Gauthier Hiernaux a lu Rue Baraka de Carine-laure Desguin

Publié le par aloys.over-blog.com

gauthier hiernaux2  J'ai lu Rue Baraka de Carine-Laure Desguin

 

 

De Carine-Laure Desguin, je ne connaissais, au départ que le nom.

 

Ensuite, nous nous sommes contactés, pour une histoire de référencement, si j'ai bonne souvenance. Elle m'a répondu de manière à la fois très précise, à la fois très enthousiaste. Je pense que c'est exactement ces deux termes qui la caractérisent : enthousiaste et précise.

 

Carine-Laure est le genre de personne qui, j'en ai la conviction, aime faire plaisir et délivre ses bienfaits avec un immense plaisir. Elle est à l'image du vieux peintre et de sa compagne face aux « Tarek » que nous sommes ou que nous pourrions potentiellement être.

 

Comme d'autres avant moi, j'ai lu RUE BARAKA.

 

Est-il utile de souligner l'évidence ? Dois-je insister sur l'optimisme qui se dégage de chaque page de cet ouvrage, très court et fulgurant, publié il y a quelques mois chez notre éditeur commun ?

 

Lorsque je lis les critiques publiées de manière régulière par des aficionados de Carine-Laure, je me rends compte qu'ils sont déjà tout dit.

 

Du livre, bien entendu.

 

Ses qualités intrinsèques, nous sommes tous d'accord. RUE BARAKA déborde d'optimiste, d'optimisme contagieux qui, comme je l'ai déjà lu, devrait être vendu, sans prescription en pharmacie.

 

Nous n'oublierons pas de sitôt les trois personnages principaux du récit qui, s'il peut être lu en quelques heures, se déroule dans notre tête des jours après, encore et encore, comme le refrain d'une chanson. Le refrain de Carine-Laure, c'est la recette du bonheur, du « mieux-être », du repas de Noël dans une famille unie.   

 

Merci Carine-Laure pour cette piqûre de rappel, au combien salvatrice, qui nous rappelle que le bonheur est à portée et qu'il suffit parfois. de le saisir.

 

 

 
 

 

GAUTHIER HIERNAUX

grandeuretdecadence.wordpress.com

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 31/03/2011 21:10



Très souvent, je lis puis j'oublie ce que j'ai lu. Pourtant, le vieux peintre est encore quelque part, caché dans ma mémoire. C'est que ce livre a une incidence sur notre vie, non?


Carine-Laure n'a que des critiques élogieuses bien méritées.


Bonne soirée à tous.



Kate 31/03/2011 19:53



Un livre dont on a pas du tout fini de parler :-) (et il le mérite)



carine-LAure Desguin 31/03/2011 13:53



Ah merci les enfants ! Je me souviens du commentaire de Gautjier! J'avais été un peu gêêêêênéééée en le lisant heuuuuu ! Et bien je vais faire rire tout le monde mais parfois, par temps gris et
pluvieux, je relis ecrtains passges de ce livre ! Quoique de toute façon, je transporte souvent tout au fond de moi cet optimisme créateur ! On me demande souvent si c'est possible, à l'instar de
Tarek, de changer de cap, de se secouer ...suite à une rencontre, une lecture ou tout simplement une prise de conscience personnelle. Oui, c'est possible, et d'ailleurs bientôt sur mon blog, un
article concernant un gars qui se lovait dans sa ...et puis plops, il remonte à la surface et se maintient la tête haute ...A bientôt et encore marci à l'accueil que vous réservez à mes 84 pages
recouvertes de jaune !!



Edmée 31/03/2011 13:38



Oui, Rue Baraka c'est du soleil, de la joie de vivre, la capacité de rebondir, l'amour ... Nous tous qui l'avons lu, ce petit livre, sommes d'accord: il est petit mais que ce qu'il contient est
grand!



marie-claire 31/03/2011 10:00



Enthousiasme et générosité, c'est ce qui caractérise le projet de Carine-Laure. Voilà un livre comme il en faut, un livre qui fait du bien sans faire de façons, direct... et efficace. Alors
merci, Carine-Laure, de nous pousser hors de la grisaille des préjugés, du défaitisme, des abandons.


"Ce que tu as appelé monde, il faut commencer par le créer. Ta raison, ton imagination, ta volonté, ton amour doivent devenir ce monde ; la vie n'aura servi à rien à celui qui quitte le monde
sans avoir réalisé son propre monde." Ce n'est pas moi qui le dis, c'est Brihadaranyaka Upanishad... Amitié, Carine-Laure !



Christine 31/03/2011 07:05



Faut-il encore présenter Rue Baraka ? Non, bien sûr... Un livre à dévorer par temps gris, bas et pluvieux...