Anne Renault a lu "Nid de vipères" de Christine Brunet

Publié le par christine brunet /aloys

anne renault tête

 

       Je viens de terminer la lecture de « Nid de vipères » de Christine Brunet, qui est paru chez l’éditeur belge « Chloé des Lys ». Je n’ai pu lire le livre qu’à petites doses – j’étais en voyage – donc je ne le retrouvais que le soir, et, bien souvent, dans la journée, je me disais « Alors, cette fois-ci, que va-t-il bien se passer ? ». Ceci pour vous dire que j’étais plus qu’intéressée… Et, à chaque reprise, j’étais stupéfaite, attirée dans une péripétie que je n’avais en rien vue venir. Car Christine Brunet a l’art de surprendre son lecteur à chaque instant.


         « Nid de vipères » est ce que je nommerais un livre foisonnant, dans lequel l’auteur fait preuve d’une imagination sans faille – qui m’a rendue très admirative -  et qui nous mène jusqu’au bout de son histoire par des tours et des détours qui ne laissent jamais faiblir notre intérêt.

 

          Dès le premier chapitre, les pistes sont lancées : violence, mystère, tendresse aussiCouverture-Nid-page-1.jpg d’une femme rêvée, fantasmée ? Et tout au long du livre, suspense et psychologie vont sans cesse se développer, se croiser, s’entrelacer en un véritable « Nid de vipères » qui s’ajoute à celui de l’intrigue, très tortueuse. Mais toujours, en contrepoint de l’action, Christine fait place à la dimension humaine, en particulier celle de son personnage féminin, Aloys, dont nous suivons le parcours de commissaire et d’agent secret en même temps que nous pénétrons dans sa vie la plus secrète.

 

          Donc, ce qui nous était proposé d’emblée comme des « hallucinations » prend corps, réalité, se déploie au fil du roman, nous laissant, à chaque interruption de lecture, avide d’en savoir plus, de découvrir de nouveaux rebondissements.

 

          J’ai surtout été sensible à la densité du personnage d’Aloys, forte et fragile en même temps, se soumettent aux dures réalités – en particulier celle de la maladie – pour mieux les combattre. Personnage attachant, aux rituels de solitaire, longues douches – le thème de l’eau est très présent dans le livre, marque de la féminité ?  - pauses sur la terrasse, errances, la nuit, dans la ville. Personnage qui souffre en silence, mais avec une sorte de détachement, un fatalisme qui lui font surmonter le pire, résistance en douceur, qui triomphe des pires situations, courage et don de soi aussi. Un peu d’amour, mais là non plus, rien qui l’enchaîne. Aloys est libre, suit son chemin, accepte le pire comme le meilleur.


          Et que dire de l’Irlandais ? Pas toujours sympa, le bonhomme, mais blindé lui aussi par une vie trop dure, remplie de pièges et d’épreuves, en qui Aloys saura – un temps – faire refleurir la tendresse et le désir.

 

         Ces deux là ont quelque chose de jumeaux, et même si la chute du roman, qui nous abasourdit sur le moment, pourrait nous faire penser que l’un est bon et l’autre mauvais, nous comprenons finalement qu’ils sont de la même race, et que cette fin est dans la ligne logique de leur histoire.

          Des triades de Hong Kong aux eaux polynésiennes, de Paris à la jungle birmane, des intrigues sulfureuses des services d’espionnage aux sombres secrets de famille, des enquêtes policières aux moments d’érotisme, le livre nous séduit par sa diversité et son rythme.
« Nid de vipères » est un roman policier, un roman d’espionnage, un roman d’aventures, un roman d’amour. C’est cette complexité qui fait sa richesse.

 

Félicitations pour cette œuvre à Christine.

 

Anne Renault

 

 

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christine 13/04/2011 20:36



Philippe a terminé la lecture... Aïe...



carine-LAure Desguin 05/04/2011 19:10



j'ai l'eau à la bouche ! Ironie du sort, je devais aller chercher un paquet à la poste et je suppose que c'est ce nid de vipères mais devinez quoi ? Je rencontre une copine qui me propose d'aller
manger un bout et patati et patata ...Du coup, j'arrive à la poste vers 15 h plutôt que dans la matinée et là : poste fermée pour cause de hold-up dans la matinée !!!! Merci à ma copine ! Mais
j'espère qu'on m'a pas piqué mon paquet hein:D


On verra demain ...



christine 05/04/2011 18:43



Merci Philippe qui est en train de lire les mésaventures de mon Aloys... le pauvre... merci pour vos commentaires ! 



Philippe D 05/04/2011 17:43



Ah! pauvre Aloys! ce que tu lui en fais voir, Christine! La pauvre est malmenée par sa mère, celui dont elle est amoureuse, son oncle et la maladie, bref, par la vie!


Je me demande si tu n'as pas rencontré, dans ton enfance, une Aloys dont tu voudrais te venger aujourd'hui. C'est pas possible de faire souffrir quelqu'un comme ça!


"Imagination sans faille, suspense et psychologie" nous dit Anne et c'est bien le moins que l'on puisse dire!


La fin? Je ne la connais pas encore. J'ai hâte! Et Anne qui ne nous en dit rien ... ou presque.


C'est du tout bon! Bravo Christine!



Edmée 05/04/2011 13:29



Tiens, une nouvelle voix dans les notes de lecture! Et plus on en a et mieux c'est... Car oui, ça confirme qu'on a bien envie de lire ce bouquin, de découvrir ces héros si bien campés qu'ils ont
leur côté casse-pieds comme dans la vie!


 



Saint-songe 05/04/2011 07:55



"une vraie casse-pieds" - Tiens ?.. Ouf, je suis sauvé !...


Il y a donc un "nid" aussi ?



Lascavia 05/04/2011 07:49



Très belle note de lecture qui confirme ce que je pensais : ce livre-là, il faut le lire ! Je l'attends...


Je ne sais pas si l'eau est un symbole féminin. En tout cas, il est celui de la vie, de la régénérescence, une promesse d'accomplissement...L'eau, c' est l'infini des possibles... Toute une
symbolique qui s'applique bien,me semble-t-il, à l'auteur de ce roman



christine 05/04/2011 07:47



Je te remercie, Anne pour cette fiche de lecture. Toujours très stressée dès que j'apprends que l'un de vous est penché sur ce Nid de vipères.  Certains d'entre vous en savent quelque chose...  Une
vraie casse-pieds...