Alain Bustin nous dévoile son univers

Publié le par christine brunet /aloys

http://www.bandbsa.be/contes2/albertmarathon.jpgPour moi, Alain Bustin, c'est avant tout une couverture, celle de son premier roman, et une présentation avec un autre auteur Chloé des lys, Marie-Claire Georges. Cela faisait un bon moment que je voulais en apprendre franchement plus... Voilà qui est fait... Mes premières questions puis une déferlante, un tac au tac qui en dit long sur la personnalité d'Alain Bustin...

 Alors, Alain, depuis quand écris-tu ? Pourquoi ? un déclencheur ou juste une envie en passant ?


A l'école, j'étais brillant mais absent, j'avais donc de très très mauvaises notes  sauf en rédaction.

Pour être sérieux, le départ de mon premier roman, c'est septembre 2005, un incident grave dans ma vie de père ! J'ose dire une question de survie. Mon fils, je voulais lui raconter une histoire...

 

Vraiment ! Tu attises ma curiosité ! Tu me donnes des précisions ?


Pour te mettre sur la piste : un père, c'est aussi et avant tout un homme, donc une histoire, un roman de vie... Le mien de père disait toujours (et je suis du même avis) nehttp://img.over-blog.com/300x225/2/68/57/21/P1010204.JPG jamais juger...

 

Excellente approche de la vie. Hum... Voyons... Définis le mot "écriture"...


Poser les mots, exprimer une forme de sérénité, de sincérité, la quête de soi, le chemin de vie, exprimer un message librement. Tu sais,donner, c'est recevoir...

 

Puisque nous parlons écriture, dis-moi quel type d'écrivain tu es : tu élabores une trame au préalable, tu écris au fil de la plume ? pourquoi cette démarche? par ailleurs, j'aimerais savoir (tu vois, je suis indiscrète) si tu retravailles beaucoup tes textes ou très peu. 


J'écris toujours l'histoire à l'avance et le chemin que je veux suivre  tout en acceptant (comme dans la vie) de prendre parfois un autre chemin pour arriver à la fin du message. Cette démarche, c'est l'acceptation, l'accueil des mots auquel a priori je n'avais pas pensé. C'est ainsi que j'ai modifié un chapitre important dans le second roman grâce au médecin urgentiste du peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix. Je retravaille pas mal mes textes, je recherche la clarté qui permettra au lecteur de se retrouver dans mes personnages.  Les témoignages des lecteurs qui lisent et relisent Albert confirment, j'en suis heureux.

 

L'écriture est-elle une passion ? En as-tu une autre ? Si oui, sont-elles liées et en quoi ?


Oui, bien sûr. Sinon autres passions : la montagne sous toutes ses formes y compris les compétitions extrêmes auxquelles je participe (Ultra Trails). J'aime beaucoup l'opéra, la lecture  bien sûr, les musées, les voyages, le cinéma, les bonnes tables, découvrir des lieux qui ont une âme.

 

Comment écris-tu ?  le soir, la nuit, tout le temps ? Sur le papier, direct sur l'ordi ?


Sur l'ordi, presque toujours très tôt le matin. Je note aussi mes pensées, mes observations dans un carnet quand cela se présente.

 

Parle-moi de ton univers littéraire (ce que tu lis, ce que tu détestes lire)

 
Mon, maître Fernando Pessoa, Mon livre de chevet : Le petit prince, J'aime Albert Cohen,bustin1.JPG Frank Conroy,Frison Roche, Nothomb, Levy (à ses débuts), Maupassant, Paul Auster, Albert Camus, etc, etc, etc. Je ne déteste rien mais parfois j'interromps ma lecture après disons 40 pages et cela, je déteste!


Tu n'aimes pas aller au bout des choses, c'est ça ?


OH, non pas du tout mais ce qui pourrait me déplaire à moi pourrait de la même manière te plaire énormément à toi. Il en est ainsi de tous y compris les auteurs, les peintres, les cinéastes, l'art et toutes choses. Tu vois le lien avec la subjectivité... A propos, pardon aux auteurs des livres que j'ai refermé. Tout cela pour te dire que je déteste les préjugés (dans le monde adulte).


Tu me parles du Petit Prince... Qu'est-ce qui te fascine dans le bouquin ? L'univers de l'enfance, l'innocence, l'écriture qui est magnifique, l'univers imaginaire du livre ? Penses-tu que ce livre t'a inspiré et en quoi ?


bustin3.jpgL'univers de l'enfance bien sûr qui est un univers qui t'accompagne toute ta vie. Mais relire le Petit Prince comme je le fais si souvent et depuis si longtemps, c'est un texte fabuleux, une écriture pleine de vie, d'espoir et de vérité. Toujours les mêmes mots mais à chaque période de te vie, un regard différent. Je pense que ce texte aide à comprendre que la vie il faut la vivre dans le moment présent tout au long de ton chemin de vie. 

Tu as raison... Ce livre est à découvrir et redécouvrir au fil du temps. Pour moi, il est source de voyage et de fraîcheur.

Présente-toi succinctement. Présente tes livres, ton univers.


Actuellement je suis au départ d'une autre vie, je change de chemin (après avoir été directeur commercial dans une multi-nationale du soleil levant. Maintenant, je vis la montagne, j'habite à 50% à Chamonix. J'ai aussi beaucoup plus de temps pour l'écriture (un 3ème roman...)

Mon premier roman, dans le titre , il y a le mot quête... Nous avons tous une histoire, un chemin à parcourir...

 

Là, franchement, tu vas trop vite ! Parle-moi de ton premier bouquin... Tu m'as dit pourquoi tu l'as écrit mais... Allez, un résumé un peu plus étayé...

 

http://img.over-blog.com/300x200/2/68/57/21/Albert.jpgUn homme court le monde, les marathons, les montagnes. De plus en plus difficile, de plus en plus haut jusqu'au jour ou... L'important, ce n'est pas le but mais le chemin. Le personnage va le découvrir ! 


Et puis, tu me zappes le second ! Une histoire de quête et de montagnes aussi, ou un autre sujet ?


Souvent dans notre vie, nous reproduisons consciemment ou inconsciemment. Là, n'est pas le chemin et puis les regrets, le "non-dit"...nos quêtes. Dans ce roman, toujours la montagne, toujours Albert, l'Ultra Trail du Mont Blanc. L'histoire, une incroyable rencontre, suite dans le roman... 

Un scoop, la préface et la 4ème de couverture seront signées Marie-Claire George ! mais voilà ce qui aurait pu être écrit sur la 4ème :

 

Albert nous fait vivre cette fois l’UTMB, la course de tous les superlatifs !

bustin2-copie-1.jpgUne description détaillée des lieux, des sensations, de l’effort tout le long de ces 166 kil … une rencontre qui permettra enfin à Albert de « sortir de l’ombre pour entrer dans la lumière » !

Tout comme Thomas Horbein dans Everest l’arête ouest : « … je me demandais si je n’avais pas fait ce long chemin pour découvrir que ce que je cherchais se trouvait en réalité derrière moi. »

Le texte provient d'une amie coureuse de montagne ! Merci Maian... 

 

Tu me définis ton style d'écriture ? 


Joker ! mais si j'en crois les lecteurs : message, émotion, sincérité, sont les mots exprimés. Souvent les lecteurs disent qu'ils s'y retrouvent...

 

Est-ce facile ou compliqué d'être lu ? Comment appréhende-ton ton travail d'écriture autour de toi ?


A mon avis facile, même si je suis très souvent relu et j'aime cela, surtout les témoignages et le mot merci pour le message ! 

http://img.over-blog.com/630x470-000000/2/68/57/21//Divers/P1000692bis.jpgPour ce qui est de mon entourage, j'écris beaucoup seul en retraite à l'abbaye d'Orval... Donc, là, pas de problèmes. J'y vais depuis presque 10 ans très régulièrement.

Sinon j'écris uniquement à Chamonix (face à la montagne) et là, c'est moi qui m'adapte pour ne pas pénaliser "l'entourage". Surtout si "l'entourage, ce sont les enfants de ma compagne (14 & 10 ans). Comment je fais ? Je concilie le mot respect et disponibilité.


Mets-tu un peu de ton entourage dans tes livres ?


Je pense que c'est le cas de beaucoup d'auteurs même si le second, c'est un vrai roman !


Comment construis-tu ton, pardon, tes romans ? Une trame, au fils de la plume, à l'inspiration?


Non, j'écris d'abord l'histoire, le cheminement. Après, je vais suivre mon chemin...

 

Sais-tu toujours où va t'emporter ton récit... tes personnages ?


En principe oui, mais je questionne beaucoup par rapport à l'histoire. Dans la vie, il fauthttp://img.over-blog.com/630x470-000000/2/68/57/21//Divers/P1000481-copie-1.jpg savoir écouter. Par exemple, une discussion avec Marc, un médecin responsable des secours en montagne à Chamonix a beaucoup influencé le cours de l'histoire du second roman... Je ne peux pas t'en dire plus... Ce sera une très bonne question après lecture.


Facile ou compliqué de poser le point final d'une histoire ?

 
Facile parce que je sais ou je veux aller et difficile car j'aime être bien compris tout en permettent au lecteur de rêver !

 

Par ailleurs, Alain, j'aimerais que tu me choisisses un extrait de l'un de tes romans.


Un Népalais écrivit alors de cette écriture magique et calligraphiée un petit mot qu’il attacha autour de mon cou avec quelques médicaments : Frère, Sœur,

Prends bien soin de cet homme. Le mal des montagnes l’a frappé. Son corps est au début du chemin de la guérison mais son âme est dans l’ombre. Donne-lui l’hospitalité, permets-lui le repos dont il a tant besoin et lorsque enfin l’expression de son visage sera pleine de légèreté, le temps sera venu pour lui de repartir sur la route de la sagesse et de sa vérité. Dieu te regarde, te remercie et te bénit.

 

 

 

Faire rêver le lecteur, l'emmener ailleurs le temps trop bref d'une histoire. C'est le voeux de chaque auteur qui a, au bout de sa plume, le pouvoir d'emporter l'esprit qui se plonge dans son univers. Le pouvoir des mots est terrible... mais bienveillant lorsqu'il apporte l'évasion.


Je te remercie, Alain, pour ce petit détour par ton univers et ce partage, peut-être pas d'une quête, mais d'un morceau de chemin sur lequel tu nous as accompagnés durant ces quelques lignes. Pour te retrouver, un blog...link

 

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

 

www.aloys.me

www.passion-creatrice.com


Publié dans interview

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie-Claire 10/03/2012 10:34


Heureuse de te retrouver sur cette page, Alain, en mots et en photos ! Ton Albert, je le connais bien, il inspire sympathie, respect et admiration. Quelqu'un qui a la tête dans les nuages et
les pieds sur terre. Que dis-je, sur terre ? plutôt sur la rocaille de la montagne et s'il reste toujours vigilant au terrain, s'il se fait l'allié des difficultés pour les dépasser, son
regard s'élève haut et loin sur les sommets ! Bon départ et bonne route dans ta nouvelle vie !