Nikos Leterrier propose un poème extrait de son recueil "Le temps d'exister avant le froid"

Publié le par christine brunet /aloys

Nikos Leterrier propose un poème extrait de son recueil "Le temps d'exister avant le froid"

Jenny


Dans la lumière incertaine
De ton maudit Soleil qui dort à peine
Je t’ai serrée très fort contre moi
Tu n’étais que du sable entre mes doigts.


Le souvenir de t’avoir caressée
Que je garde au creux de mes poings fermés
C’est tout ce qui me restera de toi
Car tu n’es que du sable entre mes doigts.


Si loin que je marche sous le ciel
Là où les idées se changent en sel
Je te retrouve, mais à chaque fois
Tu te changes en sable entre mes doigts.


Mes semblables, vous voilà déjà morts
Même si je me souviens encor
Du timbre familier de vos voix
Vous n’êtes que du sable entre mes doigts.


Je n’ai jamais appris la patience
Et je hais du monde son inconstance
Rien ne me restera où que je sois
Je n’aurai que du sable entre mes doigts.


Suis-je pauvre ou seulement cupide ?
Suis-je fou ou seulement lucide ?
Je l’ignore puisque même moi
Ne suis que du sable entre mes doigts.

Nikos Leterrier

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian Eychloma 24/01/2016 14:18

L'impermanence...

Micheline 23/01/2016 09:39

J'aime beaucoup le rythme de ce poème.

Nikos L 06/03/2016 11:01

Merci beaucoup!

christine brunet 23/01/2016 09:36

J'aime ce poème et cette idée que les souvenirs filent et s'étiolent.
Au fait, Nikos sera présent à Brétigny pour le 2e salon du livre Auchan.

Edmée De Xhavée 23/01/2016 08:48

J'ai du mal à dire ce que je ressens, car d'une part j'aime l'écriture mais pas ce qu'elle écrit :) Je veux dire que c'est tellement opposé à ce que je vis. Bien que oui, ma vie aussi ne soit que du sable qui glisse entre les doigts, mais elle glisse comme un ruban chaud et blond...

Nikos 23/01/2016 11:01

L'un des intérêts de la poésie n'est-il pas justement d'exprimer des choses personnelles afin de les faire ressentir à autrui? et d'autant plus si ces sentiments sont éloignés du lecteur, comme une plongée dans une sensibilité différente?