Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

presentations

Antonia Iliescu présente son ouvrage à paraître « Poésies en gouttelettes – Epigrammes »

Publié le par christine brunet /aloys

 

Un nouvel ouvrage intitulé « Poésies en gouttelettes – Epigrammes » de Antonia Iliescu va bientôt paraître chez les éditions Chloé des Lys. 


Un extrait :

(…) J’ai conçu ce volume par le soin d’attirer l’attention du lecteur sur un genre de poésie qui, malgré son heure de gloire dans le passé, est aujourd’hui peu pratiquée et donc, peu connue. Le livre que je vous présente ici comprend deux parties distinctes :
Le premier volet est fait d’épigrammes et polygrammes originales, illustrées par l’auteure, groupées dans vingt-et-un thèmes : sur l’épigramme, politique, les lois de la physique, religieuses, vieillesse, épitaphes, histoire, l’art divinatoire, mariage et amour, enfants, écrivains et écrits, sur la bêtise, nature, rats, sur les voleurs, sur les chefs, internet, la chimie de la vie, agape, thèmes divers.
Le deuxième volet offre un bref regard sur l’histoire de l’épigramme dès son apparition en Grèce antique et jusqu’aux temps modernes, quand on observe une tendance à disparaître comme genre littéraire (surtout en France et en Belgique). 
(…) Si celui qui prend cet ouvrage dans ses mains ne s’ennuie pas, mon but est atteint.

 

Et une épigramme :

« 
Noir et blanc » 
(thème pour un concours d’épigramme)  
Écrire en noir et blanc c’est difficile,
Ce n’est pas tout à fait mon style. 
Alors, devant le thème, j’ai échoué ;
La preuve que je suis très… nuancé.

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Thérèse André-Abdelaziz nous présente son recueil de poésies "Chemin d'heures"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Biographie :

 

Thérèse André-Abdelaziz, poète, nouvelliste, romancière et dramaturge, est l’auteure de huit ouvrages dont  Je, femme d’immigré. De pièces radiophoniques et théâtrales. La dernière, Aigre-douce-amère, a été créée les 2 et 3 novembre 2018 à Nantes. Son écriture est axée sur la mémoire - des lieux et des gens dont on ne parle pas - la discrimination et l’exclusion.

 

Résumé :

 

Heures rebelles. Heures nomades. Heures tendres. L’essence d’une vie.

 

Chemin d’heures

à l’envers

ne peut se faire

 

« Poésie consciente, qui donne conscience : conscience poétique (…)  D’un mot qui luit, qui vole, ou qui saigne. Sans parler du rythme, qui peut être haletant, comme le cœur de celle ou de celui qui marche, qui parcourt le chemin, qui marche son poème »

Eric Simon, poète

 

Extrait :

 

Chemin d’Heures

 

Chemin d’Elle et de Lui

            Chemin d’Eux

            le front

à tutoyer les nuages

à chuchoter le langage

des oiseaux et des feuilles

plumes et joailleries

 

Chemin Prieur

            chante liturgie

            psaumes de vie

            et litanies

            dans les eaux du soir

            vivier de la mémoire

 

Chemin d’Heures

            pèlerine à pas menus ou pressés

            pose sur Elle pose sur Lui ses mains

            toutes ses mains du jour

            des hiers et des demains

 

Chemin d’Heures

à l’envers

ne peut se faire

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Christophe Van Staen nous présente son nouvel ouvrage 'Lieux d'oubli"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Bio 

Christophe Van Staen est chercheur et poète. Auteur de plus de 120 études sur Rousseau et les Lumières, il a publié récemment La Chine au prisme des Lumières françaises (Bruxelles, Académie éditions, 2016), Rousseau et les Lumières (Paris, Honoré Champion, 2016), L’art de la guerre de Sun Tzu (Bruxelles, Lemaître, 2017) et la nouvelle Eddy Merckx, prix Nobel ? (Bruxelles, Lamiroy, 2019).

 

Synopsis

Un jour, quand cesse enfin le chahut du monde, les yeux se ferment pour de bon sur ce qu’on a omis de raconter, décor discret de la vie, lieux ne servant à aucune géographie, si ce n’est celle de ces bribes si fragiles qui tel jour, telle nuit, s’attachèrent au présent, avant de s’envoler.   

 

Extrait

J’ai accepté ma défaite

J’ai maudit son nom

J’ai abandonné

J’ai pleuré le temps perdu

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Yves Oliver nous présente son premier roman "Le silence des Carpes"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Biographie

 

Yves Oliver est né en Belgique en 1966.

Il a publié aux Editions Chloé des Lys (Barry, Belgique) 2 recueils de poésies : « La théorie du plaisir » (2009), « Le principe de la joie » (2009) et 1 recueil de nouvelles : « Les landes endormies » (2010).

« Le silence des carpes » est son premier roman.

Egalement auteur/compositeur/interprète et photographe, il a présenté au public de la Communauté Française de Belgique des expositions et des concerts dans les Médiathèques, Centres Culturels, Auberge de Jeunesse, etc...

 

Résumé :

 

Maria, jeune allemande, a 12 ans en 1940.

Jugée porteuse d'une maladie héréditaire pouvant nuire à la race aryenne, elle est internée dans les camps de concentration où elle connaîtra l'enfer comme tant d'autres mais aussi le viol et la déchéance. Abandonnée de tous à la fin de la guerre, elle reconstruira une vie comme elle le peut avec le terrible poids du passé.

40 ans plus tard, à la fin de sa carrière d'infirmière, les hasards de la vie la confronte au plus étonnant des destins. Ecartelée entre une colère aveugle et son sens aigu du devoir professionnel, quel chemin choisiras-t-elle ?

 

Extrait :

 

On dit que la guerre révèle le vrai visage des hommes. Certains sont lâches, d'autres fourbes. Certains s'imaginent un nouveau courage. Les meurtriers s'éveillent, les sadiques se frottent les mains. Pour eux, la guerre est la porte ouverte vers leur folie la plus cachée. Rêve de domination furieuse que l'empathie ne calme pas. Le mal en liberté est l'orgasme momentané qu'il faut atteindre à tout prix ! Ceux-là le chevauchent, poussés par la rage d'en finir. La guerre nourrit ces hommes. Je n'étais pas de ceux-là. J'étais une femme !

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Mickaël Auffray présente son ouvrage "Vous êtes ici"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Issu d'un ventre nourricier, l'auteur débute son parcours en 1982. De formation classique, il passe du statut de simple embryon à celui de fœtus. Après une carrière de fumiste dans un landau bleu, il se lève pour aller de l'avant. Sa bipédie acquise lui permet d'intégrer un établissement de la République visant à la socialisation de son espèce. 
 

Professionnellement intégré à l'industrie, il prend rapidement conscience de l'aliénation que représente le travail à la chaîne. Dès lors, il s'engage dans le domaine commercial afin de vendre des objets à des personnes qui n'en ont pas besoin. Il quitte la piste de ce cirque mercantile pour recentrer son activité vers des considérations plus culturelles. L'auteur réside désormais non loin d'une jungle urbaine, il y a trouvé un travail manuel dans le champ pédagogique.
 

 

Bibliographie :

 

Résumé

Un homme est applaudi car il s’est bien garé, une araignée meurt sur fond de crise conjugale, un retraité jette tout par la fenêtre par conviction politique, un salarié s’interroge sur le sens de son travail…

Pris dans la toile, les personnages de ces 1O nouvelles doivent faire face à la détresse du monde contemporain. Quand certains s’adaptent ou se résignent, d’autres sont en quête de sens et combattent.

 

EXTRAIT :

Au bord de la chaussée, un petit panneau attira ma curiosité : il était écrit « Vous êtes ici ». Je fus ravi d'apprendre que quelqu'un se souciait de ma présence en ces lieux, mais cette simple affirmation soulevait plusieurs questions : « ici » c'était quoi ? Et qui avait pris soin de rédiger ce message ? Je me remis en marche et je n'avais pas fait cent mètres quand je butai sur une autre pancarte du même style : « Vous n'y êtes plus ».

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Alain Van Kerckhoven nous présente son recueil de poésies "Des miettes dans le lit"

Publié le par christine brunet /aloys

Il s'agit d'un recueil de vingt-neuf poèmes courts

 

Tout d'abord, un court extrait

 

« Je ne sais plus où je l’ai mise...
– On va la retrouver !
– Je ne sais plus où je l’ai mise, qu’il répétait.

Et puis il s’assied, comme ça, au bord du trottoir, à mi hauteur de la rue de la Victoire.

Lui, c’était mon père. Et il renonçait à chercher sa voiture. Il faisait bon et, en face, une camionnette de location essayait péniblement de se garer.

- Un jour, je ne saurai même plus qui tu es, qu’il ajoute. »

 

 

Qui suis-je ? 

 

Alain Van Kerckhoven est un auteur belge dont la pensée rejoint la philosophie naturaliste contemporaine. Sa réflexion est principalement ontologique et oscille entre les domaines scientifiques, politiques et artistiques. Il a rédigé de nombreux articles et essais transversaux sur les rapports complexes qu'entretiennent la société, la technologie, la musique et la conscience. Il est aussi poète.

C'est en découvrant sa production littéraire que des compositeurs lui proposèrent des collaborations musicales dans lesquelles la plus grande importance est donnée à la musicalité du texte et à la portabilité de la charge émotionnelle par les interprètes. Ce recueil présente une sélection inédite de cette production poétique.

Les poèmes d'Alain Van Kerckhoven empruntent une langue dépouillée d'artifices, incisive, afin débusquer ce qui se tapit sous l'apparence du quotidien. Le geste le plus banal, la phrase la plus anodine deviennent l'indice d'une réalité magique, qui ne nous apparaît jamais qu'après coup. Et donc nimbée de nostalgie.

 

 

 

 

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

"Bluff", le dernier thriller de Bob Boutique... Présentation

Publié le par christine brunet /aloys

 

Et de trois !

«Bluff» est le troisième volet de la trilogie du «Bouledogue et de la Petite» dans laquelle on retrouve, dans une aventure totalement différente, Johan et Lieve, les deux héros un peu déjantés mais fichtrement sympas de «2401» et «Chaos».

Comme d’hab, une enquête étrange qui démarre devant un barbecue familial pour se déchaîner dans l’océan arctique et au milieu des volcans d’Islande !

Un livre très actuel qui risque de déranger, de choquer même, car il remet nombre d’idées reçues en question. Une seule garantie : ça va déménager !

 

Extrait

Il était une fois un thriller qui commençait comme un film de Disney. Avec un zoom très lent sur un globe terrestre plein de jolies couleurs et des voix angéliques pour accompagner le mouvement de la caméra.

L’image de Google Earth grossit et découvre un pays morcelé qui ressemble à une crevette posée de tout son long sur une plage jaune, au bord de la Mer du Nord. Les Pays-Bas. Une région plate comme un polder avec un confetti d’îles qui grandissent sur l’écran tandis qu’apparaît petit à petit un maillage de canaux scintillants que zèbrent les sillages de petites embarcations affairées.

Maintenant, on distingue beaucoup mieux les villages aux maisonnettes attroupées près des temples comme des brebis autour de leur berger, les mouettes railleuses qui font du rase-mottes par-dessus les toits d’ardoises, ainsi que les chemins sinueux qui circulent entre les hameaux avec, ici et là, des voitures de la taille d’une fourmi. Ah, on oubliait ! L’odeur douçâtre et iodée des algues en décomposition. Et puis, soudain…

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Edmée de Xhavée nous propose une présentation et un extrait de "La preferida"

Publié le par christine brunet /aloys

Présentation de La preferida d’Edmée De Xhavée

 

J’ai l’autre jour présenté Toffee, qui est le premier roman composant ce livre qui en comprend deux, très différents l’un de l’autre. Toffee met en scène, finalement, « de bonnes personnes » comme on dit, pas des saints, mais au cœur dénué de fiel ou poison quelconque.

 

La preferida, au contraire, nous décrit une Preferida et les conséquences de ce qui s’appelle laisser entrer le loup dans la bergerie. La preferida est une « naturelle », peut-être même presque inconsciente de son incroyable rapacité et amoralité, d’autant qu’elle sait très bien endormir sa conscience. Et comme il faut des complicités, elle « a le tour », et manœuvre sans hésitations pour une bonne cause : la sienne.

 

Voici un extrait…

 

Et j’ai su, dès lors, qu’il serait à moi si je le voulais toujours quand j’en saurai plus.

Il ne le savait pas, mais d’emblée je l’analysais non pas en tant que garçon avec qui éventuellement passer quelques bons moments et peut-être même sortir, mais en garçon par qui me faire épouser.

— Non, je chasse toujours en meute. Mes amis sont arrivés avant moi et m’attendaient, identifiant déjà les proies… aimeriez-vous que je vous présente ?

Nous l’avons suivi vers la table où se tenaient les amis en question, tenant précautionneusement nos verres – Cabernet rouge pour moi, un Tonic pour Alice. Il nous a présentées comme « deux sœurettes bien mignonnes et esseulées qui apprécieront un peu de virile et bruyante compagnie ». L’un d’entre eux avait à son bras une jeune fille plutôt jolie mais sottement pâmée, qu’il négligeait avec ostentation. Nous avons échangé poignées de mains et présentations. Olympe et Alice. Félix et Mirèse. François, Laurent, Paul. Et Yves. C’est son nom. Yves de Moustière. J’ai entendu la particule, et avais déjà remarqué la chevalière d’or à son auriculaire. J’ai levé mon verre en dégageant discrètement du long pied délicat mon auriculaire, lui aussi orné du signe de la patte blanche pour la belle société, la chevalière avec le lapis-lazuli et les armes de papa.

Je me suis appuyée contre Alice pour lui indiquer, d’une pression du coude, que l’affaire me semblait intéressante, et elle a levé vers moi son joli visage heureux, me répondant d’un clin d’œil plein de connivence.

Il y avait du bruit, entre musique envahissante et voix haut perchées pour la couvrir, des effluves de parfums discordants et vaporisés en abondance, du passage, des frôlements de sacs et manteaux… Non, ce bain de foule trop mélangée n’est pas du tout ce que j’aime, je ne m’amusais pas vraiment.

Pour ne pas dire pas du tout…

Voici pourtant des mois maintenant que je navigue de soirée en soirée, accompagnée d’Alice à qui j’ai soigneusement rappelé les règles : étant l’aînée, j’ai la préséance. Autant éviter les disputes inutiles. Maman souligne avec raison : ça s’est toujours passé ainsi dans les bonnes familles, on marie d’abord l’aînée, puis la suivante – les fils c’est autre chose mais nous n’avons pas de frère de toute façon -, et elle se fie au bon sens des traditions, même si d’aucuns les disent d’un autre temps. Mais dans les bons milieux, insiste-t-elle, ça n’a pas changé. Les bonnes manières et les traditions n’ont pas à changer puisqu’elles ont toujours obtenu de bons résultats.

Papa quant à lui trouve ce concept dépassé, soulignant qu’alors ce serait la fin de tout pour les sœurs cadettes de ces grandes bringues modernes qui vont dans la vie sans soutien-gorge en chantant Peace ‘n Love à tue-tête et ne se marieront que très tard juste avant d’être trop défraîchies, et encore.

Il rit et précise que nous ne sommes plus une famille bien prestigieuse après tout, tout au plus la branche éloignée et en déclin d’un ancien lignage, tout à fait désargentée qui plus est. Pour couronner le tout, notre particule a été vendue il y a plus de 70 ans déjà à de riches industriels en mal de panache bon ton, ce qui à l’époque avait permis de doter convenablement deux jeunes filles à marier ainsi que de rembourser des dettes, mais suite à ça le de Bonsenfants est devenu un bien terne Debonsenfants. La chevalière, explique-t-il, représente la famille d’autrefois, mais est de nos jours presqu’une fraude. Une fraude… et ça fait rire maman qui explique qu’il ne sait vraiment pas tenir son rang.

Nous écrivons cependant encore notre patronyme avec sa particule sur la carte de visite, la sonnette et dans le bottin téléphonique. Après tout nous y avons droit. Mais papa persiste et rappelle, trop souvent pour le plaisir de maman, qu’il ne peut pas se permettre de vivre du produit de fermages, troupeaux ou bois, lui, et qu’il va simplement au bureau en bus chaque matin, attendant ses congés payés comme d’autres ont attendu d’être adoubés chevaliers…

 

Publié dans Textes, présentations

Partager cet article
Repost0

Aviscène nous présente son roman philosophique "L'ultime élément"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Biographie :

Née au Maroc en 1984, Aviscène est fascinée depuis son jeune âge par le monde mystique. Issue d’une culture orientale et occidentale, elle poursuit ses études en France où elle y étudie la linguistique. Passionnée de recherches théologiques, elle observe, médite et analyse certains extraits des textes sacrés du bouddhisme, du judaïsme, du christianisme et de l’islam et porte une attention toute particulière aux mots employés et à leur impact sur les consciences. Par le biais de la philosophie, elle partage avec ses lecteurs quelques joyaux d’une réflexion oubliée.

 

Résumé :

Un tourment et voici que le personnage principal se lance dans un grand voyage à la quête du sens. De village en village, il fera des rencontres surprenantes. Inspiré de méditations sur les livres sacrés du bouddhisme, du judaïsme, du christianisme et de l'islam, ce roman de sagesse à caractère philosophique et spirituel interpelle le lecteur sur la notion de la foi en mettant l’éclairage sur une dimension linguistique oubliée.

 

Extrait :

"Il décela avec stupéfaction la présence d’un temple, d’une synagogue, d’une église et d’une mosquée. Des gens portant des kesas, des kippas, des crucifix et des voiles défilaient harmonieusement dans les rues.

L'itinérant interpella l'enfant:

- Ne sommes-nous pas dans le village des Croyants ?
- Non! Ici, personne n’est Croyant."

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Edmée de Xhavée nous présente son prochain ouvrage à paraître aux Editions Chloé des Lys

Publié le par christine brunet /aloys

 

Présentation de Toffee – Edmée De Xhavée

 

C’est bientôt que mon nouveau livre sortira. Deux romans, Toffee et La preferida. Le premier au goût d’un tendre caramel salé et l’autre avec une pointe de ciguë. Une poignée, plutôt. On va dire un apéro à la ciguë et puis un soufflé au soufre.

 

Mais aujourd’hui c’est Toffee que je vais présenter. Sans trop en dire.

 

Un vieux monsieur content de sa vie, une dame plus toute jeune qui veut savoir. Une histoire pas possible, pas vraisemblable, et pourtant, serait-elle, en fin de compte, vraie ? Peut-on tout expliquer de ce qui se passe dans l’intime des gens, de leur détresse, de leurs rêves ?

 

Un court extrait :

 

Luis et Sofia accompagnaient les Fauquier à la villa de vacances pour tous les séjours prolongés, laissant Dolorès à ses charges de concierge et un peu de repos puisqu’elle n’avait alors ni à cuisiner ni à servir à table. Sofia avait rapidement abandonné l’école où on se moquait de son accent – elle était trop fière, lui reprochait Dolorès qui elle, avait appris l’humilité -, et aidait la vieille Zélie à la cuisine, au ménage et au service à table, tandis que Luis aidait le jardinier, assurait les déplacements en voiture et l’entretien de cet engin merveilleux, une Minerva crème et marron.

Et Sofia, quand les patrons n’étaient pas en vue, nageait dans la rivière claire où les tiges de nénuphars s’enroulaient autour de ses chevilles brunes, galopait pieds nus dans l’herbe d’où montait l’odeur de menthe et le picotement des sauterelles dérangées par sa course. Toute déterminée à s’abandonner au bien-être-en-vie qui rebondissait en elle, de veine en veine, de muscle en muscle…

Son accent, elle le travaillait mieux parmi les gens qui ne le lui reprochaient pas, et elle avait assez d’intelligence pour soigner sa façon de s’exprimer, choisir des mots adéquats, observer comment vivaient les patrons de ses parents pour s’en inspirer. Elle ne voulait pas, avait-elle expliqué bien plus tard à Julie, se sentir une petite-étrangère-pas-à-sa-place toute sa vie.

Sofia avait bien des fois évoqué cette époque de douceur paisible. Ses parents avaient trouvé refuge et travail, payant le prix de cette seconde chance par l’arrachement à tout ce qui leur était familier afin de non seulement survivre, mais vivre, et elle jouissait d’une adolescence presque normale, même si la guerre s’était étendue et avait imposé les files d’attente pour le pain et tant d’autres choses, ainsi que des bombardements très effrayants, mais qui avaient rarement représenté un danger dans leur partie de la ville.

Le bois de chauffage et les pommes n’avaient guère manqué, provenant des terres et vergers entourant la tannerie, et comme bien des familles, les Fauquier et leurs cousins avaient su trouver les ressources pour une certaine normalité dans la vie quotidienne, secourant au mieux les moins nantis autour d’eux.

Pour tous les jeunes qui étaient aux études, celles-ci se poursuivaient avec les aléas de trains qui partaient ou pas, de classes détruites ou pas, et on continuait d’organiser des promenades en vélo entre jeunes, la tartine dans le sac, la joie aux joues, la paix dans le futur…

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>