Début de soirée, un poème de Claude Colson

Publié le par christine brunet /aloys

claude colson-copie-2

 

Début de soirée

 

Juin-matin pluvieux et automnal engrisaille le quai,
Puis les cimes des arbres, étonnées de l'ondée.
Les feuilles luisent et ploient sous l'assaut,
Se redressent un instant pour à nouveau plier.

 

Le paysage ne sourit pas, dans ses mornes nuances.
Dérisoire, accroché au quai
Un panneau scintillant nous rappelle :
La municipalité vous souhaite un bel été.



L'été de la vie a lui aussi passé.
Au coeur la grisaille est bien accoutumée.
Devenue presque douce compagne.
Ordinaire du temps à la douleur absente.



Songeur, il médite,
Comme indifférent :
Il sait à présent qu'il est dans le vrai.



Il sourit cependant :
Une fois encore le train, pourtant délaissé, l'a inspiré.



http://claude-colson.monsite-orange.fr

Saisins d'une passion. Claude Colson

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Michel Bernos 20/09/2012 13:57


beau texte !

Edmée De Xhavée 20/09/2012 08:12


J'aime beaucoup! Une nostalgie sans amertume, une acceptation sereine, et un regard qui nous raconte... Du tout bon Claude Colson!

carine-Laure Desguin 20/09/2012 06:49


Des instantanés, on imagine la cime des arbres et les feuilles qui grimacent, ça sent l'humus de juin. Qui attend des jours meilleurs.