Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fiche de lecture

Christine Brunet a lu "Ta mémoire, pareille au fables incertaines" de Christian Eychloma

Publié le par christine brunet /aloys

 

Certains romans ou recueils de nouvelles pourraient commencer par "Il était une fois...". Nous en avons tous lus.

Le dernier ouvrage de Christian Eychloma joue sur un autre registre, celui du "Et si..."

Deux histoires parallèles si semblables mais séparées par quelques siècles; deux jeunes filles en bute au même dilemme. (et vous n'en sauraient pas plus !!! Faudra lire !)

Un passé qui s'inscrit dans notre histoire coloniale, un/des futurs probables... Et si tout était lié ?

L'auteur nous propulse aussi facilement dans le passé que dans le futur, sur une autre planète.L'Humain ne change pas : il invente, il innove mais il n'évolue pas. Il reste prisonnier de ses démons : recherche du pouvoir, de l'argent, esclavage, manipulation.

Et si... Et si le temps n'était qu'un leurre, une sorte de boucle dont nous serions prisonniers en fin de compte ?

Et si... Et si l'Homme parvenait à s'affranchir de cette fatalité ? Quelles en seraient les conséquences ? 

Et si... Et si le temps n'était pas unique mais multiple ? Une infinité de possibilités temporelles pour une infinité de destins...

Et si...

Christian Eychloma nous propose tout à la fois, fiction et réflexion... 

"Ta mémoire, pareille aux fables incertaines"... Un méga coup de coeur pour la rentrée ! 

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

 

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

"Chaos" de Bob Boutique une lecture de Marcelle Pâques

Publié le par christine brunet /aloys

 

Tout commence par le vol d’un tableau (de peu de valeur) dans un musée d’Amsterdam...
Pourquoi ce vol ?

La Kmar section anti-terroriste est chargée de l’enquête car Lieve, commisaire, jeune et jolie blonde très futée a découvert que l’auteur du vol est un dangereux terroriste “ Yahia”.
Elle fait appel à son chef, Johan surnommé “ Le bouledogue” pour l’épauler dans cette enquête qui s’avère très compliquée. soit dit en passant elle est amoureuse de son boss qui résiste ( par rapport à la différence d’âge)...

Nous suivons nos héros et leurs collègues en Allemagne à Genève et même au vatican !!!
Le mystère s’épaissit, on ne s’ennuie pas, j’ai pensé au - DA VINCI CODE -

L’auteur a beaucoup d’humour ( moi j’aime bien );-)
Par exemple page 245, une réunion importante avec le Mossad et la Kmar...
• Un ange en robe blanche, un cytare à la main vole un instant au dessus des têtes réunies dans la salle...
• Un regard fuyant vers le géant du Mossad...
• Est-ce vraiment important?
• Très confirma la petite, peut-être même déterminant pour notre enquête.
• ...
• Repassage en sens inverse de l’ange à la harpe. Il suffirait de lever la tête pour voir sa culotte, pour autant qu’elle en porte.

• Dans la quatrième partie l’histoire se corse, le commisaire hollandais se retrouve dans les montagnes en guerre du Yémen. Il se fait passer pour un Français originaire d’Aix en Provence ( je suppose qu’il n’a pas d’accent)...
• Il doit ruser et affronter mille dangers. Il se débrouille comme un chef !
• J’ai pensé à - JAMES BOND - ( cela n’engage que moi) !
• Bientôt rejoint par Lieve toujours aussi amoureuse et déterminée.

• Le chaos va t’il survenir ?
• Je n’en dirai pas plus...
• Mais le chaos ne règne pas dans la tête de l’auteur qui nous balade avec dextérité et talent ( très bien documenté) dans ce thriller déroutant.

 

 

MARCELLE PÂQUES

 

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

Joseph BODSON a lu et chroniqué "Fractures", le recueil de nouvelles de Laurent Dumortier sur le site de l'AREAW

Publié le par christine brunet /aloys

https://www.areaw.be/laurent-dumortier-fractures-nouvelles-chloe-des-lys/

https://www.areaw.be/laurent-dumortier-fractures-nouvelles-chloe-des-lys/

Laurent Dumortier, Fractures, nouvelles, Chloé des Lys

Laurent Dumortier a déjà publié plusieurs romans et recueils de nouvelles, qui relèvent le plus souvent du genre fantastique. Mais, au fil de ces publications, son talent s’affine, et il lui suffit de quelques pages, de quelques phrases, pour nous plonger au coeur du mysttère.,

Un humour très inventif, très original, comme à la page 7: sans brusquerie, en douceur il s’impose au départ des choses elles-mêmes, des situations. A la page 13, les humains ont l’air d’automates, ils sont eux-même manipulés Rien de voulu, de concerté, un tumulte d’événements. Des brèves de désespoir?. Ailleurs, dans Ambre Laca, par exemple, ce sont les animaux qui s’attaquent aux hommes. Dans De la poudreuse à Noël, une véritable vision d’apocalypse. Ou bien, p.71, Echoué, une métamorphose qui fait un peu songer à Kafka, un homme  à écailles.

Un vol de livres bien imaginé…de littérature noire, bien sûr, mais je ne vais pas tout vous raconter. La gastronomie, l’argyromètre…de quoi vous régaler…

Bonne lecture!

Joseph Bodson

Publié dans Fiche de lecture, articles

Partager cet article
Repost0

Denis Billamboz dans son blog "mes impressions de lecture" a chroniqué "CHAOS" de Bob Boutique

Publié le par christine brunet /aloys

Chaos – Bob Boutique

http://mesimpressionsdelecture.unblog.fr/2018/08/27/chaos-bob-boutique/

Moed Lieve la jolie et terriblement efficace inspectrice de la section antiterroriste de la Kmar (Gendarmerie royale des Pays-Bas), perturbe le long congé sabbatique que son chef, le Bouledogue, s’est octroyé après la difficile et dangereuse enquête qu’ils ont menée ensemble et que l’auteur a racontée dans son précédent roman « 2401 ». Une affaire qui, même si elle semble bénigne, un simple vol de tableau sans valeur, l’intrigue, le voleur n’est pas n’importe qui, c’est un dangereux intégriste yéménite que le bouledogue a déjà affronté dans une précédente affaire et qu’il est le seul à connaître physiquement. Lieve réussi à convaincre son supérieur de reprendre du service actif pour éclaircir cette affaire qui semble bien mystérieuse.

Le tableau volé n’a aucune valeur, il sert d’alibi à un autre vol commis sur un autre tableau qui recelait dans son cadre des objets devant être particulièrement précieux pour que les voleurs prennent des risques importants et que Yahia, le Yéménite houti, se déplace lui-même pour commettre ce forfait en le signant de son sceau : l’ablation d’une phalange d’un doigt du gardien du musée. Alertés de ce vol, les Israéliens sont en ébullition, ils ont pu constater que les Yéménites conduisent un vaste projet dans le désert du nord de leur pays et la forte somme qu’ils pourraient récupérer après ce vol pourrait servir à financer une opération très préjudiciable à leur nation. Et, comme la Shell, a des intérêts colossaux à récupérer dans ce secteur, la ministre néerlandaise décide de confier au Bouledogue la dangereuse mission de se rendre au Yémen pour voir de quoi il en retourne et, si nécessaire, annihiler les opérations en cours. Commence alors une épopée homérique dans le désert yéménite où bien sûr, la belle Lieve finira par rejoindre son chef adoré pour essayer de réduire à néant un projet particulièrement mortifère.

Dans ce nouveau roman, Bob Boutique explore les origines des religions monothéistes du Moyen-Orient pour que le lecteur comprenne bien les oppositions et guerres religieuses qui l’agitent et l’ensanglantent depuis plus de deux millénaires. C’est pour lui l’occasion de remettre en cause tous les dogmes fondés sur des écrits très souvent fort postérieurs aux faits qu’ils rapportent. Le lecteur pourra ainsi confronter ses propres croyances avec les faits avérés rapportés par l’auteur et en déduire une idéologie qui renforcera ou contredira ses propres croyances.

Si j’ai souligné le gros travail effectué par l’auteur sur l’origine des religions et sa grande culture biblique et coranique, je ne peux pas faire l’impasse sur l’immensité de son érudition historique, géographique, géopolitique, … et sa bonne connaissance de l’actualité rarement évoquée par les médias obnubilés par les faits divers à forte émotivité. Il semble connaître le Yémen et ses problèmes politico-religieux comme s’il y avait vécu et le désert comme s’il l’avait traversé.

Un bon polar qui conduira le lecteur au cœur d’une région où s’affrontent les grands courants religieux musulmans, principalement les sunnites et les chiites mais aussi les houtis et d’autres encore, sous le regard des grandes puissances sans que les médias n’y prêtent une attention particulière. Une bonne séance de lecture pour des vacances au soleil ou au coin de l’âtre tout en se cultivant sans efforts en prenant du plaisir.

 

Chloé des Lys

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet a lu "De soufre et de miel" de Silvana Minchella

Publié le par christine brunet /aloys

 

Court recueil poétique (48 pages), courtes poésies imprégnées de sensualité. Le feu dévore l'âme, les baisers l'apaisent... ou deviennent morsures.

Très rythmé, ce chant évoque la tentation, la rencontre, la soumission. Douceur, violence, amour, haine, passé, présent, tout est enrobé dans une approche mystique de l'être et de l'amour. 

Pas de censure; les mots sont là, précis mais déchargés d'émotion... dans une sorte de fatalité : immortalité de l'âme, destinée cyclique. 

Silvana Minchella signe là un ouvrage où liberté d'être et d'aimer s'enchevêtrent sans tabou. 

 

 

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

 

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet a lu "Opération Taranis" de Didier Veziano

Publié le par christine brunet /aloys

 

J'ai mis un peu de temps à me décider à l'ouvrir, d'abord, puis à le lire... Il faut avouer qu'il fait 460 pages (d'accord, certains diront que les miens font souvent plus...) et que la couverture rouge et noire est peu engageante. Quant à la 4e de couverture, elle nous propose une plongée dans le monde du terrorisme : salafisme, Hezbollah, services secrets iraniens, DGSE... Autant de termes qui ponctuent le synopsis et nous renvoient à un univers fait de haine et de violence. 

Je finis par me décider et je sombre, au fil des pages, dans un environnement interlope, noir, brutal, si réaliste qu'il en est, parfois, dérangeant. 

Je vis la chasse à l'homme, la manipulation psychique, le complot, les interrogatoires la boule au ventre. Je zappe des passages trop "hard", je frémis et je tourne les pages, vivant l'histoire aux côtés de personnages forts. 

Comme d'habitude, pas question de vous raconter l'histoire : ce sera à vous de lire... 

Depuis le commencement, j'attends l'explication du sous-titre "Jusqu'au bout de la vengeance"... Dommage qu'elle prenne si peu de place mais elle est intense, bien menée, presque jouissive. 

Vous l'avez peut-être compris : "Opération Taranis" est un excellent roman oscillant entre policier, espionnage et thriller.

Un roman pour tous les lecteurs qui aiment frémir, être bousculés, détourner parfois le regard au fil d'une phrase, d'une image trop réaliste, trop dure, trop...

Un style très masculin, des personnages masculins (la seule femme importante se fait dézinguer), une approche très masculine d'un univers masculin qui a déstabilisé la lectrice que je suis. On entre dans la tête des personnages, on démonte le processus psychique de conversion au terrorisme.

Malgré tout, ou peut-être à cause de tout cela, "Opération Taranis" est mon coup de coeur de la rentrée !

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

 

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

Bernadette Gérard-Vroman a lu "Auprès de ma blonde" de Thierry-Marie Delaunois

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

J’ai entamé la lecture d’un roman intitulé « Auprès de ma blonde » de Thierry-Marie Delaunois, par ce temps caniculaire. Il fallait que je rattrape mon retard, et que faire d’autre par ce temps-là… ? Une pile de livres m’attend encore, et celui-ci, je me l’étais procuré il y a un an, non, bientôt deux déjà… J’avais promis à Thierry de le lire cet été, promesse tenue. Voilà donc que je découvre les premières pages, qui déjà, me troublent… « Séréna… pour sérénité ? »


Début 2017, alors que je n’avais pas encore ouvert le livre, je décide du titre de mon dernier recueil de poésie, un chemin de vie vers la sérénité, qui donnera comme titre  « Sérénade à la vie »… Le sien aurait pu s’appeler « Séréna, ode à la vie », mais n’aurait sans doute pas eu le même succès… C’est vrai que rien que le titre attise déjà notre curiosité. Et durant tout le récit, l’auteur parvient à nous tenir en haleine, son imaginaire venant se poser au fil des pages, nous emmenant, tantôt sur une détente, tantôt sur une crispation ; on s’y plonge, dans le récit, dans le lac et ses mystères… On le suit, André, dans ses aventures, André en quête d’amour. Maints sujets sont abordés, tant de sujets qui font partie de la vie de tous les jours, et qui nous font oublier qu’il s’agit de fiction parfois. Et pourtant, tout est bien ficelé, tout est bien pensé, rien n’est laissé au hasard.


Posée entre ciel et terre, dans mon hamac, alors que je savoure les dernières pages de « Auprès de ma blonde » entrouvertes sur mes genoux, un intrus, curieux et intrigué par la présence de Doggy, s’aventure aux côtés du livre, mais très vite, devant l’instabilité de la situation, notre chat préfère rejoindre la pelouse et garder les pattes sur terre. Les dernières pages se referment. Et une autre s’ouvre.
Merci pour cette belle découverte, Thierry.

 

BERNADETTE GERARD-VROMAN

 

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

"Les 10 petites négresses" de Bob Boutique une lecture (complètement déjantée) du Commandant Danofsky

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

"Les 10 petites négresses" de Bob Boutique

une lecture (complètement déjantée) du Commandant Danofsky

Je connaissais bien sur Agatha Christie, mais je n'avais, pas eu l'honneur, jusqu'à ce jour, de faire la connaissance de son mari, qui publia avant leur séparation plusieurs recueils de nouvelles, en cachette. Sa mort précoce, laissa le monde entier indifférent et on pourrait douter de sa chute mortelle dans l'escalier d'une maison de maitre bruxelloise. Celle qu'il appelait du tendre surnom de Poussinette, en fut tellement choquée, qu'elle abandonna la plume pour se consacrer à la restauration de meubles anciens et vécu jusqu'à la fin de son existence, entourée de bibelots.. 

Des témoins bien informés nous confirment la présence de son mari, aux côtés de Michael Jackson, Elvis Presley, Kennedy, Daniel Balavoine, sur le refuge de "l'Ile". Son unique biographe connu, militaire de carrière passionné d'énigmes policières, nous renseigne sur sa vie misérable dans l'ombre de la sarcastique Agatha, son dévouement à son oeuvre, allant même jusqu'à recopier ligne par ligne ses manuscrits à une époque où l'informatique n'en était qu'au stade d' oeuf mou. C'est au sortir d'une profonde dépression qu'il décida d'écrire un livre au titre énigmatique : " les dix petites négresses ". 

Il s'agit d'une oeuvre délirante, qu'il enfanta après avoir appris par la presse, que sa chère Agatha, loin de pleurer sur sa disparition subite, l'avait traité de roquet rampant, poulet suintant, gallinacé au goût de piano désaccordé. Chacun jugera.

Car, en fait, derrière ce personnage anodin qui fut l'ouvrier fidèle de la célèbre faiseuse d'énigmes, s'en cache une supplémentaire, celle de sa psychose fantasmatique, son attirance refoulée pour les écrivaines sans défenses. Ingénues qui iront jusqu'à l'aduler au point qu'il créera pour elle une maison d'édition, afin, en les publiant, de les approcher dans leur intimité et de les soumettre à ses rêves de polygamie roucoulante.

Je ne vais pas vous raconter l'histoire du livre, ce serait trahir son secret. Je voudrais simplement rendre hommage aux dix personnages, toutes des femmes au charme évident, qui incarnent comme autant de facettes le profil pathologique de l'auteur. Dès la première approche, il devient vite évident à condition de lire entre les lignes, que nous sommes en présence d'un puzzle morbide, tissé de meurtres successifs, perpétrés dans le corps phallique d'un phare perdu à la surface d'un l'océan matriciel, symbolisant parfaitement la mère nourricière et castratrice.

C'est dans le labyrinthe de ce phallus mythique que le drame se joue, les meurtres successifs et inexpliqués nous entrainant docilement vers l'érection finale, la résurrection des femelles pleurnichardes et avide d'or, qui scandent le nom immortel de leur auteur, de leur démiurge, de leur amant éternel.

Si je vous disais ensuite, qu'intrigué, à force de patience, j'ai pu retrouver la trace de ces dix femmes. Qu'elles sont loin d'être des négresses, mais qu'elles nous entourent, qu'on pourrait les rencontrer et recueillir leurs témoignages déchirants, j'aurais dit vrai. Dix vies anéanties, dix destins brisés par les harcellements, les cérémonies voyeuristes, les manipulations, allant jusqu'au simulacre de la jouissance, qui n'est au fond qu'une terreur déguisée, qu’elles subiront avec fébrilité.

Pourtant, c'est sous le masque ce cet Oedipe sanguinaire qui forme la trame souterraine et haletante du récit, que nous devinerons le pire. Ce ne sont pas dix charmantes lesbiennes soumises et apeurées qui nous empêcheront de discerner, sous le meurtre suicidaire d'un éditeur, père, ami, aux contours fuyant, le double de l'auteur.

Ce ne sont pas ces dix, qui nous empêcheront d'apercevoir, montante, la vague gorgée d'écume d'une homosexualité refoulée, qui émerge par moments, s'amplifie, s'offre en sacrifice, pour finalement nous révéler le vrai sens du récit. 

Lisez le livre.

Sous son apparence naïve de Barbe Bleue, il vous posera les questions essentielles de l'existence. Qui se cache au fond de nous, qui sommes nous ? Agatha était-elle un homme ? Je vous conseille ceci mesdames : écrivez, écrivez n'importe quoi, un récit, un témoignage, un conte, recherchez le nom de l'éditeur fantôme et rencontrez-le. Vous saurez alors qui est l'auteur du livre et pourquoi vous ne dormirez plus sereinement, la nuit, en vous lovant suppliantes, le sexe tendu sous les couvertures.

Le Commandant Danofsky

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

Marcelle Pâques a lu "Chaos" de Bob Boutique

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Tout commence par le vol d’un tableau (de peu de valeur) dans un musée d’Amsterdam...
Pourquoi ce vol ?

La Kmar section anti-terroriste est chargée de l’enquête car Lieve, commisaire, jeune et jolie blonde très futée a découvert que l’auteur du vol est un dangereux terroriste “ Yahia”.
Elle fait appel à son chef, Johan surnommé “ Le bouledogue” pour l’épauler dans cette enquête qui s’avère très compliquée. soit dit en passant elle est amoureuse de son boss qui résiste ( par rapport à la différence d’âge)...

Nous suivons nos héros et leurs collègues en Allemagne à Genève et même au vatican !!!
Le mystère s’épaissit, on ne s’ennuie pas, j’ai pensé au - DA VINCI CODE -

L’auteur a beaucoup d’humour ( moi j’aime bien );-)
Par exemple page 245, une réunion importante avec le Mossad et la Kmar...
• Un ange en robe blanche, un cytare à la main vole un instant au dessus des têtes réunies dans la salle...
• Un regard fuyant vers le géant du Mossad...
• Est-ce vraiment important?
• Très confirma la petite, peut-être même déterminant pour notre enquête.
• ...
• Repassage en sens inverse de l’ange à la harpe. Il suffirait de lever la tête pour voir sa culotte, pour autant qu’elle en porte.

• Dans la quatrième partie l’histoire se corse, le commisaire hollandais se retrouve dans les montagnes en guerre du Yémen. Il se fait passer pour un Français originaire d’Aix en Provence ( je suppose qu’il n’a pas d’accent)...
• Il doit ruser et affronter mille dangers. Il se débrouille comme un chef !
• J’ai pensé à - JAMES BOND - ( cela n’engage que moi) !
• Bientôt rejoint par Lieve toujours aussi amoureuse et déterminée.

• Le chaos va t’il survenir ?
• Je n’en dirai pas plus...
• Mais le chaos ne règne pas dans la tête de l’auteur qui nous balade avec dextérité et talent ( très bien documenté) dans ce thriller déroutant.

 

MARCELLE PÂQUES

 

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

Edmée de Xhavée a lu "L'Epervière et autres nouvelles " de Laure Hadrien

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

J’ai lu L’ Épervière et autres nouvelles, de Laure Hadrien – Edmée De Xhavée


 

Je suis les nouvelles de Laure Hadrien sur son blog. Fidèlement. Leur atmosphère particulière m’est désormais familière : des personnages à la fois anodins, oui, mais bien à part dans ce moment précis de leur vie ou sur le chemin de celle-ci. Des gens qu’on ne remarque pas de façon aiguë, sauf si on s’y frotte – et souvent s’y pique.

Ici, neuf nouvelles pour les rencontrer, ces étranges autres, étranges pour un moment ou pour toute leur existence.

Un été à t’attendre… Une attente qui a le poids du manque, la respiration en suspens, l’espoir papillonnant autour de chaque instant de ce pourtant si bel été provençal, l’air chaud remué par le vol des bourdons, les jambes griffées par les ronciers du sentier, les lézards verts et furtifs se faisant coup de fouet au sol…

La femme de ménage… Une vie qui était à l’arrêt, séchée entre les pages du passé. Un passé abandonné, objets et noms des amants autrefois aimés désormais recouverts d’un voile ternissant le tout. Mais la femme de ménage fait plus que prendre les poussières et cirer, elle remet couleurs et odeurs, appétit, légèreté… beauté et vie. Mais il suffit parfois d’une déception de trop et de quelques pétales de roses pour résumer une existence.

Un dimanche à Chaville… Le temps des coquelicots et du blé vert. Une rencontre que l’on rêve, que l’on imagine, que l’on détaille pour mieux s’en réjouir. L’amant sur le quai de la gare, le toucher de sa main dans les cheveux, et puis la joie de découvrir Chaville. On se souvient du grand-père, de l’amour infini du grand-père…qu’elle aimait tant mais que pourtant…

L’épervière… Il est élusif, elle décèle en lui la peur de l’autre, et elle sait qu’avec amour et patience, elle l’apprivoisera. Elle avance, il recule, puis fait un pas timide. Elle le persuade de son inoffensivité, elle ne veut que peu de choses, et a besoin de tant lui donner. Elle, elle n’aime pas la solitude, il ne peut donc pas s’y trouver bien non plus, et elle est mieux outillée que lui pour qu’ensemble ils puissent fleurir…

Le voisin… Une maison à la campagne, pour s’y repaître de l’odeur de l’herbe chaude ou fraichement coupée, du chant des oiseaux, du bruissement des feuilles. C’était sans compter avec le voisin, dont le jardin retentit des bruits de multiples moteurs tailleurs, broyeurs, coupeurs toute la semaine et envoie des volutes de graisse de BBQ le dimanche.

Ella… Chandolin. Le village où est morte Ella Maillart. Une promenade, une rupture, une grande respiration.

Le ballon-clown… Bricolage d’école. Un enfant fier, une mère encombrée. Un sauvetage fait au mieux. Et des sourires.

Le piano interdit… Une « adolescente éraflée qui se grise des battements de son cœur »… Un piano qu’elle ne peut toucher. Et pourtant, elle le sait, la musique, c’est à elle. 25 ans après, le passé revient, avec l’amour qui a manqué.

Un lac… Un mari aux contours gris, des enfants qui criaillent. Ah, quand le mariage a perdu son impatience et ses fous-rires et se limite au « c’est la vie, c’est ainsi pour tout le monde »… Et puis un regard que l’on croise, beau comme un lac. Rêveries et réveil. Et cependant…

 

EDMEE DE XHAVEE

 

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>