Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

textes

Un texte de Bernadette Vroman dans la revue Aura

Publié le par christine brunet /aloys

 

De l’ombre à la lumière


 

Je n’en ai jamais eu l’ombre d’un doute, ce mot me suivrait toute ma vie… J’étais née dans l’ombre, je mourrais dans l’ombre.

 

Dès l’enfance, je me plaisais à me réfugier à l’abri des regards, ces véritables projecteurs dont la lueur m’a toujours incommodée.  Je ne parlais qu’aux livres, qui m’accompagnaient dans un coin du jardin, sous un arbre aux lanternes, l’ombrelle, mon chapeau de soleil, ou dans la niche du chien, mon antre préféré.  

 

Ils m’emmenaient dans des histoires légendaires, d’âmes errantes, de sombres manoirs, de lieux hantés.  Et tous les soirs, je partais à la chasse d’un fantôme qui aurait pu se cacher sous mon lit.  A peine couchée, des ombres fantasmagoriques se manifestaient derrière la lucarne de ma chambre, venant tourmenter mes nuits.

 

L’astre du jour ne m’était pas destiné, provoquant sur ma peau trop blanche des rougeurs, les mêmes que celles qui se dessinaient sur mes joues si j’avais le malheur de prendre la parole quand nous étions plus de deux.

 

Une nuit, la reine des ombres, sous son jour le plus brillant, murmura à l’étoile d’argent, qui ne pousse qu’en présence d’ombre, non sans lumière : tu devrais te mettre sur le devant de la scène, plutôt que de rester dans l’ombre toute ta vie.  Moi, sortir de l’ombre ? Jamais de la vie !  J’y suis, j’y reste !

 

Depuis ce jour, je me suis mise à écrire, à découper des silhouettes, des fleurs, des montagnes, que je mets en lumière, et le théâtre d’ombres fait partie désormais de ma vie.  Je savais dès lors que je mourrais ombromane.

 

Bernadette Vroman

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

Jean-Louis Gillessen nous propose un texte publié dans la revue R.I.F (Réfléchir-Intervenir-Former.)

Publié le par christine brunet /aloys

 

Texte écrit et publié dans la revue R.I.F (Réfléchir-Intervenir-Former.)

             

EAU, TU ES LA VIE

 

Je suis un peu fatigué, assis au chaud dans cet estaminet. Il pleut. Fin de journée. Choix d’un temps de pause, petit café mérité, indiqué ou non, douceur coton du brouhaha d’ambiance.

L’écho me parvient de phrases trop fortes et refroidies, de trompeuses discussions dans la passion, de rires éclatés à l’unisson, trop gros, bidons, fausse cadence, alcool annonciateur de décadence.

Des femmes, des hommes, boivent, beaucoup. Trop. Ces « trop » lancés sur mon papier trottent et galopent en récurrence : je ne veux pas qu’ils me dérangent, ils sont là, tout simplement. Les « trop ». Font que j’écris, grâce à eux, grâce à ces gens qui les induisent. Alors sur cette feuille brut de papier j’étiole leur brutalité, de ces trop qui maintenant s’apaisent et s’amenuisent, in fine soulagés d’être enfin transcrits, sublimés. Heureuse opportunité du pléonasme inopiné. Pas de hasard dans l’union de ces instantanés.

Je suis juste fatigué, pleinement, assis dans cet estaminet. Musique de jazz « blue note ». Sourdine. Mes sens en l’état se ressourcent puis s’énergisent d’être sollicités par l’écoute et l’observation de mise.

Soudain, tel un objectif manipulé par Hitchcock, mon regard en projeté zoom avant progressif, pour ne plus avoir sur l’écran de ma rétine qu’une seule image pleine, ce regard mien fond précisément comme œil de caméra en fondu enchaîné … sur un robinet qui coule dans un des éviers du bar comptoir. Le filet d’eau coule abondamment et régulièrement.

Parallèlement, comme si dans l’arrière-salle un ingénieur du son inversait deux manettes, les bruits d’ambiance s’effluvent, s’évolutent et disparaissent en un parfait on - off simultané, pour ne plus laisser entendre que le seul roulis filtré si fidèle à l’ouïe … de l’eau qui se perd, part, s’évanouit.
Prisonnière des tuyaux, canalisée par l’homme, elle se doit de rester claire. Claire fontaine de plaisir, créatrice de la vie. Mais ici, il y a contrainte, servitude, travail forcené pour elle qui se tue. Elle ne peut s’évader, se voit gaspillée, assassinée. Par faute de l’insouciance humaine, ce bien si précieux ne sert-il en ce lieu qu’à nettoyer les verres ?

Non, me dit Claire Fontaine, la vie de l’eau est eau de vie, les gens l’écoutent ruisseler, la ressentent sur la peau, la goûtent. Sans elle, même la bière dont tu parles ne pourrait naître … l’eau en est son partenaire constitutif. Et puis toi aussi, tu ne le sais peut-être pas, tu baignes en ton corps l’eau qui te baigne en retour, à septante pour cent de ta personne que tu véhicules tous les jours.

« Nous sommes tous emplis de tellement d’eau !? », s’exclame un client. « Mais c’est effarant ! Jésus Marie Joseph, Dieu soit loué, mes doigts trempés dans l’eau bénite, je prierai trois Ave ! ».

Et La Fontaine d’encore narrer qu’elle se veut claire pour les mains des enfants et des plus grands : ils recueillent l’eau chatoyante et chatouillante qu’elle aussi charrie : « Tu me blagues », lui distille tendrement l’eau tout en caresses. Que nenni, « Je te charrie vers eux », lui dit-elle en souriant.

                

                                        Liberté de l’eau, tu es la vie.


                                                                    Jean – Louis Gillessen      

 

                                                                                         Educateur spécialisé - Intervenant social.

 

Texte écrit et publié dans la revue R.I.F (Réfléchir-Intervenir-Former.)

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

Christian Eychloma nous propose un nouvel extrait de son dernier roman "Le dilemme de Trajan"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Caius Plinius Caecilius Secundus reposa un peu nerveusement son stylet qui claqua sur le marbre de sa table de travail. Se laissant ensuite glisser en arrière contre le dossier de son large fauteuil, il demeura un moment sans bouger, songeur, les bras à plat sur les accoudoirs. 

Il avait du mal à trouver la bonne formule et ressentait la nécessité de réfléchir plus longuement à la façon dont il fallait présenter les choses à Trajan. Car même si le poste prestigieux qu’il occupait depuis peu prouvait toute la confiance dont l’honorait l’empereur, il hésitait encore à contrevenir à certaines directives sans en référer au préalable.  

Il lui fallait faire une pause. Déterminé à prendre son temps, il se mit debout et, tout en comparant mentalement diverses introductions possibles, se dirigea vers son point d’observation préféré. Pensif, il se planta devant la murette fermant la terrasse à l’extrémité de laquelle une série de colonnes finement cannelées et coiffées de feuilles d’acanthe dorées soutenaient le toit de tuiles rondes.  

Les deux mains en appui pour soulager sa jambe qui, vingt bonnes années après sa blessure, se rappelait encore parfois à lui, son regard s’attarda longuement sur les collines boisées s’étendant comme une mer, à perte de vue, autour de la baie.

C’était là l’image qui lui venait chaque fois à l’esprit. Un océan de verdure bordant des deux côtés une vaste étendue calme et bleue terminée par une ligne d’horizon au-delà de laquelle, très loin, se trouvaient la Grèce, l’Italie, Rome. Un paysage dont il ne se lassait pas. 

Il ferma à demi les paupières. À cette heure de l’après-midi, le soleil déclinant dessinait sur l’immense étendue turquoise un sillon étincelant dont on aurait pu penser qu’il se prolongeait jusqu’au bord occidental du monde.

Il entendit, trois étages plus bas, au pied du grand escalier, Calpurnia renvoyer les porteurs puis donner des ordres aux esclaves domestiques. Il sourit en l’imaginant en train de prendre des poses devant son grand miroir, enfilant l’une après l’autre les nouvelles robes qu’elle avait vraisemblablement ramenées des boutiques de l’agora.

Les robes de sa chère et tendre épouse… Souvent distrait, il n’y prêtait pas toujours l’attention qu’elle aurait souhaitée, bien qu’elle eût récemment réussi à l’éblouir. Oui, un véritable enchantement que cette ample pièce de tissu qui, avec le chatoiement de nuances mêlées vertes, blanches et bleues, évoquait si étonnamment, à chacun de ses gestes, le mouvement des vagues.

Il soupira. Le paradis… Car c’était bien comme ça qu’il se serait volontiers représenté ce fameux « au-delà » auquel les chrétiens jugés les plus méritants auraient eu accès après leur mort. Illusion à laquelle tous croyaient évidemment dur comme fer, parmi d’autres aberrations. Et qui expliquait sans doute leur prodigieux entêtement et leur indéfectible volonté à ne rien céder de ce qui constituait leur doctrine. 

Le paradis pour lui  - bien terrestre celui-là  - si, paradoxalement, eux n’étaient pas là… Morose, il revint vers son bureau et récupéra la tablette sur laquelle il avait commencé à graver son premier brouillon.

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

Carine-Laure Desguin s'amuse...

Publié le par christine brunet /aloys

À fleur de peau

C’est dans un tripeau poreux qu’il la renpeautra. Sur un nénuphar dépigmenté, elle était toute racrapeautée et elle attendait là depuis la peau des temps, comme ça, assise entre douze palmes d’apeautre, des nids de plumes, des ongles désincarnés et des graines d’épeautre. En deux dermes et trois cuillères à peau, il voulut la tripeauter, la dépeauter et peaufiner tous ses mouvements  en vapeaurisant de ses sueurs la blanche crapeaude. Mais celle-ci, dans un élan hyperdermique, décapeautra cet empeauté tout en bavant qu’il ne fallait pas tendre la peau d’une crapeaude avant de l’avoir dépiautée.  

C.-L. Desguin

http://carineldesguin.canalblog.com

 

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

Nathalie de Trévi nous propose un extrait de "Dérapages"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Je me souvenais de cette histoire dont la presse nationale s’était emparée. Nous vivions encore à Bruxelles quand l’accident s’était produit. Saint-Georges du Fournil avait été montrée du doigt à l’époque pour ses lacunes en matière de sécurité routière aux abords des écoles. D’autres communes, soucieuses de ne pas se retrouver sous les feux de la rampe avaient pris les devants et débloqué des fonds pour la mise en place d’une nouvelle signalisation et de pistes cyclables permettant aux enfants de circuler en toute sécurité.

        — L’enquête pour retrouver le conducteur suit son cours parait-il, mais moi je doute du résultat, avait dit Agatha.

        — Pourquoi dites-vous cela ? avait questionné Louise

        — Parce que la police a lancé un nouvel appel à témoin et si vous voulez mon avis, c’est parce qu’ils n’ont rien à se mettre sous la dent !

        Et elle n’avait pas eu tort. L’enquête piétinait lamentablement et le chauffard restait introuvable. Régulièrement, la presse revenait sur cet événement tragique et les maigres indices concernant la voiture tantôt grise tantôt noire n’avaient jamais permis de mettre la main sur le conducteur pour le confronter à ses responsabilités.

        Durant les trois années qui ont suivi notre déménagement, nous avons vu le couple de Joe et Anne Devreux se déchirer à la suite du décès de leur unique enfant. Régulièrement, la police passait pendant la nuit pour aller régler une énième dispute. Joe avait sombré dans l’alcool. Ils avaient cessé d’entretenir leur jolie maison, si bien que la végétation avait envahi la devanture autrefois si coquette. Agatha avait d’ailleurs comparé la demeure des Devreux à une grosse verrue sur la fesse d’un nouveau-né, la fesse en question étant notre quartier en apparence si soigné et pimpant. La comparaison était curieuse et prêtait à sourire mais résumait en quelques mots l’exacte vérité.

        Puis, un beau jour, les cris avaient cessé chez les Devreux. Agatha m’avait rapporté avoir vu, par la fenêtre de sa cuisine, Anne embarquer des valises et monter à bord d’une voiture rouge au volant de laquelle se trouvait un homme blond. Plutôt bel homme, avait-elle dit. D’après elle, il pouvait s’agir de son amant qui se cachait derrière des lunettes de soleil pour ne pas être reconnu mais elle n’en était pas certaine. Ce détail croustillant n’avait pas mis longtemps à faire le tour du quartier et les spéculations allaient bon train.

        Le départ d’Anne avait eu, sur Joe, l’effet d’un électro-choc. Il  avait commencé à fréquenter l’association des Alcooliques Anonymes. Je l’avais personnellement vu entrer dans la Maison Communale aux heures auxquelles se tenaient les réunions. Pas que j’en fasse partie, mais j’aime me tenir au courant des activités organisées par notre ville et aussi des modalités de soutien qu’elle offrait à ses citoyens en cas de besoin. Les réunions de personnes désireuses d’en terminer avec le fléau de l’addiction à l’alcool étaient ainsi organisées au moins une fois par semaine selon le nombre de participants. C’est du moins ce que j’ai pu lire dans le petit journal local que je parcourais de a à z dès que notre facteur le déposait dans notre boîte aux lettres.

        Assidu à ces rencontres, Joe avait, petit à petit, remonté la pente et ces deux dernières années on l’avait revu à la fête du quartier, souriant et sobre comme un cactus. Sa maison était redevenue celle d’avant le drame. Il avait repris un peu de poids et avait même été nommé entraîneur du club de base-ball de la ville auquel était affilié Simon. Depuis lors, l’équipe locale des Hardis Batteurs caracolait en tête du championnat interclubs. Joe était même réputé en-dehors des frontières de la ville pour ses talents de coach sportif. Il nous avait confié que certains clubs lui avaient fait les yeux doux et avaient tenté de l’attirer en lui promettant une rétribution substantielle pour ses services. Si beaucoup auraient succombé au doux tintement des pièces de monnaie, Joe ne mangeait pas de ce pain-là. Il était très fier des joueurs du club des Hardis Batteurs et il n’était pas question pour lui de les abandonner après les avoir emmenés au sommet des compétitions.

        Si la curiosité se limitait à quelques commérages de quartier et à regarder ses voisins vivre, tomber et se relever, toute cette histoire n’aurait pas grande importance.

        Mais, parfois, certains ne se relèvent pas.

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

"Par amour", un texte signé Carine-Laure Desguin paru en version numérique dans l’opuscule Librairie mon amour, éditions Lamiroy

Publié le par christine brunet /aloys

 

Par amour

 

C’était comme une espèce de ménage à trois, vous comprenez, monsieur le commissaire ? C’est arrivé comma ça, d’une façon tout à fait inattendue. Une véritable osmose. Il y avait mon mari, Etienne, il y avait moi, Yasmine et puis Elle, toujours Elle. J’ai même envie de dire, Seulement Elle.

Comment ? Oui, bien sûr que nous la considérons comme un être à part entière. Elle vit, elle respire, elle rit aussi ! Nous ne l’avons jamais considérée autrement qu’une personne de chair et de sang, et d’ailleurs, elle le mérite bien, monsieur le commissaire : que de connaissances et d’érudition qui rayonnent en elle, je dirais même plus, que de connaissances et d’érudition dans ses entrailles ! Justement, si nous sommes ici, c’est pour Elle. Depuis que ce Jeff Bezos a créé cette entreprise dont aujourd’hui encore je peine à prononcer le nom, Etienne et moi avons constaté que, de jours en jours, Elle déclinait. Les lecteurs étaient de moins en moins nombreux, vous comprenez. Ils osaient même monnayer, oui, oui, ils monnayaient, vous vous rendez compte ? Un d’Ormesson paru voici trois ou quatre ans ne valait plus rien à leurs yeux. Idem pour un Nothomb. Un Nothomb acheté en décembre devrait coûter moins cher que lors de sa parution en août. Quelle honte ! Et ne me parlez pas d’un Proust, d’un Genet ou d’un Maupassant. Alors, nous avons tout essayé, il fallait absolument que les livres se vendent comme avant l’apparition de cette multinationale merdique. Un minimum de respect pour les auteurs, et que ceux-ci soient morts ou vivants, n’est-ce pas monsieur le commissaire ? Et qu’Elle retrouve enfin son sourire ! Etienne et moi avons cogité à tout cela durant des nuits entières. Elle, elle nous écoutait. Lorsqu’Elle était d’accord, ses lumières clignotaient. Vous comprenez ? Vous nous regardez comme si nous étions fous. Nous avons tous nos sens, n’est-ce pas Etienne ? Etienne, dis quelque chose, ne te laisse pas abattre comme ça ! Et sois moins bruyant quand tu pleures, s’il te plaît ! Ecoutez la suite de ce récit, monsieur le commissaire, écoutez tout ça et vous comprendrez pourquoi nous sommes venus déposer chez vous. Etienne et moi avons commencé par transformer Elle en musée. Les vieux bouquins tout poussiéreux, c’était de l’inédit car chez ce Jeff Bezos, rien de tout cela, tout est neuf, nickel, blinquant. Oui, après x semaines, quelques clients de plus. Pas de quoi relooker Elle du sol au plafond. Ensuite nous avons proposé aux auteurs de les héberger, Elle devenait une espèce d’hôtel pour auteurs.

Ceux-ci (nourris chauffés logés) pouvaient écrire toute la journée sous les yeux ébahis des futurs lecteurs. Après l’affluence des premières semaines, les clients se sont lassés, ils hésitaient, et puis ne revenaient pas. Et Elle déprimait de plus en plus. Alors Etienne et moi avons lancé l’idée que ce serait les lecteurs eux-mêmes qui commanderaient les histoires, vous comprenez ? Dans une boîte à suggestions d’histoires, les clients déposaient leurs propositions et le mois d’après, ils venaient acheter… leur histoire. C’était donc leur livre, une façon de se démarquer face à ce Bezos. Là encore, une affluence au départ et puis la routine, toujours la routine.

Les auteurs se battaient presque entre eux, se volaient les histoires, un véritable désastre. Oh je pourrais continuer comme ça pendant des heures et des heures. Car des idées, monsieur le commissaire, Etienne et moi, nous en avions à revendre. Nous avons même lancé les soirées « exclusivement naturistes ». Elle était devenue un lieu pour naturistes, rien de plus, nous vous l’assurons, nous sommes des libraires honnêtes. Les lecteurs ne regardaient même plus les livres, vous pensez bien … Pendant des mois, nous ne faisons que ça, ruminer et trouver une solution : comment redonner son sourire et son peps à Elle. Hélas, nous n’avons obtenu aucun résultat, monsieur le commissaire. Etienne et moi n’avons plus supporté la dépression qui envahissait chaque cellule de Elle et ce, de jour en jour. Cette situation devenait intenable.

Regarder péricliter Elle de cette façon, quelle tristesse !

Alors nous voici tous les deux devant vous, monsieur le commissaire, pour tout avouer. Nous savons que c’est illicite ce que nous avons fait mais franchement, monsieur le commissaire, pouvions-nous laisser souffrir Elle de cette façon ? Une bête, on la pique, n’est-ce pas ? Alors disons qu’Etienne et moi nous ne pouvions rester bras ballants devant la lente agonie de Elle. Vous entendez ce vacarme dehors ? Ce sont les pompiers, monsieur le commissaire. Vous voyez ces flammes, là-bas, au loin ? Elle a fini de souffrir, monsieur le commissaire. C’est ça, aimer… Voilà ce qu’Etienne et moi nous étions venus avouer. Mais le véritable assassin, c’est ce Jeff Bezos, croyez-le bien, monsieur le commissaire.

 

CARINE-LAURE DESGUIN

(texte édité en version numérique dans l’opuscule Librairie mon amour, éditions Lamiroy)

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

Carine-Laure nous propose un texte qui dépote "Debbie Malocke au JT de 13 heures ce mardi 31 mars"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Debbie Malocke au JT de 13 heures ce mardi 31 mars

 

Ce mardi 31 mars, Debbie Malocke, ministre de la santé, est interviewée via webcam, distanciation oblige,  au JT de 13 heures par Francis le Brigand. 

- Madame la Ministre, bonjour. Vous êtes très occupée, nous nous en doutons, et nous vous remercions pour cette intervention dans notre journal de 13 heures. Première question si vous le permettez, quel bilan tirez-vous à ce jour de cette pandémie dont le responsable est le Coronavirus ?

- Bonjour à tous, eh ben, le bilan est très bon. Le Covid-19 atteint spécialement les personnes âgées et à ce jour, plusieurs centaines de personnes de plus de septante ans ont succombé. Un chiffre qui sera revu à la hausse ces prochains jours, c’est ce que mon collègue des pensions espère également.

- Madame la Ministre, ce commentaire ne vous gêne pas ?

- Ah ben non, la vérité, il faut l’avouer, n’est-ce pas, moi je dis toujours la vérité ?

- Oui, évidemment. À propos de ce bilan, mettriez-vous d’autres éléments en évidence ?

- Ah ben bien sûr, monsieur le Brigand. Cette situation catastrophique provoque des états très dépressifs car les actualités sont de plus en plus anxiogènes, cela s’explique de cette façon-là. Et de ce fait, les demandes d’euthanasie ne cessent d’augmenter. C’est très bien aussi, cette hausse de demandes d’euthanasie.

- Madame la Ministre, pouvez-vous nous expliquer en quelques mots en quoi cette hausse de demandes d’euthanasie est pour vous quelque chose de positif car je ne suis pas certain que tous nos téléspectateurs comprennent bien votre raisonnement.

- Monsieur le Brigand, cela signifie que le citoyen pense qu’il sera difficile de se soigner à l’avenir, très difficile même. Alors, à quoi bon vivre ? Les personnes seules et isolées qui ont accès aux réseaux sociaux et aux journaux télévisés, croyez-vous qu’elles ont encore le désir de vivre ? Je sais plus si on dit qu’elles ont ou qu’elles aient mais qu’importe, je suis Flamande, ne l’oubliez pas, ah ah ah ! Qu’elles soient âgées de plus de septante ans ou pas, ces personnes-là n’ont plus le goût de vivre, c’est bien normal. Et là, je félicite tous les journalistes, car toutes leurs interventions et toutes ces images d’hôpitaux débordés, de soignants sans masque surtout dans les maisons de repos qui doivent sacrifier des vies, tout cela contribue à la démoralisation de nos citoyens. Je sais pas si démoralisation existe en français mais c’est pas zimportant n’est-ce pas ? Ah ah ah, un peu d’humour à la belge, ça fait du bien de temps en temps, il faut rire encore.

- Madame la Ministre, soyons pragmatiques. Un citoyen lambda qui se sent inutile, isolé et j’en passe, que peut-il faire afin d’aider au mieux notre sécurité sociale ?

- Ceci est une très bonne question. Vu l’affluence des demandes ces derniers jours de ces demandes d’euthanasie, excusez-moi j’ai dit deux fois le mot demande mais ce n’est pas grave actuellement, nous avons décidé que les médecins des équipes spécialisées Covid-19 étaient trop nombreux sur le terrain et surtout inutiles puisque la plupart des gens atteints mourront. Et donc ces médecins sont obligés de regagner les unités dites d’euthanasie express. Les formulaires de demandes sont aussi en ligne, vous envoyez ça avec vos nom prénom et date de naissance pour éviter les erreurs ah ah ah et puis tout sera rapide et surtout vous offrira une mort très propre et très rapide. Sans souffrance, donc. Et cela, c’est gratuit pour chaque citoyen.

- Madame la Ministre, merci pour toutes ces informations. Vous désirez ajouter d’autres précisions ?

- Merci monsieur le Brigand, je pense que tout est dit. Le principal et ça tout le monde doit le savoir c’est que cette situation est vraiment, mais alors là vraiment catastrophique. Mais rassurez-vous, si vous refusez de mourir de ce Covid-19, remplissez le formulaire mis en ligne sur le site officiel Covid-19 et une mort plus efficace et plus rapide vous sera offerte !

- Madame la Ministre, nous vous remercions pour cette intervention via webcam, nous le rappelons et nous excusons pour les quelques interférences mais nous pensons que les citoyens ont très bien compris votre message.

- Merci monsieur le Brigand et à demain si vous le désirez pour un autre bilan aussi négatif je l’espère. Ou positif, cela dépend du nombre de victimes !

 

 

Carine-Laure Desguin

http://carineldesguin.canalblog.com

 

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

Nicole Graziosi annonce la parution de "La fille aux yeux bandés"

Publié le par christine brunet /aloys

Nicole Graziosi annonce la parution, après une longue gestation, de


! ! ! « LA FILLE AUX YEUX BANDES ».


L’image de couverture, réalisée par l’artiste néerlandaise Anka de Heij
illustre parfaitement le propos de ce que certains considèrent comme
un roman, certains autres comme une biographie, ou encore un
témoignage :
l’héroïne vit sa prime enfance dans les Alpes françaises, son
adolescence en banlieue parisienne, et son adulescence en région
bruxelloise.
« Adulescence », ça existe ? Pourquoi ne pas dire son « âge mûr » ?
Il y a dans le mot « adulescence » une connotation de progression plus
enthousiasmante.
Plusieurs extraits avaient retenu l’attention des premiers lecteurs et
suscité des réactions telles que :
« Ce n’est pas anodin », « Des extraits qui glacent le sang »,
« Déconcertant », « Quel peps ! »


Je propose un nouvel extrait plus ... tendre :


Pour un temps, l’hôpital le sauve .........
Il n’est pas encore sorti. On attend pour se prononcer le résultat d’un
dernier examen. Les analyses sont excellentes. L’unique souci qui
subsiste dans tous les esprits est celui d’organiser les visites du soir de
sorte que le visiteur puisse le faire manger. Le faire manger, le faire
manger ...
Pour un soir de carence, je propose d’assurer la relève. Je ne l’ai
jamais soigné, jamais nourri, ne lui ai jamais caressé la main. A peine
lui ai-je une ou deux fois d’un air distrait, remonté ses oreillers. Mon
appréhension est grande. Je dors mal à la perspective que mon
initiative lui déplaise. Je m’imagine maladroite, distante. Je
m’imagine souffrant de son regard méprisant et froid. Qu’est-ce qui
m’a poussée à proposer mes services ?
Il est souriant. Il m’embrasse tendrement. Il a retrouvé la parole et
nous bavardons un peu. Je porte à sa bouche de petites cuillerées de la
fade nourriture qui lui convient si bien, lui propose quelques gorgées
de liquide. Il mange avec plaisir. Sur son plateau, ne restent que
d’infimes traces de ce que fut son repas. « Eh bien, Monsieur, vous
avez bien mangé de soir ! constate avec admiration la jeune et
souriante personne qui apporte les derniers médicaments du soir.
« C’est ma fille qui s’est occupée de moi, ce soir. C’est Dorine, ma
fille de Bruxelles ! ».

Son air de satisfaction, de fierté, la douceur de son ton me font chaud
au coeur. Il me regarde sans méchanceté, sans haine, sans cette
désapprobation à laquelle je suis habituée depuis la nuit des temps.
Son regard dans le mien est celui d’un père. Je me sens sa fille. Et, le
moment venu, j’ai grand peine à mettre un terme à cet instant
privilégié.

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

"L'avis de Lily", un texte publié dans le recueil "Révolutions"

Publié le par christine brunet /aloys

 

L'avis de Lily 

Publiée dans le recueil collectif "Révolutions" - Chloé des Lys, 2008. 

  

Lilianne a piqué du nez pendant quelques minutes, elle s’en rend compte aux sourires amusés des siens. « Welcome back Grandma ! » murmure Troy, son petit-fils, serrant sa main avec douceur. Elle lui fait un clin d’œil et redresse la tête, lasse et écoeurée à la vue du gâteau que Mary-Beth, sa belle-fille, est en train de découper. Un gâteau recouvert d’une sorte de crépi de maçonnerie blanc, au pourtour orné d’un hideux double feston orange et vert fluo. Un ridicule dindon de plastique roux et rouge, piqué au-dessus d’un Happy Thanksgiving écrit de guingois, tremble et puis s’effondre. 

  

Quelle horreur, pense-t-elle. Ca fait des années qu’elle « n’a plus faim pour le dessert », ce qui lui permet enfin d’éviter cette succession de gâteaux aux couleurs et goûts répulsifs. Des années d’un petit plaisir silencieux sous prétexte du grand âge de son estomac. Car Lilianne n’a jamais été, il faut le dire, quelqu’un qui donnait son avis s’il allait contre celui de la majorité. 

  

Mariée de guerre, enceinte et amoureuse, elle avait débarqué en 1946 à New York, chargée de son argenterie et de son trousseau brodé-main, avec des centaines d’autres mariées de guerre. Sous les fenêtres des bus qui les emmèneraient vers leur destination finale, des Américaines ulcérées agitaient des panneaux : Go home, Frenchies ! Elle avait rejoint Allamuchy, dans le New Jersey, au bord de la Musconetcong, pour y trouver une belle-famille en larmes : Don, son amour, son dieu en uniforme… Don était mort trois jours plus tôt d’un accident de la route. 

  

Elle était restée, cherchant son rire dans ces champs cultivés, et son souvenir dans sa vieille chambre qu’elle occupa désormais. Elle avait permis à la Musconetcong d’emporter ses larmes et son avenir, sans un bruit. 

  

Elle laissa son nom devenir Lily. Accepta que Don Junior, son fils, lui soit escamoté par ses beaux-parents qui, disaient-ils, le comprenaient mieux. Toléra que l’on rie de son argenterie et de ses draps brodés qui finirent par jaunir dans une armoire. Survécut à la consternante découverte, quand elle maîtrisa bien la langue, qu’ils étaient tous ignares et bigots. Pria Josette, sa sœur venue rendre visite en 1965, de ne rien dire alors qu’on lui expliquait, comme à une sauvage qu’il faut instruire, les bienfaits du frigidaire et de l’aspirateur. Détourna le regard lors du mariage de Don Junior et Mary-Beth quand on accueillit Josette et son mari en leur clouant des casquettes de baseball rouges sur la tête. Endura les coups d’œil amusés parce qu’elle portait toujours des tailleurs ou jolies robes, des bas et ses perles. 

  

La naissance de Troy la sauva. Elle l’aima et puisa en elle ce qui restait de primesautier, de charmant, d’enthousiaste pour ce garçonnet, réplique de ce beau lieutenant tant aimé dans ce qui semblait une autre vie. Et lui, il s’était lové dans cette niche d’amour comme un petit opossum et y avait grandi à l’abri de la médiocrité. Il parlait parfaitement le français, aimait la bonne cuisine, et enseignait l’histoire de la Chine à l’Université de New York. Troy, Troy… le pourquoi et pour qui de toute cette vie en exil de soi… 

  

« … et il va autoriser que l’on fore dans les réserves d’Alaska ! Il était temps, il faut un homme comme lui pour protéger l’autonomie de la nation ! » John, le frère de Mary-Beth, postillonne son avis comme toujours, le dentier bringuebalant dans sa bouche. Lilianne et Troy échangent un regard sans paroles, et elle pince les lèvres avec irritation. Mary-Beth le remarque avec surprise. Jamais sa belle-mère n’a eu la moindre velléité d’opinion querelleuse. Amusé, Troy se penche vers son élégante grand-mère et demande : « Tu voulais dire quelque chose, Grandma ? » 

  

Elle se tourne vers lui, hésite, et puis, le regard ferme, ses deux mains gracieusement repliées sur la table, elle ouvre la porte à sa pensée : « Ce président que vous aimez tant, c’est un imbécile ! » La stupeur écarquille tous les regards en face d’elle tandis qu’un rire plein de triomphante gaieté fuse à son côté. Leurs deux joies s’unissent en une cascade rafraîchissante.

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

« La Fille aux Yeux Bandés » Nicole Graziosi nous en annonce l’arrivée toute proche

Publié le par christine brunet /aloys

 

« Si c’est du vécu, quel cauchemar ! Si ça ne l’est pas, quelle précision dans la psychologie et la connaissance de l’âme humaine et de sa méchanceté ! »

Telle était la note du Comité de Lecture de Chloé des Lys.

Après en avoir proposé quelques extraits au cours des derniers mois, en voici la conclusion : Lettre à mes géniteurs Jusqu’à la fin des temps, jusqu’à ma fin, je croyais vous haïr pour ce que vous avez fait de moi. Allais-je, maintenant que tous espoirs sont vains, alors que toutes attentes se sont révélées caduques, traîner cet énorme boulet que fut ce pain noir si souvent souhaité par vous. Que nenni !

Si je n’oublie pas vos malversations, vos calomnies, vos diffamations qui ont transformé ma vie en un champ de mines, si je n’oublie pas vos injustices, je n’en suis plus détruite. Si je n’oublie pas le lavage de cerveau que d’un accord commun et avec constance vous pratiquèrent à mon égard, je n’en suis plus victime.

Mais sachez que vous m’avez rendue très forte face à l’adversité. Même ma crainte de vous retrouver dans l’au-delà n’est plus. Certes, je ne serai pas enterrée auprès de ma Grand-Mère dans ce joli cimetière que j’aimais tant, pour ne pas vous y côtoyer dans la mort puisque cela ne fut pas possible durant la vie. Tel est mon unique regret.

Votre départ me soulage, m’allège. Votre départ m’offre la vie. Ce départ m’offre ma vie et ma liberté. Il m’est arrivé de penser que l’un et l’autre avez été très malheureux pour vous comporter de la sorte. J’ai été très malheureuse puisque c’était votre souhait.

Mais je n’en ai que plus aimé. Aimé les miens. Et j’ai découvert quelles sont mes valeurs à leur égard. Ce sont respect, honnêteté, justice et tolérance. C’est également et surtout encouragement à être. Vous connaissez ? Ne dit-on pas que ce qui importe ce n’est pas ce qu’on a fait de nous mais bien ce que nous avons fait de cette oeuvre.

C’est à vous que je dédie le présent récit. Pourtant, moi, je vous aimais ... ! ! ! ! ! ! ! ! !

Dorine

Publié dans ANNONCES, Textes

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>