Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie

L'amant d'Aurore, un poème de LUC HARACHE

Publié le par christine brunet /aloys

Les Anges, recueil de poésies signé Luc Harache, Ed. Chloé des Lys, 2011

Les Anges, recueil de poésies signé Luc Harache, Ed. Chloé des Lys, 2011

L’amant d’Aurore

Savourant son sommeil au lit d’une lisière,

Aurore n’est vêtue que d’un drap de flanelle,

Son souffle parfumé fait frémir les fougères,

Et les arbres du bois font de l’ombre sur elle !

Or du feuillage sort, vigoureux comme un fauve,

Un dieu ! Son regard fond sur la belle insolite

Qui dort, l’épaule nue, dans la profonde alcôve

Que lui fait la Nature et que son rêve habite !

Se penchant pour humer de plus près son haleine,

Il frôle d’un baiser ses lèvres incroyables,

Puis, tremblant de désir, surprend ses formes pleines

En tirant prudemment l’étoffe interminable …

Mais il l’a réveillée, et le voyeur farouche

Est rentré comme un cerf au royaume des cimes !

Elle a, parmi les fleurs, écarquillé la bouche

Au troublant sentiment d’une présence intime !

Pourtant, dans un sourire, Aurore se rassure :

« Une bête m’aura reniflée au passage ! »

Telle est confiante quand la chère créature

Rejoint Morphée, à la merci des yeux sauvages !

LUC HARACHE

poème extrait du recueil "Les Anges", Ed. Chloé des Lys

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Claude Hardenne nous propose un poème, "Débuts"

Publié le par christine brunet /aloys

D E B U T S





Je voudrais – me crois-tu ? – enfin si c’est possible
Revenir en arrière au temps de ces amours
Les nôtres au début les pures les sensibles
Ma belle d’aujourd’hui d’hier et de toujours


Nos débuts coin de table et lumière du jour
Sur ton corps alangui et qui devient la cible
De mes yeux éblouis en quête d’indicible
Par le pinceau tracé en un subtil contour


La rue aux pavés gris le ciel en carillons
Parcourant de beffroi en clochers l’étendue
La ville aux toits d’ardoise et puis nous qui rions


Bohême simple - élans - nos âmes éperdues
De ce bonheur nouveau saupoudrant d’or nos yeux
Et ce sentiment vif d’être pareils aux dieux

Claude Hardenne

www.artmajeur.com/arden/

fr.artscad.com/@/ClaudeHardenne

Le pittoresque dans "Gaspard de la nuit" d' Aloysius Bertrand (2011) et Poussière d'âme (2009) Ed. Chloé des LysLe pittoresque dans "Gaspard de la nuit" d' Aloysius Bertrand (2011) et Poussière d'âme (2009) Ed. Chloé des Lys

Le pittoresque dans "Gaspard de la nuit" d' Aloysius Bertrand (2011) et Poussière d'âme (2009) Ed. Chloé des Lys

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Musique, une poésie de Micheline BOLAND

Publié le par christine brunet /aloys

 

Des bleus au coeur

 

MUSIQUE

 

 

Dans mes bagages, j'emporte quelques notes de musique,

Des airs d'accordéon et de violon,

Des accords de guitare et des refrains.

Je suis riche comme un rentier.

 

Moi, qui voyais la grisaille de novembre,

J'offre mes jambes et mes bras à une mélodie

Et voilà que le monde qui m'entoure est paré de couleurs.

Mon bonheur est plus neuf qu'un lever de soleil.

 

La musique est la parure des jours sans entrain,

Je l'entends et mon cœur danse et mon corps chante.

 

 

 

Micheline Boland

micheline-ecrit.blogspot.com

 Extrait du recueil en ligne "Printemps des Poètes 2014 -

Site "Moments d'écriture"

boland photo

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Boire les ombres, un poème de Camille Delnoy

Publié le par christine brunet /aloys

Boire les ombres

siennes

aux douze circonférences de l’horloge

comme prisonnier

d’une éternité circulaire

j’avance la main.

Mais qu’est-ce qu’une main

pour l’ombre ?

Main affamée

par temps de son absence

tourne pareille

que tournent les aiguilles

d’une étrange folie solitaire.

Et déjà cette autrefois

qui germe entre les doigts

d’une douce infection

pour la mémoire.

Je lampe et suce les contours

me nourris de moments brûlés

à la moelle même des vestiges.

A l’heure où d’absence

tout s’écroule

la main – toujours la même –

se dessèche telle

silhouette suspendue

à une fissure d’espoir.

Camille Delnoy

Extrait de "Traversée de la main en solitaire"

Esquisses de ratures Camille K. Delnoy

Esquisses de ratures Camille K. Delnoy

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

"LA MARE EN MAI CERTES, MAIS..." un poème de Claude Colson

Publié le par christine brunet /aloys

LA MARE EN MAI CERTES, MAIS...

En ce printemps distant
La mare est verte, le ciel est blanc.
Boudeuse, Nature fait la moue ;
Attend-elle donc les chaleurs d'août ?

Voici, alignés, que passent puis repassent
Quatre jeunes colverts, laissant sur l'onde leur trace.

Patauds, ils vont quitter l'eau,
Grimpent, un à un, sur l'îlot
Où ils s'ébrouent, bien vifs.

Or , celui qui manquait, tardif,
Le grain, s'abat sur la place
où, un temps, je me délasse.
Le parapluie m'abrite un peu
Car voilà que soudain il pleut.

Paradoxe saisonnier,
Sous l'ondée le soleil a percé
Un instant, puis, vite, s'est rencogné.

Heureux, les canards cancanent,
Tandis que sur le bras d'eau, là-bas, le héron plane.

Claude Colson, copyright.

http://claude-colson.monsite-orange.fr

"LA MARE EN MAI CERTES, MAIS..." un poème de Claude Colson

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Souvenir oublié, un poème de Philippe Wolfenberg

Publié le par christine brunet /aloys

Les états d'âme de la Lune et du Soleil

 

Souvenir oublié

 

 

 

Quand le soleil se couche et qu’arrive le soir,

Je me rappelle une fille aux yeux marron et cheveux noirs

Dont l’absence, parfois, me plonge dans un sombre désespoir

Et, alors, des moments exquis reviennent à ma mémoire.

 

 

A une époque révolue et regrettée, en d’autres lieux,

Perdu dans un parc arboré, un château merveilleux,

Habité par le spectre affligé et vaporeux

D’une amazone à l’intense regard de feu.

 

 

Sous le feuillage des géants séculaires,

Reniant sans remords sa nature première,

Sur un banc, la belle et troublante guerrière

S’offre à moi, à l’ombre d’une grande tour austère.

 

 

Cette réminiscence d’un lointain passé

A le goût doux et amer du dernier baiser,

Ultime vestige de l’amour devenu suranné,

Laissant dans le cœur l’envie de tout effacer.

 

Philippe Wolfenberg

philippewolfenberg.skynetblogs.be

http://www.bandbsa.be/contes3/wolfenbergtete.jpg

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Quai des salines, un poème de Laurent Dumortier

Publié le par christine brunet /aloys

Vertiges

Quai des Salines

 

 

Quai des Salines, sans courant,

Je dérive cependant

J’assassine mes lignes de vie

Et les réduis comme moi au néant

 

 

Quai des Salines, je jette un regard

Vers l’autre rive

Là où les signes s’allument et s’alignent

Tandis que saignent mes lignes

 

 

Quai des Salines, j’avance à reculons…

 

 

Quai des Salines, j’attends

Le rouge de l’aube

Qui colorera l’Escaut

Et ses rives de sang

 

 

Quai des Salines,

Là où tu ne viendras pas,

Là où tu as érigé entre nous

Ces fantômes de barricades

 

Laurent Dumortier

gsl.skynetblogs.be

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

"Quel sorte de dictateur êtes-vous ?" un texte de Claude Colson

Publié le par christine brunet /aloys

saisons d'une passion
Texte gagnant (à l'unanimité des votants) d'un petit concours d'écriture de forum  récent (7 participants seulement):
 
 
 
 
 
"Voici le sujet d'écriture: "Quelle sorte de dictateur êtes-vous ?"

Une grande catastrophe a annihilé la quasi-totalité de l'espèce humaine. Vous faites parti des survivants en compagnie de quelques milliers d'autres hommes et femmes. Votre objectif est d'établir une charte qui posera les bases légales au fonctionnement de votre communauté de rescapés (en vase clos). Pour cela, vous disposez d'un maximum de 10 articles et de 1000 mots !
La seule contrainte réside dans le fait que votre communauté est constituée de personnes très diverses (diversité génétique, diversité culturelle, diversité sociale, toutes les classes d'âges sont représentées...). Votre charte doit pouvoir plaire au maximum de rescapés afin qu'elle soit élu LA charte, et que vous soyez élu LE dictateur !"
 



ARTICLE I.

Vous allez voter pour la charte réglant à tout jamais le fonctionnement de notre communauté. Une seule charte est proposée, celle de celui que nous nommerons : le Guide suprême.

ARTICLE II.

Les électeurs sont les membres de notre communauté ayant seize ans révolus. Vous remarquerez l'extraordinaire bienveillance de notre constitution, très moderniste eu égard à ce qui se fait dans les démocraties les plus avancées. Vous êtes fermement invités à le faire savoir partout où vous le pouvez. Vos comportements en la matière, comme en toute autre du reste, seront finement observés et feront l'objet de rapports circonstanciés ; vous ne pourrez pas dire que vous n'étiez pas prévenus.
L'unique vote possible est d'accepter le projet que le Guide suprême vous présente lui-même ci-dessous. L'acceptation se fait en entourant la mention OUI , seule mention figurant sur le bulletin pré-imprimé.

Tout votre contre, nul (votant dépourvu de stylo pour entourer, par exemple) ou abstention d'électeurs sera puni de mort et cette sentence sera immédiatement exécutoire. Il n'y aura aucun appel possible, Le Guide suprême se réservant le droit d'accorder très rarement sa grâce, qui cependant ne pourra jamais être demandée par la personne concernée.

ARTICLE III.

Toute personne se proposant pour donner la mort au ou à la condamné(e) pourra être remarquée par le Guide suprême et alors bénéficier de faveurs, qui ne seront en rien automatiques. Cela restera néanmoins l'un des rares moyens d'en obtenir.

ARTICLE IV.

En cas d'afflux de candidats pour l'exécution de la sentence et dès qu'ils seront au moins deux, ils seront départagés par le Guide suprême grâce à un texte d'au plus mille mots qu'il devront écrire, légitimant le mieux la sanction et chantant les louanges du Guide suprême.

ARTICLE V.

Le vote sera obligatoirement précédé de cette mention manuscrite portée en haut du bulletin : "j'accepte librement la charte ci-dessous."
L'absence de cette mention entraînera la nullité de votre vote et l'application de l'article 1, paragraphe 2.
Par ce vote vous acceptez le pouvoir complet , définitif et sans partage du Guide suprême. 

ARTICLE VI.

Vous devrez indiquer sur le bulletin, à la place prévue, vos coordonnées complètes : nom , prénom, âge, adresse, ainsi que dater et signer. Ces données seront vérifiées par les hommes du Guide suprême avant que vous puissiez glisser le bulletin dans l'urne. Pour ce faire ils les confronteront à vos pièces d'identité dont la présentation sera obligatoire sous peine de voir considérer le vote comme nul (cf article 1- deuxième exemple de nullité, vous suivez ?).

Les pièces d'identité, obligatoires pour toute personne vivante, quel que soit son âge, seront délivrées par les services du Guide suprême contre la remise à ce dernier de 9/10 èmes de la fortune du demandeur, s'il veut une seule pièce, ou en cas de membres multiples dans la famille, de tantièmes par tête, calculés de manière à ne laisser que 3/10 ème maximum au demandeur s'il veut 3 pièces ou 2/10 èmes si le couple n'a pas d'enfant. Vous remarquerez au passage le grand souci d'égalité du Guide suprême.
Les enfants de la famille excédant le nombre de 1 seront immédiatement mis à mort, sauf si le Guide suprême a pris la décision d'accorder une dispense pour des raisons exceptionnelles dont il est seul juge.

ARTICLE VII.

Pour le fonctionnement de notre groupe humain, la règle unique est celle-ci : tout membre de la communauté doit se plier à toutes les volontés du Guide suprême (celui qui vous fait l'honneur aujourd'hui de vous proposer ce vote libre) ou à celles de la personne qu'il aura éventuellement choisie pour lui succéder après la mort, s'il advient qu'il décide un jour de se soumettre à celle-ci.

ARTICLE VIII.

Tout membre qui favorisera de quelque manière que ce soit la réalisation d'un désir du Guide suprême pourra se voir gratifier d'un ou de plusieurs avantages, au gré de ce dernier, avantage(s) au(x)quel(s) le Guide suprême aura le loisir mettre fin à tout moment.

ARTICLE IX.

La délation est obligatoire sous peine de sanctions d'une extrême sévérité et sans recours possible, pouvant aller jusqu'à l'élimination physique du contrevenant (si c'est un individu de sexe masculin ; de la contrevenante, dans l'autre cas de figure).

ARTICLE X.

Les manifestations de joie et de bonheur de vivre dans cette communauté sont obligatoires en présence comme en absence du Guide suprême. Et n'oubliez jamais, on vous surveille ! Même vos pensées nous seront rapportées. 
À bon entendeur...


http://claude-colson.monsite-orange.fr

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Lady Night : Laurent Dumortier avec Anne-Sophie Malice

Publié le par christine brunet /aloys

 

bruines

Lady Night (avec Anne-Sophie Malice)

 

 

Les reflets sombres d’une lune sans nuit

Sont pareils à tes yeux d’améthyste,

Qui sont en concurrence déloyale avec Sirius

 

Quand je parle à tu je te dis vous

Et je me remémore des pensées cristallines

Qui s’ouvrent sur un peut-être pas encore clos…

 

 

Tu n'es jamais près de moi

d'autres bras te semblent plus attrayants,

toujours.

 

D'autres œillades sur toi déposées,

plus amusées,

souvent.

 

J'ai compris qu'il me fallait vous parler à distance.

Dans des moments imprécis,

et des faveurs incomprises.

 

Nous ne sommes pas l'Un pour l'Autre.

 

Laurent Dumortier

gsl.skynetblogs.be

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Ms corporation, un poème de Laurent Dumortier

Publié le par christine brunet /aloys

 

Vertiges

 

Ms Corporation

 

 

 

Par un matin pluvieux,

Tandis que je quittais

Les nuages cotonneux

Des bras de Morphée,

A mon regard vint se croiser

Un œil charbonneux…

 

 

Ms Corporation

Les yeux félins

Brillants

Fuselant…

Atomisant…

 

 

Ses flots d’ébène se jettent

En cascades dans une vallée

Où le soleil et la terre, exégètes,

Se rejoignent en un équinoxe tatoué

 

 

Ms Corporation

Les yeux félins

Flamboyants

Perçant…

Sublimant…

 

 

Son aura brille comme Antarès

Et lorsque le vent d’été, par une soudaine caresse,

S’engouffre  sous sa jupe plissée

Son regard étincelle d’une rare volupté…

 

 

Ms Corporation

Les yeux félins

Brillants

Fuselant…

Atomisant…

 

 

Près du cœur de la Cybèle

Se love un discret naevus

Et des effluves d’Angel

Emanent de son divin plexus

 

Ms Corporation

Les yeux félins

Flamboyants

Perçant…

 

Sublimant…

 

Laurent Dumortier

gsl.skynetblogs.be

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>