Dialogue, un texte de Louis Delville

Publié le par christine brunet /aloys

DIALOGUE

Consigne : Vous rentrez à la maison et découvrez la porte du salon entrouverte.

Vous la poussez : quelqu'un est assis dans le salon.

Il vous attend. Qui est-ce ? Comment est-il ?

Entre lui et vous, un dialogue s'installe…

 

"Mais qu'est-ce que vous faites dans mon…"

 

Je n'ai pas le temps de terminer ma phrase que Bob se retourne en souriant !

 

Bob, mon ami. Bob, mon presque frère.

 

- Ça alors, comment es-tu entré ?

 

- Tu me connais. Il y a peu de gens qui résistent à mon charme. Manuela, ta femme d'ouvrage, s'est laissé convaincre !

 

- Comment vas-tu depuis tout ce temps ?

 

- Je reviens de Finlande où j'ai trouvé des débouchés extraordinaires pour mes spectacles de marionnettes. Ces gens-là, ils vivent souvent chez eux et sortent peu. Tu sais, l'obscurité des pays nordiques.

 

- Tu as été présenté ton théâtre en Finlande ? Tu es fou Bob. Va plutôt dans les pays chauds. Il y a plein d'enfants qui n'attendent que ça !

 

- Les enfants ?

 

J'ai senti comme un point d'interrogation après ces deux mots…

 

- Ben oui, les enfants ! C'est pour les enfants, tes marionnettes, non ?

 

- C'est pour qui veut ! Peu importe ! Les spectateurs de tous les âges sont les bienvenus.

 

La conversation a duré de longues minutes jusqu'à ce que je prenne conscience de l'heure. Il était plus de midi.

 

J'ai osé un timide : "Tu manges avec moi ?" Je connaissais la réponse.

 

- Si tu m'invites, ce sera avec plaisir. D'ailleurs, ça sent bien bon chez toi !

 

- Manuela a préparé une paella comme on la fait chez elle, lapin et fruits de mer…

 

J'ai commencé à dresser la table : "C'est la dernière fois que je me laisse prendre. La prochaine fois qu'il arrive à onze heures, je ne mangerai rien et lui non plus !!!"

 

- Un petit vin espagnol avec ça, ce serait parfait ?

 

J'ai donc débouché une bouteille de Rioja.

 

- À ta santé !

 

- À la tienne, Bob !

 

- Succulente cette paella… Charmante Manuela…

 

Bob a mangé de bon appétit et il est parti comme il était venu.

 

Bob, mon ami. Bob, mon presque frère.

 

 

Louis Delville

louis-quenpensez-vous.blogspot.com

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claude Danze 29/09/2011 20:43



Un vrai emmerdeur, tu le fous dehors sans ménagements. Mais un emmerdeur gentil, tu en fais quoi ? Bien vu, ça sent le vécu...



christine 27/09/2011 15:47



J'ai toujours beaucoup de mal à écrire sous la contrainte d'une phrase, d'un thème. D'où mon admiration...



Micheline 27/09/2011 10:48



Un texte que j'aime bien et qui évoque une situation que beaucoup d'entre nous ont connue ! 



Louis 27/09/2011 10:30



Écrit
lors d'un atelier à Charleroi.
Donc l'avantage de la spontanéité et les défauts d'un texte écrit très rapidement (moins de vingt minutes).


Un peu
autobiographique (les marionnettes et la Finlande) comme
tout ce que l'on rédige presque sans réfléchir !


 


 



carine-LAure Desguin 27/09/2011 09:30



Une rencontre inattendue, informelle. Cela me fait penser au quidams que l'on rencontre au fil de nos escapades, on se parle, on sait que l'on sera toujours des inconnus l'un pour l'autre ...Bien
sûr ici, Bob est installé dans le salon de son hôte ....