La folie ne voit qu'à l'intérieur de sa tête, hélas...



pierre Challenge 25/06/2011 23:41



Trop occupé, tu étais bien trop occupé à te faire des mignardises dans le miroir désargenté et tu ne m'a pas vue, moi qui dès tu es arrivé, n'ai plus vu que toi. J'ai tout fait, vraiment
tout pour que tu me remarques, j'ai appelé à plusieurs reprises haut et fort le barman, j'ai renversé mon café et bousculé la tasse qui s'est brisée au sol jusque dans tes pieds, je
suis allée me repoudrer le nez et faire pipi deux fois en frolant au passage ta nuque du bout de mon corsage. Pourtant je t'avais vu au matin dans les cartes, l'aspect viril et  nounours à
la fois, tout ce qui me fait fondre. Je me suis faite belle, dumoins je le croyais, j'ai couru, j'ai cassé mon talon, je t'ai souri façon Marilyne, j'ai croisé et décroisé mes jambes dévoilant un
peu plus de mes charmes mais rien n'y a fait. Transparente, je te fus transparente et tu es reparti sans même me regarder. Saloperies de cartes.



marie-claire 25/06/2011 17:41



Faut être Bob pour imaginer des histoires aussi délirantes ! Mais sous le non-sens, trouvez la faille, le désespoir des inadaptés, des rejetés, des exclus... Une nouvelle qui couvre avec pudeur
un drame de notre société. Bien pensé, Bob !



Adam Gray 25/06/2011 12:41



Bob, t'es trop fort ! Fallait y penser ! Très original !



Edmée De Xhavée 25/06/2011 11:37



Oh Booooob!!!! J'adore, j'adore absolument!



Bob 25/06/2011 10:26



je suis bien triste, je n'accède pas à vos commentaires qui doivent être piqués des vers ! Overblog fait des siennes ?



Nadine Groenecke 25/06/2011 09:08



Extra ! Et toujours cet humour décapant qui caractérise les écrits de Bob. On est triste pour le pauvre gars de l'histoire tout de même !



Anne Renault 25/06/2011 08:58



Laisse tomber tes cachets, Bob, ça serait dommage que tu ne puisses plus continuer à déjanter...Au prochain rendez-...?



Claude Colson 25/06/2011 08:29



"’il  y a des gens  qui feraient mieux de se
faire soigner. "


Quelle lucidité, mon Bobichou !



Marie-Ange Gonzales 25/06/2011 06:56



Au-delà de la légèreté employée, le sujet de la détresse humaine dû à la solitude est ici très bien traité. Le style se veut humoristique tout en s'essayant à l'humour noir. J'ai bien aimé,
justement pour cela.


Bel essai Bob


Bon week-end et surtout qu'il t'apporte beaucoup d'inspiration


Bise



Philippe D 25/06/2011 06:51



Finalement, il y a plusieurs auteurs qui ont besoin de douches!


Je me suis demandé dès le début si le gars, en plus d'être con, était homo. Pas de chance pour lui, il n'a pas pu rencontrer l'âme soeur. Je me demande d'ailleurs comment il l'aurait raccompagné
chez lui ...


Bon weekend.



carine-LAure Desguin 25/06/2011 05:31



Je sens que je vais encore observer les gens du coin de l'oeil aujourd'hui ....Après lecture d'un texte de bob boutique, le monde n'est plus comme avant !