Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

L'auteur ? Philippe WOLFENBERG, l'auteur de "Les états d’âme de la lune et du soleil"

22 Mai 2013 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #auteur mystère

 

http://www.bandbsa.be/contes3/etatsame.jpg

 

Le manoir sur la falaise

 

 

 

 

 

C’est une inoubliable journée d’automne qui s’achève ; l’une de celles qui restent à jamais inscrites dans la mémoire et dont on aime se souvenir quand le cœur n’est plus habité que par une indicible tristesse.

 

Au pied de la falaise, inlassablement, les vagues viennent se déchirer sur les arêtes tranchantes des rochers. De leurs blessures jaillissent des gerbes d’écume - dérisoires linceuls - et leurs cris d’agonie se mêlent aux clameurs des mouettes.

 

Le chemin que j’ai gravi depuis la plage jusqu’au sommet de l’escarpement se sépare en deux sentiers étroits : l’un longe la côte et se perd dans la brume naissante, l’autre, sinueux, s’enfonce dans la lande déserte. Je décide de suivre celui-ci. Çà et là, quelques arbres et des touffes de bruyère rompent la monotonie du paysage.

 

Le soleil, parti à la rencontre de l’horizon, allume de ses derniers feux les feuilles aux tons flamboyants. Tourbillonnant dans le vent du large, elles semblent vouloir offrir à d’invisibles spectateurs un ultime moment de grâce avant d’aller mourir sur le sol.

 

Le temps s’écoule sans que je m’inquiète de donner une quelconque destination à cette escapade qu’il me plairait de prolonger à l’infini.

 

Soudain, au sommet d’une colline, la sombre silhouette d’un manoir se dresse dans la lueur incertaine du crépuscule. Par une fenêtre entrouverte, s’échappent les notes mélancoliques d’une chanson lointaine. Des marches mènent à une terrasse. Je les gravis sans hâte afin de prolonger ce sentiment d’exaltation qui s’est emparé de moi. Je ne peux résister à l’envie de savoir qui habite cette demeure surgie de nulle part. Comme je pénètre dans la pièce, la musique qui m’avait attiré en ces lieux

cesse d’un coup. Seul le crépitement des bûches qui se consument dans la cheminée vient rompre le silence pesant qui s’est installé.

 

Au-dehors, le galop d’un cheval se fait entendre. A mesure que le bruit s’amplifie, l’allure de l’animal faiblit. Je jette un regard à travers la vitre : un magnifique pur-sang à la robe ébène approche puis s’arrête près d’un vieux chêne au tronc noueux. Le cavalier, une jeune femme dont les cheveux courts et les yeux sont de la même couleur que sa monture, en descend. Son allure garçonne, démentie par la finesse de son visage et les courbes harmonieuses de son corps, lui confère une beauté farouche qui me trouble plus que de raison. Elle monte l’escalier de pierre que j’ai emprunté précédemment. Quand elle s’aperçoit de ma présence, un éclair d’intense émotion traverse son regard et un sourire se dessine sur ses lèvres. Elle prend ma main et m’entraîne derrière elle dans un labyrinthe de couloirs. Enfin, nous arrivons dans une cour intérieure où résonne le doux murmure d’une fontaine. Ma mystérieuse inconnue s’y adosse. Deux ou trois gouttes d’eau l’éclaboussent et coulent sur sa joue ; je les essuie du bout des doigts puis je passe les bras autour de sa taille et l’attire à moi. Je ferme les yeux et ressens alors une étrange impression de déjà-vu qui s’accentue jusqu’au malaise.

 

Lorsque je les ouvre de nouveau, je suis seul. Tout autour, la lande s’étend à perte de vue. Là où le soleil s’est couché, quelques voiles de nuages rose pâle agrémentent encore le ciel que la nuit toute proche commence à assombrir. Sur la droite, je distingue confusément le bord de la falaise et, au delà, le vide ; l’impossible espoir qu’un jour, peut-être, la réalité rejoindra le rêve m’empêche de parcourir la dizaine de mètres qui m’en sépare. Au loin, assourdi par le fracas du ressac, je crois entendre l’écho d’un cheval lancé au galop...

 

Philippe Wolfenberg

philippewolfenberg.skynetblogs.be

http://www.bandbsa.be/contes3/wolfenbergtete.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Philippe Wolfenberg 23/05/2013 13:48


Merci, Micheline...

Micheline Boland 23/05/2013 13:20


Un très beau texte romantique. Bravo Philippe !

Philippe Wolfenberg 22/05/2013 19:12


Merci pour le compliment, Christine...


Le roman est dans le style de la nouvelle ci-dessus, pour ce qui concerne les parties narrative et descriptive. Les dialogues sont, eux, dans l'air du temps. Mais point de meurtre ni de cadavre.
Juste de la passion et de l'érotisme qui prennent leur juste place dans une chronique amoureuse.


La description que Bob fait de toi, Christine, me donne à penser que tu pourrais correspondre aux héroïnes qui peuplent mes histoires...

Bob 22/05/2013 17:22


en ce qui me concerne, je reconnais bien volontiers être un détraqué de la plume (plus toutes les fôtes d'ortograffes) mais quand même pas aussi grave que Carine et surtout  beaucoup moins
trucidaire que Christine...


Je viens de commencer son "Non nobis domine" et elle a réussit à tuer trois personnes avant la préface ! Pas claire cette Nana, pas claire du tout...

christine 22/05/2013 16:13


Jean-Michel, je te remercie pour le "détraqués de la plume, thriller maniaques"...  me sens pas du tout visée... 


En tout cas, ce texte donne drôlement envie de découvrir ton bouquin, Philippe ! 

Philippe WOLFENBERG 22/05/2013 13:30


Merci, Carine...


Les héros de mes histoires (qui, jusqu'à présent, portent tous le prénom "Phil") ont la fâcheuse tendance à fréquenter des femmes "borderline"... De là les embrouilles et les cadavres...

Carine-Laure Desguin 22/05/2013 13:18


Je ne pensais pas à Philippe Wolfenberg. Un très beau texte. Et qu'apprned-on? Philippe Wolfenberg serait contaminé itou? Des cadavres dans les placards? 

Philippe WOLFENBERG 22/05/2013 10:40


Merci pour ton appréciation et tes encouragements, Jean-Michel.


Je dois pourtant t'avouer que, dans le manuscrit qui attend la sentence du comité de lecture de CDL (un recueil de 4 nouvelles), il y a du fantastique, du thriller et un couple de doux-dingues
trucideurs de politicen véreux. Et le petit roman que je viens d'achever s'intitule "La vengeance d'Emilia" et comporte son lot de cadavres.


Je suis comme le yin et le yang : noir et blanc...

Jean-Michel Bernos 22/05/2013 10:31


Au final, le nom de l'auteur m'a effleuré... mais j'étais loin d'en être sûr. ce qui prouve qu'on a toujours des choses à apprendre sur les uns et les autres.


En tout cas bravo pour le bucolisme, je dirais même le romantisme. Au milieu de tous ces détraqués de la plume, thriller-maniaques, vampiro-maniaques et autres tombés dans l'escalier... ça fait
du bien


Continue Philippe !