Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Micheline Boland et son univers de romancière dans le journal "7 Dimanche"

Publié le par christine brunet /aloys

http://journal.7dimanche.be/?ed=CHARLEROI#|SU_7DIMANCHE,2018-01-07,CHARLEROI,1|10
http://journal.7dimanche.be/?ed=CHARLEROI#|SU_7DIMANCHE,2018-01-07,CHARLEROI,1|10
http://journal.7dimanche.be/?ed=CHARLEROI#|SU_7DIMANCHE,2018-01-07,CHARLEROI,1|10

http://journal.7dimanche.be/?ed=CHARLEROI#|SU_7DIMANCHE,2018-01-07,CHARLEROI,1|10

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Conteuse, choriste et improvisatrice marcinelloise, Micheline Boland est une auteure prolifique, à la plume élégante, et qui, par sa formation de psychologue, aime sonder l’être humain… et surtout ses travers !
Dans « Voyages en perdition », elle nous livre onze nouvelles qui parlent d’amour, de rencontres et de coïncidences.
Des histoires de statues, de livres, de couples, de familles, d’amitiés, de liens qui se relâchent, de ruptures.
Des rêves de changement et d’épanouissement. Des rêves qui se concrétisent parfois très difficilement. Un homme apprend qu’il va être licencié. Il achète un billet de loterie qui se révèle gagnant. Hélas, il peine à retrouver le fameux billet !
À l’occasion de son anniversaire, une femme pondérée et sage se laisse aller à la gourmandise. Cela la conduira à sa perte…
Une série de contes
Le recueil de « Nouveaux contes en stock », quant à lui, s’ouvre sur neuf histoires de peurs. Viennent ensuite trois histoires de petits chemins, cinq contes de Noël, dix histoires de nourriture et douze histoires de plaisirs sucrés.
Le livre se termine par dix-huit histoires de moments magiques. Ces contes parlent d’amitié, de confiance accordée, de passions, de rencontres enrichissantes, de communion avec la nature, de rêves, d’astuces, de facéties, de préjugés vaincus, de conflits résolus, d’ambitions et des multiples ressources dont chacun dispose sans toujours en avoir conscience. Parfois, les animaux et les choses éprouvent des émotions et se montrent astucieux. C’est le cas du « petit chemin et le diable ».
Chaque tête de chapitre est illustrée par des dessins de Maryvonne et Jean-Pierre Sanson.
Infos et commandes : Tél. 071/43 43 28 (Micheline Boland). Site Internet : http://homeusers.brutele.be/bolandecrits. Blog : http://micheline-ecrit.blogspot.com – https://www.editionschloedeslys.be/

Publié dans articles

Partager cet article
Repost0

"Ici et ailleurs", le roman de J-F Foulon sur le site "Voyage au coeur de l'humain"

Publié le par christine brunet /aloys

http://www.deltaweb.be/restaurants-hotels-Voyages-au-coeur-de-l-humain+3121+f

http://www.deltaweb.be/restaurants-hotels-Voyages-au-coeur-de-l-humain+3121+f

Publié dans articles

Partager cet article
Repost0

Bande annonce du nouveau roman de Séverine Baaziz "Mamie Paulette"

Publié le par christine brunet /aloys

Publié dans vidéo

Partager cet article
Repost0

Pour son blog littéraire "D'un livre à l'autre", Philippe Desterbecq a chroniqué "HX13" de Christine Brunet

Publié le par christine brunet /aloys

http://phildes.canalblog.com/archives/2018/01/05/36017928.html#c73516598

http://phildes.canalblog.com/archives/2018/01/05/36017928.html#c73516598

 

 
 
05 janvier 2018

 

HX13 de Christine Brunet

Quand thriller et roman de science-fiction se côtoient, ça fait  un délicieux mélange à la façon de Christine Brunet.

Dans HX13, on retrouve (pour mon plus grand plaisir) l’enquêtrice superwoman, Axelle de Montfermy  (ex-Aloys rencontrée pour la  première fois, il y a 7 ans dans «Nid de vipères ».

Mon héroïne préférée va, cette fois, faire un voyage extraordinaire tel que ni vous ni moi ne le ferons jamais puisqu’elle va se retrouver sur une autre planète, à la recherche de son fils, Nicolas.

Nicolas est également le fils de Sean Sheridan, l’Irlandais rencontré dans ce même premier tome. Au fur et à mesure que se déroulent les différents récits de l’auteure, les amants s’aiment et se déchirent.  C’est encore le cas dans ce nouveau roman.

Dans ce volume, le lecteur retrouve également Gwen saint-Cyrq, médecin légiste et monte en l’air à ses heures perdues, personnage décalé rencontré dans « Convergences », le septième roman de Christine.

« HX13 » commence avec la découverte d’un cadavre ou plutôt d’un bras, seul, sur une plage. Les enquêteurs dont Axelle de Montfermy font très vite le lien avec un bateau casino qui croise dans les eaux non loin de Marseille.

D’autres cadavres vont être découverts durant l’enquête : Ange et Toussaint Calducci, patron des jeux sur Marseille et leur homme de main, Maretta. Bien d’autres morts parsèmeront le récit dont Jusil, agent de la DGSI et Torless, fiché au grand banditisme, agent de sécurité sur le bateau.

Certains d’entre eux ont été irradiés aux alphas. ( ???)

Lors de l’autopsie de Mareta et de Jédémiah, des tatouages sont remarqués. Ceux-ci les relient directement aux Vory, une organisation criminelle.

N’oublions pas Jédémiah, un copain de la légiste qui perd la tête. Celle-ci est envoyée « en cadeau » à Gwen pour la menacer ou lui faire peur ?

Des gens disparaissent également comme Suari, l’associé principal des Calducci,  peu de temps après leur mort, ou encore Marteux, un passager du bateau.

Un laboratoire clandestin est découvert dans une propriété d’un des frères, louée à l’une des employées du casino.

Deux coupables sont identifiés. Ils travaillent tous deux pour un laboratoire pharmaceutique, la société Montalban…

Vous le voyez, c’est du lourd, et l’auteure fait, par deux fois, un récapitulatif plus que bienvenu afin de ne pas perdre son lecteur.

Car ce n’est pas tout. J’en oublierais presque le côté science-fiction de ce récit. Le fils d’Axelle, Nicolas, a conçu une sorte de machine à remonter le temps qui l’emmène, sans qu’il l’ait souhaité, dans une autre galaxie, sur une planète où règnent pas mal de méchants. Axelle part à sa recherche. Lors de son « grand voyage », elle apprend que quatre aliens sont sur terre depuis un certain temps…

Et le titre dans tout ça ? Le HX est une puce implantée dans le cerveau d’Axelle afin de contrer la drogue qui lui dévore l’intérieur (voir le tome intitulé « Le dragon bleu ».

Si je ne suis pas fan de science-fiction, j’ai beaucoup aimé ce nouveau roman de Christine Brunet (un peu moins le passage où Axelle rencontre ceux que nous appelons des « extraterrestres ») et je trouve que ce thriller, un peu spécial, est un des plus aboutis de l’auteure qui a une imagination incroyable (et un cerveau certainement très différent du commun des mortels).

La fin, comme d’habitude, laisse le lecteur … sur sa faim, et laisse présumer qu’il y aura une suite à HX13.

Et si nous posions la question à l’auteure ?

« Dis, Christine, tu ne peux pas nous avoir fait ça ? La fin n’est pas vraiment la fin ? On retrouvera la plupart de tes personnages (et Axelle,  hein Christine) dans d’autres aventures ? Rassure-nous… »

Voici la réponse de Christine :

«  Le prochain avec Axelle sera sur le même ton mixte mais traitera de transhumains. (Nanopuce oblige) 
Avec Gwen, les lecteurs partiront à Kashgar…        
Mais pour le prochain Axelle, une grosse surprise…
 »

J’ai hâte !

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Fossile de droit commun... Un poème extrait du recueil signé Patrick Bonjour "Une saison qui vient à points..."

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

 

Fossile de droit commun

 

Crachat blanchi dans un cachot

Trace d’homme devenu crapaud

 

Mégot bagué par le dégoût

Craché par une bouche d’égout

 

Lit de silence où l’on rumine

Le pissenlit par la racine

 

Cafard attablé au cerveau

Repu mais jamais au repos

 

Ennui qui bouffe les intestins

Ver solitaire du destin

 

Deux yeux laissés près du ravin

Et le regard tombant sans fin

 

La Mort devient papier cadeau

Pour envelopper ton paquet d’os

 

Il lui faudra beaucoup de science

Pour l’offrir à nos bonnes consciences…

 

5

Publié dans présentations, Poésie

Partager cet article
Repost0

"Faune sauvage" de Joël Mespoulède dans le magazine IDEM

Publié le par christine brunet /aloys

"Faune sauvage" de Joël Mespoulède dans le magazine IDEM
"Faune sauvage" de Joël Mespoulède dans le magazine IDEM

Publié dans articles

Partager cet article
Repost0

Patrick Bonjour se présente !

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Petite bio

 

Des études de Droit à Grenoble

plus quelques milliers de dessins de Presse

plus une quinzaine de livres

plus des affiches et des cartes postales

plus une trentaine d'expositions

plus des centaines d'heures d'ateliers d'arts plastiques

plus deux beaux enfants...

Le compte y est !

 

 

 

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Pour Carine-Laure Desguin, l'année 2018 démarre en trombe !

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

— Carine-Laure, tu nous expliques, le samedi 03 février, que se passera-t-il et où et pourquoi et avec qui ?

— Oh la, une question à la fois…Tout d’abord parlons de la date et du lieu, c’est en général ce que les gens retiennent.

Ce sera le samedi 3 février 2018 à 19h30, au Centre Culturel de Eugies/Frameries, chemin de l’Etang, 2.

— Au moins, ça, c’est clair. Et quoi et avec qui ?

— Le Box Théâtre de Mons c’est une équipe de comédiens dirigée par Eric Sherkine et ce sont des artistes formidables, ils font vraiment un tas de choses, ils créent des pièces de théâtre, des ateliers d’écriture, des expos de costumes d’époque, etc. Bref, c’est une troupe hyperactive. Et parmi toutes ces activités, il y a des lectures de textes. Voici le site du Box Théâtre :http://box.theatre.over-blog.org/

— Jusqu’à présent, ça va, on comprend. Tu peux continuer.

— Chaque année, des textes de plusieurs auteurs sont choisis et lus lors de soirées. Et donc le samedi 03 février à 19h30 mon texte Le Transfert sera lu. Pour ce soir-là, deux autres auteurs entendront également la lecture de leur texte. Il s’agit de Marianne Bougard et d’Alessandra Riggio.

— Tu les connais ?

— Oui, Marianne Bougard et Alessandra Riggio sont deux auteures qui tout comme moi font partie du cercle littéraire de Mons, Clair de Luth.

— Je vois que le nom des lecteurs de tous ces textes est déjà annoncé.

— Oui, bien sûr. J’ignore qui lira quoi mais je vois que Martine Courtois, Lisiane Duez, Roseline Liénard, Vincent Jadot et Marianne Bougard liront ce soir-là. Oui oui, Marianne Bougard est à la fois lectrice et auteur, un beau cumul !

— On sait où et quoi et avec qui, c’est parfait. Ah oui, Murmures des muses, c’est ?

— C’est le nom du cycle. Lorsqu’on lit Murmures des muses, on sait qu’il s’agit d’une soirée consacrée à la lecture de textes. Voilà !

— Bien ! Parlons de ce texte, Le Transfert. J’ai lu quelque part que ce texte était du genre absurdo-kafkaïen. Autant dire que c’est du chinois de Charleroi.

— On pourrait même dire que c’est de la science-fiction mais on ne compliquera pas les choses. L’histoire se passe dans une chambre d’hôpital. Il y a un patient, un toubib, une infirmière et un clown.

— C’est une histoire triste ?

— Le ton est ironique, ce n’est donc pas triste du tout. Et donc en ce qui concerne le pitch, le voici en quelques mots : Il y a trop de dossiers dans cet hôpital car ceux-ci se perdent dans la poubelle virtuelle. Et si les dossiers n’existent plus, pourquoi les patients dont le dossier n’existe plus existeraient-ils encore, eux ? Ils deviennent des non-patients.

— Et tu respires encore Carine-Laure après avoir écrit une telle histoire ?

— J’essaie. C’est difficile, je l’avoue.

— On te comprend ! Et donc pour résumer tout ça. Rendez-vous le samedi 3 février 2018 à 19h30 au Centre Culturel d’Eugies/Frameries, chemin de l’étang, 2, c’est bien ça ? Ah oui, on doit réserver ?

— Je pense qu’il n’est pas nécessaire de réserver, il y aura assez de place pour tout le monde ! On l’annonce encore une fois :

Samedi 3 février 2018 à 19h30

Centre Culturel

Chemin de l’Etang,2

Eugies/Frameries

Tel : 065664800

 

— Cette fois, on n’a rien oublié et pour ceux qui veulent en savoir plus au sujet de Carine-Laure Desguin, voici son press book (jamais remis à jour) :

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/press-book/32061526.html

Et Carine-Laure, grande distraite, oublie de nous dire que le Box Théâtre de Mons a déjà lu un de ses textes théâtraux, il s’agissait de Rue Baraka, et c’était à Mons, en mai 2015.

 

— Je suis distraite, c’est vrai. Mais je vous raconterai tout ça le mardi 23 janvier 2018, sur YouFM, dans une émission qui s’appelle Les mots niaques. Je serai interviewée dès 20h par Sylvie Mordang et là je vous dirai tout tout tout, sans rien oublier !

Publié dans ANNONCES

Partager cet article
Repost0

Les chiens n'ont jamais tant pris d'exercice... Un texte signé Albert Niko

Publié le par christine brunet /aloys

les chiens n’ont jamais tant pris d’exercice

 

Le chômage – et l’ennui qu’il induit : voilà ce qui les ronge…

Tu peux les voir traîner leurs feuilles mortes du bureau de tabac au supermarché, et non, se désolent-ils en pions sortis de la partie, il n’y a pas de travail, bien contents tout de même de trouver quelqu’un avec qui discuter de ce qui tourne autour de cette vie telle qu’on en a dressé le périmètre.

Ils parlent de leurs chiens respectifs entre gens du voisinage. Les chiens n’ont jamais tant pris d’exercice.

Ou se rassemblent entre fumeurs, dans une clinique psychiatrique, autour de ce qui les plaquent au sol.

Ce qu’ils mangent n’a pas la saveur qu’elle devrait. Ils ne font à leurs yeux que maintenir une machine en état de marche, et ils n’ont pas tout à fait tort.

 

Mais trop de gens se plaignent de ne pas avoir de travail, pour ne pas se réjouir d’être au chômage.

Le conformisme ambiant offre pour écrire une matière inépuisable.

J’écoute la musique des morts des heures durant. On a enregistré cette part vibrante de leur âme, et vous pouvez encore voir leurs marques de pas sur leurs partitions.

Je sors aussi marcher, tournant le dos à la ville.

Ce faisant, des gens me sourient au volant de leur voiture. Ils n’en croisent pas beaucoup des comme moi.

L’un s’arrête pour me suggérer de me joindre à un groupe de marche.

Un autre me demande si je ne fais pas ça pour m’entraîner en vue d’un marathon.

Je les laisse derrière et continue à marcher.

 

Publié dans Nouvelle

Partager cet article
Repost0

Carine-Laure Desguin dans le volume 3 de l'Anthologie poétique de Flammes Vives !

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Carine-Laure, l’année 2017 s'est bien terminée, un texte dans une anthologie, c’est bien ça ?

Oui, belle surprise en ouvrant la boîte aux lettres. Un de mes textes dans le volume 3 de l’Anthologie poétique de Flammes Vives. Dans le volume 2, il y avait déjà un autre de mes textes.

http://carineldesguin.canalblog.com/archives/2017/06/19/35400165.html

J’ai ce texte sous les yeux, celui du volume 3, et je le survole. Dis-moi, c’est un texte surréaliste et je ne sais pas pourquoi ça me fait penser à de la science-fiction.

De la science-fiction ? Ah je n’avais pas du tout songé à ça. De la science-fiction, pourquoi pas, après tout.

C’est une belle reconnaissance, un texte dans une anthologie. Je lis que c’est un texte extrait du recueil À chaos chaos et demi. C’est un recueil non édité, il est en recherche d’un éditeur ?

Ah, je n’ai pas envie de tout dire. Il faut laisser des surprises pour 2018 !

En tout cas le titre est accrocheur et si les autres textes ressemblent à celui-ci, quel bouleversement dans les neurones des lecteurs. On peut dévoiler le titre du texte ?

Bien sûr. C’est donc un texte qui se situe à la page 50 du volume 3 de l’Anthologie poétique de Flammes Vives et il s’appelle À quai et d’égarement.

Il y a de quoi s’égarer en effet…

C’est à souhaiter. Il ne sert à rien d’écrire une poésie pour endormir le lecteur.

N’en disons pas plus ! Dis-moi, Carine-Laure, pour obtenir ce livre qui comprend (il faut le signaler) presque deux-cent textes, où s’adresse-t-on ?

Oui c’est en effet une très belle sélection et le livre est très beau. Un auteur par page, une dizaine de ligne au sujet de sa biographie et puis le texte. Pour obtenir le livre il suffit d’envoyer un mail à Claude Prouvostcontact@flammesvives.com

Site de Flammes Vives : www.flammesvives.com

 

Presque deux-cent textes et tous différents, c’est ce qui est intéressant lorsqu’on lit une anthologie. De plus et ça ne se voit pas sur les photos, le livre est bien broché et c’est un format A5. Comme ça, les lecteurs savent tout ou presque !

Carine-Laure, quelques mots pour tes évènements en janvier 2018 ?

 

L’année va commencer sur des chapeaux de roue puisque le mardi 23 janvier 2018 je serai entre 20h et 22H en interview sur les ondes de YOUfm dans l’émission animée par Sylvie Mordang et là je vous dirai tout tout tout !

 

Tu nous parleras aussi de ce texte, Le Transfert, qui sera lu par le Box Théâtre de Mons au Centre Culturel de Frameries le samedi 3 février. Quel texte ! Effrayant ! Et cela pourrait arriver aux citoyens dans un avenir proche !

 

N’exagérons rien, si les humains commencent à disparaître de cette façon-là…

 

Carine-Laure, le monde virtuel a un tel espace dans nos vies que rien n’est impossible !

 

Oui, vivons un jour à la fois. J’en profite pour souhaiter à tous les lecteurs une heureuse année 2018. Que les rêves de chacun se réalisent !

 

Press book C.-L. Desguin:

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/press-book/32061526.html

 

 

 

Publié dans Poésie, articles

Partager cet article
Repost0