Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marcelle Pâques a lu "Chaos" de Bob Boutique

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Tout commence par le vol d’un tableau (de peu de valeur) dans un musée d’Amsterdam...
Pourquoi ce vol ?

La Kmar section anti-terroriste est chargée de l’enquête car Lieve, commisaire, jeune et jolie blonde très futée a découvert que l’auteur du vol est un dangereux terroriste “ Yahia”.
Elle fait appel à son chef, Johan surnommé “ Le bouledogue” pour l’épauler dans cette enquête qui s’avère très compliquée. soit dit en passant elle est amoureuse de son boss qui résiste ( par rapport à la différence d’âge)...

Nous suivons nos héros et leurs collègues en Allemagne à Genève et même au vatican !!!
Le mystère s’épaissit, on ne s’ennuie pas, j’ai pensé au - DA VINCI CODE -

L’auteur a beaucoup d’humour ( moi j’aime bien );-)
Par exemple page 245, une réunion importante avec le Mossad et la Kmar...
• Un ange en robe blanche, un cytare à la main vole un instant au dessus des têtes réunies dans la salle...
• Un regard fuyant vers le géant du Mossad...
• Est-ce vraiment important?
• Très confirma la petite, peut-être même déterminant pour notre enquête.
• ...
• Repassage en sens inverse de l’ange à la harpe. Il suffirait de lever la tête pour voir sa culotte, pour autant qu’elle en porte.

• Dans la quatrième partie l’histoire se corse, le commisaire hollandais se retrouve dans les montagnes en guerre du Yémen. Il se fait passer pour un Français originaire d’Aix en Provence ( je suppose qu’il n’a pas d’accent)...
• Il doit ruser et affronter mille dangers. Il se débrouille comme un chef !
• J’ai pensé à - JAMES BOND - ( cela n’engage que moi) !
• Bientôt rejoint par Lieve toujours aussi amoureuse et déterminée.

• Le chaos va t’il survenir ?
• Je n’en dirai pas plus...
• Mais le chaos ne règne pas dans la tête de l’auteur qui nous balade avec dextérité et talent ( très bien documenté) dans ce thriller déroutant.

 

MARCELLE PÂQUES

 

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

Sophie Fedy se présente... et nous propose un aperçu de son ouvrage "Territoire Gris"

Publié le par christine brunet /aloys

 

De formation scientifique par goût de la biologie et de tout ce qui touche au vivant, j’ai travaillé dans différents secteurs (industrie pharmaceutique, hôpital, médico-social). Je suis actuellement gestionnaire de risques dans un hôpital de la banlieue parisienne.

J'ai toujours beaucoup lu, un peu de tout, selon les prescriptions de mes professeurs, puis au hasard des rayonnages des bibliothèques. J'ai toujours un livre à portée de main sur ma table de chevet !

Des rencontres humaines et des événements personnels m’ont donné l’envie d’écrire ; il en est sorti un premier recueil de textes: « Il n’y a pas que les infirmières, les autres comptent aussi… ». Après avoir abordé plusieurs genres littéraires : récit de vie, poésie, roman jeunesse, j’ai retrouvé mes amours de jeunesse, l’anticipation et la science-fiction. Mon premier roman de science-fiction, « Complexe 13B », a été édité en 2009 ; Territoire gris est mon deuxième roman. Imaginer comment nous vivrons, à quels défis nous serons confrontés demain et après-demain, voilà ce qui m'intéresse et ce que je voudrais faire partager.

J’ai rejoint en 2008 le collectif d’écrivains Val d’Oisiens « Mots Migrateurs » pour échanger avec d'autres auteurs et participer à des projets communs, faire vivre l'écriture sous différentes facettes.

 

 

TERRITOIRE GRIS

 

Ce roman présente un entrelacs de différentes époques du futur. Le lecteur y rencontrera trois destinées situées à des époques éloignées les unes des autres, mais reliées entre elle par l’archéo-tourisme du futur, les conférences historico-sensorielles proches du voyage dans le temps et par le fil rouge que constitue la fameuse clef de Yodel !

 

Le couple de Yodel et Maelia : la société du XXIIe siècle, celle de l’après ère nucléaire, civilisation des complexes où les hommes se sont réfugiés. A l’image du complexe 13 B, où le principe de précaution a été poussé au paroxysme, et où l’on n’a plus le droit de se toucher. Pire, les programmes de manipulation scientifiques sur les humains sont à l'oeuvre. Certains ont réussi à fuir les complexes et forment des communautés organisées dans les décombres de Paris et de ses proches banlieues. Yodel et Maelia les ont rejoints et avec leur aide réussiront à contrer les projets aliénants de ceux des complexes.

 

Le couple de Stefan et Maude : la société du XXIVe siècle sur terre où les gens vivent dans des cités aériennes suspendues pour laisser la place à l’agriculture au sol. Passé 50 ans, vous étiez invité à l’Interruption Volontaire de Vieillesse. Mais les « too old » s’organisent… et résistent.

 

Le couple d’Alexis et Ginger : la société du XXVe siècle exilée dans l’espace - pour fuir la terre devenue insalubre - émiettée dans des stations orbitales type New Earth 22. Société avec ses refoulés – les TF « Too Fat », les trop gros renvoyés de force sur terre pour des cures d’amaigrissement – ses sous-hommes, les « kapas » entretenus pour offrir des organes de rechange aux plus vieux, aux plus sages, ses « hors la loi » envoyés au bagne, c’est-à-dire condamnés à coloniser de nouvelles planètes dans des galaxies lointaines après des années lumières de voyage en état de léthargie, sans espoir de retour…Alexis et Ginger seront exilés avec quelques autres et retrouveront une planète qui ressemble étonnamment à la terre.

 

 

Un débat de fonds imprègne tout le roman ; celui de la tolérance – et de l’intolérance - de l’homme pour l’homme. Quelles que soient les sociétés imaginées dans ce récit, il y a des sous-hommes exploités par des « hommes supérieurs » ou « normaux ». Et une question qui restera ouverte : sera-t-on capable un jour de ne plus reproduire les erreurs du passé ?

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Blanche Benarroya nous présente le premier volet "Liam" de sa série "Les Amants de l'Ombre"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Biographie  Blanche Benarroya a passé toute sa jeunesse à Marseille et vit  actuellement avec son mari et sa famille à Tilburg, Pays-Bas.

Elle a été professeur de français dans un institut de langues aux Pays-Bas.                         

Liam est le premier tome de la série Les Amants de l’Ombre.

 

Résumé Lily ne s’attendait pas, après avoir accepté de venir passer avec sa cousine Anne et son ami Paul quelques jours de vacances dans un petit village du nord de la France, à ce que l’apparition de Xander dans son existence la plonge dans un chaos le plus total. L’amour, la magie et la mort allaient rapidement remplacer la monotonie d’une vie bien réglée.

 

Extrait – Mademoiselle, si j’étais vous, je ne m’éloignerais pas trop et je ferais attention, toute seule dans les bois. On ne sait jamais, vous pourriez faire d’étranges rencontres.

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

"La réconciliation selon la tradition africaine", dernière notion abordée dans l'essai d'éthique politique signé Cyriaque Maixent Ebenga "Reconstruire le Congo-Brazzaville"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

La réconciliation selon la tradition africaine

 

La « sagesse africaine » n’est pas qu’une expression conventionnelle, elle existe.

C’est un ensemble de procédés originaux qui ont permis aux hommes de l’Afrique traditionnelle d’aménager aussi harmonieusement que possible le terrain tendu d’embûches des relations humaines. Une telle philosophie est offerte par chaque société à ses membres, et elle fait partie de l’héritage social transmis de génération en génération. Dans les traditions africaines traditionnelles, cette philosophie se présente sous deux formes nettement différentes : Savoir exprimé mais ésotérique, et thèmes implicites sous-jacents. Dans le premier cas, la vision du monde est formulée dans des récits secrets que mémorisent et se transmettent quelques hommes, qui sont parvenus aux degrés les plus élevés d’une société initiatique. Ces traditions ésotériques l’expriment, comme tous les textes sacrés, en un langage imagé et clos qui nécessite une exégèse explicative.

Dans la deuxième forme que peut prendre une philosophie africaine traditionnelle, les thèmes ne sont pas exprimés dans des textes : ils sont inférés de comportements, d’usage, de croyances, de rites par l’observateur. C’est par cette démarche logique que « Placide Tempels » l’a appelé la « philosophie Bantoue », elle est faite de quelques principes d’ordre ontologique (puisqu’ils portent sur la nature même de la réalité, qui est au-delà des phénomènes et les soutient).

Avant l’arrivée des colons, l’Afrique, en particulier le Congo, était régie par le droit traditionnel. Il avait sa source dans les croyances religieuses africaines.

Ce droit conçu par les Congolais pour répondre à leurs propres besoins réglementait le comportement des individus vivant en société. Le droit traditionnel administré par des chefs coutumiers était scrupuleusement respecté. Avec la colonisation, l’introduction des européens confina de facto, le droit traditionnel dans un rôle de second plan. Mais le droit traditionnel continua de s’appliquer exclusivement aux seuls africains pendant la période coloniale. Il était appliqué par des tribunaux d’exception appelés «Tribunaux coutumiers ».

En cas de conflit de lois entre une norme de droit traditionnel et une norme de droit européen, la dernière l’emportait. Les colons, quant à eux, restaient soumis au droit européen et relevaient des tribunaux de droit commun.

Pour certaines matières, les Africains relevaient des tribunaux de droit commun qui appliquaient en pareille circonstance le droit colonial.

Les droits européens s’illustrèrent en Afrique par leur souveraine inadaptation et leur incapacité congénitale à appréhender les faits et des situations propres à la culture africaine.

Ceci fait penser et surtout réfléchir a ce qu’avait dit Monseigneur Ernest Kombo dans une interview à propos de la réconciliation après les guerres qui ont terriblement ensanglanté le Congo.

 

« Nous nous sommes trompés parce que nous n’avons pas associé les sorciers. Nous le regrettons. Si nous avions associé les sorciers, de par la fonction sociale de chefs coutumiers qu’ils occupent au sein de notre société, tous les moqueurs, tous ceux qui ont enfreint la réconciliation, seraient déjà sous la terre.

Malheureusement le curé que je suis n’a pas pensé aux sorciers ou psychologues. La réconciliation doit partir des cœurs, des villages, des quartiers pour enfin devenir publique. Et cela aurait dû être encadré par tous nos sorciers encore vivants. »

 

Malheureusement, l’introduction du Christianisme en Afrique favorisa l’effondrement de la culture africaine. En effet, avant l’arrivée des missionnaires, les chefs coutumiers dépositaires du pouvoir traditionnel protégeaient et veillaient sur la société. En cas de trouble ou de conflit opposant deux tribus ou deux ethnies, la communauté faisait appel à leur sagesse. Grâce à leurs pouvoirs, les chefs coutumiers arrivaient à résoudre le différend sous l’arbre à palabres  « Mbongui ». Ils étaient très respectés.

Les premiers missionnaires s’attachèrent particulièrement à détruire les religions africaines ainsi que les objets de culte, et avec elles, toute la tradition.

En réalité, ces missionnaires, qui venaient évangéliser les peuples primitifs, comme ils le disent, jouaient le rôle d’éclaireurs et préparaient le terrain de la colonisation. Ces premiers missionnaires avaient à la main gauche la Bible, et à la main droite une arme. La Bible servait à civiliser, et l’arme à décourager les récalcitrants. De ce fait, la résistance s’est organisée, elle était politique et religieuse. De cela, on en y déduit également une organisation religieuse bien avant le Christianisme.

Il serait important de souligner que les Africains croyaient à une religion, « l’Animisme », contrairement à ce qui se dit. La civilisation africaine était structurée et organisée au niveau politique, juridique, économique, social et religieux, organisationnel et culturel. Que ce soit dans un royaume, un empire ou même en dehors de ces entités. Nous nous intéressons uniquement à deux types d’organisations bien hiérarchisées qui entrent dans le cadre de notre réflexion. Hiérarchisées dans chaque organisation, certaines classes avaient le droit et le devoir de régler les conflits, ce qui n’était pas le cas pour les autres classes.

La juridiction était réservée aux sages (personnes âgées ayant beaucoup d’expérience en dehors de ceux qui occupaient une fonction au sein de la société) qui règlent les conflits sous l’arbre à palabres « Mbongui » ou corps de garde au centre du village. A cette époque, il n’y avait pas de convocation écrite, le tam-tam jouait le rôle de porte-voix pour annoncer un événement ou encore, le chef du village se mettait à un endroit où il lançait un appel, repris par des relayeurs, pour convoquer tous les villages environnants.

Lorsqu’il s’agissait d’un conflit, la disposition de la cour se présentait comme suit :

Le chef du village était au milieu, les sages autour, et les accusés au centre ; les femmes quant à elles étaient en arrière plan. La parole est prise en premier par le chef du village qui préside la séance, il accueille et remercie les personnes présentes d’avoir répondu nombreuses à son appel.

Après cela, il communique l’ordre du jour en utilisant divers proverbes et en citant des cas similaires qui se sont déjà produits. Ensuite, la parole est prise par d’autres sages ; la parole se demande par un claquement des mains en signe de croix, le chef du village, en répondant de la même manière, vous accorde la parole. Les sages, en intervenant à tour de rôle, entérinaient ce qu’avait dit le chef. Et ce n’est qu’après que les accusés, à tour de rôle, pouvaient parler sous le contrôle des sages.

Il s’agira pour chacun des accusés de convaincre l’assistance par la pertinence de ses propos. Après l’audition des deux parties, les sages leur prodiguent des conseils. La réconciliation se faisait après les conseils des sages. Mais auparavant, le chef du village s’entretenait, à tour de rôle, avec chacune des parties, et à son retour, le collège des sages pouvait savoir si les deux parties acceptaient cette réconciliation, soit par des signes qu’ils étaient seuls capables de déchiffrer ou après concertation derrière les cases. Et ce n’est qu’après cela que pouvait se faire la réconciliation de façon définitive.

En Afrique de l’Ouest par contre, il y a certaines familles patronymiques, prises deux à deux. Ici sont instituées des relations intra ethniques et interethniques d’obligation et de plaisanterie. Par exemple, chez les Peuls constitués en quatre grandes familles patronymiques : Bâ, Barry, Diallo, Sow, les relations à plaisanterie s’exercent dans un sens bien déterminé et précis : d’une part entre les Bâ et Diallo et, d’autre part entre les Barry et Sow, très strictement, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de relations de plaisanterie et/ou d’obligation entre : Bâ-Sow, Bâ-Barry, Diallo-Barry, Diallo-Sow qui demeurent des relations d’obéissance aux règles générales de différenciation socioculturelle liée à l’âge, au sexe, au rang.

Ce qui se trouve ainsi posé, c’est le problème des relations affectives privilégiées, institutionnalisées selon plusieurs modalités : honte-pudeur, par exemple entre le gendre et la belle-mère, entre leur belle-fille et son beau-père ; agressivité rituelle à sens unique du père au fils aîné chez les Peuls, à réciprocité entre camarades de même promotion et de même classe d’âge ; institutionnalisation de l’affection proprement dite, essentiellement entre enfants et parents maternels, et en particulier, entre neveux et oncles maternels, grands-parents maternels et petits-fils.

Les modalités rationnelles, tout en étant nombreuses et variées, existent en nombre fini et précis dans un même ensemble communautaire. Mais il n’est pas nécessaire de les énumérer toutes ici : ce que nous voulons simplement, c’est souligner l’institutionnalisation des sentiments et relations interpersonnelles, ainsi que faire remarquer l’existence de certaines modalités de résorption de l’agressivité.

C’est ainsi qu’à l’intérieur du même groupe d’âge, où la compétition synchronique est à peine cachée, il y a de nombreuses techniques instituées d’écoulement de l’agressivité. Nous en citerons une du pays Peul : le Wettoorè. En voici le canevas général : deux adolescents, appartenant à la même classe d’âge, se trouvent être en conflit, ce qui finit par créer une tension qui va en croissant au sein de la communauté. Des personnes appartenant à un groupe plus âgé décident d’organiser une séance publique de dramatisation-dédramatisation, séance à laquelle sont invités tous les jeunes.

Un cercle humain est formé, à l’intérieur duquel les deux protagonistes-acteurs sont invités à prendre place en « face à face ». Le déroulement de l’action consiste dans l’invective verbale mutuelle, à tour de rôle et de parole, sous le contrôle des aînés présents. Il s’agira, pour chacun des deux protagonistes, d’inventer des métaphores à l’adresse de l’autre, métaphores piquantes, caustiques, très ironiques, investissant, au fil d’incantations poétiques, tous les détails de la personnalité de l’autre – le corps, le maintien, les attitudes, le caractère, etc. –, bref, c’est à celui qui convaincra le plus l’assistance par la pertinence de ses propos ou par son lyrisme… On en rit et, à la fin de la séance, les deux protagonistes s’étant suffisamment « exprimés », il y a chute de la tension conflictuelle qui appelle la réconciliation, consacrée d’ailleurs par les aînés.

Il existe un rapport formel entre toutes ces pratiques et celles de certains griots- mi-chansonniers, mi-fous du roi qui, par l’ironie qu’ils expriment au travers de leurs « chansons », visent à aplanir des conflits latents de communication, ou à réduire l’écart psychosocial vécu entre les personnalités politiques puissantes d’une communauté et le citoyen moyen. 

Publié dans présentations, Textes

Partager cet article
Repost0

Albert Niko nus propose un extrait de son recueil "l'homme au grand chapeau n'avait rien à cacher ni rien de grand".

Publié le par christine brunet /aloys

 

poncho


 

Les vieux aiment prendre le soleil d'été, mais seulement à l'ombre d'une maison de retraite aux larges éventails, sur un banc qui leur est tout acquis, avec assez de joueurs pour compléter le fil dentaire.


 

En chemin, il se rappela ce qu'avait dit cette américaine à la télévision de l'appareil photo numérique. Que c'était l'une des inventions majeures du vingtième siècle.

Puis cette fois où il chercha le mot « sébum » dans un vieux dictionnaire, et découvrant, comme par un fait exprès, que le mot qui suivait était « sec ».

Considérant qu'il est vain de pétrir à partir de ce que l'on n'a pas, il se demanda ce qu'il pouvait faire de ça, et s'il devait en faire quelque chose.

S'il savait tricoter, il en aurait fait un poncho.


 

Tout ce que je peux dire pour le moment c'est qu'il prit sa voiture et que cette idée le conduisit jusqu'au soir comme le véhicule d'une journée.


 

givré toi-même !


 

De retour avec ce qu'il fallait chez lui il s'appliqua à disposer les lettres de la première à la dernière, jusqu'au point d'exclamation qui se dressait comme l'ultime piquet d'un jour qu'on a tôt fait de grillager. Puis il retrouva son fauteuil et commença à se rouler une cigarette.

Les jours suivants se déroulèrent comme un escalier roulant après la fermeture, comme quelque chose qui n'est là pour personne et qui continue de briller dans la lumière du soir.

N'empêche qu'il avait toujours un petit rire à chaque fois qu'il passait devant. Cette idée avait germé comme une oasis dans un désert de signification. Des tas de gens font tout un tas de choses, sans rien en retenir, simplement parce qu'ils ne trouvent rien d'autre à faire. Lui, ça lui avait pris un quart d'heure, et il en rigolait encore.

Il essaya de se mettre à la place de ceux qui allaient passer devant, le jour où il devrait s'en débarrasser. Il surprit même une conversation entre deux larrons.

T'as vu c'que ce mec à écrit sur son frigo ? Faut vraiment être...

- Givré ?

- Complètement con, ouais !

- Quant à moi, je ne peux pas m'empêcher de penser que ce « mec » ne manquait pas d'esprit.

- Quand la bidoche sent trop fort, les rats sont encore là que l'esprit s'est barré.

- Tu veux dire que l'esprit s'efface devant les rats, c'est bien ça ?”

Il y pensa, jusqu'à ne plus y penser. Jusqu'au jour où son frigo se transporta sur le trottoir d'en face, à la vue de tous. Ptète que certains allaient s'arrêter, interloqués ; ptète même sourire. Mais il était possible aussi que rien n'arrive du tout – rien sinon le camion des encombrants. Et soudain il sentit quelque chose de pas très agréable remonter, comme un reflux de bile. Ce n'était pas ainsi qu'il concevait la mort de son frigo. L'éventualité que son frigo finisse ainsi s'accordait mal avec l'idée qu'il se faisait de la mort d'un frigo frappé d'un tel sceau.

C'est alors qu'il se remémora cette conversation qui lui avait traversé l'esprit, et combien celui qui se croyait le plus futé l'avait eue mauvaise.

Alors voilà : piqué dans son orgueil, le type avait décidé de se venger. Et, armé d'une hache, il revint à la nuit tombée pour lui asséner plusieurs coups magistraux, jusqu'à l'éventrer. Mais notre lourdaud n'en resta pas là. On raconte qu'arrivé à l'heure de fermeture dans les grands magasins, il s'arrangeait pour qu'on l'y enferme et décimait tous les frigos qu'il pouvait trouver. Il y eut même un article sur lui, avec en photo, pris dans une perspective chaotique, toute une rangée de frigos éventrés suivant le même procédé – à la hache. Choquée, une jeune employée avait déclaré qu'elle ne voulait plus en voir un chez elle.

Comme le début d'une contagion...

Alors non, ce frigo n'était pas mort pour rien.

N'était-ce pas une belle fin, pour un frigo de cette trempe, que de finir entre les mains du Bûcheron des Frigos : ce l'était, assurément.

Ce le fut. Puis il tourna la page.

 

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

Bande annonce de Sérénade à la vie... un ouvrage signé Bernadette Gérard-Vroman

Publié le par christine brunet /aloys

Publié dans vidéo

Partager cet article
Repost0

L'un des textes de Carine-Laure Desguin publication dans un recueil collectif, Carré Poétique 2, aux Editions Jacques Flament

Publié le par christine brunet /aloys

 

Carine-Laure, aux Éditions Jacques Flament, les publications en recueils collectifs se suivent…Tu en es à ta quantième publication aux Éditions Jacques Flament ?

 

Oh, je ne sais plus, quelques unes en effet. Et ce n’est pas fini. D’ici quelques semaines, il y en aura d’autres.

 

Une salve de publications puisqu’aujourd’hui tu nous jettes en plein visage une poésie dans Carrés Poétiques 2. Je lis ce texte et oh oh, Carine-Laure, un texte érotique ?

 

C’est érotique, ça ? Je n’avais pas remarqué.

 

Ouais…Tu nous réexpliques ce qu’est un Carré Poétique ? C’est une nouvelle forme géométrique ?

 

Ah, pour les Carrés Poétiques, les contraintes sont très précises. Il s’agit de bien placer son équerre dans l’alphabet ! Tout cela est bien exposé sur le site de l’éditeur. Écrire un texte sans ponctuation de 620 caractères. Et puis zut, je copie-colle car sinon ce sera trop confus. Voilà :

 

« Chaque texte est riche de 620 caractères, espaces comprises, qui s’étagent en 20 lignes de 31 signes pour former un carré parfait de 10 centimètres de côté lorsqu’il est couché sur le papier.


Les symboles . (point) représentent un espace entre mots ou lettres uniques.
Les symboles / (slash) représentent la respiration entre entités qu’ils enserrent à la lecture orale du texte.
Toute majuscule et toute ponctuation (hormis ces symboles) sont bannies des textes reproduits, exceptés les traits d’union et apostrophes »

 

Pas si facile ! Le thème était libre ou il y avait une contrainte à ce niveau-là aussi ?

 

En ce qui concerne le thème, il était totalement libre. Voici ce qu’en dit l’éditeur :

 

Chaque texte a pour titre CARRÉ POÉTIQUE et est numéroté de 1 à ∞ (infini), le projet à son commencement n’étant pas défini précisément dans le temps.
Le sujet n’est pas imposé. Ainsi, le texte peut être narratif, lyrique, épique, satirique, surréaliste, érotique, philosophique, voire engagé, peu importe, pourvu qu’en ressorte une impression poétique au sens que l’on admet généralement au genre

 

 

De quoi parle ton texte, coquine Carine-Laure ?

 

Je ne me souviens jamais des textes que j’écris et d’ailleurs, je déteste expliquer un texte. Pas du tout envie de faire le travail du lecteur.

 

Tu blagues ?

 

Pas du tout. Un texte ne s’explique pas. Et surtout un texte poétique. Ouvrons ensemble la page 17…

 

Ah oui…C’est pas de la guimauve, Carine-Laure.

 

Ça dépend.

 

Carine-Laure, tes activités littéraires du moment ?

 

Y’a du boulot. Toujours en chantier un texte pour Aura. Le thème de ce trimestre c’est « bord ».

 

Bord ?

 

Oui, alors j’ai pris ça dans un sens très large. Disons que déBORDement me conviendra bien.

 

 

Insolite…Et là, c’est un autre texte ?

 

Là, c’est la maquette du prochain livre.

 

Ah ! Intéressant, ça ! Un prochain livre ?

 

Oui, l’avis du comité de lecture des Éditons Chloé des Lys et le thème du livre, tout est expliqué ici :

http://carineldesguin.canalblog.com/archives/2018/06/13/36482903.html

 

Bien, Carine-Laure ! On attend avec impatience la sortie de ce « Transfert » ! Et en attendant voici le lien vers ce recueil, Carré Poétique 2 :

http://www.jacquesflamenteditions.com/339-carres-poetiques-2/

 

Je ne t’ennuie pas plus longtemps. Tu es occupée. Téléphone, pc, le chat qui miaule, etc. Voici le lien vers le press book de Carine-Laure :

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/press-book/32061526.html

 

Et le lien vers les Editions Jacques Flament pour le Carré Poétique 1 :

http://www.jacquesflamenteditions.com/323-carres-poetiques-1/

 

Publié dans articles

Partager cet article
Repost0

L'amante, un poème de Joël Godart paru dans la revue LICHEN

Publié le par christine brunet /aloys

http://lichen-poesie.blogspot.com/p/joel-godart.html

http://lichen-poesie.blogspot.com/p/joel-godart.html

 
 
Joël Godart
 
 
Amante
 
L' or des jours s'est posé sur tes lèvres
Amante au goût d'amande
Qui défait le jour pour la nuit
Et refait la nuit avec le jour
Amante au goût de lait dans l'amande 
Mon amante a la bouche en amande
De tes doigts tu joues sur le bouquet des heures
De ta bouche tu fais que s'envolent les promesses
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Joël Godart a longtemps vécu dans la région de Lille et depuis peu en Bretagne avec la mer pour voisine. Il écrit depuis l'adolescence, avec des périodes de silence. Trois livres publiés à ce jour, chez Chloé des Lys (éditeur belge), deux recueils de poèmes, puis un livre de photographies réalisées au cimetière du Père Lachaise à Paris. Il travaille actuellement sur un ensemble de textes en hommage à Rimbaud... C’est sa première apparition dans Lichen.
 

Publié dans articles, Poésie

Partager cet article
Repost0

Katty Henderson nous présente son ouvrage "La vallée de Viroinval"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Biographie – Katty Henderson

 

 

Katty Henderson est maman de deux jeunes filles, enseignante en français dans une école bruxelloise. Elle manie la plume depuis toujours...

Avec « La vallée de Viroinval », elle nous livre son premier roman, intense et profond.

Cependant, elle n'en est pas à son coup d'essai puisqu'elle a déjà à son actif l'écriture de 3 pièces de théâtre qui ont été mises en scène :

 

  • Juste différente (la folie)
  • Ils se sont tous tirés (le voyage)
  • Exagératos (la téléréalité)

 

Résumé :

Elsa la sauvageonne, Etienne l'artiste, Jean-Marc le jeune cadre dynamique; trois personnages aux parcours de vie diamétralement opposés !

Qui est cet homme dont le visage et l'allure vont paraître familiers à Elsa, elle qui vient de rencontrer l'amour après tant d'années passées à se reconstruire ?

Saint-Valéry en Caux, Evreux, la vallée de Viroinval, trois lieux où se nouent et se dénouent des liens étranges. Un village où les gens s'interrogent. Un autre où les histoires passées hantent le présent.

Un roman où le lecteur est plongé dans une ambiance pour la vivre intensément !

 

 

 

 

Extrait de la vallée de Viroinval – Katty Henderson

 

 

Elsa arriva à la petite gare de Couvin sans aucun bagage.

 

Elle hésita quelques instants avant de monter dans le bus 60 de la TEC qui la déposa à quelques minutes de la maison.

 

Ce bus, elle l'avait pris mille fois... elle effectuait aujourd'hui ce trajet comme un automate...

 

La végétation avait débordé à certains endroits..., certaines rues avaient été ré-asphaltées, quelques maisons légèrement modifiées, mais le paysage n'avait pas changé.

 

Elle descendit à Olloy.

 

Elle emprunta le petit sentier qui longeait le Viroin, sachant d'emblée qu'elle allait débouler juste devant la maison, au 6, route de Viroinval.

 

Elle ralentit le pas comme elle l'aurait fait autrefois pour montrer à Mathias un papillon ou une coccinelle... Sauf que cette fois, ce fut pour avaler la boule qui lui nouait la gorge...

 

Retarder encore un peu le moment du face à face avec elle-même...

 

Au bout du sentier, elle aperçut la boîte aux lettres, le chiffre 6 un peu rouillé. La grosse cloche qui leur servait de sonnette...

 

Elle s'arrêta... Ses jambes flageolaient...

 

Elle pensa à Etienne et cela lui donna la force d'avancer encore un peu...

 

La maison était close depuis des années, cela ne faisait aucun doute. Le vieux pommier chargé de fruits tendait ses branches vers le sol. Il n'y avait plus qu'à cueillir... Les orties avaient envahi l'allée.

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Le blog "les lectures de Maryline" a lu "Fractures" de Laurent Dumortier

Publié le par christine brunet /aloys

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/fractures-a144922534

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/fractures-a144922534

Résumé de l'éditeur :

 Bienvenue dans un monde où la réalité ne semble pas du tout celle qu'elle semble être. Où l'horreur côtoie le gore et où un simple détail fracture toutes nos certitudes. Ouvrez ce livre, mais après vous être assuré que vous êtes en sécurité, chez vous. Avec la porte bien fermée. D'ailleurs, ce bruissement, là, derrière vous, est-ce que... Non, c'est sans doute le vent...

 

 

Mon avis :

Wahou!! J'adore ce genre de livres! Des petites histoires toutes plus folles les unes que les autres m'ont permis de passer un très bon moment.

Laurent Dumortier est un génie! Avec quelques mots et des situations complètement farfelues, il arrive à créer une histoire dingue. Oui, dingue est bien le bon mot! Parce que franchement, on se retrouve dans des situations vraiment farfelues, folles et improbables. J'adore!

Nous sommes en présence d'un recueil de mini-nouvelles, oui, elles sont vraiment petites, elles ne font, pour la majorité, que deux pages chacune ou une ou deux de plus. On passe du coq à l'âne mais c'est génial, l'ambiance, les lieux et les personnages changent tout le temps, mais on ne se perd pas. Il faut passer à autre chose, à chaque final. Bref, je suis fan!

On ne sait jamais comment ça va se terminer, l'auteur arrive à nous faire douter à chaque instant. Quand la fin arrive, on reste "coi", on n'y croit pas, on sourit, on a peur... Bref, on ne sait pas ce qu'il va nous arriver lorsqu'on va tourner la page. Un très très bon moment de lecture, une vraie belle découverte que cet auteur, je vous le conseille vivement, on passe à chaque fois un merveilleux moment. Cet auteur a une imagination de fou, il sait nous dérouter et nous surprendre.

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0