Gauthier Hiernaux a lu Nid de vipères de Christine Brunet

Publié le par aloys.over-blog.com

gauthier hiernaux2

Je l’attendais depuis longtemps…

Christine Brunet était, pour moi et avant tout, la maman dévouée des blogs Aloys et Passion créatrice, deux outils promotionnels et dynamiques destinés aux auteurs de la maison d’édition Chloé des Lys

Quand elle m’a annoncé l’arrivée de premiers exemplaires, je dois avouer que je l’ai un peu pressée pour l’obtenir en primeur.

Un peu plus de quatre cents quatre-vingts pages, une superbe couverture qui m’avait séduit des semaines auparavant, un texte aéré et propre, une écriture extrêmement fluide.

« Nid de Vipères » est présenté par son auteur comme un polar-thriller mais, au-delà deC. Brunet Nid de vipères toute l’enquête dont je ne dévoilerai rien (ou très peu) pour ne pas déflorer ce sujet, ce sont les aspects humains qui n’ont surtout intéressés.

L’héroïne, Aloys Seigner, est une personnalité comme je les aime : complexe et torturée, une femme forte et fragile à la fois, pleine de contradictions et de doutes.

La maladie qui la ronge et contre laquelle elle se bat sans cesse, la rend désespérément attachante.

Nils Sheridan, le « faux Bob » (en comparaison avec notre « vrai Bob » J), le premier rôle masculin de « Nid de Vipères », est autant professionnel quand il s’agit de mettre en pratique ses qualités d’agent du gouvernement, que « chien-fou-qui-court-après-chaque-bagnole » quand il est confronté aux femmes. On se surprend parfois à vouloir pénétrer dans le livre pour lui en coller une quand on assiste à ses réactions face à Aloys. Mais on lui pardonne l’instant d’après quand, suite à un acte de bravoure, il se rachète… ou, tout simplement parce qu’il réagit en être humain, faible et désemparé.

« Nid de Vipères » est un livre qui n’a rien à envier aux best-sellers américains. Ce qui le différencie, c’est l’approche particulière de Christine et son amour pour les voyages qui transparaît au fil du récit.

La Polynésie, Paris, Hong-Kong, Malte, la Birmanie… autant de destinations qui nous font rêver et qu’Aloys et Nils traverseront tout au long de l’histoire, pour notre plus grand bonheur.

Ce livre, je l’ai lu rapidement, trop vite sans doute parce qu’il donne une impression de vitesse dans l’action. « Nid de Vipères » est un bolide lancé à deux cents à l’heure sur une autoroute à quatre bandes et qui nous promet une suite tout aussi dingue !

Quoi ? Elle n’est pas annoncée ?  

 

Gauthier Hiernaux

grandeuretdecadence.wordpress.com

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christine 05/05/2011 08:47



Gauthier, si on ne les lit pas, c'est qu'on ne les connait pas... Tu vois où je veux en venir ?



Gauthier H 05/05/2011 08:10



Oui... et peut-être lire les gens qu'on ne lit jamais et dont on ne parle jamais. Allez! un bon geste! Il y en a plein! :-)



carine-LAure Desguin 04/05/2011 17:55



Hé oui, en attendant les autres commentaires ...Il en faudrait aussi pour Dégats collatéraux



christine 04/05/2011 13:02



Un grand merci à Gauthier pour sa patience... Le pauvre, je l'ai harcelé, comme j'ai harcelé tous les auteurs qui ont eu la gentillesse et l'amitié de lire mon pavé... bottin, comme dit Bob. Un
vrai bonheur de lire une fiche de lecture comme celle-ci... ou celle de Nadine (Groenecke), d'Annie (Renault), de Bob (Boutique), de Philippe (Desterbecq), de Claude (Colson), de Walter (Macchi)
ou d'Alain (Magerotte). Filolo, heureusement que tu ne m'as rien dit...



Philippe D 04/05/2011 05:38



Voilà quelqu'un qui a du goût ! Est-il tombé, lui aussi, amoureuse de l'attachante Aloys?


Bonne journée à tous.