Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

presentations

Valentine Depinay-Maire nous présente son ouvrage "Mes pas dans les siens"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

BIOGRAPHIE Valentine DEPINAY-MAIRE

 

Née en 1976, je suis orthophoniste dans un hôpital de jour avec des enfants autistes et pyschotiques en Haute-Savoie.

Titulaire d’une licence de lettres modernes avant d’obtenir mon diplôme d’orthophoniste il y a une dizaine d’années.

J’ai commencé à écrire durant mon adolescence, des poèmes et des nouvelles. C’était ma façon de mieux vivre mon mal être sans embêter personne (à part ceux qui les lisaient).

Je n’ai jamais cessé d’écrire par la suite, en parallèle de ma vie professionnelle et familiale. Passionnée de musique (en particulier de piano), j’écris des textes de chansons.

*****

« Ta main qui passait dans mes cheveux...Une caresse muette avec plein de mots cachés sous tes doigts, cachés dans mes cheveux…Plus fort qu'un baiser sur la joue. Plus fort qu'une étreinte.

 

Tes mains. Celles qui ont porté ma mère. Celles qui caressaient ma joue. Celles qui tenaient souvent un petit carré de chocolat aux noisettes. Celles qui ne m'ont jamais giflé. Celles que je n'ai pas serrées à ton dernier souffle. »

 

Extrait de Mes pas dans les siens, chapitre 1 « tes mains »

 

RESUME DU LIVRE MES PAS DANS LES SIENS

 

« Léa, jeune trentenaire, mère d’un petit garçon, se remet difficilement du départ brutal de son mari. Elle se confie à son grand-père défunt à travers de lingues lettres et reprend peu à peu goût à la vie grâce aux étincelles de ses souvenirs d’enfance. »

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Jean-Jacques Manicourt nous présente son nouvel ouvrage "En Langue d'Or"

Publié le par christine brunet /aloys

Courts extraits de « En Langue d’Or »

 

 

Et tu cabanes

Dans ta chantepleure

Une essence vive de Havane

Et les fruits de mon cœur

 

Amoureux effrontés

On écrit l'amour à petits mots

Avec une encre (  ) éhontée

 

Coiffée de ta toque russe

Oh, ma jolie frimousse

Tu vas dans les rues sans us

Élégante, fière et sans frousse

 

Sur le toboggan de ta hanche

Ma main skie

Elle savoure le zakouski

Des plaisirs en avalanche

 

 

 

Biographie

 

Né en 1957 à Roubaix, J-Jacques Manicourt  travaille comme intervenant dans une institution qui reçoit des jeunes sujets en grande souffrance.

Il consacre le reste de son temps à lire bien entendu, écrire quand le désir le titille, et depuis peu, à traduire les textes anciens en hiéroglyphes.

Jean-Jacques Manicourt réside désormais là où l’amour l’a retenu.

 

Résumé

Textes courts sur lesquels voguent au gré des  trouvailles : l’errance et la légèreté des sentiments le plus souvent arrimées  à la » Belle Rencontre ».

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Brune Sapin nous présente son ouvrage "Il a beau pleuvoir, le soleil n'est jamais mouillé"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Biographie

 

Je suis née le 29 avril 1989, j’ai donc tout bientôt 28 ans.

Mes premières histoires datent de mon enfance et de mes jeux avec mes cinq frères et sœurs, et mes premiers écrits… Depuis que je sais écrire !

Je signe chez Chloé des Lys mon premier roman aboutissant à une publication et il en résulte des pétillements de joie !

Aucune critique n’atteindra le sentiment que je ressens à réaliser l’un de mes rêves de petite fille !

Je suis encore étudiante en lettres à l’université mais si tout va bien cela devrait être ma dernière année. Je me destine à travailler en tant que bibliothécaire et animatrice d’ateliers d’écriture dans une médiathèque mais le monde du travail est très certainement plus compliqué que l’univers de la faculté. Advienne que pourra !

En attendant je vais continuer à écrire, je l’espère en m’améliorant toujours, grâce à l’expérience du vécu, de plus en plus riche en rencontres et en amour.

Tout commence ou recommence ! Et tout continuera à recommencer !

 

 

 

En guise d’Avertissement :

Il a beau pleuvoir, le soleil n’est jamais mouillé

 

Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,

Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,

Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage

Polissez-le sans cesse, et le repolissez,

Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

(Boileau, L’Art poétique, 1674)

            Il avait bien raison le grand Classique. On jette comme ça des idées sur une page, et à force de les relire on les supprime quasiment toutes pour en réécrire les grandes lignes voire parfois les lignes parallèles.

            Je voudrais vous présenter mon petit livre, mais je ne sais ni par où commencer ni qu’en dire. Ce qui est sûr c’est que je l’ai écrit, soyez rassurés. Mais de là à en parler il y a un sacré vol à l’étalage qui vire au tour de l’univers en vitesse lumière.

            Il me semble cependant pour l’anecdote, que sur l’enveloppe dans laquelle se trouvait mon manuscrit (premier jet) lorsque Chloé des Lys l’a reçue, j’avais inscrit ceci :

Les sots lisent un livre, et ne l’entendent point ; les esprits médiocres croient l’entendre parfaitement ; les grands esprits ne l’entendent quelquefois pas tout entier : ils trouvent obscur ce qui est obscur, comme ils trouvent clair ce qui est clair ; les beaux esprits veulent trouver obscur ce qui ne l’est point, et ne pas entendre ce qui est fort intelligible.

(La Bruyère, Les Caractères, Des ouvrages de l’esprit, 1696)

            C’était prétentieux.

            Et d’ailleurs la version finale de ce manuscrit en question soit le bouquin dont je vous parle n’a pas grand-chose à voir avec ce qui se trouvait dans l’enveloppe.

            Bref, je cherche une définition : c’est une sorte de livre excentrique, mais tel que l’entendait Nodier et non pas l’interprétation ironique et/ou parodique qu’en a fait Daniel Sangsue en 1988 (J’entends ici par un livre excentrique un livre qui est fait hors de toutes les règles communes de la composition et du style, et dont il est impossible ou très difficile de deviner le but, quand il est arrivé par hasard que l’auteur eût un but en l’écrivant. (Bibliographie des Fous de Quelques Livres Excentriques, Charles Nodier, 1835)

Ensuite et bien c’est une histoire, celle d’une petite fille, qui fugue bien évidemment, et d’autres personnages plus ou moins importants… Mais l’ensemble est un sacré trompe-l’œil en fin de compte, si l’on admet comme Aragon que l’imagination n’inventant pas des choses réelles, ces dernières sont menties : L’extraordinaire du roman, c’est que pour comprendre le réel objectif, il invente d’inventer. Ce qui est menti dans le roman libère l’écrivain, lui permet de montrer le réel dans sa nudité. Ce qui est menti dans le roman sert de substratum à la vérité. (Aragon, C’est là que tout a commencé…, 1965). Cependant, le monde de l’imaginaire apparaît paradoxalement chez Lacan comme intrinsèque au moi, avec celui du symbolique et celui du réel… Aussi je vous laisse vous y retrouver.

Et puis je dois tout de suite vous avertir que mon livre n’est pas tout à fait un roman. En fouinant un peu dans l’histoire littéraire je dirais qu’il se rapproche de l’antiroman (vous savez, Charles Sorel, 1633, Le Berger Extravagant ; Jean-Paul Sartre dans son introduction au Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute, 1948 ; critique de la vague du nouveau roman français dans les années 1940, 50,60 ; et pour ceux que cela intéresse : un article d’Aron Kibédi Varga dans Littérature en 1982 (n°48, Texte contre-texte) : Le roman est un anti-roman : http://www.persee.fr/doc/litt_0047-4800_1982_num_48_4_2174 ).

            Mais pour finir de brouiller les pistes (dans mon esprit qui cherche à vous présenter concrètement quelque chose d’acté et diable ! de publié),  ultime citation tirée d’un livre incroyable que je vous recommande en passant : Tout se passerait donc comme si, les genres s’étant dissipés, la littérature s’affirmait seule, brillait seule dans la clarté mystérieuse qu’elle propage et que chaque création littéraire lui renvoie en la multipliant – comme s’il y avait donc une essence de la littérature. Mais, précisément, l’essence de la littérature, c’est d’échapper à toute détermination essentielle, à toute affirmation qui la stabilise ou même la réalise : elle n’est jamais déjà là, elle est toujours à retrouver ou à réinventer.  Il n’est même jamais sûr que le mot de littérature ou le mot art réponde à rien de réel, rien de possible ou rien d’importance. (Maurice Blanchot, Le livre à venir, 1959)

Vous l’avez compris maintenant, il vous faut donc lire ce récit de fiction qui n’est ni un roman, ni un livre excentrique, ni tout à fait un antiroman, en souriant et en ne cherchant surtout pas à le cataloguer car il est brut et brutal, sorti de nulle part et encore en recherche. De plus, ce sourire qui ne vous quittera plus, participera de votre indulgence par-rapport aux coquilles s’il en reste malgré mes relectures et corrections (honte à l’auteur : moi) mais également à accepter dans votre grande mansuétude une faute grammaticale que je revendique bien qu’elle paraisse indubitablement condamnable : c’est fatiguant. L’adjectif qualificatif comme son nom l’indique serait attendu là pour qualifier la situation, et de plus seul lui (en tant que défini et définissable, sinon d’autres mots peuvent remplir cette fonction syntaxique) peut être placé en attribut du sujet. Or la grammaire moderne est beaucoup moins rigoureuse que celle que j’ai apprise dans ma lointaine jeunesse, et parle uniquement de différences sémantiques entre le participe présent, l’adjectif verbal et le gérondif (les trois formes en –ant) : l’adjectif verbal a une qualité durable ; le participe présent et le gérondif indiquent tous deux avec plus de puissance l’aspect d’inaccompli, d’action passagère, de procès en cours de réalisation. (A. Mela, Université Paul Valéry, Trame de cours, Prépa à l’entrée à l’IUFM) L’immensité de la fatigue en train d’être ressentie par le sujet présent à la situation donnée m’a donc induite en erreur vers le participe présent, et je m’en excuse pour ceux que cela choquerait, bien que le propre, aussi, de ce récit, soit son imperfection, de par son statut de premier (douteux brouillon et naïf qui plus est ?), d’où votre sourire amusé.

Vous ne pourrez pas dire que je ne vous avais pas prévenus !

 

Un livre. Une aventure. Quant à moi je m’éclipse…

 

12 Mars 2017

Brune Sapin

 

Extraits d’Il a beau pleuvoir le soleil n’est jamais mouillé, Brune Sapin

 

« Oui Billy savait tout, ils discutaient beaucoup, et elle allait retrouver Billy quoiqu’il lui coûte, parce que maintenant elle ne pouvait plus vivre sans lui et personne jamais ne pourrait les séparer. » (p.73)

« Tout le monde a des hauts et des bas, tout le monde est à la fois une petite fille et une jeune femme, tout le monde le comprendra. Oui cette histoire doit devenir un livre et elle le deviendra. » (p.124)

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Edmée de Xhavée nous présente son nouveau roman "LA RINASCENTE"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Biographie

 

D’ici et d’ailleurs, d’ailleurs et d’ici. Belge née d’un papa Belgo-Uruguayen et d’une maman qui ne rêvait que de lointains ailleurs, nourrie de l’idée que le monde était vaste et sans limites, elle a bougé. Des années cigale en Provence, des années de dolce vita dans le Piémont, et des années d’American Way au New Mexico et New Jersey. Et de longues parenthèses bruxelloises.

C’est à Liège qu’elle a posé – dirait-on – ses bagages pour voir défiler la Meuse et écrire…

Avant ce dernier recueil de nouvelles elle a publié 3 romans et deux recueils de nouvelles aux éditions Chloé des Lys, ainsi que deux témoignages de vie aux éditions Irezumi.

 

Extrait de « La rinascente » d’Edmée De Xhavée

 

Elle attendait déjà de ses nouvelles, ne sentait plus rien d’autre que cette attente.

Oh, le son du clapet métallique s’ouvrant puis se rabattant dans la porte, et le « toc ! » sourd des enveloppes qui atterrissaient dans la boîte aux lettres, et qui, si en trop grand nombre, en enfonçaient la petite porte vitrée, se déversant sur le marbre du vestibule dans un bruit d’éventail géant. Et puis, son impatience déguisée en indifférence alors qu’elle triait… se désespérant de plus en plus à mesure que passaient les semaines. La brûlure de l’abandon scella son cœur. Elle reprit ses sorties, brisée et frimeuse. Éclatant d’une joie de vivre bien imitée.

En pleine forme, radieuse, la complimentait-on.

En secret elle avait pourtant vécu une longue période d’insomnies et de fragilité de caractère. Querelleuse et pleurnicheuse avec les siens. Alors qu’elle sortait déjà avec Bernard depuis peu, elle apprit que la mère de Lieblich venait de réapparaître en ville après une longue convalescence : elle avait été hospitalisée la nuit de cette soirée, et souhaité se trouver près de sa propre mère en Allemagne pour son opération et la rééducation, assez longue et pénible. C’est son fils qui l’y avait conduite, après quelques jours inquiétants à l’hôpital de la ville. Il avait passé la fin des vacances auprès d’elle, et n’avait opéré qu’un rapide aller-retour d’une journée dans leur ville, afin de préparer ses bagages la veille de son entrée comme prévu dans une université allemande, en septembre.

 

 

Résumé

 

Histoires de femmes égale histoires d’amour. Voici des nouvelles qui fouillent dans les apparences pour y trouver si l’amour fut ou ne fut pas.

Mariages logiques, mariages qui marquent le bout de la route ou le début d’une voie royale. Amours mortes ou défunts que l’on aimera à jamais et ne remplacera pas.

Images statiques qui, si on leur donne vie, révèlent une toute autre vérité.

Et ces femmes qui n’acceptent pas le malheur, qui raisonnent, mesurent, et trouvent l’amour de la vie ailleurs, dans l’amitié, le confort, la solitude sans mornitude, la conviction que certains compromis ne sont pas à faire. Ou les autres qui « se font ».

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Jean-Jacques Salembier se présente et présente son recueil de nouvelles "Migrateurs"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Jean-Jacques Salembier: Auteur belge, fait ses débuts en 1984 en tant que comédien avec

« La roulotte théâtrale » de Mons.be où il prend goût aux mots. Parallèlement il suit les cours d'art dramatique au conservatoire de Soignies.be. Quand il n'est pas sur scène, il mène une vie sous forme d'errance et se met à écrire. Il pratique différents genres, roman, journal, chroniques, récits de voyage, pièces de théâtre, tranches de vie, nouvelles, réflexions, contes pour enfants, poésies. En 2003, il rassemble sous forme d'une plaquette intitulée “Mézigue”, différents extraits de son “gros œuvre”, qui est une sorte d'autobiographie expérimentale où il évoque aussi bien son passage dans l'administration en tant qu'employé sans spécification définitive, ses fonctions d'administrateur- créateur au centre dramatique Hennuyer, ses petits métiers, vendeur de moutons à Paris, ses voyages en Afrique, à Madagascar, en Lituanie, en Croatie, en Serbie, en Roumanie, à Cuba, à la Martinique, son exil en Provence au pays de la lavande, ses aventures dans l'univers théâtral.

 

Livres parus : 

 

 

MÉZIGUE 2003

Éditions La rivière de Cassis, Aden Bruxelles.

L’OR ROUGE 2005

Éditions La maison de la Gravure Méditerranée, Montpellier.

L’ALPHABET MUET 2006

Éditions La maison de la Gravure Méditerranée, Montpellier.

L'ILE AUX PAPES 2008

Éditions à compte d'auteur

MEMOIRES D'UN LOIR 2015

Éditions Chloé des Lys

 

 

 

EXTRAIT :

 

Dès le soir une lumière orangée d'un sublime merveilleux. Je me sens tourmenté par toutes sortes de désirs: suivre l'océan en marchant sur la plage, barboter dans les petites vagues, me familiariser avec les chiens aquatiques et le barracuda, épier les ébats des makis, des lémuriens, de toute la petite gent fourrée, afin d'observer leurs mœurs et découvrir le mystère de leurs vies. On dit que les lémuriens sont les gardiens des ancêtres. Avec le temps, je peux, me semble-t-il, me glisser parmi les fleurs et, en me montrant prudent et raisonnable pour ne pas les effaroucher, je peux parvenir à surprendre les secrets qu'elles se murmurent entre elles, les mille confidences que l'oreille de l'homme ne perçoit jamais. Je me sens alors cet enfant des forêts vierges, cet être vibrant de tous les instincts primitifs, assoiffé d'espace, de grand air. L'heure d'entre chien et loup est divine. Tout est divin et magnifique. Un monde enchanté où défilent des enfants. Je me sens sur une autre planète, avec son enfer et son paradis. Un petit paradis où il fait bon vivre. Un enfer tant il y a de femmes merveilleusement belles. La tentation est grande de ne pas butiner sur toutes ces fleurs. Des îles, se répètent Tom à voix haute, des cocotiers sur les îles, et le bruit frais du vent.

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Paul Maakad, nouvel auteur aux Editions Chloé des Lys, se présente...

Publié le par christine brunet /aloys




Je m'appelle Paul Maakad, j'ai 33 ans. Je suis heureux et très fier de publier dans un futur proche mon premier recueil de poésie et de pensées aux éditions Chloé des Lys, qui s’appellera « Bouillonnement ».

Libano-palestinien d'origine, mes parents ont fui la guerre civile en 1990 et sont venus s'installer en France pour nous assurer un avenir meilleur.

En grandissant, j'ai senti le besoin de renouer avec mes origines car je déplorais un manque en moi: je suis donc retourné étudier pendant deux ans à Beyrouth. C'est à ce moment et dans ce lieu précis que j'ai commencé à écrire car j'y ai de suite décelé une inspiration exacerbée.

Mes activités de journaliste et de travailleur humanitaire m'ont par la suite donné la possibilité de voyager et d'assouvir mon besoin de rencontre avec l'Autre - rencontre qui m'est indispensable à progresser dans mon cheminement vers une sagesse et une joie de vivre que je sens de plus en plus grande.

Les poèmes et pensées que ce premier recueil rassemble touchent à l’essence des sentiments et des questionnements métaphysiques que l’être humain se pose au fur et à mesure des expériences qui lui sont données de vivre. En cela, c’est un ouvrage accessible à tous, suggestif et atemporel dans sa portée.

N'hésitez pas à me contacter pour quelque précision; ce serait une joie d’entamer un dialogue et de confronter des destinées de vie et d’expériences.

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Le Tréponème Bleu Pâle, vous connaissez ?... un article de Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

 

Le Tréponème Bleu Pâle, vous connaissez ?

Poésie underground humeurs froides, ça vous dit ?

Non ? Non ?

Alors vite, découvrez sur ce blog atypique quelques unes de mes nouvelles poésies !

Mais non, je ne blague pas ! C’est la vérité ! Voyons, je ne dis jamais de conneries !

@ Léon Cobra, merci pour l’intérêt que tu portes à mes trucs et machins littéraires. Au passage, on salue la revue Lichen http://lichen-poesie.blogspot.be/p/n-12-mars.html car c’est comme ça que toi et moi on s’est cogné, pas vrai l’ami ?

Lien vers première série de textes sur le blog Le Tréponème Pâle :

http://leoncobra.canalblog.com/archives/2017/03/06/35015513.html

Lien vers seconde série de textes sur le blog Le Tréponème Pâle :

http://leoncobra.canalblog.com/archives/2017/03/07/35019400.html

Press book C.-L. Desguin :

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/press-book/32061526.html

 

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Robert fontaine nous propose son nouveau roman "La croix mystérieuse"

Publié le par christine brunet /aloys

 

BIOGRAPHIE

 

 

Robert FONTAINE est né à Ecaussinnes, en Belgique, d’où son père était originaire. Cependant il a gardé de sa mère, native d’un petit village au cœur des volcans, à un jet de pierre de la station thermale de La Bourboule, des racines auvergnates.

Cela fait maintenant de nombreuses années que Besonrieux, commune de l’entité de La Louvière, est devenu son port d’attache.

Sa carrière professionnelle fut essentiellement destinée aux chiffres, mais le temps libre que lui octroya une retraite anticipée lui permit de se consacrer à l’écriture, exercice qu’il a toujours apprécié.

La perspective d’être publié ne l’avait jamais effleuré jusqu’au jour où Chloé des Lys s’intéressa à son premier manuscrit : « La Chaumette » fut publié en 2011 et l’éditeur récidiva en 2014 avec « Après Stéphane ».

Au travers d’énigmes policières, il a déjà fait visiter à ses lecteurs des coins insoupçonnés de la Côte belge dans « La Chaumette », des endroits incroyables de Venise avec « Après Stéphane » et, dans son troisième roman « La Croix Mystérieuse », il nous entraîne dans son beau village natal dont il garde d’excellents et inoubliables souvenirs.

 

Texte couverture 4

 

Noël Méneval, jeune lieutenant de police récemment arrivé dans la brigade où a été muté le commandant Legrenzi, se voit confier l’enquête d’un braquage de bijouterie dont l’auteur n’a pas hésité à tirer sur le gérant avant de s’enfuir à moto avec un complice. Deux jours plus tard, le corps d’une jeune femme est retrouvé au pied d’une croix en pierre. Y aurait-il un rapport entre ces deux affaires ?

Des rumeurs le poussent à consulter des archives et il s’aperçoit que ce n’est pas la première fois qu’un cadavre est découvert au pied de cette énigmatique croix plantée sur un talus, à deux pas d’un imposant château-fort et de ses dépendances. Il constate aussi que les recherches menées par la police de l’époque n’ont jamais abouti. C’est probablement la raison pour laquelle les villageois ont, à juste titre, surnommé l’endroit : « La Croix Mystérieuse ».

Il s’intéressera de près à ces vieux dossiers de meurtres non élucidés mais mènera conjointement, avec l’aide d’Henri Montherey, inspecteur expérimenté proche de la retraite, et Alice Verdier, jeune stagiaire diplômée en criminologie, les enquêtes sur les affaires récentes : toutes s’avèreront laborieuses et il devra faire face à des situations troublantes, bouleversantes, étonnantes et pleines de surprises.

 

Résumé

 

 

L’histoire commence quelques jours avant le début de la seconde guerre mondiale avec la découverte du corps sans vie d’une jeune fille sur un talus en rase campagne. Il s’agissait assurément d’un meurtre. A l’époque, l’enquête sera abandonnée sans résultat, mais curieusement une croix en pierre fera son apparition à cet endroit précis. Par qui fut-elle plantée ? Nul ne le sait ! Par la suite, d’autres cadavres, toujours féminins, seront aussi retrouvés au pied de cette croix qui fut surnommée « La Croix Mystérieuse » par les habitants du village.

Ces récits figuraient dans le cahier d’un prêtre décédé qui notait jour après jour la vie du village ; les diverses enquêtes menées par la police n’avaient jamais abouti !

Outre ces vieux dossiers, la police est confrontée au braquage d’une bijouterie. Étrangement, une dame se présentant comme étant la grand-mère d’un jeune homme de dix-huit ans à peine l’accuse d’avoir commis ce délit. Elle espère, un peu naïvement peut-être, que cette dénonciation et son arrestation le mettront à l’abri de la racaille qu’il s’est mis à fréquenter. Il est bien sûr en fuite, elle ne sait pas où il se trouve, mais la police prend néanmoins sa déclaration très au sérieux. Quelques jours après ce vol, une jeune fille est retrouvée morte, affreusement mutilée, au pied de la fameuse croix !

Y aurait-t-il un rapport entre le braquage et ce meurtre ?

Après de longs moments d’errements et d’incertitude, les enquêteurs, sous la responsabilité du lieutenant Noël Méneval, iront de surprise en surprise mais parviendront à démêler, du moins partiellement, cette dernière affaire, sans négliger celles non élucidées depuis plus d’un demi-siècle.

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Joël Jouffriault nous présente "L'enfant qui rêvait du Siam"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Biographie de l’Auteur :

 

L’auteur est né en 1939 dans un petit village du Poitou. Poussé par son instituteur, il se retrouve au collège de Poitiers pour apprendre la comptabilité et matières annexes. Expert-comptable, métier où le rêve n’a guère de place, il a bourlingué au milieu des chiffres et des rapports, toujours dans un cadre fiscal et juridique très strict. Fini, tout ça. Maintenant retraité, il a tourné le dos au chiffres et ouvert la porte à l’écriture.

L’enfant qui rêvait du Siam est son troisième roman.

 

Phrase d’accroche

Ne soyez pas tristes, puisque le rêve de votre petit Guillaume est en train de se réaliser, cela devrait atténuer beaucoup votre peine. Pépé, mémé, je vous aime de tout mon cœur.

 

Résumé du livre :

 

Guillaume, orphelin, est élevé par ses grands-parents, Clara et Abel. Enfant de chœur, il est le protégé du curé du village, qui lui ouvre sa bibliothèque où il découvre un livre sur le Siam. Partir là-bas devient alors son rêve. Après avoir été moine novice dans l’abbaye, puis cordelier dans le village voisin, il participe avec brillance à la construction de la Corderie royale de Rochefort, à l’époque de la Compagnie des Indes orientales, sous Louis XIV. Jusqu’au jour où un envoyé du ministre Colbert lui propose d’embarquer pour le Siam dans le but de créer un comptoir. Son rêve est enfin en passe de se concrétiser. Mais sur la mer, le danger est partout et l’issue incertaine…

 

 

 

Extrait du livre :

 

̵ Et que…

 Clara se tait et se signe en baissant les yeux.

̵ Et que… Qu’alliez-vous dire, Clara ? lui demande le curé.

̵ Que les filles sont belles et se promènent presque nues au milieu des éléphants. Voilà ce que Guillaume a lu dans le livre. Et il dit qu’un jour il partira là-bas. Bon, je sais que c’est des rêves d’enfant, mais ça m’inquiète, tout ça.

 

Découvrir le Siam, d’autres pays, d’autres civilisations, enfin un rêve sur le point de se concrétiser. Mais avant, la découverte d’un monde insoupçonné s’offre à Guillaume. Le monde des marins. Pour le marin, le navire est son pays. Avec ses règles, ses mœurs. C’est son univers. Avec la mer et le ciel. Pas une mer ou un ciel que l’on regarde comme une pièce de théâtre de plein air. À la différence du terrien qui, quand l’éclair jaillit du ciel, fuit le danger en s’abritant avant que la foudre n’éclate et que les trombes d’eau ne s’abattent sur sa tête, le marin, lui, l’affronte. Il connaît le langage du ciel et de la mer, intercepte leur conversation, devine leurs intentions et prend les devants à coups de voilure. Lui et ses camarades. Chacun à son poste, tous solidaires. D’eux, plus que de la grâce de Dieu, dépend la vie du bateau et de chacun.

Guillaume reste béat d’admiration devant leur courage dans la tempête, leur agilité dans la mâture. 

C’est avec une ferveur particulière qu’il prie, ce matin, agenouillé parmi les matelots, à côté du capitaine, face au gaillard de dunette où prêche l’aumônier. 

 

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Jacques Degeye nous parle de son nouvel ouvrage "Sale temps pour les héros"...

Publié le par christine brunet /aloys

 

SALE TEMPS POUR LES HÉROS. Le prix de la liberté sous le règne de M. Poutinede JACQUES DEGEYE, Éditions CHLOÉ DES LYS « Collection », 2016, 571 p., 22 EUR.

__________________________________________________________________________

 

 

Jacques, ta conférence du 11 janvier 2017 a-t-elle été un succès ?

Un succès inespéré. La salle du Centre Culturel de Rochefort était pleine.

 

Un public intéressé ?

Oui, très concentré et réactif.

 

Pourquoi, à ton avis, les gens s'intéressent-ils à ton livre sur la Russie ?

Le sujet est actuel. Tous les jours, tous les soirs, on parle de Poutine : « Poutine par-ci, Poutine par-là ! Un grand homme ! Un homme à poigne ! Voilà ce qu'il nous faudrait : un homme qui n'a pas froid aux yeux ! »...

 

Pourtant, tu n'es pas tendre avec lui : c'est le moins que l'on puisse dire !

Oui, et c'est la raison pour laquelle j'ai été l'objet de quelques critiques, parfois

virulentes, à la limite de la correction, voire pire... C'est le risque à courir.

 

Les Russes aiment leur président actuel. Pourquoi t'acharnes-tu contre lui ?

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 82 % d'opinions favorables au 16 avril 2016.

Source : Le Centre Levada, un institut indépendant. Alors, quel est le problème ?

Ne suis-je pas « à côté de la plaque » ? Si la réponse mérite d'être posée, elle appelle

toutefois une réponse claire : un an avant ce sondage, après avoir été réélu président,

après avoir promis beaucoup (à la suite des manifestations de l'hiver 2011/2012)

et après avoir mis en œuvre quelques réformes, M. Poutine ne récoltait qu'entre 40

45 % d'opinions favorables.

Quelle est l'explication ? La guerre en Ukraine et l'annexion de la Crimée (mars 2014)

ont changé la donne : elles ont dopé le sentiment nationaliste, la fierté d'être Russe, le

sentiment de prendre leur revanche et de compter à nouveau sur la scène internationale.

 

Pourquoi cette charge anti-Poutine ? Que lui reproches-tu au juste ?

À titre personnel, rien ! MAIS comment est-il parvenu au premier rang ? Comment

s'y maintient-il ? Quelles forces le soutiennent-elles, et pourquoi ?

Et puis : quelle politique mène-t-il à l'intérieur de la Russie ? Et à l'extérieur ?

Ce sont des questions importantes, et il ne s'agit pas de dire : c'est très bien, la Russie

fait ce qu'elle veut, elle nous en remontre, elle est redevenue une grande puissance, etc...

À toutes ces questions, mon livre répond honnêtement.

 

Et tes sources : ne sont-elles pas toutes traduites ?

Et alors, quel est le problème ? Les ouvrages en russe sont rapidement traduits en

français ou en anglais. Ce sont des livres très au courant des questions russes :

sociologues, historiens, politologues, géographes, philosophes, journalistes, écrivains.

Par contre, si vous ne lisez, en tant que slaviste, que des ouvrages ou des articles en russe,

si vous ne regardez que la TV russe ou si vous n'écoutez que la radio russe, vous n'aurez pas de regard critique, car toute la presse écrite et audiovisuelle est contrôlée

par les hommes du Kremlin. Même les exceptions sont sujettes à caution, car les capitaux

de ces médias « indépendants » appartiennent (au moins en partie) à des oligarques proches

du pouvoir actuel.

 

Conclusion ?

Lisez « SALE TEMPS POUR LES HÉROS », et vous exercerez votre esprit critique,

sans être pour autant antirusse. C'est là plus qu'une nuance : je ne suis nullement

antirusse. Au contraire, c'est une grande joie pour moi de parler de la Russie, de son peuple

merveilleux, de ses espaces immenses, de ses cathédrales et de ses monastères, de ses musées, de ses artistes géniaux, de ses scientifiques de premier plan, de ses entrepreneurs.

 

Qu'est-ce qu'un héros ou une héroïne selon toi ?

C'est une femme ou un homme que nous pouvons imiter parce qu'il (elle) est un modèle

de courage et de probité. Il (elle) a fait ses preuves dans des cas bien concrets.

Il en est ainsi d'Anna Politkovskaïa, d'Alexandre Litvinenko ou de Boris Nemtsov,

qui ont payé de leur vie leur recherche de la vérité, les deux premiers en 2006 et le dernier en 2015.

 

Ton livre n'est-il pas le reflet de l'ère Obama (2009-2017) ? N'est-il pas dépassé

par l'arrivée de M. Trump à la Maison-Blanche ?

Sincèrement, je ne le pense pas. Ce n'est pas parce que la politique étrangère qu'annonce

M. Trump sera toute différente de celle de son prédécesseur, notamment vis-à-vis de la Russie, que le blason de M. Poutine en sera redoré. Tous les FAITS que j'allègue dans mon

ouvrage sont vérifiés et recoupés. Et les faits sont têtus. Est-ce que les Russes profitent de la politique économique et sociale de leur président ? Prenons un seul exemple : le PIB par habitant de la Russie est d'environ 9 000 dollars US, tandis que celui de la Belgique est de + ou - 40 000 USD et celui de l'Allemagne, de + ou - 41 000 USD (chiffres de 2015). L'évolution du PIB de la Russie était meilleure lorsque les prix du pétrole et du gaz étaient élevés. Depuis la crise de 2008 et les sanctions réciproques de 2012-2014, cette évolution est négative. Ce n'est pas brillant.

 

Pourquoi faut-il lire « SALE TEMPS POUR LES HÉROS » ?

Pour garder nos yeux grands ouverts sur les réalités de notre monde : ni catastrophisme ni angélisme. Nous savons quand les pouvoirs forts commencent, mais jamais quand ni comment ils se terminent. Méfions nous des démagogues et des semeurs d'illusions, car nous pourrions le payer cher. Méfions nous également des cyniques : regardons-les bien en face. Défendons les hommes et les femmes sans voix, sans poids, les victimes, les êtres souffrants. Faisons preuve de tolérance. SUIVONS EN CELA LES FEMMES ET LES HOMMES INTRÉPIDES, ceux dont les récits foisonnent dans « SALE TEMPS POUR LES HÉROS. Le prix de la liberté sous le règne de M. Poutine », aux Éditions Chloé des Lys « Collection », 2016.

 

Jacques Degeye

Publié dans présentations, interview

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>