Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie

L'ére nouvelle, un poème de Salvatore Gucciardo paru dans la revue "Magie Poétique"

Publié le par christine brunet /aloys

L'ére nouvelle, un poème de Salvatore Gucciardo paru dans la revue "Magie Poétique"

 

 

L’ère nouvelle

 

Les mots s’endorment

Sur l’eau

Pour se réveiller

Dans le rythme

De la constellation

 

La symphonie des mondes

Suit le cycle des éléments

On amadoue

La horde nébuleuse

Pour faire renaître l’homme

De sa fugue volcanique

 

A l’orée de l’aube nouvelle

Le champ de vision

Déploie ses ailes incandescentes

 

 

SALVATORE GUCCIARDO

Publié dans Poésie, articles

Partager cet article
Repost0

L'amante, un poème de Joël Godart paru dans la revue LICHEN

Publié le par christine brunet /aloys

http://lichen-poesie.blogspot.com/p/joel-godart.html

http://lichen-poesie.blogspot.com/p/joel-godart.html

Joël Godart
 
 
Amante
 
L' or des jours s'est posé sur tes lèvres
Amante au goût d'amande
Qui défait le jour pour la nuit
Et refait la nuit avec le jour
Amante au goût de lait dans l'amande 
Mon amante a la bouche en amande
De tes doigts tu joues sur le bouquet des heures
De ta bouche tu fais que s'envolent les promesses
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Joël Godart a longtemps vécu dans la région de Lille et depuis peu en Bretagne avec la mer pour voisine. Il écrit depuis l'adolescence, avec des périodes de silence. Trois livres publiés à ce jour, chez Chloé des Lys (éditeur belge), deux recueils de poèmes, puis un livre de photographies réalisées au cimetière du Père Lachaise à Paris. Il travaille actuellement sur un ensemble de textes en hommage à Rimbaud... C’est sa première apparition dans Lichen.
 

Publié dans articles, Poésie

Partager cet article
Repost0

"Fleur marine", un poème signé Jean-François Foulon

Publié le par christine brunet /aloys

 

Fleur marine


 

Il est une fleur dans la nuit

Dans la nuit noire du temps.

Il est une fleur dans mes souvenirs

Qui s’étiole lentement et se fane.


 

Par-dessus les grandes falaises de la mer

Passe le vent fou qui vient du large.

Il vient de là-bas, de l’autre côté de l’horizon

D’où personne, jamais, n’est revenu.


 

Sur la plage où les enfants nagent

Git un vieux rafiot d’autrefois.

Point de marins à la barbe drue,

Mais quelques noms, sur la pierre froide,

En mémoire de ceux qui ont disparu.


 

L’océan est partout, qui s’agite et gronde,

Puis qui déferle sur les falaises du temps.

Il est une fleur dans ma mémoire

Que le vent emporte jusqu’à l’horizon.

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

interprétée par Antonia Iliescu, sur l'un des poèmes issus du premier recueil "Aux tréfonds de mon âme", de Bernadette Gérard-Vroman

Publié le par christine brunet /aloys

https://www.youtube.com/watch?v=ZuEnQaVL6ok&feature=youtu.be

Publié dans Poésie, vidéo

Partager cet article
Repost0

Thierry-Marie Delaunois nous propose un texte-récit poétique "Le merveilleux"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Le merveilleux…

 

Elle venait d’entrer dans ma boulangerie,

Une coupe en brosse, des yeux noisette,

Altière, portée à la rêverie

Mais à présent elle contemplait les baguettes!

 

Pour moi, c’était clair: elle était là pour du pain

Et j’attendais de savoir ce qu’elle désirait:

Couques, brioches, pistolets, pain sans levain,

Sous ses yeux un bel assortiment s’étalait!

 

- Pardon mais j’hésite, lâcha-t-elle soudain,

Ce que vous présentez là est si délicieux,

Je ne suis donc pas venue ici en vain!

Des petits pains au chocolat, des merveilleux!

 

Votre magasin, on me l’a recommandé,

Vous êtes, paraît-il, un boulanger hors pair

A qui l’on peut sans conteste tout demander

Six jours sur sept, cela il faut vraiment le faire!

 

- Madame, je dois vous… - C’est Mademoiselle!

- Toutes mes excuses… - Ne vous en faites point!

- Un grand merci! Evitons toute querelle!

- Très bien! Je prendrai deux merveilleux et ce pain!”

 

Tomba le silence, nos yeux s’accrochèrent;

Quelque chose se passait mais de quel ordre?

Surgit en moi un souvenir de fougères,

D’une émotion! Dans mon esprit, le désordre!

 

Ces yeux, ce petit air, cette intonation,

Ici et maintenant? C’était impossible!

Et après un si long temps de séparation?

Pourtant...était-ce de l’ordre du crédible?

 

Tout en la servant, je me mis à sourire:

Oui, ce devait être elle vingt ans plus tard!

Quelle surprise! Que pourrais-je lui dire?

Calme, elle attendait, me fixant du regard.

 

- Voilà, Mademoiselle, votre commande!

- Merci, Monsieur...si je vous appelais Clément?

Oui, c’est moi Chloé, la gamine gourmande!

Je viens de te reconnaître, le garnement!”

 

Là, j’étais cuit, découvert, reconnu, coincé!

Le souvenir du jardin public remontait…

Les rires aigus et les jouets amochés,

Le soleil, son sourire que je revoyais!

 

Se souvenait-elle de ce baiser volé!

Un merveilleux atterrit sur mon visage,

Cela signifiait qu’elle n’avait pas oublié!

Mon baiser avait causé des dommages!

Vingt ans plus tôt, elle n’avait pas réagi,

Probablement stupéfaite et en émoi,

Et en très peu de temps, elle avait rougi

Avant de filer et de rejoindre les bois.

 

- ça, tu ne l’as pas volé! s’écria-t-elle,

Et je pense que maintenant, on est quitte!

Hasard, chance ou destin? précisa-t-elle,

Pensive, qu’importe, ici pas de fuite!

 

Quand j’étais jeune, j’étais plutôt timide!

Un merveilleux à la place d’une gifle

Ou d’une griffe, là je suis souple, fluide!

Jolie tête! D’admiration, je siffle!”

 

A coup sûr j’avais mérité ce châtiment,

Pépites de chocolat et crème fraîche

Sur le nez, les joues, les yeux, quel traitement!

C’était un jour où je n’avais point la pêche!

 

- Alors, Clément, je prends ici ma revanche

Et n’est-elle pas belle et...merveilleuse?

Lâcha-t-elle alors qu’on était dimanche,

Et j’estime avoir été généreuse!

 

- Mais en quoi, Chloé? Tu parles de la crème?

Tu t’es privée d’une pâtisserie

Que les villageois trouvent d’un goût suprême!

De l’artisanat en ma boulangerie!”

A nouveau un grand silence! Bénéfique?

Je saisis ma chance, tendit un doigt crémeux,

Me souvenant de ses goûts; ce fut magique

Car elle en profita sans que ce soit douteux:

 

Elle s’approcha bientôt pour recueillir d’un doigt,

De manière pudique mais souriante,

Ce qui lui revenait en effet de plein droit

Et je ne pus que la trouver éblouissante!

 

Clément et Chloé, tous les deux, là, si proches,

Plus des enfants mais des adultes consentants!

La situation n’était vraiment pas moche!

Dans sa façon de faire, rien de percutant!

 

Chloé récupérait sa pâtisserie

Etalée sur le visage de Clément,

A l’instant personne en la boulangerie!

Sinon on aurait pu nous prendre pour amants!

 

L’acte était intime et d’ordre privé,

Les gestes de Chloé mesurés, sensuels;

Immobile, j’en frémis, les sens activés!

Si elle poursuivait, je pourrais voir le ciel!

 

- Clément, qu’as-tu fait? Pourquoi m’as-tu embrassé?

- Pardon, Chloé, je me suis laissé emporter!

- Clément, sache que c’était vraiment très osé!

- Sache, Chloé, que ce n’était point calculé!

 

- N’éprouvais-tu pas pour moi quelque sentiment

A cette époque lointaine, mon cher Clément,

Pour oser ainsi m’embrasser si tendrement?

Eh bien, moi, je t’aimais, sais-tu, sincèrement!

 

- Ah bon, Chloé? Quel doux aveu car moi aussi!

- Toi aussi, Clément? A notre âge? Que dire?

- Au jardin public, j’y ai songé moi aussi!

- Bon sang, Clément, là je ne sais point que dire!

 

Tout à coup, un nouveau baiser et point volé

Dans la boulangerie au milieu des pains

Cette fois tous nos sens s’étaient bien activés!

Aurions-nous tous les deux un merveilleux destin?

 

FAIM, pardon...FIN!

 

THIERRY-MARIE DELAUNOIS

Publié dans Poésie, Textes

Partager cet article
Repost0

"L'enroulement des rêves", une poésie signée Salvatore Gucciardo parue dans la revue "Magie poétique"

Publié le par christine brunet /aloys

"L'enroulement des rêves", une poésie signée Salvatore Gucciardo parue dans la revue "Magie poétique"

 

L’enroulement des rêves

 

Toutes les sensations

S’enroulent comme des lierres

Sur les immenses troncs d’arbres

Situés dans l’épaisseur du bois

 

Tous les éléments

Se heurtent

S’entremêlent

S’accouplent

Communient

Sous le regard du ciel

 

De ce chaos

Surgit le souffle de la vie

Éblouissant

Et fragile

 

Au centre du monde

L’homme s’interroge

Se recroqueville

Se remet en question

 

Comment résoudre

L’énigme du bonheur

La ferveur de l’amour

L’attrait du sublime

Le combat de la survie

 

Sur l’océan brumeux

Tous les rêves

Se  mélangent

Pour renaître

Aux lueurs de l’aube

Publié dans Poésie, articles

Partager cet article
Repost0

François Mardirossian nous propose de découvrir son univers au travers de quelques poèmes...

Publié le par christine brunet /aloys

François Mardirossian nous propose de découvrir son univers au travers de quelques poèmes...
François Mardirossian nous propose de découvrir son univers au travers de quelques poèmes...
François Mardirossian nous propose de découvrir son univers au travers de quelques poèmes...
François Mardirossian nous propose de découvrir son univers au travers de quelques poèmes...
François Mardirossian nous propose de découvrir son univers au travers de quelques poèmes...
François Mardirossian nous propose de découvrir son univers au travers de quelques poèmes...

Publié dans Poésie, présentations

Partager cet article
Repost0

"Ferveur blessée", un poème de Salvatore Gucciardo publié dans la revue PEGASE

Publié le par christine brunet /aloys

"Ferveur blessée", un poème de Salvatore Gucciardo publié dans la revue PEGASE
"Ferveur blessée", un poème de Salvatore Gucciardo publié dans la revue PEGASE

Ferveur blessée

 

Grelots d’albâtres

Nuits blanches

Sur fond noir

 

Le sang de la méduse

Se répand

Sur l’écorce de l’orme

 

La nébuleuse aspire

Les soupirs du lys

 

Griffures du temps

Crépitement de feu

Magma astral

 

Les êtres invisibles

Fustigent

La ferveur

Des oppressés

 

Salvatore Gucciardo

C:\Users\Salvatore\Searches\Documents\Pégase n° 339 mars 2018.jpg

Publié dans Poésie, articles

Partager cet article
Repost0

"Le ressenti", une poésie signée Salvatore Gucciardo parue dans la revue "Magie poétique"

Publié le par christine brunet /aloys

"Le ressenti", une poésie signée Salvatore Gucciardo parue dans la revue "Magie poétique"

 

 

Le ressenti

 

 

Je connais le hurlement du vent

Dans les plis de la pierre

L’épaisseur de la brume

Dans la profondeur des yeux

 

Je connais le poids  de la nuit

Au sein de l’écume

Le frissonnement de la terre

Dans la sève de l’écorce

L’attrait des nuages

Sur l’onde vagabonde

L’embrasement des sentiments

Dans la rougeur de la cendre

 

Je connais la fusion du ciel

Avec le feu de la roche

L’ondulation des ondes

Dans la chair des vagues

 

Je connais l’exaltation  de l’argile

La fragilité des bourgeons

Dans la dérive des âmes

L’étalement de la fange

Dans la carte du rêve

Les nœuds de l’espérance

Dans la bouche du volcan

Publié dans articles, Poésie

Partager cet article
Repost0

"Le regard lumineux", un poème signé Salvatore Gucciardo paru dans la revue 'Magie poétique'

Publié le par christine brunet /aloys

"Le regard lumineux", un poème signé Salvatore Gucciardo paru dans la revue 'Magie poétique'

 

Le regard lumineux

 

Une myriade

D’êtres

Aux cheveux d’or

Surgis

Des nuages

Flamboyants

 

Le visage

Resplendissant

Les corps célestes

Brandissent

Une colombe

Scintillante

 

Les ailes déployées

Le regard imposant

Ils lorgnent

Les lointains

Rougeoyants

 

Habité

Par une Force

Les âmes

Scintillantes

Répandent

L’énergie  lumineuse

 

Pluie d’étincelles

Sur la toile noire

Les astres  solaires

Illuminent

L’océan

De ténèbres

Publié dans Poésie, articles

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 40 > >>