Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

l'invite d'aloys

"Nous sommes des lâches !"' Un texte signé Marie-Noëlle Fargier

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

 

Nous sommes des lâches !

        Des lâches de notre mémoire lourde d’endoctrinements.

Différences = DANGER

Consommation = BONHEUR

Pouvoir = SUPERIORITE

Des lâches lorsque, conscients de ces conditionnements, nous baissons la tête, nous fermons les yeux et nos gueules et nous avançons dans ce cortège de pantins. Parce que…peur de la mise en isolement.

Des lâches quand on oublie les horreurs que subissent nos voisins et qu’on éloigne vite par la carte géographique pour se recentrer sur nous. Parce que…peur de la contagion.

Des lâches quand nous prônons la tolérance et que nous ne faisons que l’écrire ou la dire. Parce que…peur de l’acte.

Des lâches quand nous mettons en avant des chiffres, des statistiques. Parce que…peur des noms, de l’humanisme.

Des lâches quand nous nous camouflons derrière un groupe. Parce que…peur de l’individualisme.

Des lâches quand nous n’allons pas au bout de nos pensées, de nos actes. Parce que…peur de soi ou de l’autre.

Des lâches quand nous renions nos convictions. Parce que…peur du jugement.

Des lâches quand nous faisons croire ou espérer. Parce que... peur d’assumer.

Des lâches quand nous vivons d’utopies. Parce que…peur de la réalité.

Des lâches quand nous récitons des phrases apprises par cœur. Parce que…peur de les analyser, d’en créer.

Des lâches quand nous nous regardons dans un miroir. Parce que…peur de l’invisible.


 

Oui nous sommes des lâches avec des tonnes de prétextes. Oui je suis lâche et j’ai peur. Ou plutôt j’ai peur et je suis lâche. Je pense aux Résistants, aux Justes au sens large du terme, aux Opprimés n’avaient-ils, n’ont-ils pas peur ?

Cette peur que nous trimballons par nos gènes ; cette peur transmise, inculquée, dictée au passé, au présent et dans l’avenir.

Pourtant, nous avons tous le même destin…

Marie-Noëlle FARGIER

Publié dans Textes, l'invité d'Aloys

Partager cet article
Repost0

HX13, le dernier thriller de Christine Brunet chroniqué par Maryline Marnas dans son blog "Les lectures de Maryline"

Publié le par christine brunet /aloys

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/hx13-a134211416

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/hx13-a134211416

 

 

 Résumé de l'éditeur :

Un bras découvert sur une plage. Une tête dans un carton. Des cadavres sur un casino flottant. Un projet ultra secret de voyage spatial qui dérape… Tandis que l'enquête n'en est qu'à ses balbutiements, une nano puce, génération HX, implantée dans un cerveau humain, s'éveille. Jusqu'où Un bras découvert sur une plage. Une tête dans un carton. Des cadavres sur un casino flottant. Un projet ultra secret de voyage spatial qui dérape… Tandis que l'enquête n'en est qu'à ses balbutiements, une nano puce, génération HX, implantée dans un cerveau humain, s'éveille. Jusqu'où l’Être Humain ira-t-il dans sa quête de la connaissance et du pouvoir ?

 

 

Mon avis :

J'aime l'auteur, j'apprécie sa façon d'écrire, j'adore son suspense, sa ténacité et la façon qu'elle a de nous faire aimer ou détester ses personnages. Après avoir lu "Convergences" et "Vénus en Ré" où j'ai rencontré Gwen Saint-Cyrq et Signac, l'auteur m'a fait découvrir Axelle de Montfermy et Nils Sheridan dans "Dégâts collatéraux" et "Nid de vipères". Ici, les quatre personnages sont de retours, ensemble, mais complètement différents (de mon point de vue).

Tout d'abord, Gwen Saint-Cyrq est une très bonne légiste qui aime travailler seule et prendre des décisions qui lui portent parfois préjudice. Mais ici, elle est sous les ordres de Axelle de Montfermy et elle reste plutôt "sage", par contre, elle ne compte pas ses heures, c'est un gros tempérament qui sait ce qu'elle veut! Sa supérieure était une femme que je n'aimais pas beaucoup dans les précédents opus et là, elle se retrouve à la tête d'une enquête et sait comment la mener. Elle ne lâche rien, même quand elle apprend que son poste va peut-être disparaitre après une fusion... Elle veut boucler son enquête et rien ne l'arrêtera. Par contre, côté personnel, je la trouve un peu méchante avec Nils Shéridan qui est complètement fou d'elle. Ce dernier n'a pas changé, il est toujours le même, même si ici, il est un peu plus effacé... et fou d'amour! Concernant Signac, je suis un peu déçue de son petit rôle dans ce dernier roman. Je crois que c'est mon personnage préféré et il est un peu en retrait ici.

Tout ce petit monde se retrouve sur une enquête peu banale : un bras est retrouvé sur une plage, des morts à la pelle viennent chaque jour s'ajouter aux anciens... Bref, tout à l'air d'être lié, mais de quelle manière? Et surtout, pourquoi?

J'ai beaucoup aimé suivre cette enquête passionnante, mais comme je le redoutais, la partie science-fiction ne m'a pas plu. Je n'aime pas du tout cet univers et j'ai dû batailler pour tout comprendre. L'auteur met à notre disposition beaucoup d'explications pour ne pas nous perdre, nous simples lecteurs, mais pour moi, c'était trop! Mais il fallait que je continue pour finir cette enquête et tout comprendre.

Je dois avouer que c'est le roman que j'aime le moins de l'auteur mais juste à cause de la partie science-fiction. Ceux qui aiment le thriller et la science-fiction vont se régaler avec ce livre et cette histoire hors du commun. Bravo à l'auteur pour son audace, ce n'était surement pas facile au départ de choisir d'allier ces deux genres, mais je pense que c'est une réussite, même si elle ne m'a pas convaincue, mais ça, c'est parce que je n'aime pas le genre en lui-même...

L'auteur utilise une façon assez étonnante de décomposer ses chapitres, c'est très drôle, j'ai eu du mal avec ma première lecture, mais maintenant, je suis rodée! Pour finir, je la félicite pour cette magnifique couverture qui donne un très bon aperçu des deux genres... Un grand merci à l'auteur pour sa confiance et j'espère très vite la relire dans un domaine qui me correspond mieux... D'ailleurs, la fin de l'ouvrage ouvre la voie à autre chose, une autre enquête... à suivre!

Partager cet article
Repost0

Cathie Louvet a chroniqué "HX13", le dernier thriller de Christine Brunet dans son blog "Legere Imaginare Perigrinare"

Publié le par christine brunet /aloys

https://legereimaginareperegrinareblog.wordpress.com/2018/03/21/passion-thriller-hx13-christine-brunet/#more-26330

https://legereimaginareperegrinareblog.wordpress.com/2018/03/21/passion-thriller-hx13-christine-brunet/#more-26330

Passion thriller: HX13, Christine Brunet.

L’auteur:

Née dans le sud de la France, elle passe toute son enfance à Aubagne, patrie de Marcel Pagnol. Passionnée de langues, elle effectue ses années de lycée à Marseille et passe un baccalauréat littéraire, spécialisation russe. Elle poursuit alors des études linguistiques poussées qui l’amènent à Prague, à l’université Charles où elle perfectionne son tchèque puis… au Caire où elle tente d’apprivoiser la langue arabe.

 

Elle part en Bourgogne puis en Grande-Bretagne. C’est à Preston qu’elle commence à écrire, d’abord des récits de science-fiction puis des romans d’aventure. Enfin, elle s’essaie au roman policier et aux thrillers. Après un détour de quelques années en Auvergne, en plein cœur des Combrailles, elle retrouve Marseille et sa Provence natale.

De ses années de classes préparatoires,  elle garde un goût très prononcé pour la littérature dite « classique » et une soif d’apprendre qui la conduit aux quatre coins du monde à la rencontre de la différence. De Madagascar au Ladakh, du delta de l’Orénoque au Gobi… elle exerce son esprit critique et son sens du partage.

Aujourd’hui rédactrice en chef de la revue littéraire « Les petits papiers de Chloé » initiée par les Editions Chloé des lys et nouvelle collaboratrice de l’éditeur belge, elle poursuit sans relâche son travail d’écriture. Elle est également la présentatrice d’ACTU TV, une émission mensuelle à voir et à revoir sur www.bandbsa.be/contes.htm et Actu-TV.net. Elle est également directrice de Chloé des lys Collection. (Éléments de biographie trouvés sur le site de l’auteur et repris avec son autorisation.)

Le roman:

HX13 a été publié par les éditions Gascogne en 2017. Il s’agit d’un thriller/SF au style solide et incisif, alternant phrases courtes et longues, utilisant un vocabulaire moderne.
Le scénario est complexe, faisant intervenir des concepts scientifiques qui peuvent sembler sans rapport mais toujours bien expliqués par l’auteur grâce aux nombreuses notes de bas de page. Les fils de l’intrigue se nouent et se dénouent, s’entrelacent: le passé d’Axelle, les affaires précédentes, les implications de l’enquête en cours…Les très nombreux dialogues rendent le roman vivant et les passages « scientifiques » accessibles.

Les thèmes abordés: espionnage industriel entre laboratoires; manipulation génétique; corruption…Sujets chers à l’auteure qui l’amènent à dénoncer des pratiques plus que douteuses dans le but de gagner toujours plus d’argent, de pouvoir…

L’intrigue:

L’action se situe deux romans après Convergences. Suite au décès de son patron, Signac intègre l’équipe d’Axelle, nouvelle dirigeante du CERI. Challenge qui s’avère difficile pour lui…

Un bras est retrouvé sur une plage de Marseille. Sur ordre du préfet, l’enquête est confiée à l’équipe d’Axelle. C’est alors que Gwen, la légiste, reçoit un colis plus que suspect contenant une tête coupée! De nombreuses questions restées sans réponse: où se trouve les reste du corps sans bras? Qui sont les deux cadavres découverts à bord du casino flottant de Calducci lors de la perquisition? « Deux cadavres sur une seule embarcation, trois avec le propriétaire du bras, cela faisait tout de même beaucoup! » (Page 51).

Premier rebondissement dans une enquête aux ramifications complexes: Ange Calducci retrouvé mort, apparemment assassiné par quelqu’un voulant le compromettre mais pour quelle raison?

Second rebondissement: le CRG détruit par une explosion. L’enquête est confiée à Sean, pour le plus grand déplaisir d’Axelle.

A tout cela il faut ajouter les recherches menées par Nicolas, le jeune fils d’Axelle, sur un projet ultra-secret de voyage dans le temps. Ce projet a-t-il un rapport avec l’enquête de sa mère? Quel lien entre tous les chaînons d’une affaire très complexe?

Travail de police: grâce à une documentation sérieuse et très fouillée, l’auteur fait montre d’une très bonne connaissance du milieu de la police; des notes de bas de page renseignent le lecteur utilement.

La façon dont Axelle mène son équipe est très crédible, notamment les briefing où chaque membre de l’équipe se voit attribuer une mission dans des enchaînements très cohérents. Le travail de Gwen, la légiste, bénéficie de descriptions très professionnelles: « Deux hommes en combinaison blanche, masque sur le nez, gantés, soulevèrent le morceau et l’enfermèrent dans un compartiment réfrigéré et hermétique sous l’œil attentif de la scientifique. » (Page 15)

Les personnages:

HX13 propose une impressionnante galerie de personnages due à la complexité de l’intrigue. Les vies privées, les interactions entre les membres de l’équipe et des morceaux de leur passé construisant une trame très élaborée.

  • Yvon Signac: ancien commissaire et patron du SIRC; bons états de service; caractère de chien; nouveau venu dans l’équipe d’Axelle.
  • Colonel Axelle de Montfermy: patron du CERI; femme de tête au physique de top-model; vénérées par ses équipiers; séparée, mère d’un garçon.
  • Gwen Saint-Cyrq: légiste très douée, ancienne scientifique du SIRC; longs cheveux noir corbeau très raides, rasés sur la nuque, frange couvrant le front yeux bleu glacier, multitude de percings; petite, maigre, couverte de tatouages; surnommée « la veuve noire »; indépendante, décalée, secrète; très professionnelle, un véritable don d’enquêtrice.
  • Colonel Gaspard de la Mallemort: équipier d’Axelle; déteste la mer; grand filiforme, cheveux longs et noirs lâchés sur les épaules.
  • Capitaine Antoine Caresta: équipier d’Axelle; toujours tiré à quatre épingles, coupe de cheveux réglementaire.
  • Lieutenant Sciallano: grand, cheveux longs et noirs gominés coiffés en arrière; travaille à la BAC; ambitieux.
  • Guillaume Cayet: équipier d’Axelle; grand, allure d’éternel adolescent; extrêmement dévoué à sa patronne; informaticien de génie.
  • Sean Sheridan: flic irlandais patron de la Force Spéciale Européenne; père du fils d’Axelle, Nicolas.
  • Nicolas: fils d’Axelle; considéré comme le plus grand cerveau scientifique de son temps malgré ses 13 ans; travaille sur un projet top-secret d’un système de propulsion révolutionnaire avec l’équipe de la WRASA déléguée sur le centre spatial de Kourou.
  • Jédémiah Tardy: ami de Gwen; 47 ans; son intermédiaire du temps où elle travaillait pour son père, un célèbre cambrioleur; orphelin né sous X; accro à la drogue.
  • Pierre André Valayet: capitaine d’industrie très à l’aise; 62 ans, originaire de Lorient, marié, quatre enfants.
  • Giacomo Ansaldi: capitaine du Paradisia, casino flottant; environ 60 ans, corps athlétique et mince, moustache fournie.
  • Ange Calducci: petit-fils du chef de la famille corse des Calducci, Toussaint, bien connue à Marseille; grands yeux noirs très légèrement maquillés, lèvres ourlées et charnues, cheveux noirs longs subtilement bouclés, peau hâlée, silhouette athlétique, physique de tombeur; a monté l’affaire du casino flottant; possède deux night clubs et un club privé très sélect.
  • Toussaint Calducci:  frère aîné d’ Ange, grand baraqué; chevelure courte ondulée ramenée en arrière; plus réfléchi et plus effacé que son frère; homme d’affaires de la famille..
  • Robert Jusil: flic aux Renseignements Généraux ( devenus le DRCI); 46 ans.
  • François Torless: 29 ans; fiché au grand banditisme pour braquage sanglant; en cavale.
  • Toussaint Calducci: chef de la famille Calducci; petit vieillard voûté, visage buriné mangé par une barbe blanche.
  • Docteur Victor: savant de la Wrasa; petite quarantaine; cheveux bruns courts complètement ébouriffés, yeux clairs verts ou marron, barbe négligée; spécialisé dans le développement de nanotechnologies, plus particulièrement les nano cerveaux.
  • Marteux: marchand de biens richissime, 34 ans; marié à Maryam Legarde.
  • Bob Tibouque: scientifique belge spécialisé dans les cerveaux artificiels.
  • Duriez: patron des deux agents; responsable de la sécurité du laboratoire pour lequel travaille Nicolas.
  • Marlène Roquet: employée des frères Calducci, chef de partie au club de Marseille ( elle supervise les chefs de table); ancienne petite amie d’Ange; petite trentaine, silhouette malingre, lèvres pulpeuses, grands yeux noirs; voix fluette mais assurée.
  • Stratopoulos: patron de la DRCI ( Direction générale de la sécurité intérieure)nez cassé, oreilles en chou-fleur, barbe rousse fournie, crâne rasé; avant-bras tatoués jusqu’aux coudes; regard froid.
  • Julien: spécialiste des effets spéciaux et des systèmes de surveillance; gringalet aux cheveux décolorés et aux manières efféminées.
  • Martial Mareta: responsable sécurité des casinos Calducci; casier judiciaire bien rempli, surtout pour coups et blessures; célibataire.
  • Marco Suari: associé principal d’Ange Calducci.
  • Martial Montalban: patron des laboratoires pharmaceutiques du même nom; veuf, un fils prénommé Marius; très grand, sec; petits yeux de myope, barbe à l’impériale poivre et sel, postiche pour dissimuler sa calvitie prononcée.
Personnages du voyage dans le temps:
  • Mawr: habitant de la planète Sarx, ambassadeur; visage émacié, peau couleur caramel brûlé, yeux blancs tachés d’un point rouge, double paupière clignant en décalé, longs cheveux légers comme du duvet, bouche à peine ourlée, dentition très pointue, pas de sourcils, lèvres inférieure largement incisée retenue par deux anneaux de métal ocre.
  • Khali: commandant du vaisseau diplomatique de l’ambassadeur de Sarx.
  • Keren: Sarx  du clan Zeist; visage buriné
  • Sradek: fils de Keren.
  • Sha Kee Ree: gouverneur cruel et ambitieux.

Les lieux:

A noter le contraste entre le monde d’ici, notamment un quartier de Marseille moins connu , et le monde de Sarx, instaurant une démarcation entre les deux univers, avec toujours le sens du détail dans la description: « L’allée Gavoty Honorat. Une zone pavillonnaire verdoyante, tranchant avec les quartiers traversés. De grands jardins, des maisons cossues d’un côté, de l’autre une résidence de standing sur six ou sept étages(…) Un portail à double battant en fer, à claire-voie sur le haut, fermé par une chaîne et un cadenas. De l’autre côté, une maison à étage, du début du 20e siècle peut-être, cubique, volets en bois vert pâle, clos. L’avant donnait sur une aire gravillonnée ponctuée de petites touffes herbeuses. » (Page 97)…Et une imagination fertile: « Ils atteignirent le village au coucher de « En ». Des rues étroites et rectilignes déjà enveloppées d’un voile laiteux, bordées de mamelons fantomatiques qui prenaient, en approchant, la forme de dômes construits en pierres brunes du désert, sans ouverture afin de préserver la fraîcheur à l’intérieur d’un sas bas et profond. Des arbres au tronc gris acier, sans feuilles, comme pétrifiés là pour l’éternité, ponctuaient cet enfer de feu et de glace. » (Page 187).

Mon avis:

Ce que j’apprécie avec Christine Brunet, c’est qu’elle ne s’encombre pas de bla-bla ni de fioritures: dès la première page du roman, on est tout de suite plongé dans l’action. Quelques lignes pour rappeler la situation des personnages principaux, et c’est parti pour une aventure qui nous mènera loin, au propre comme au figuré…

En ce qui concerne les personnages, justement: la psychologie fouillée, leurs motivations, leurs peurs, leurs doutes, les interactions entre les membres de l’équipe du CERI sont très réalistes; le lecteur a vraiment l’impression d’en faire partie. J’apprécie la façon dont Christine Brunet joue avec ses personnages, avec ce duo explosif issu du passé, Axelle et Sean, uni par des liens très fort alliant rédemption, pardon, rancœur aussi, espoir…Ce qui donne son sel à cette histoire déjà bien tournée.

Le petit bémol: la non exploitation de la motivation de Signac à faire tomber Gwen qu’il rend responsable de la mort de son frère (voir notamment dans Convergences ), rancœur exprimée au tout début du roman, ce qui aurait certainement ajouter une tension supplémentaire. Mais peut-être aurons-nous la clef dans le prochain roman de Christine…

Le +: l’aspect très instructif: dans tous les romans de Christine Brunet, suivre les intrigues complexes devient un jeu d’enfant grâce aux nombreuses précisions concernant des aspects scientifiques, des connaissances variées nécessaires pour comprendre l’environnement dans lequel évoluent les personnages. Le lecteur se retrouve plongé dans une histoire qui semble bien ainsi bien plus réaliste.

La cerise sur le gâteau: l’incroyable défi de mêler deux genres, a priori, très éloignés l’un de l’autre: le roman à suspense et la SF…Dans HX13, mariage célébré, lune de miel consommée pour le plus grand bonheur des lecteurs qui, je l’espère, seront conquis.

Citations:

« Pieds nus, elle regagna la salle unique et se plaça devant la fenêtre: toute cette végétation, la lune dans le ciel déjà orangé, l’étoile polaire encore, le grésillement des grillons…Elle avait l’impression de tout redécouvrir avec une âme d’adolescente…Quel bonheur d’être rentrée chez soi! » (Page 219)

« Le pont en bois. Elle sentait vaguement le bateau bouger sous ses pieds, une simple impression parce que le port était calme et la mer d’huile. Pas un souffle de vent. Elle longea bâbord. A mi-chemin entre la poupe et la proue, une porte en bois avec hublot. Elle pesa sur le pêne et poussa le battant qui céda sans bruit (…)Le silence. Aucune lumière en dehors du halo jaune: les hublots et vitres avaient été calfeutrés par l’équipage, une procédure normale pour un bateau de cette importance sans équipage à bord. L’endroit semblait désert; pourtant elle sentait confusément qu’elle n’était pas seule. » (Page 362).

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet a lu "De glace et de feu" de Cathie Louvet

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Cathie Louvet, un nom que nous commençons à connaître sur ce blog. Cathie est une blogueuse passionnée de thrillers, polars et même de SF, une grande lectrice désormais membre de l'équipe de la revue "Les petits papiers de Chloé". 

Mais elle est aussi auteur ! De policiers ? Que nenni... du moins pour le roman que je viens de lire. 

Je ne sais pas vraiment à quoi je m'attendais, mais sûrement pas à cela en ouvrant le livre ! Déstabilisée dès les premières pages par ce roman historique atypique, j'ai rapidement été propulsée dans un univers fantasmé par de nombreux réalisateurs de films : celui de ce peuple mythique et multiple que furent les Vikings ! 

Grâce à une documentation précise et sérieuse, Cathie Louvet nous fait revivre une époque finalement méconnue coincée entre la fin de la dynastie mérovingienne et la construction de l'Empire de Charlemagne, entre religion païenne et chrétienne.

Le lecteur devient spectateur du quotidien d'une société structurée, hiérarchisée, tournée vers la mer et le commerce mais basée sur le pillage et la peur face à la progression tentaculaire et agressive d'une chrétienté riche propulsée par l'intelligence du premier des Carolingiens. Ce côté historique est passionnant, jamais lourd et inutile... Il nous fait réfléchir et nous amène à comprendre une période tourmentée de notre continent et gomme très à propos quelques a priori.

L'auteur nous invite à comprendre qui furent ces fiers guerriers aux côtés d'une famille, celle d'Eryndr et de Thorkell et de leurs descendants. Entre batailles et récoltes, l'existence des personnages s'écoule, ponctuée par les trahisons, les razzias, les amitiés et "les affaires". 

Cathie nous propose ici une saga passionnante qui nous trimbale entre les Shetlands et le Danemark, entre fjords brumeux et falaises abruptes. Beau voyage... 

Un roman à découvrir ! Et vous savez quoi ? "De glace et de feu" est le premier volet d'un triptyque... (mais on peut le lire seul sans aucun problème)... hâte de découvrir la suite du destin des fils de Thorkell !

 

Christine Brunet

 

Partager cet article
Repost0

Un repas d'anniversaire vu par François Beukels

Publié le par christine brunet /aloys

Un repas d'anniversaire vu par François Beukels
Un repas d'anniversaire vu par François Beukels

Publié dans l'invité d'Aloys

Partager cet article
Repost0

« La Vie est un Parfum, Respirez-la ! », un roman de Pauline Dumail

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Les 4 parfums des 4 personnages principaux existent et ont été créés spécialement.

Tout livre commandé sur ce site sera livré avec 1 marque-page parfumé mystère.

Vous pouvez également choisir de commander le livre avec les 4 marque-pages parfumés.

A vous de découvrir à quel personnage chacun correspond. Regardez-bien la couleur de la gommette qui ferme le sachet, c’est elle qui vous permettra de vérifier si votre nez vous dit vrai. 

Louise est une vieille dame malicieuse au caractère bien trempé, mais c’est aussi un grand Nez de la parfumerie. Son monde est peuplé de senteurs : elle connecte aux mondes invisibles avec le bois de santal, apaise avec le petit grain bigaradier et donne (et trouve !) le sourire avec le jasmin. Elle n’hésite pas non plus à utiliser le poivre, au risque et péril des personnes qui l’entourent. C’est d’ailleurs grâce à lui qu’elle fait la connaissance de Maïa.

Armée de son alambic et d’une curiosité insatiable, elle a fait le tour du monde pour récolter ses précieuses essences naturelles. Il est maintenant temps pour elle de transmettre son savoir. Peut-être pressent-elle l’importance qu’auront ses précieux parfums dans quarante ou quatre mille ans ?

La Vie est un Parfum, Respirez-là !  est une invitation aux voyages :

  • des voyages au coeur de l’âme à travers les parfums.
  • des voyages dans l’espace, partout sur la planète, mais aussi en dehors…
  • des voyages dans le temps, de 1981 à 6016…
  • des voyages initiatiques, à la découverte de soi et de l’autre.
Partager cet article
Repost0

François Beukels nous propose sa vision de la tournée du Père Noël !

Publié le par christine brunet /aloys

François Beukels nous propose sa vision de la tournée du Père Noël !
François Beukels nous propose sa vision de la tournée du Père Noël !
François Beukels nous propose sa vision de la tournée du Père Noël !
François Beukels nous propose sa vision de la tournée du Père Noël !
François Beukels nous propose sa vision de la tournée du Père Noël !

Publié dans l'invité d'Aloys

Partager cet article
Repost0

Bob Boutique passe sur le grill de Polichinelle !!!

Publié le par christine brunet /aloys

And now, ladies and gentlemen... Voici l'inoxydable, l'indécrottable, l'incroyable, l'indémodable, l'infatigable, l'improbable mais très abordable, Monsieur Actu-Tv, j'ai cité : Bob Boutique !


1) Actu-Tv démarre sa 8ème saison... synonyme que ça "marche", non ? Peux-tu nous résumer cela en quelques chiffres ?


- Oui, on peut dire que ça "marche", mais l'explication est simple : on a une équipe super motivée, pas de tire-au-flanc et encore moins d'égo. Des chroniqueurs qui sont eux-mêmes auteurs et savent donc de quoi ils parlent et enfin... j'ai l'impression qu'on est les seuls à faire ça en Belgique.
Les chiffres ? Difficile, car on a changé plusieurs fois d"hébergeurs et qu'au début on ne comptabilisait pas. On vient de démarrer en plus sur You tube mais là, c'est vraiment le tout début donc peu significatif. Disons qu' avec le site et les partages sur Facebook, Google+, Twitter etc. ... grosso modo 15.000 spectateurs par émission.
Comparé à certains buzz, c'est pas grand chose mais pour de la littérature et les arts qui y sont associés (de la culture quoi !), c'est pas mal quand même !


 

2) Totalement satisfait ou encore perfectible ? Si oui, pourquoi ? Où ? Comment ?


- Ben oui, on est contents puisqu'on s'amuse et qu'on s'entend bien ! Perfectible ? Bien entendu, on travaille sans matos, rien qu'avec des idées et de la débrouille... on se critique tout le temps de façon positive et on essaie, on tente... si c'est pas bon ou pas terrible, on n'en fait pas une dépression. Mais toujours on continue, on n'a jamais raté une émission.
Un jour, j'ai fait un reportage sur une émission télé de la RTBF ! Le mec interviewait un lecteur... une séquence d'une demi-heure qu'on aurait fait chez Actu-Tv en une heure (peut-être un peu moins bien, OK) et qui, lancée sur le Net aurait eu à peu de choses près le même aspect que leur émission. Et bien, ils étaient DIX pour faire l'enregistrement plus un CAR DE CAPTATION ! Je veux bien qu'on soit syndiqués mais faut quand même pas pousser bobonne dans les orties... déjà que leurs journaux télés sont manipulés à mort (toujours la même couleur)... c'est bien simple, j'écoute les infos chez les flamands...
Alors oui, rapport qualité/prix, on s'en sort pas trop mal ! Sans coûter un centime à la collectivité. Subsides=zéro et on n'en veut pas.


3) Tu choisis tes collaborateurs ou y a-t-il des candidatures spontanées ? Y a-t-il des critères précis dans le choix de tes collaborateurs .


- Un seul critère, avoir la passion, de l'humour, parler vrai, simple et ne pas se prendre pour Brad Pitt ou Marilyn Monroe. Et aussi, CAPITAL, savoir bosser, préparer ses sujets, arriver à l'heure, être fiable quoi ! Du coup, on devient très vite des amis... chez Actu-Tv, on se fout des apparences, des accents (j'en vois certaines qui se sentent visées), on veut des PERSONNALITES. Le reste, la façon de parler, etc. ... ça s'apprend. A vrai dire, on ne s'est séparé qu'une seule fois d'un collaborateur qui tirait un peu trop la couverture à lui... une seule fois et ce après l'avoir averti amicalement trois fois !


 

4)Ton meilleur souvenir et ta pire galère ?


- Je n'ai pratiquement que des bons souvenirs, on a rarement rencontré des gens désagréables... bien sûr, on pose les questions qu'on veut et on n'épargne rien. Nous, on met tout sur la table puisqu'on est insolent mais juste. Mais toujours dans la bienveillance... ce qui nous déplaît, on n'en parle pas ou on l'ignore.
Galère... quand un mec trouve qu'on ne l'a pas assez flatté et mis à l'honneur et qu'il exige avec des grands airs et des sommations pseudo juridiques de visionner "sa" séquence avant le passage sur antenne ou même qu'on la retire. Là, je deviens presque grossier. C'est NON, allez vous faire voir... c'est déjà arrivé (fort peu) et on n'a JAMAIS cédé. On a toujours passé ce qu'on voulait. Bons mais pas cons ! Mais encore une fois, c'est très très rare.


 

5) Le troisième volet de ta trilogie, c'est pour quand ? Son titre ?


- Après "2401" et "Chaos", j'espère sortir le troisième tome début 2018. Et puisque le

Polichinelle veut toujours tout savoir avant les autres, disons qu'il s'intitulera probablement "Bluff" ! Si le comité de lecture le laisse passer of course car chez Chloé tout doit passer devant ce comité. Un scoop, il m'a presque tout refusé jusqu'ici, non pas pour le contenu, là ça va, mais pour l'orthographe. Pas oublier que je suis flamand ou allemand au départ. Du coup, je fais du chantage chez Christine Brunet.. ou elle corrige tout... ou rien du tout. C'est une vraie amie. Je sais qu'elle s'arrache les cheveux mais elle le fait quand même. Une sainte !

 


6) Après tes 3 "briques", un retour aux contes ?


- Aucune idée, j'en ai assez dans mes tiroirs pour sortir un troisième volume mais je ne trouve pas le temps. Une chose après l'autre.

 

 

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet a lu "Sonate au Clair de Lune" d'Elodie Lemaire

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Sonate au Clair de Lune... Un titre qui pourrait coller au genre 'chic-lit' mais un visuel très codé qui nous renvoie instantanément vers un autre genre littéraire très prisé actuellement par les adolescentes, la "bit-lit"... 

Impossible d'ignorer ce rayon bien fourni des libraires qui s'étend entre littérature fantastique et SF. Le lectorat est jeune, féminin et TRES enthousiaste. Et pour cause...

Pourtant, j'avoue n'avoir jamais eu la curiosité d'ouvrir et de parcourir l'un de ces ouvrages. Ma connaissance de la littérature "vampirique" découverte à l'adolescence se résumait à Dracula (de Bram Stoker) que j'ai littéralement dévoré, lu et relu, Entretien avec un vampire (d'Anne Rice) et la Forteresse Noire (de F-P Wilson), trois romans qui m'ont transportée dans un univers très noir, fantastique, une atmosphère qui, des années après, continue à me coller à la peau. 

Du coup, lorsqu'Elodie Lemaire m'a proposé de découvrir son ouvrage, j'ai sauté sur l'occasion, bien entendu, mais sans a priori : je voulais comprendre l’engouement de ces adolescentes frénétiques et, qui sait, y prendre goût.

L'histoire en quelques mots ?

Deux jeunes femmes disparaissent...  puis une troisième, Charlotte, une étudiante introvertie et mal dans sa peau, tournée vers les choses de l'esprit. Disparition inquiétante pour sa famille mais une "nouvelle" vie pour l'adolescente qui va découvrir l'amour passionnel, charnel et fusionnel pour un être hors norme (un vampire, vous l'aurez compris), puis la trahison, la manipulation et la déchéance. 

Dans une atmosphère entre réalité et rêve, entre fastes et obscurité, beauté et noirceur, amour et haine, l'adulte que je suis a été surprise par le traitement du sujet, amusée aussi de constater le gap qu'il existe désormais entre ce qu'on appelle la littérature ados/jeunes adultes et la littérature dite adulte, une différenciation inexistante dans les années 70/80. 

Sonate au Clair de Lune est un roman sentimental qui veut insuffler le frisson mais pas trop : on n'est pas du tout dans l'horreur ou la violence mais dans une romance atypique qui joue sur l'empathie inévitable pour l'héroïne et même pour Jonas, le beau ténébreux en fin de compte pas si mauvais que cela, manipulé comme sa victime.

Sonate au Clair de Lune est un texte facile à lire servi par une plume alerte et rythmée qui amène, par de longues descriptions, son lecteur dans son univers froid où la mort est omniprésente.

Âmes romantiques, plongez sans vous poser de question dans ce quasi huis-clos : le texte fera le reste. 

 

Merci Elodie Lemaire pour la découverte !

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet a lu "Le Camaret d'Achille", le nouveau roman de Marie-Noëlle Fargier

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

J'attendais avec impatience la parution de ce second roman tant j'avais aimé le premier, "La Bukinê d'Anna". J'y ai retrouvé dès les premières pages certains personnages du premier opus (mais celui-ci peut être lu indépendamment, je vous rassure), la plume poétique et très imagée de l'auteur et cet univers entre fiction, passé et présent qui m'avaient interpellée.

Le lecteur voyage, plonge au coeur un paysage presque tangible aux côtés de héros attachants ou haïssables. 

Achille... Quel destin terrifiant ! On frémit, on s'insurge face à la folie d'un homme, à l'obscurantisme d'une époque... pas forcément révolue, d'ailleurs. 

Dans un contexte historique où chacun évolue sur le fil, dans un moment où la guerre de 39-45 frappe à la porte et transforme les âmes, Anna, Victoria, Elena, Marlène et d'autres croisent leurs destins. Nazis, réseaux de résistance, histoires d'amour et de séparations, de joies et de hontes, Marie-Noëlle Fargier prend les lecteurs par la main et les entraîne, au fil du temps, dans les méandres de l'âme humaine. 

Ce roman est un hymne à l'espoir. 

A l'image de la Loire, tumultueuse, sauvage, généreuse et éternelle qui traverse les chapitres du "Camaret d'Achille", les personnages s'offrent, luttent et surmontent, à leur manière, les aléas de la vie. 

Une suite, Marie-Noëlle ? En tout cas, je l'espère ardemment ! 

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>