Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2401, le premier thriller de Bob Boutique chroniqué dans le blog "Interligne"

Publié le par christine brunet /aloys

http://interligne.over-blog.com/2017/11/2401-de-bob-boutique.html

http://interligne.over-blog.com/2017/11/2401-de-bob-boutique.html

 

 

Pour une fois je vous propose un polar alors que je n’en lis presque plus mais celui-ci, né au pays de la célèbre Chimay bleue, m’a paru assez original et plutôt intéressant.     

 

2401

Bob Boutique *

 

J’ai profité d’un voyage en train en Belgique pour lire ce gros roman noir qui raconte une histoire originale, fort complexe, et dont l’intrigue est particulièrement bien construite, surtout la partie belge, par Bobo Boutique, l’auteur. A Chamy, dans le sud de la Belgique, ne pas confondre avec Chimay le village où l’on produit la célèbre bière étiquetée de bleu, un ou plusieurs corbeaux sèment la panique dans la population. D’étranges lettres anonymes parviennent chez certaines personnes qui leur proposent un surprenant marché : le silence sur leurs agissements délictueux en échange de la soumission d’une autre  victime au même mode de chantage. Chaque victime redoutant la divulgation de la vérité se soumet à ce petit jeu.

 

Pendant ce temps, un éminent responsable de la communauté musulmane d’Amsterdam est assassiné lors d’un attentat à la voiture piégée. La police antiterroriste hollandaise, la KMAR, découvre vite que l’auteur de cet attentat viendrait de ce petit village belge de Chamy. Aussi décide-t-elle d’envoyer une de ses inspectrices sur place pour tenter d’en apprendre davantage sur la  population de ce coin de Belgique. La jeune inspectrice comprend vite que des choses étranges se passent dans ce village et, après avoir lié amitié avec une jeune femme perturbée, elle décide de prendre sa place lors d’une réunion occulte à laquelle elle est conviée.

 

Lors de cette réunion, la policière est enlevée et conduite après un long périple à Sion. Son supérieur s’inquiète de sa disparition et lance son équipe à sa recherche avec l’appui de la police belge qui, elle aussi, ne comprend pas le remue-ménage inquiétant qui affecte cette région. Le roman bascule alors dans un autre monde, celui de ceux qu’on présente comme des anormaux, ceux qui sont nés avec des malformations physiques lourdes. Un médecin suisse spécialiste de la tératologie (la science des anomalies de l'organisation anatomique, congénitale et héréditaire, des êtres vivants – selon Wikipédia), avec l’appui d’une secte religieuse qui défend le droit à la vie humaine quelle qu’en soit la forme, étudie ces malformations pour comprendre leur cause. La clinique de ce célèbre médecin semble être le centre névralgique de l’organisation qui manipule la fameuse chaîne constituée par les corbeaux dévoués mais inconscients du rôle qu’ils jouent. Une féroce bataille, pleine de rebondissements, oppose dès lors les polices hollandaises et belges à cette organisation sous le regard intrigué de la police suisse.

 

Voilà un roman noir étonnant, construit sur une intrigue très originale, qui met en scène une organisation particulièrement dangereuse dont les membres ne se connaissent pas et n’ont absolument pas conscience de la portée de leurs actes. Le manipulateur est un génie de l’informatique, il peut anticiper toutes les situations auxquelles il risque d’être confronté. J’ai surtout aimé la partie du roman qui se déroule en Belgique, là où naît l’histoire qui va conduire à l’affrontement définitif. La seconde partie est plus complexe, plus lente, moins rythmée, elle entraîne le lecteur dans un monde beaucoup plus dur à accepter. L’auteur est remarquablement documenté sur le fonctionnement de la police antiterroriste, notamment sur ses activités occultes. Sa connaissance des lieux est elle aussi très intéressante, même si son imagination joue peut-être un rôle important dans la description des sites où il situe l’intrigue.

 

Nul doute que cet ouvrage  enchantera  les amateurs du genre. Personnellement, il m’a appris des choses sur la tératologie et m’a rappelé ce que nous savons tous depuis quelques années, qu’on peut activer des terroristes partout dans le monde sans même sortir de chez soi. Et cela n’est pas rassurant.

Denis BILLAMBOZ

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Bob Boutique passe sur le grill de Polichinelle !!!

Publié le par christine brunet /aloys

And now, ladies and gentlemen... Voici l'inoxydable, l'indécrottable, l'incroyable, l'indémodable, l'infatigable, l'improbable mais très abordable, Monsieur Actu-Tv, j'ai cité : Bob Boutique !


1) Actu-Tv démarre sa 8ème saison... synonyme que ça "marche", non ? Peux-tu nous résumer cela en quelques chiffres ?


- Oui, on peut dire que ça "marche", mais l'explication est simple : on a une équipe super motivée, pas de tire-au-flanc et encore moins d'égo. Des chroniqueurs qui sont eux-mêmes auteurs et savent donc de quoi ils parlent et enfin... j'ai l'impression qu'on est les seuls à faire ça en Belgique.
Les chiffres ? Difficile, car on a changé plusieurs fois d"hébergeurs et qu'au début on ne comptabilisait pas. On vient de démarrer en plus sur You tube mais là, c'est vraiment le tout début donc peu significatif. Disons qu' avec le site et les partages sur Facebook, Google+, Twitter etc. ... grosso modo 15.000 spectateurs par émission.
Comparé à certains buzz, c'est pas grand chose mais pour de la littérature et les arts qui y sont associés (de la culture quoi !), c'est pas mal quand même !


 

2) Totalement satisfait ou encore perfectible ? Si oui, pourquoi ? Où ? Comment ?


- Ben oui, on est contents puisqu'on s'amuse et qu'on s'entend bien ! Perfectible ? Bien entendu, on travaille sans matos, rien qu'avec des idées et de la débrouille... on se critique tout le temps de façon positive et on essaie, on tente... si c'est pas bon ou pas terrible, on n'en fait pas une dépression. Mais toujours on continue, on n'a jamais raté une émission.
Un jour, j'ai fait un reportage sur une émission télé de la RTBF ! Le mec interviewait un lecteur... une séquence d'une demi-heure qu'on aurait fait chez Actu-Tv en une heure (peut-être un peu moins bien, OK) et qui, lancée sur le Net aurait eu à peu de choses près le même aspect que leur émission. Et bien, ils étaient DIX pour faire l'enregistrement plus un CAR DE CAPTATION ! Je veux bien qu'on soit syndiqués mais faut quand même pas pousser bobonne dans les orties... déjà que leurs journaux télés sont manipulés à mort (toujours la même couleur)... c'est bien simple, j'écoute les infos chez les flamands...
Alors oui, rapport qualité/prix, on s'en sort pas trop mal ! Sans coûter un centime à la collectivité. Subsides=zéro et on n'en veut pas.


3) Tu choisis tes collaborateurs ou y a-t-il des candidatures spontanées ? Y a-t-il des critères précis dans le choix de tes collaborateurs .


- Un seul critère, avoir la passion, de l'humour, parler vrai, simple et ne pas se prendre pour Brad Pitt ou Marilyn Monroe. Et aussi, CAPITAL, savoir bosser, préparer ses sujets, arriver à l'heure, être fiable quoi ! Du coup, on devient très vite des amis... chez Actu-Tv, on se fout des apparences, des accents (j'en vois certaines qui se sentent visées), on veut des PERSONNALITES. Le reste, la façon de parler, etc. ... ça s'apprend. A vrai dire, on ne s'est séparé qu'une seule fois d'un collaborateur qui tirait un peu trop la couverture à lui... une seule fois et ce après l'avoir averti amicalement trois fois !


 

4)Ton meilleur souvenir et ta pire galère ?


- Je n'ai pratiquement que des bons souvenirs, on a rarement rencontré des gens désagréables... bien sûr, on pose les questions qu'on veut et on n'épargne rien. Nous, on met tout sur la table puisqu'on est insolent mais juste. Mais toujours dans la bienveillance... ce qui nous déplaît, on n'en parle pas ou on l'ignore.
Galère... quand un mec trouve qu'on ne l'a pas assez flatté et mis à l'honneur et qu'il exige avec des grands airs et des sommations pseudo juridiques de visionner "sa" séquence avant le passage sur antenne ou même qu'on la retire. Là, je deviens presque grossier. C'est NON, allez vous faire voir... c'est déjà arrivé (fort peu) et on n'a JAMAIS cédé. On a toujours passé ce qu'on voulait. Bons mais pas cons ! Mais encore une fois, c'est très très rare.


 

5) Le troisième volet de ta trilogie, c'est pour quand ? Son titre ?


- Après "2401" et "Chaos", j'espère sortir le troisième tome début 2018. Et puisque le

Polichinelle veut toujours tout savoir avant les autres, disons qu'il s'intitulera probablement "Bluff" ! Si le comité de lecture le laisse passer of course car chez Chloé tout doit passer devant ce comité. Un scoop, il m'a presque tout refusé jusqu'ici, non pas pour le contenu, là ça va, mais pour l'orthographe. Pas oublier que je suis flamand ou allemand au départ. Du coup, je fais du chantage chez Christine Brunet.. ou elle corrige tout... ou rien du tout. C'est une vraie amie. Je sais qu'elle s'arrache les cheveux mais elle le fait quand même. Une sainte !

 


6) Après tes 3 "briques", un retour aux contes ?


- Aucune idée, j'en ai assez dans mes tiroirs pour sortir un troisième volume mais je ne trouve pas le temps. Une chose après l'autre.

 

 

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet a lu "Sonate au Clair de Lune" d'Elodie Lemaire

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Sonate au Clair de Lune... Un titre qui pourrait coller au genre 'chic-lit' mais un visuel très codé qui nous renvoie instantanément vers un autre genre littéraire très prisé actuellement par les adolescentes, la "bit-lit"... 

Impossible d'ignorer ce rayon bien fourni des libraires qui s'étend entre littérature fantastique et SF. Le lectorat est jeune, féminin et TRES enthousiaste. Et pour cause...

Pourtant, j'avoue n'avoir jamais eu la curiosité d'ouvrir et de parcourir l'un de ces ouvrages. Ma connaissance de la littérature "vampirique" découverte à l'adolescence se résumait à Dracula (de Bram Stoker) que j'ai littéralement dévoré, lu et relu, Entretien avec un vampire (d'Anne Rice) et la Forteresse Noire (de F-P Wilson), trois romans qui m'ont transportée dans un univers très noir, fantastique, une atmosphère qui, des années après, continue à me coller à la peau. 

Du coup, lorsqu'Elodie Lemaire m'a proposé de découvrir son ouvrage, j'ai sauté sur l'occasion, bien entendu, mais sans a priori : je voulais comprendre l’engouement de ces adolescentes frénétiques et, qui sait, y prendre goût.

L'histoire en quelques mots ?

Deux jeunes femmes disparaissent...  puis une troisième, Charlotte, une étudiante introvertie et mal dans sa peau, tournée vers les choses de l'esprit. Disparition inquiétante pour sa famille mais une "nouvelle" vie pour l'adolescente qui va découvrir l'amour passionnel, charnel et fusionnel pour un être hors norme (un vampire, vous l'aurez compris), puis la trahison, la manipulation et la déchéance. 

Dans une atmosphère entre réalité et rêve, entre fastes et obscurité, beauté et noirceur, amour et haine, l'adulte que je suis a été surprise par le traitement du sujet, amusée aussi de constater le gap qu'il existe désormais entre ce qu'on appelle la littérature ados/jeunes adultes et la littérature dite adulte, une différenciation inexistante dans les années 70/80. 

Sonate au Clair de Lune est un roman sentimental qui veut insuffler le frisson mais pas trop : on n'est pas du tout dans l'horreur ou la violence mais dans une romance atypique qui joue sur l'empathie inévitable pour l'héroïne et même pour Jonas, le beau ténébreux en fin de compte pas si mauvais que cela, manipulé comme sa victime.

Sonate au Clair de Lune est un texte facile à lire servi par une plume alerte et rythmée qui amène, par de longues descriptions, son lecteur dans son univers froid où la mort est omniprésente.

Âmes romantiques, plongez sans vous poser de question dans ce quasi huis-clos : le texte fera le reste. 

 

Merci Elodie Lemaire pour la découverte !

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Partager cet article
Repost0

Un nouvel ourage signé Séverine Baaziz ? On en parle ! Et même un peut plus !

Publié le par christine brunet /aloys

 

 
 
Un toit, trois générations, et l'irrésistible envie de s’étriper.

Jules, quinze ans, a toutes les raisons d’être déprimé. Sa mère n’a d’yeux que pour les roses, les chats et la chasse à la poussière, son père est tremblotant de tics et de faiblesses, ses camarades de classe adeptes du langage des poings. Et pour couronner le tout, sa grand-mère, aussi aimable qu’une lame de guillotine, emménage sous son toit… Sauf que la petite dame aux pas ankylosés d’arthrose va donner du sens à sa vie.   
 
Une comédie moderne, drôle et bouleversante, ode à la vie et au courage.

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Eric Dargenton nous présente son recueil "A mes heures gagnées"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Eric Dargenton est né en 1984 en Meurthe et Moselle.                                   

 

A 15 ans, au lycée, il découvre la poésie à travers l’œuvre de Victor Hugo. Elle ne l’a plus quitté depuis.

 

Après des études d’histoire et divers emplois, il est aujourd’hui chargé de l’accompagnement scolaire d’élèves en situation de handicap.

 

Passionné de littérature et d’écriture, féru de vers classiques, il publie en 2017 chez Chloé des Lys son premier recueil de poèmes intitulé A mes heures gagnées.

 

Il vit à Metz, la patrie de Verlaine.

 

 

 

Extrait :

 

A contresaison (extrait)

 

(…)

Je devrais être heureux, oiseaux, à vous entendre ;

A vous respirer, fleurs, je devrais être heureux ;

J’assiste à vos concerts, je vous regarde tendre

Aux ivrognes ailés vos vases liquoreux.

 

C’est l’heure où le poète à son aise délivre

Les quatrains épuisés du carcan de ses maux

Comme l’arbre dénoue un lourd corset de givre

Pour offrir aux regards ses plus tendres rameaux ;

 

L'heure d'aller à deux où l'on va solitaire,

D'un pas sûr, confiant, rythmé comme le Sien,

De ne troubler la paix du ciel et de la terre

Qu’avec l’allègre archet de son cœur musicien.

(…)

C’est l’heure où chacun veut, dans sa gaîté crédule,

Ne plus savoir qu’un verbe et sa conjugaison,

Mais la pluie a vêtu de rouille la pendule

Où mon cœur déréglé bat la contresaison.

(…)

Publié dans présentations, Poésie

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet a lu "Le Camaret d'Achille", le nouveau roman de Marie-Noëlle Fargier

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

J'attendais avec impatience la parution de ce second roman tant j'avais aimé le premier, "La Bukinê d'Anna". J'y ai retrouvé dès les premières pages certains personnages du premier opus (mais celui-ci peut être lu indépendamment, je vous rassure), la plume poétique et très imagée de l'auteur et cet univers entre fiction, passé et présent qui m'avaient interpellée.

Le lecteur voyage, plonge au coeur un paysage presque tangible aux côtés de héros attachants ou haïssables. 

Achille... Quel destin terrifiant ! On frémit, on s'insurge face à la folie d'un homme, à l'obscurantisme d'une époque... pas forcément révolue, d'ailleurs. 

Dans un contexte historique où chacun évolue sur le fil, dans un moment où la guerre de 39-45 frappe à la porte et transforme les âmes, Anna, Victoria, Elena, Marlène et d'autres croisent leurs destins. Nazis, réseaux de résistance, histoires d'amour et de séparations, de joies et de hontes, Marie-Noëlle Fargier prend les lecteurs par la main et les entraîne, au fil du temps, dans les méandres de l'âme humaine. 

Ce roman est un hymne à l'espoir. 

A l'image de la Loire, tumultueuse, sauvage, généreuse et éternelle qui traverse les chapitres du "Camaret d'Achille", les personnages s'offrent, luttent et surmontent, à leur manière, les aléas de la vie. 

Une suite, Marie-Noëlle ? En tout cas, je l'espère ardemment ! 

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

 

Partager cet article
Repost0

Amélie Colelli nous présente son roman "La débutante"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

 

 

Amélie COLELLI est née THOMAS en 1982 à Paris où elle vit et travaille aujourd’hui. Entre autres activités professionnelles, elle est critique d’art et publie ses articles sur son site internet www.articlesdart.com. La débutante est son premier roman.

 

 

RESUME

 

Laure, jeune diplômée en histoire de l’art, trouve son premier emploi dans une association qui fait la promotion de tout ce qui fait art. Sa mission consiste à organiser des évènements dans ce monde particulier. Pour se faire une place, elle doit en apprendre les codes et se faire à ceux de la société. Va-t-elle y perdre son âme et le sens de sa véritable quête ?

 

EXTRAIT

 

« Laure s’avance, l’allure soignée, le teint lisse. Elle a rompu avec le parti pris austère de son enfance et elle tient à continuer sur cette voie. Sans barrière, ni a priori, elle se dit prête à l’échange et à la plaisanterie. Elle veut de l’artifice et de l’émotion, se sentir vibrer au hasard des rencontres, toute rencontre étant la bienvenue, pourvu qu’elle l’étonne et la secoue. La salle de réception est aussi bruyante que pleine. Les portes vitrées donnent sur un parc, un immense parc dont on ne devine pas les clôtures. Et pourtant des limites, il y en a ici comme partout. »

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Les secrets de Polichinelle : Silvana Minchella

Publié le par christine brunet /aloys

On connait l'auteure Silvana Minchella... mais Silvana a également été chroniqueuse sur Actu-Tv, elle témoigne :


- Il y a plusieurs années, j'ai accompagné Bob pour une série d'interviews. Je ne m'étais jamais trouvée de ce côté-là du micro et à mon interrogation, Bob a répondu "tu te débrouilles". C'est sa façon de procéder pour voir ce qu'on a dans le ventre. Je n'en menais pas large mais j'ai passé le test à la satisfaction du jury.


 

- J'ai une foule de souvenirs. Chose amusante, c'est que mon meilleur souvenir et ma pire galère sont reliés à une même chronique. Nous sommes allés chez Julos Beaucarne pour l'interviewer au sujet de son nouvel album "Le balbuzard fluviatile". Un homme aussi talentueux qu'adorable. Le courant est passé immédiatement et de fil en aiguille, il nous a proposés d'aller dans un champ voisin découvrir "les pagodes". Et là, perchée sur mes escarpins, j'ai marché à ses côtés parmi les orties et les trous dans la terre. Stoïque. Bob, qui est très farceur, a écrit un petit mot à Julos le lendemain pour lui dire que je m'étais foulée la cheville...


- Ma dernière chronique date de deux ans à peu près. C'était pour le salon du livre de Braine-L'Alleud. C'est Bob le grand patron d'Actu-Tv, c'est lui qui décide avec qui il a envie de travailler.


- Enfin, je viens de terminer un recueil de poésie évoquant la passion amoureuse au parfum de phéromones... je sais que tu apprécies ma plume coquine...

 

Publié dans interview

Partager cet article
Repost0

Quatre nouveaux titres chez Chloé des Lys !!!

Publié le par christine brunet /aloys

Quatre nouveaux titres chez Chloé des Lys !!!
Quatre nouveaux titres chez Chloé des Lys !!!
Quatre nouveaux titres chez Chloé des Lys !!!
Quatre nouveaux titres chez Chloé des Lys !!!
Quatre nouveaux titres chez Chloé des Lys !!!

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Une chronique pour "Faune sauvage" de Joël Mespoulède est parue dans OLE Mag, magazine culturel qui couvre en France l’Aude et l’Hérault

Publié le par christine brunet /aloys

http://www.ole-mag.com/actualite-culturelle-beziers-ole-a-lu-34-0.html

http://www.ole-mag.com/actualite-culturelle-beziers-ole-a-lu-34-0.html

Une chronique pour "Faune sauvage" de Joël Mespoulède est parue dans OLE Mag, magazine culturel qui couvre en France l’Aude et l’Hérault

Publié dans articles

Partager cet article
Repost0