Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Christine Brunet a lu "Obscurité" de Jean-François Foulon

11 Février 2016 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture

Christine Brunet a lu "Obscurité" de Jean-François Foulon

Un père violent, une mère battue dominée, un fils maltraité... Lorsque le monstre s'en prend à la petite sœur, la mère trouve le courage de s'enfuir pour les mettre tous les trois à l'abri.

Fuir... Ne pas se retourner. Quel qu'en puisse être le prix : voici le fil de ce roman.

Jean-François nous propose avec "Obscurité" une sorte de road book à trois sur lequel plane l'ombre implacable du père dépossédé de ses souffre-douleur.

Trois personnages, ballottés au gré d'événements que la mère ne peut surmonter mais qui, peu à peu se découvrent une envie commune de liberté.

Un voyage vécu au travers des yeux du fils qui observe, juge, décide, évolue et va découvrir l'amour.

Des régions, des paysages, des villes émaillent un trajet chaotique, de simples prétextes pour des épisodes jamais très heureux, toujours négatifs au final.

Des rencontres certes fortes mais souvent vécues comme autant de violences : la figure du chasseur violeur, violent, effrayant, ponctue le récit un peu comme ce notaire inhumain, ces gendarmes trop rigides, ces gens qui pourraient les aider mais qui préfèrent les dénoncer.

Une mère et son fil déshumanisés par l'auteur qui leur refuse un prénom comme si les coups du père leur avaient enlevé cette simple existence que donne une identité formelle. La petite n'a pas encore été pervertie tout à fait et s'appelle Pauline : la seule candide de l'aventure, trop petite pour tout comprendre.

La mère inconsistante ne serait pas allée bien loin sans son fils de 12 ans, trop mûr pour son âge, trop lucide. Ce déséquilibre met le lecteur mal à l'aise et participe à ce sentiment lancinant que l'aventure ne peut durer et que cette fuite en avant se terminera mal.

Ce roman porte bien son nom... Obscurité... Celle de l'ombre pesante du père maltraitant, d'une justice aveugle, ou d'un destin inéluctable ? Peut-être celle de l'âme humaine, tout simplement.

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Christine Brunet a lu "Obscurité" de Jean-François FoulonChristine Brunet a lu "Obscurité" de Jean-François FoulonChristine Brunet a lu "Obscurité" de Jean-François Foulon

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marcelle Dumont 11/02/2016 10:55

J'ai moi-même lu et commenté Obscurité. Je suis contente d'en découvrir une nouvelle analyse. C'est vrai qu'il y a énormément à dire de ce roman, d'une tragique humanité et qui soulève en effet pas mal de questions.

Jean-François Foulon 11/02/2016 11:29

Oui, c'était ici (pour ceux qui ne l'aurait pas lu) : http://www.aloys.me/2015/09/marcelle-dumont-a-lu-obscurite-de-jean-francois-foulon.html

Jeanne R. avait aussi fait une critique : http://www.aloys.me/2015/09/jeanne-r-a-lu-obscurite-de-jean-francois-foulon.html

Jean-François Foulon 11/02/2016 08:56

Un grand merci pour cette lecture, Christine ! Et tu as du mérite puisque le livre fait plus de 400 pages. :))

Edmée De Xhavée 11/02/2016 08:25

Mmmmmmmh... voici qui m'interpelle. Bon sujet (enfin, presque tous sont bons, mais je veux dire surtout "bon pour mes goûts de lecture") qui permet pas mal d'ouvertures....

Jean-François Foulon 11/02/2016 09:02

Mais tout n'est pas sombre non plus dans ce livre, Edmée. On peut le lire aussi comme un voyage (certes un peu initiatique) à travers la France. On traverse des villes et des paysages et j'ai esayé de faire passer mon amour pour toutes ces régions (la Creuse, la Dordogne, les Cévennes, etc.)