Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

l'invite d'aloys

L'invité d'Aloys : Valérie Winnykamien avec son ouvrage "Louise et les Méandres de la vie"

Publié le par christine brunet /aloys

BIOGRAPHIE DE VALERIE WINNYKAMIEN

Valérie pratique la peinture acrylique, l'encre de Chine sur toile et dessine depuis l'âge de 4 ans. Petite, elle s’amusait à construire des livrets dans lequel elle écrivait des histoires qu’elle illustrait avec ses dessins. Ensuite toute sa vie, elle a écrit beaucoup de poésies, de chansons, de textes. C’est enfin à partir de 2010 qu’elle décide de finaliser certains romans commencés et c’est en 2020 qu’elle les envoie enfin dans le monde de l’édition. Elle a suivi des humanités artistiques à l'Athénée Royale de Rixensart avant des études supérieures à l'Institut St Luc, en illustration et au "75" en graphisme à Bruxelles. De 2000 à 2003, elle suivra une formation musicale adulte en solfège et piano à l'Académie de Musique de Rixensart pour laquelle elle écrira des chansons et préparera des décors. Hélas, une méchante surdité progressive mettra fin à tout cela. 

Essentiellement figurative, Valérie a commencé en 1990 par une première exposition personnelle à la galerie Espace Libre à Bruxelles et l'inauguration de la maison des artistes à Anderlecht puis a continué jusqu'en 1994 avec le groupe Espace Libre fondé par Guy Bellissent. "La nature faisait l'objet de sa première exposition qui prenait des allures de promenade en forêt avec sous le feuillage, une sourde et grandissante inquiétude" (Anita Nardon, 1992). Elle exposera ensuite, au musée de l’Eau et de la Fontaine à Genval en 1995 puis chez Creatio au château de Rixensart en 1998.L'humain domine dans les œuvres suivantes, proches de l'art cru, acrylique noire, blanche et crayon sanguine; opposition, ombres et lumières, bien et mal à la mesure de notre fin de 20ème siècle. Ensuite, des clowns, des musiciens exposés en 2000 au Bonnehill House jazz club à Court-St-Etienne et à l’auditorium Hamoir à Uccle en 2002, la gare de Profondsart et ses environs à l’encre de Chine, viendront adoucir parfois l'angoisse et la révolte. 

De 2004 à fin 2013, elle tient un atelier de cours de dessin personnalisés, ainsi que d’octobre 2019 à avril 2021. Elle donne parfois une œuvre ou l’autre (Télévie, Allumeur de rêves, Restos du cœur), expose minimum une fois l'an et faisait partie du groupe Au Clair de l'Art. Elle participe aux parcours de Profondsart-Limal, aux Salons d'hiver à Ottignies, aux Biennales de Peinture et Coursives des arts à Wavre, a reçu le deuxième prix "Jeunes Espoirs" à Braine-l'Alleud en 2003 et a participé à Natuur Art-SABAM en 2006.  Etant fan du monde de Disney, elle peint beaucoup de vues de Disneyland Paris à l’encre de Chine sur toile. Valérie participe aux parcours d’artistes de Profondsart-Limal depuis sa création. Elle a également ouvert son atelier aux visiteurs lors des week-end Wallonie bienvenue en 2017. Aujourd’hui, elle peint sur toile à l’acrylique, aquarelle et encre de Chine, un monde enchanteur rempli de couleurs. Maman de 2 grands enfants et mariée depuis 35 ans, Valérie continue à écrire et à dessiner car c’est sa deuxième façon de respirer.

 

 

L’histoire :

Les cambrioleurs ont pris tout ce qu’ils pouvaient prendre. Louise est dévastée. Son ordinateur, contenant la seule et unique copie du roman qu’elle venait d’achever, s’est envolé. Elle sombre. Alors qu’elle tente de redonner un sens à sa triste existence, à quelques kilomètres de là, Pierre, aidé de son ami Lucien, a enfin décidé de percer à jour les secrets de son passé. Pour poursuivre ses recherches il achète un nouvel ordinateur, d’occasion, dont les traces de l’ancienne propriétaire n’ont pas été complètement effacées…   

 

Dans ce roman d’une grande élégance, Valérie Winnykamien brosse avec subtilité le portrait de personnages au destin singulier, abîmés par les méandres de la vie, qui malgré tout, trouvent en eux-mêmes et en autrui la force de se battre.

 

Extrait :

Après quatre bonnes heures qu’ils ne virent pas passer, ils arrivèrent au dernier chapitre d’un roman magnifiquement écrit par une inconnue. Les descriptions fouillées et l’actualité du sujet étaient traitées avec une sensibilité et une poésie, dignes d’un Dickens ou d’une Jane Austen. Les deux compères étaient ébahis. Lucien y voyait entre autres une possibilité d’édition, mais comment retrouver l’auteur ? Le nom mentionné étant sûrement un pseudonyme, cela risquait d’être impossible.

  • En tout cas, Pierre, je suis désolé, mais cet ordi a dû être dérobé à son propriétaire, personne n’aurait laissé un texte pareil y traîner ! Ça, j’en suis sûr !

Publié dans l'invité d'Aloys

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet est l'invitée d'Aloys avec une chronique de son thriller "Vénus en Ré" signée Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

Vénus en Ré, Christine Brunet, Éditions Gascogne, 2016

 

 

Eh bien, j’ai été absorbée par ce énième thriller, le neuvième je pense de Christine Brunet. J’avais une envie de voyager, de me dépayser, d’assister à des meurtres et d’enquêter grave, tout cela en restant coincée chez moi. Je ne suis pas déçue. 

Le thriller commence au 7ème cadavre. Il s’agit de la fille du commissaire Renaud Marsan. L’homme au catogan a-t-il encore frappé ? 

L’enquête piétine et l’on fait appel à Gwen Saint-Cyrq qui devra bosser en duo avec Yvon Signac pour dénouer cette série de meurtres. Saint-Cyrq et Signac sont de vieilles connaissances et pour une raison que vous découvrirez Signac aurait un œuf à peler avec la jolie légiste dotée par ailleurs de pas mal de cordes à son arc, une véritable superwoman cette fille. 

Et l’enquête commence donc. De suite Gwen file vers l’île de Ré où là deux meurtres sont commis. Par un concours de circonstance, Gwen retrouve deux de ses ex, Daniel Lesage un médecin légiste et Angel O’Maley un type assez louche qui propose à notre enquêtrice une bien drôle de mission. Et c’est là qu’on parle de trafic de diamants… Les pistes sont embrouillées et le lecteur pourrait s’y perdre mais non, l’écriture de Christine Brunet est claire et limpide.  

Je continue… Yvon Signac retrouve lui aussi sur l’île de Ré une de ses ex, une certaine Josy, flic elle aussi. Retenez bien ce prénom, Josy. Et à partir de là, le suspens devient invivable, on peine à respirer. Quelles mises en danger que vivra notre Gwen car ah ça oui, elle a le chic pour nous foutre la trouille, elle ne nous épargne rien du tout. Mais quelle perspicacité… Car c’est bien Gwen qui dépiste le modus operandi de ces meurtres, qui sauve en passant la vie à Signac et là, alors là…. Je crois que j’en ai assez dit pour appâter les prochains lecteurs de Christine Brunet car donner plus de détails pourrait offrir des pistes et là, non, je ne ferai pas ce boulot-là.

À présent j’attends une version télévisée de cette enquête. Pourquoi pas ? Il ne manque aucun élément, une intrigue bien ficelée, des enquêteurs hors norme même quand ils sont ripoux, un décor de rêve, etc.  Alors ? 

 

Carine-Laure Desguin

http://carineldesguin.canalblog.com 

 

Partager cet article
Repost0

Carine-Laure Desguin est l'invitée du blog aloys pour son nouvel opuscule "Misha, le poisson rouge et l'harmonica" aux Ed. Lamiroy

Publié le par christine brunet /aloys

Misha, le poisson rouge et l’harmonica, Carine-Laure Desguin, Editions Lamiroy, Collection Adopuscule

 

Il y a un poisson rouge qui prophétise et il y a Misha, une petite fille de neuf ans qui joue de l’harmonica. L’histoire nous entraîne depuis les Fagnes et l’Hertogenwald jusqu’au canal Obvodny. Misha n’est pas née dans un chou, non, quelque part, il y a ses parents de sang. Misha traversera les plaines du Caucase, elle croisera des trains remplis de visages éteints et verra des montagnes qui saignent. Tout au long de ce voyage initiatique, elle rencontrera des fées, des sorcières et un drôle de gamin flanqué de nains chauves et de lapins de garenne. À l’autre bout du monde, Olga et Yvan eux aussi jouent de l’harmonica…

 

Extrait :

Et cette montagne d’objets de toutes sortes, c’est vraiment une montagne d’où jaillirait une source d’eau pure ? Cette montagne, racontent les anciens d’ici, cache dans son ventre des chandeliers à sept branches, des milliers de chandeliers qui clignotent de temps en temps lorsque les musiques sont belles à travers le monde et que tous les peuples les comprennent et les aime. Alors, la montagne s’allume. C’est grandiose d’assister à un tel spectacle confient les nuages aux rayons du soleil. Misha s’agenouille devant la montagne, elle a vu quelque chose. Des cailloux s’écoule un mince filet d’eau toute rouge. Il paraît que ça coulera comme ça pour toujours, qu’il y avait tellement de gens dans les trains, entassés les uns sur les autres, et suffocant même parfois, que cette montagne si haute et si lourde de toutes ces personnes et de tous ces objets (des valises, des bijoux, des médailles, des étoiles jaunes), que même lorsqu’elle aura … 

 

Lien pour commander chez l’éditeur : 

Misha, le poisson rouge et l’harmonica A#07 – Editions Lamiroy

 

Ou via l’auteure : carinelauredesguin@gmail.com

Tout libraire peut commander chez le distributeur : 

distribution@maisondelapoesie.com

Disponible également en format numérique sur toutes les plateformes

ISBN : 978-2-87595-452-7 

Prix : 4€ / 2 € en format numérique

 

Publié dans l'invité d'Aloys

Partager cet article
Repost0

Laurent Dumortier en invité avec un article dans Bruxelles culture...

Publié le par christine brunet /aloys

Laurent Dumortier en invité avec un article dans Bruxelles culture...

Publié dans l'invité d'Aloys

Partager cet article
Repost0

Philippe Dester est l'invité de notre blog pour une chronique de son dernier roman "Sous le champ de nuages blancs" signée Séverine Baaziz

Publié le par christine brunet /aloys

 
 

 

UN AGREABLE MOMENT DE LECTURE !
Voici la suite d'un premier roman que j'avais déjà pris plaisir à lire.
L'histoire d'un adolescent qui, ayant perdu la vie dans un accident, devient ange gardien. A force de missions rondement menées, il gravit les échelons de l’échelle de la spiritualité.
Dans ce second opus, il est question d’une toute dernière mission. Comme à son habitude, la Voix ne lui en dit pas plus, mais il se pourrait bien que le final ait de quoi réjouir l’adolescent. Enfin, c'est ce que le lecteur se plaît à imaginer...
Ce roman n'a pas pour seule thématique l'au-delà, bien au contraire. Même si elle participe à l’envie d’en savoir plus, c’est l'ancrage dans le réel qui m'a le plus touchée. La difficulté sociale. L'inégalité des chances. La rancœur. Dans un entrelacs de destins, écrit avec beaucoup de fluidité, Philippe Dester met en scène un habile hommage à l'altruisme.
En filigrane, aussi, un bel éloge de la lecture, à l'image du blog de l'auteur abreuvé de sa propre passion pour la Littérature (phildes.canalblog.com).
 
Séverine Baaziz

 

Partager cet article
Repost0

Eric Allard en invité sur notre blog avec une lecture de son opuscule "La maison des animaux" par Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

 

Lecture et commentaire de LA MAISON DES ANIMAUX, Eric Allard, Editions Lamiroy (collection Opucules), 2020

 

Comme tous les matin, Zappy (mon chat et compagnon) dépose le courrier à côté de nos gamelles et me dit d’un air enjoué, vise un peu le titre de cet opuscule-là, ça mérite toute notre attention. Lis-le, je lui réponds, tu sais bien que laper le lait n’est pas si facile pour moi, ça me prend du temps à chaque fois. Je lui demande quand même de ne pas enterrer n’importe où comme tous ses trophées ce petit livre d’une quarantaine de pages. Je connais bien l’auteur, Eric Allard, et chacun de ses livres sont de véritables trésors de poésie. Erica Lard, me lâche Zappy, surpris. Lard ? Cela devient intéressant. Mais non Minou (son surnom d’amour), Eric Allard. C’est un auteur qui a commis pas mal en littérature et je t’invite à lécher de temps en temps son blog Les Belles Phrases, tu ne seras pas déçu. Quelques heures plus tard, Zappy n’en pouvait plus de miauler, de sautiller d’un fauteuil à l’autre, de grimper aux rideaux. Mais enfin Zappy, tu perds tes poils pour le moment arrête de sautiller comme ça et puis que se passe-t-il au fait ? Je veux déménager et loger dans cet immeuble-là, celui du livre, celui de La maison des animaux. Ah bon, et pourquoi ? Ah mais quelle histoire ! Je kiffe ! Enfin un type qui nous comprendrait toi et moi ! De quel type ronronnes-tu ? Ben je miaule à propos du narrateur de cette histoire ! Eh bien miaule alors, je t’écoute. Le gars en question crèche dans un immeuble tout à fait ordinaire. Au-dessus de son appart réside Xanthe, un cheval. Au dernier étage, Aslan, un vieux lion. Et deux étages au-dessus du sien, une gonzesse, Noémie Dufosset. Noémie écrit des contes pour enfants et bosse aussi dans une boulangerie. Le narrateur en pince pour elle, tu comprends. Faut dire que c’est une chouette fille et elle écrit des histoires dans lesquelles les arbres voyagent, tu comprends. Ben oui je réponds entre deux lapages de lait, continue, cette histoire de cheval et de vieux lion m’intéresse à mords. Donc, lad dans l’histoire, les animaux ont les mêmes droits que les humains. Par exemple, Xanthe reçoit des soins d’un lad de l’assistance publique. C’est Marie-Aude, la logeuse du rez qui raconte tout ça au narrateur, tu comprends. Et l’ex de Marie-Aude, il est à présent en ménage avec un Jockey. De temps en temps, tout ce petit monde hippique se rassemble, discute et hennit de rire. Et Aslan dans tout ça, je demande. Justement, j’y viens. Le 23 juillet, on fête Aslan dans toute la ville, c’est le premier jour du signe du lion. Il trône sur un char, il est entouré de nanas masquées d’un loup et puis à partir de là, tout part en couille… Ah ? Ah ben oui, c’est toute l’histoire ! Lors de cette fête dédiée à Aslan, le bourgmestre, un bellâtre marié à un chimpanzé, prend la parole, rend honneur à Aslan. Le lendemain, Aslan meurt, empoisonné. Qui l’a tué, qui ? Polémique dans toute la ville et même… jusqu’en Chine !  Et Xanthe dans tout ça, je demande? Et Noémie ? Ah je peux pas miauler toute l’histoire. Mais tu as raison, Eric Allard gazouille vachement bien. Parfois il bubule ou il zinzinule. Jamais il ne coasse ou ne jargonne. Et puis, quelle autodérision. Surtout du côté des dernières pages, mes coussinets en tremblent encore. Hâte de chatter avec Eric Allard. Car avec lui, pas besoin de logiciels de traduction.

 

Carine-Laure Desguin

http://carineldesguin.canalblog.com

Publié dans l'invité d'Aloys

Partager cet article
Repost0

En invité de notre blog, Michel Delguidice et une très courte présentation de son dernier ouvrage "The Hell River"

Publié le par christine brunet /aloys

Synopsis :

Un western... Une histoire de vengeance, une histoire d'amitié d'un homme avec un jeune garçon qui va tout lui apprendre. Leurs chemins se sépareront.

Se retrouveront-ils ? Le jeune réussira-t-il à se venger ?

 

Début du livre

Il pleuvait des cordes, sans arrêt depuis des jours et des nuits, une pluie froide en ce mois de février 1856. Sur les montagnes qu'on ne voyait pas, cachées par les nuages, il y avait de la neige. La petite ville de Mountain City dans le Montana était « noyée » sous l'eau. Comme chaque hiver, ici, il faisait froid. Le ciel était bas et la pluie ne cessait de tomber. Dans la petite ville de Mountain City, l'unique rue n'était plus qu'une « rivière ». C'était la grand-rue, elle traversait en ligne droite la ville du Sud au Nord. Elle n'était pas bien longue, peut-être deux kilomètres, elle était bordée par quelques habitations, mais aussi deux saloons qui se trouvaient à environ trois cents mètres de distances (...)

 

Publié dans l'invité d'Aloys

Partager cet article
Repost0

Pascale Gillet-B a lu "La lune éclaboussée" de Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

La lune éclaboussée, meurtres à Maubeuge de Carine-Laure Desguin, Le Lys bleu éditions 

A Maubeuge, on suit le cours de la Sambre où une péniche attend d’être remise à neuf, on déambule discrètement dans le jardin zoologique ou le square de Liège, on traverse la place des Nations, on longe l’avenue de France, on déjeune au Mabuse, si ce n’est pas trop bondé.

Maubeuge, petite ville paisible du nord de la France…. mais dans un Putain de Pays Noir…..

Eh oui,  sous la pâle lumière de la lune à Maubeuge, trois meurtres agitent un cortège de personnages incongrus et déroutants.

Jenny, jeune-fille à la peau d’ébène, fonceuse et provoquante, hantée par des manies cocasses qui  passe sa journée à écrire et à inventer des histoires;  Jean-Luc et Claude, deux compères protecteurs et détectives amateurs; Michel Garnier, un grand auteur de romans policiers mais pas si grand homme; son rejeton, Olivier Garnier, … fils pourri mais pas tant que ça finalement; les filles Foucault, une blondasse et une apprentie sorcière; Mademoiselle Estelle, avec son caca gris sur la tête, curieuse et raciste mais bien informée; Esteban, le cow-boy infirmier à la poitrine rassurante et velue; la commissaire Xavière Delestienne, au corps épais et au flair comparable à un chien de la brigade canine.

Au fil de la lecture, tous ces personnages s’entremêlent dans des péripéties, Spirales urbaines,  au dénouement inattendu et brillant.

Une histoire bien écrite dans un style haletant, parfois impitoyable mais toujours poétique.

Pascale Gillet-B

 

Publié dans l'invité d'Aloys

Partager cet article
Repost0

Philippe Dester nous présente en l'invité son nouvel ouvrage "Sous le champ de nuages blancs"

Publié le par christine brunet /aloys

Alex se prépare à quitter la terre. Sa mission est complètement remplie : il a aidé des dizaines de personnes à passer de vie à trépas. Des hommes, des femmes, des enfants, des jeunes, des vieux ont rejoint les nuages, le sourire aux lèvres.   

Sa mission l’a exténué ; c’était moralement très difficile. Il s’est attaché à ces gens et a beaucoup souffert de les voir partir.      

Pour accéder à un niveau supérieur sur l’échelle de la spiritualité, il devait connaître l’amour et la perte de l’être aimé. Il ne pensait pas que ça allait se passer comme ça. Il a aimé Ornella d’un amour fou. Il a passé des jours extra avec elle. Cette jeune fille qu’il ne peut oublier était atteinte de la mucoviscidose. Une greffe l’a sauvée alors qu’elle était au seuil de la mort et cette opération a signé la fin de leur histoire d’amour. Quand Ornella s’est réveillée, elle n’avait plus aucun souvenir d’Alex. Seul un coquillage rappelait leur escapade au bord de la mer.

Alex est mort depuis quelques années. Il est impossible de comptabiliser le temps qui passe quand on est un esprit. L’accident qui l’a envoyé dans le grand champ de nuages blancs date d’un certain temps déjà. Le garçon a vu sa petite sœur grandir, intégrer un groupe d’enfants chanteurs à succès. Aglaé a toujours eu une voix de diva.  Nul doute qu’elle deviendra une chanteuse célèbre.

Depuis le jour où il a été renversé par une camionnette, il n’a cessé de veiller sur la petite. Même si elle ne peut plus le voir, la gamine sait que son frère est là, qu’il l’accompagne dans sa vie, que rien de grave ne peut lui arriver grâce à lui. Elle sait maintenant qu’Alex est mort, qu’il n’a plus de corps, mais que son esprit ne la quitte pas.

Elle sait aussi grâce à Ornella qui a débarqué un jour chez elle et a raconté une histoire abracadabrante que seules les personnes proches de la mort peuvent le voir et lui parler.               

Alex est mort depuis quelques années. Il est impossible de comptabiliser le temps qui passe quand on est un esprit. L’accident qui l’a envoyé dans le grand champ de nuages blancs date d’un certain temps déjà. Le garçon a vu sa petite sœur grandir, intégrer un groupe d’enfants chanteurs à succès. Aglaé a toujours eu une voix de diva.  Nul doute qu’elle deviendra une chanteuse célèbre.

Depuis le jour où il a été renversé par une camionnette, il n’a cessé de veiller sur la petite. Même si elle ne peut plus le voir, la gamine sait que son frère est là, qu’il l’accompagne dans sa vie, que rien de grave ne peut lui arriver grâce à lui. Elle sait maintenant qu’Alex est mort, qu’il n’a plus de corps, mais que son esprit ne la quitte pas.

Elle sait aussi grâce à Ornella qui a débarqué un jour chez elle et a raconté une histoire abracadabrante que seules les personnes proches de la mort peuvent le voir et lui parler.               

Aglaé n’est plus triste. Quand elle sent une présence dans sa chambre, elle sait que son frère est là et elle lui parle ; elle lui raconte ses joies et ses peines ; elle lui dit combien il manque à tous, à elle, à ses parents, à Ludo, son meilleur ami, à Clémentine, sa petite amie.          

Evidemment, leurs conversations sont, en fait, des monologues puisque le garçon ne répond pas à sa sœur ou, du moins, elle ne l’entend pas.

Une autre personne lui manque : un petit garçon qu’elle n’oubliera jamais. Il s’appelait Amir. Mourir à six ans, ça ne devrait pas être autorisé. Laisser seule sa mère ou sa meilleure amie non plus.           

Amir est parti dans ces fameux nuages blancs que la gamine observe souvent de la fenêtre de sa chambre. Elle peut rester des heures là, assise sur le rebord de la fenêtre à scruter le ciel. Elle imagine des animaux fantastiques poussés par le vent. Chaque nuage lui fait penser à quelque chose. Parfois l’un d’eux a l’air de lui sourire. Alors, elle pense voir son frère ou son petit copain qui l’observent, assis sur cette masse cotonneuse blanche.

Ça fait quatre ans qu’Alex les a quittés – ses parents ne s’en sont toujours pas remis – et presque autant qu’Amir est parti lui aussi. Elle sait que la mère du petit est dans un état déplorable, qu’elle passe ses journées à dormir et à boire. Amir doit être très triste de voir ça.

Les gens sont tristes quand ils perdent quelqu’un. Aglaé ne l’est plus. Elle sait que les morts ne le sont pas tout à fait. Seul leur corps a disparu ; leur esprit est là, quelque part, à veiller sur leurs proches. Elle sait qu’elle peut leur parler même si sa mère lui répète dix fois par jour qu’elle doit arrêter de parler toute seule et de scruter le ciel. Alex et Amir ne reviendront pas,  mais ça, elle en a bien conscience.        

Peut-être qu’un jour, quand même, elle reverra son frère, quand elle sera gravement malade et qu’il viendra l’aider à sauter le pas, à partir avec lui dans le paradis blanc. Mais Aglaé n’est pas pressée ; elle a encore beaucoup de choses à vivre et souvent elle chante la chanson de Francis Lalanne : « On se retrouvera »…

Publié dans l'invité d'Aloys

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet a lu "La lune éclaboussée. meurtres à Maubeuge" de Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

 

Carine-Laure Desguin s’attaque à tous les genres littéraires. Avec cet ouvrage, elle met un pied, à sa façon, dans l’univers du polar. J’étais curieuse d’entrer dans cette histoire et de voir comment l’auteur et son univers décalé pourraient s’embarrasser d’un genre plutôt corseté, très codifié. De fait, elle lance sans complexe son héroïne, Jenny Dalooz, sur la mort, peut-être pas si  naturelle que ça, d’un écrivain à succès, Michel Garnier dont elle est, a priori, fan.

Après avoir lu « Putain de pays noir », je m’attendais à un texte noir, sanglant, violent. Que nenni. Jenny joue dans la finesse, tâtonne. On sent qu’elle s’amuse.

En fait, on a deux niveaux d’appréhension : le lecteur qui subodore très vite le nom du coupable (mais est-ce le plus important ? Pas sûr…) parce qu’il dispose d’éléments que notre pseudo enquêtrice ne possède pas. Et il y a le processus d’enquête, les hypothèses, les erreurs, les vérités de Jenny et ses secrets : le lecteur sait mais Jenny ne sait pas. Elle s’appuie pour avancer sur des personnages forts, originaux qui corsent l'histoire et le rythment.

Nous savons qui est le tueur mais quel pourrait être son mobile ?

On sent, à certains moments, que le texte pourrait être plus « trash » mais que l’auteur ronge son frein, se retient pour proposer quelque chose de plus sage, de différent.

Alors, ce mobile me demanderez-vous… Pour le coup, ça m’étonnerait que vous le deviniez si facilement !!! :-) 

 

Christine Brunet

www.christine-Brunet.com

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>