Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

avis de blogs

Carnet de lecture a lu Nid de vipères, de Christine Brunet

Publié le par christine brunet /aloys

Carnet de lecture a lu Nid de vipères, de Christine Brunet

http://carnetdelecture.skynetblogs.be/archive/2014/05/06/nid-de-viperes-christine-brunet.html

A peine arrivée dans sa nouvelle affectation de Paris, la commissaire divisionnaire Aloys Seigner est confrontée à une série de meurtres visiblement liés entre eux. Mais ce qui commence comme une enquête de routine va rapidement dévoiler des ramifications internationales et insoupçonnées. Et les problèmes ne font que commencer car c’est sans compter cet étrange et bel inconnu qui s’installe dans sa vie…

Je lis de nombreux premiers romans parce que j’aime assister à l’émergence d’une plume et suivre son évolution au fil des publications. C’est cette logique qui m’a amenée à lire Nid de vipères, le premier titre de Christine Brunet devenue, entre temps, une auteure reconnue pour ses romans policiers toujours bien ficelés. Et celui-ci n’échappe pas à la règle, laissant deviner un talent déjà bien maîtrisé et qui ne pourra que se bonifier avec la pratique.

Dès les premières pages, le personnage d’Aloys est entouré de secrets et de mystères. Le fait qu’elle se dévoile peu la rend difficile à cerner mais attise aussi notre curiosité de lecteur. Les raisons qui la poussent à aider Nils Sheridan sont ainsi très floues et ne nous seront dévoilées qu’au compte-goutte. D’ailleurs, ce roman est l’occasion d’une première rencontre avec ce médecin et agent infiltré au MI6, que nous retrouverons dans d’autres livres de l’auteure.

Un thriller dense, qui ne nous laisse pas une minute de répit et qui confronte les personnages à un très grand nombre de situations totalement différentes. De la Polynésie française à Honk Kong en passant par Paris, le rythme est effréné et les surprises se multiplient. Seuls les passages autour de l’amour naissant entre Nils et Aloys nous autorisent un peu de calme, quoique les « amoureux » multiplient les incompréhensions.

Un très bon policier qui mêle enquête et vie privée, qui pourrait tout à fait être transposé à l’écran sous la forme d’une série policière tellement il est riche. Pour finir par une chute pour le moins étonnante, que l’on n’imagine pas une seconde.

Remerciement à l’auteure pour cette lecture.

Nid de vipères – Christine Brunet – Editions Chloé des Lys – 2011

Carnet de lecture http://carnetdelecture.skynetblogs.be/

Carnet de lecture http://carnetdelecture.skynetblogs.be/

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Livres & Co a lu "Je ne suis qu'une oeuvre d'art" de Nadine Groenecke

Publié le par christine brunet /aloys

http://livres.and.co.free.fr/

http://livres.and.co.free.fr/

Livres & Co a lu "Je ne suis qu'une oeuvre d'art" de Nadine Groenecke

Tout comme Le chemin des Ormes dont j’ai déjà parlé sur le blog, rien ne me «prédestinait» à lire Je ne suis qu’une œuvre d’art : je lis principalement des polars et quasiment jamais des nouvelles et me voilà avec, dans les mains, un livre de nouvelles sur le couple: couple présent, passé ou à venir, légitime ou non.

Bien m’en a pris.

Parlons d’abord du « format nouvelles » qui permet d’aller au bout d’une histoire même si le temps de lecture est assez court, et cela est assez agréable: pas besoin de reprendre les pages précédentes sur lesquelles, épuisé(e), on a pu s’endormir la veille.

Ensuite les nouvelles elles-même: très courtes, entre 8 et 12 pages environ, on est malgré tout à chaque fois entrainé dans l’histoire. L’auteur, Nadine Groenecke, réussit malgré le fromat à nous faire à chaque fois rentrer dans l’histoire et à nous intéresser au devenir de ses personnages.

En démarant cet article, mon objectif était de vous transmettre les titres ainsi qu’un bref résumé des nouvelles que j’avais préférées mais en reprenant le livre je me suis aperçue que cela m’était très difficile: chaque histoire a « un petit truc » qui fait que je veux pas l’exclure de ma sélection.

Mon seul conseil donc, découvrez les et faites votre choix.

Je ne suis qu’une oeuvre d’art, Nadine Groenecke

Ma note: 2,5/4

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Un article sur "Papillons", le recueil de poésies de Brigitte Piret

Publié le par christine brunet /aloys

Un article sur "Papillons", le recueil de poésies de Brigitte Piret

http://www.brigittepiret-minisite.montaf.com/blog/2008/8

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Livres & Co chronique "Le Crapaud", de Philippe Courouge

Publié le par christine brunet /aloys

Livres & Co chronique "Le Crapaud", de Philippe Courouge

http://livres.and.co.free.fr/index.php/2014/05/le-crapaud/

Après l’échec de son mariage et la perte de son emploi, Samuel Launay est revenu sur les lieux de son enfance, l’ile de Ré, pour reconstruire sa vie. C’est d’ailleurs sur l’ile qu’il rencontre Sophie, rencontre qui suscite chez lui de l’espoir pour l’avenir.

Dans le même temps, une de ses anciennes camarades d’école est assassinée. Même si les soupçons se portent sur Samuel, le commissaire Garnieri ne semble pas croire à sa culpabilité. Quand survient un second meurtre, toujours lié à Launay, les soupçons se renforcent.

Ce qui m’a plu dans ce livre c’est d’abord l’ambiance et le lieu où il se passe: j’aime beaucoup l’ile de Ré et retrouver dans le livre des endroits connus m’a procuré un sentiment très agréable.

D’un point de vue de l’enquête, j’ai trouvé le style vif et rythmé et j’ai pris plaisir à suivre une intrigue où les personnages étaient « normaux »: ni profilers, ni serial killers: on a l’impression que l’histoire pourrait être vraie et ça la rend d’autant plus intéressante!

Enfin, et cela semble peut-être être un détail, ce que j’aime beaucoup dans les livres de cet éditeur (Chloé Des Lys) c’est que chaque auteur est libre de la présentation de son texte, ce qui fait que chaque livre est déjà une découverte avant même le début de la lecture.

http://livres.and.co.free.fr/

http://livres.and.co.free.fr/

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

L'avis du blog "Au fil des pages" pour le livre de Jeanne Delhombre, Solan, le petit dragon rouge

Publié le par christine brunet /aloys

http://au-fil-des-pages477.blogspot.be/

http://au-fil-des-pages477.blogspot.be/

L'avis du blog "Au fil des pages" pour le livre de Jeanne Delhombre, Solan, le petit dragon rouge
Solan, le petit dragon rouge de Jeanne DELHOMBRE

http://au-fil-des-pages477.blogspot.be/2014/06/solan-le-petit-dragon-rouge-de-jeanne.html

Résumé: Mourant de faim et d’épuisement, le petit dragon est rejeté par les vagues sur la plage lorsque Jono le gentil Notulon le trouve.

Pourquoi et comment a-t-il quitté son île ?

Mon avis: Voila mon premier livre enfant reçu en service presse.

Une jolie petite histoire d'un dragon qui ne peut ni voler ni cracher du feu.

Un rappel au conte du vilain petit canard, version dragonesque.

C'est léger, se lit à tous les âges, et qui peut intéresser toutes les tranches d'âge, et qui peut tenter garçons ou filles.

Ce petit Solan m'a donc emmené dans un petit voyage initiatique, prouvant sa bravoure et son courage.

Je le testerai bientôt sur mes lardons, qui à eux tous, réunissent toutes les tranches d'âge hihi

Points attribués: 7/10

Merci à l'édition Chloé des Lys pour ce petit voyage.

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Le blog "Je lis et je raconte" a chroniqué "Lune d'argent" de Chantal Parduyns

Publié le par christine brunet /aloys

Le blog "Je lis et je raconte" a chroniqué "Lune d'argent" de Chantal Parduyns

https://jelisetjeraconte.wordpress.com/2014/06/13/lune-dargent-chantal-parduyns/

Lune d’argent – Chantal Parduyns

posté dans Policier/Thriller, SF/Fantasy par Jelisetjeraconte

Le résumé…

Une nuit sans lune au-dessus d’une carrière abandonnée.

Des lueurs fantomatiques dans les arbres.

Le Mal a pris possession de ce havre de paix.

Anne habite là tout près. Elle devient l’instrument du Bien dans un univers d’une violence extrême.

Ames jeunes et/ou sensibles s’abstenir !

Mon avis…

Cette lecture m’a été envoyée par les éditions Chloé des Lys… Après « Un mois » de Laurent Dumortier, je ne savais pas trop à quoi m’attendre, sachant que les publications peuvent être particulières puisque les auteurs ont beaucoup de liberté (ce qui est une très bonne chose). Alors le « Ames jeunes et/ou sensibles s’abstenir ! » m’a perturbé… Surtout que je suis jeune (et oui je n’ai que 20 ans) et très sensible ! Alors je vous donnerais un avis honnête, très personnel, qui sera reflété par ma note… Je me suis efforcée d’être la plus juste possible, tout en respectant ma personnalité, mes goûts et mes ressentis. Voici donc ce que j’ai pensé de ce livre…

Illustration du "suspense" par Arthur Goodman

Une première chose : j’ai trouvé cette histoire et le scénario en lui-même très bien écrits ! Le style est plaisant, colle bien à chaque personnage et à chaque point de vue, comme à toutes les situations. Il y a une intrigue vraiment forte, plutôt complexe au départ : beaucoup de personnages, on ne sait pas trop ce qui les lie. Il y a du fantastique, du « policier », du thriller, quelques scènes plutôt violentes… L’univers du livre est très particulier, très sombre, très tendu… Au début, on regarde un peu autour de soi pour vérifier qu’il n’y ai pas de fantômes (et oui, il y a une histoire de spectres) ni de psychopathe ! Et j’ai beaucoup aimé ces parties du récit enveloppées de tension palpable… Par contre, mon hypersensibilité m’a valu quelques moments de malaise très forts en lisant certains passages vraiment trash.

Au-delà d’une enquête sur des meurtres, du côté fantastique, du voisin bizarre soupçonné d’être un psychopathe par l’héroïne mais qui se révèle finalement plutôt gentil, des intrigues, du suspense et de la tension… il y a des histoires de prostitution et de viol. Et là, je comprends la mention « Ames jeunes et/ou sensibles s’abstenir ! » car, bien que les trois quarts du livre reste à un niveau raisonnable sur l’échelle de la violence, certaines scènes sont presque à vomir et j’ai eu du mal… Donc c’est surtout pour ça que ma note va chuter, car je n’ai personnellement plus réussi à vraiment apprécier le roman à partir du moment où j’avais passé cette partie… j’étais toujours dans la peur de me retrouver face à une autre scène de ce genre ! Mais j’ai malgré tout beaucoup aimé le reste et je comprends la nécessité de la présence de ce passage, qui est important dans le processus de réflexion du lecteur concernant la résolution de l’intrigue.

Mais voilà, je préviens mes lectrices et mes lecteurs les plus sensibles : passez votre chemin, ou passez les pages… Pour ceux à qui ça ne fait pas peur, c’est quand même un bon livre avec de vraies qualités littéraires !

Ma note… 14/20

Le blog "Je lis et je raconte" a chroniqué "Lune d'argent" de Chantal Parduyns

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Orage de Céline Gierts chroniqué sur le site de l'AREAW

Publié le par christine brunet /aloys

AREAW

 

http://areaw.org/?p=2374

 

Céline Gierts, Orages

oragesCéline Gierts, Orages, roman, Chloé des Lys 180 pp.

 

Un roman d’amour entre un jeune homme et une femme plus âgée, une mère…depuis le Lys dans la vallée, il ne me semble pas que le sujet ait été si souvent traité. Il l’est ici avec beaucoup de délicatesse, par petites touches impressionnistes. On est bien loin d’un roman à la manière réaliste, même si l’histoire en soi n’a rien d’invraisemblable et se déroule de façon toute naturelle. Les personnages secondaires encadrent les deux héros, servent plutôt de repères que de véritables acteurs.

Des scènes au symbolisme fort, comme la scène finale, à l’épi de blé. L’importance de la musique, des couleurs: tout est d’un très grand raffinement, et les personnages ont quelque chose d’un peu angélique, qui prête à rêver. Mais n’en allait-il pas ainsi, déjà chez le Grand Meaulnes?

Non, on est bien loin aussi d’un roman à l’eau de rose: pas d’attendrissements inutiles, tout est né, les lignes du récit bien précises, ordonnées, et le tout est remarquablement construit.

De quoi rêver…de quoi aussi revenir sur terre. Toujours l’inattendu arrive, n’était-ce pas le tiitre d’un roman d’André Maurois? Et la terre, ici, la nature, ont un rôle primordial. Un vrai plaisir de lecture.

Joseph Bodson

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Ma chère folie, de Céline Gierts chroniqué sur le site de l'AREAW

Publié le par christine brunet /aloys

AREAW

 

http://areaw.org/?p=2366

 

Céline Gierts, Ma chère folie

giertsCéline Gierts, Ma chère folie, roman, Chloé des Lys, 177 pp.

 

Une écriture très fine, élégante même, mais sans aucune mièvrerie. Elle va droit au but, appelle les choses par leur nom, n’hésite pas non plus à aborder certains sujets – non pas des sujets grivois, on n’en est plus là, bien au contraire, mais des sujets sentimentaux, intimes, dans lesquels se trouve enveloppé le sujet – ou le héros – lui-même.

Elle le fait avec une grande discrétion, sans étaler devant nous sa vie privée, les relations avec les proches, par exemple: autobiographie ou roman pur, peu importe en fin de compte au lecteur: il s’agit, en fin de compte, d’une belle histoires de solidarité entre ceux-là qui se trouvent de facto issus de notre monde, parce qu’ils sont plus faibles, plus fragiles, plus démunis, parce qu’ils calculent moins, se livrent tels qu’ils sont, jusqu’au fond d’eux-mêmes. La blessure qui en résulte peut être atroce, elle peut conduire jusqu’à l’enfer de l’anéantissement. Mais aussi, il suffit d’un rien, parfois, pour que le contact se rétablisse, pour qu’un regard rencontre un autre regard, pour qu’une main accepte une autre main.

Tout cela, cette longue marche, Céline Gierts le décrit avec pudeur, et ce qu’elle nous transmet ainsi, ce n’est pas seulement le récit du traitement d’une déprime profonde, mais aussi celui d’une amitié qui résiste à toutes les épreuves, et qui aide les protagonistes à sortir d’eux-mêmes, à affronter en toute clarté les épreuves qui les attendent encore. Non, la vie n’est pas un long fleuve tranquille…mais il reste toujours possible d’atteindre l’autre rive. Une histoire qui aide à vivre, et en plus, un vrai plaisir de lire.

Joseph Bodson

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

La terre nous dit A DIEU, de Silvana Minchela dans le blog LIMAGINARIA

Publié le par christine brunet /aloys

limaginaria

http://limaginaria.wordpress.com/

 

 


La Terre nous dit à Dieu, de Silvana Minchella (one shot, éditions Chloé des Lys)

Martial est un extra-terrestre envoyé sur Terre pour étudier l’évolution de l’Humanité et savoir si elle est prête à accepter le grand changement à venir. Là, il fera la connaissance de Justyna, une jeune femme qui va changer sa vie et bouleverser le destin du monde.

Le dos du livre est prometteur et présente l’ouvrage comme "un cri d’amour pour la planète Terre". C’est avec cette promesse que j’ai entamé la lecture de ce petit ouvrage à la couverture sobre mais intéressante.
J’avais tout pour être séduite avec ce livre. Une couverture agréable, un résumé alléchant, un sujet intéressant… mais il m’a manqué quelque chose pour apprécier comme il se doit ce récit aux allures engagées.
L’écriture de Silvana Minchella est sincèrement agréable à lire. J’ai pris beaucoup de plaisir à parcourir les descriptions détaillées et très sensuelles, notamment lorsque Martial découvre la vie sur Terre. L’auteur manie incontestablement sa plume et offre un texte poétique, émouvant, et finalement très humain. La seule chose que je n’ai pas compris est l’écriture en deux parties de "A Dieu" au lieu de "adieu". Il doit y avoir une subtilité que je n’ai pas ressentie car il me paraissait plus évident d’écrire "adieu" à la manière des au-revoir éternels.
Car il n’est absolument pas question de religion dans le roman. Au contraire, on y traite plutôt deLa Terre nous dit à dieu sujets très concrets tels que la préservation de la planète, l’utilisation (et le gaspillage) des ressources, le comportement des hommes et le respect de l’environnement.
Malheureusement, c’est à ce niveau qu’il m’a manqué quelque chose pour véritablement plonger dans le récit. Comme on peut le voir au premier coup d’œil, l’ouvrage est relativement court (moins de 200 pages). Cela est problématique dans la mesure où les sujets abordés ne le sont qu’en surface. J’ai trouvé que l’ensemble manquait de profondeur. Je m’attendais à un discours à la fois poétique et militant, une mise en garde sur les dérives qui nous attendent, un texte qui alerte sans alarmer… bref, "un cri d’amour pour la planète Terre" comme on peut en voir dans les émissions de Nicolas Hulot ou Yann Arthus Bertrand. Je suis restée en surface, buvant ce texte trop léger à mon goût.
Les personnages participent à cette impression de légèreté du roman à cause de leur trop grand manichéisme. Les personnalités ne sont pas nuancées, ou très peu, si bien que l’on a immédiatement affaire à des gentils et des méchants, qui le resteront le temps de quelques chapitres.
Le rythme du livre est de ce fait très rapide, les événements se passe très rapidement et l’attachement aux personnages n’est pas très fort. Cela est d’autant plus dommage que j’ai trouvé les idées du roman très bonnes et intéressantes. Il manquait simplement de profondeur. Dans un prochain récit peut-être ? La plume de Silvana Minchella n’en reste pas moins prometteuse et toute en poésie féminine. Une auteur à suivre, donc.

Découvrez notre interview de Silvana Minchella.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les récits poétiques et légers dans lesquels la fiction et la réalité se côtoient.

Les + : Une vraie bonne plume, poétique, agréable à lire, qui manie l’art des descriptions et des émotions. De bonnes idées, un sujet intéressant.

Les – : Le manque de profondeur de l’ouvrage laisse le lecteur en surface de l’histoire et des partis-pris de l’auteur.

LIMAGINARIA

http://limaginaria.wordpress.com/2014/01/04/la-terre-nous-dit-a-dieu-de-silvana-minchella/

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Joseph Bodson, président de l'AREAW, a lu "Les dix petites négresses" de Bob Boutique

Publié le par christine brunet /aloys

AREAW.jpg
Bob Boutique, Les dix petites négresses, roman.

bob.jpgBob Boutique, Les dix petites négresses, roman, Chloé des Lys, 2013.

De livre en livre, le talent de Bob Boutique en tant qu’auteur de polars (rassurez-vous, il en a bien d’autres), ne cesse de se confirmer.

Vous l’aurez compris, ici, le polar se double d’un pastiche on ne peut plus habile. Agatha Christie a dû se retourner dans sa tombe, et puis se hausser sur la pointe de son cercueil, tant la fin était ahurissante. En quoi elle n’a fait qu’imiter les dix petites négresses, qui, elles-mêmes…mais voilà que je vous en dis déjà trop. De chapitre en chapitre, la tension, le suspense ne cessent de croître, et l’on reste confus devant la variété des talents mis en œuvre pour faire passer ces dames de vie à trépas (au fait, je ne vous l’ai pas dit, il s’agit de dix écrivaines…)

Non content de s’en prendre aux écrivaines, Bob Boutique prend sans cesse le lecteur à témoin; quant à son éditeur, c’est bien pire: il le met à mort après l’avoir anagrammatisé…Laurent Dumortier (car c’était lui) a dû en passer de mauvaises nuits.

Mais je m’arrête, je ne vais pas tout vous raconter. Disons encore, simplement, que son style est efficace, son humour percutant, et que…et que…et, comme nous sommes le 1er janvier, souhaitons lui de persévérer.

Joseph Bpdson

Président de l'Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie

http://areaw.org/?p=2067

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 23 > >>