Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Le trou", une histoire de Bob Le Belge

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Bob le Belge,


Ca ne s'arrange pas, rendez-lui ses cachets s'il vous plait, viiiite !

 

Le trou

 

C’est l’histoire d’un mec qui fait un écart sur le trottoir, parce qu’il voit un trou devant lui. Jusque-là, rien de bien passionnant. Il ferait un écart conjugal ou un trou dans le budget de son employeur… là, oui. On peut discuter. Mais un simple écart, hop, hop, deux pas sur le côté !

Bon. Soit. Il fait son écart, passe outre puis revient sur ses pas, car quelque chose l’a intrigué. J’aurais pu faire plus court en l’intriguant immédiatement sans qu’il ne dépasse le trou puis doive revenir au subjonctif présent. Mais les faits s’étant déroulés comme je les décris…

Où en étais-je ? Ah oui. Le trou.

Il revient (pas le trou bien sûr, le mec) se penche et constate avec un étonnement étonné que ce trou n’a pas de profondeur ! En fait, c’est un bête rond tout noir posé sur le sol.

Mais alors, c’est pas un trou me direz-vous…

Ben si, quand même. C’est pas une feuille de papier peinte qu’on peut déplacer comme dans les dessins animés. Non, non. C’est véritablement un cercle vide, obscur et rempli de rien. Sauf qu’il n’a pas de profondeur. C’est tout. Un trou en deux dimensions.

Normalement, le gars est pressé, en retard et tout ça… mais ici, il s’arrête et se met à réfléchir, un peu comme Mister Bean devant un pot de fleur ou un cadre décadré d’un demi-degré…
Il se racle la gorge, crache dans le trou et s’aperçoit que son glaire disparaît, comme s’il avait spité dans une bouche d’égout.

De plus en plus intriguationné, il s’agenouille devant… devant… le machin et enfonce un doigt. Pas de résistance… il le ressort et remarque alors avec remarquation qu’il est devenu en deux D, tout plat comme une feuille de papier à cigarette !

Il se penche une nouvelle fois, encore plus consternationné et … ben oui, vous vous en doutiez, sinon ce ne serait même pas drôle… le con tombe dans l’orifice comme un plongeur dans une piscine, sauf qu’il est tout habillé, pas athlétique du tout et qu’on voit ses fixe-chaussettes. Je vous demande un peu… des fixe-chaussettes !

Mais pas de problème. Même qu’il se fait pas mal du tout, puisqu’il n’y a pas de fond… D’ailleurs il ressort déjà en se déroulant sur le trottoir, vu qu’il est devenu comme une photocopie de lui-même. Avec un crâne tout plat, des oreilles toutes larges, des yeux fixes… bref un papier journal, que le vent entraîne déjà par-dessus les poubelles, au risque de se déchirer sur les piquets d’une palissade…

Alors, le mec, se replie en deux, en quatre, en huit, en seize et se glisse dans sa poche de poitrine où il se disparaît.

Je raconte bien hein !

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

Le blog "Les lectures de Maryline" a chroniqué le nouveau roman de Séverine Baaziz "Mamie Paulette"

Publié le par christine brunet /aloys

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/mamie-paulette-a147827094

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/mamie-paulette-a147827094

 

Résumé de l'éditeur :

Un toit. Trois générations. Et l'irrésistible envie de s'étriper... Jules, quinze ans, a toutes les raisons de déprimer. Sa mère n'a d'yeux que pour les roses, les chats et la chasse à la poussière ; son père est tremblotant de tics ; ses camarades de classe adeptes du langage des poings. Et pour couronner le tout, sa grand-mère, aussi aimable qu'une lame de guillotine, emménage sous son toit... Sauf que la petite dame aux pas ankylosés d'arthrose va donner du sens à sa vie. Une comédie drôle, moderne et bouleversante, ode à la vie et au courage.

 

 

Mon avis :

Comme je l'attendais avec impatience ce roman!! J'ai pu le lire en une journée au bord de la plage et de la piscine, un vrai régal! Merci à l'auteur.

J'avais lu "Le premier choix" de l'auteur et j'avais déjà passé un très bon moment alors celui-ci me tentait beaucoup, surtout avec un synopsis aussi alléchant! Un vrai roman de plage, à lire sans contrainte, sans prise de tête. Mais on peut également le lire dans son lit, sur le canapé ou dans le métro!

Mamie Paulette perd l'être aimé, l'homme qu'elle a aimé toute sa vie et avec qui elle a vécu de bons moments. Elle se retrouve seule, loin de son fils avec qui les relations sont plutôt tendues (surtout avec la belle-fille!). Mais son cher et tendre, avant de mourir, va lui demander de passer du temps avec sa famille, de renouer le lien disparu... Et ça risque de faire des étincelles car elle se doit d'accepter cette demande, par amour.

Je me suis attachée tout de suite à cette mamie Paulette qui n'aime pas être "emmerdée". Elle a du caractère et ne se laisse pas marcher sur les pieds, elle dit tout fort ce que tout le monde pense tout bas. C'est vraiment très sympa de suivre cette petite tranche de vie de 3 générations qui vont devoir vivre ensemble, pour le meilleur et pour le pire. La relation entre la grand-mère et sa belle-fille est à mourir de rire, j'ai passé mon temps à sourire en lisant les tensions, les coups bas et les méchancetés entre les deux femmes. Même si j'ai de très bonnes relations avec ma propre belle-mère, c'est assez souvent qu'on entend dire que ces deux-là sont souvent chien et chat.

J'ai adoré voir cette complicité naissante entre une grand-mère et son petit-fils que tout oppose au début. C'est un récit qui apporte beaucoup d'amour, l'auteur fait passé un très beau message à travers l'histoire de Paulette et Jules. La fin m'a même tiré les larmes...

Merci à l'auteur pour sa confiance et surtout, merci à elle pour ce très bon moment. A découvrir de toute urgence pour oublier le quotidien, pour oublier la rentrée qui approche et pour ne plus penser aux soucis... Une belle tranche de vie!

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Deux poésies de Salvatore Gucciardo dans la revue PEGASE

Publié le par christine brunet /aloys

Deux poésies de Salvatore Gucciardo dans la revue PEGASE
Deux poésies de Salvatore Gucciardo dans la revue PEGASE
Deux poésies de Salvatore Gucciardo dans la revue PEGASE

Publié dans articles

Partager cet article
Repost0

Le blog de Denis Billamboz "Mes impressions de lecture" a chroniqué "Silencieux tumultes", le dernier roman d'Edmée de Xhavée

Publié le par christine brunet /aloys

Silencieux tumultes – Edmée de Xhavée

http://mesimpressionsdelecture.unblog.fr/

Edmée de Xhavée nous a habitués depuis son entrée en écriture à nous faire lire ses histoires de couples mal assortis, de couples sans amour, de couples formés pour une circonstance bien précise ou, plus souvent, à des fins patrimoniales ou d’affaires à faire fructifier. Dans ce roman, elle reprend ce thème qui lui est si cher et qu’elle maitrise à la perfection. Avec son écriture intimiste et, à la fois, chirurgicale, elle dissèque des couples formés par les parents plus souvent que par le hasard des sentiments. Elle sonde les cœurs, dissèque les tripes, étudie les méandres des cabales domestiques élaborées dans les circonvolutions des cervelles de matrones ambitieuses ou plus souvent frustrées et bafouées. Elle sait aussi décortiquer les montages les plus sophistiqués élaborés par les pères pour développer leurs affaires en utilisant leurs héritiers comme ils utilisent leurs machines et leurs employés dans leurs ateliers.

Elle a ainsi construit une intrigue qui court sur au moins cinq ou six générations, une intrigue qui pourrait servir de trame à une belle série télévisée, il suffirait d’en écrire le scénario pour lui donner un peu plus d’épaisseur et l’émotion nécessaire pour attirer les amoureux de ce genre d’émissions. Cette intrigue m’a un peu fait penser à ces auteures britanniques un brin perfides, souvent féroces et cruelles dans leurs écrits qui n’hésitent pas ouvrir les placards secrets pour sortir les cadavres poussiéreux et bien embarrassants ou à soulever les tapis pour dévoiler des grosses poussières révélatrices de secrets tus souvent depuis longtemps.

Ainsi, Edmée, qu’on dirait cousine d’Anita Brookner, Barbara Pym, Iris Murdoch et d’autres femmes encore de cette grande famille d’auteures britanniques aussi perfides qu’Albion, a construit une saga familiale autour d’une maison. Les personnages de son histoire sont ceux qui ont occupé cette demeure acquise par l’ancêtre quand il a connu le succès dans son entreprise industrielle. La maison se lègue de père en mère, de mère en fille, de fils en fille, etc… au gré des aléas des unions, des désunions, des naissances et des rencontres. La maison devient ainsi le pivot de l’histoire, elle incarne la famille, c’est son histoire que l’auteure raconte. « Une maison, c’est un écrin de rêves d’amour et d’avenir …. C’est aussi le témoin discret de ce qui explose ou couve entre ses murs, le seul qui connaisse le labyrinthe émotionnel de ses habitants. C’est le temple de l’âme de la famille ».

L’histoire de la maison se conjugue avec celle de la maisonnée qui est construite sur un ensemble de secrets, de mensonges, d’arrangements plus ou moins amiables entre l’état civil et la réalité génétique et, bien évidemment de drames plus ou moins violents quand ces secrets et autres mystères crèvent la carapace qui les protègent. « Au fond c’est ça aussi la famille : un tissu de gènes, de recettes, d’histoires, de traditions, drames et triomphes… ». L’auteure essaie de nous faire comprendre qu’une maisonnée, une tribu, une famille ne se construit pas sur des sentiments parce que l’amour s’est trop rarement pour toujours et que l’affection, les habitudes, les us et les coutumes sont souvent bien plus ancrés dans la maison avec ceux qui y vivent.

Dès les premières pages de ce roman, l’auteure fait poser une question essentielle à la suite de la saga qu’elle met en scène, et à la démonstration qu’elle conduit, par la première fille de la famille née dans cette nouvelle demeure, à sa mère : « Etiez-vous amoureuse de Père quand vous vous êtes mariée, Mère ? » La mère n’élude pas la question et répond bien franchement qu’il n’était pas question d’amour mais de fonder une famille. « Elle et père avait écouté les arguments du goût et de la raison conjugués ». C’est l’une des faces de la bourgeoisie industrielle qui s’est construite au XIX° siècle pour ne s’éteindre progressivement qu’après la dernière guerre mondiale, l’histoire d’une classe sociale qui, pour accroitre ses intérêts et son pouvoir, devait absolument sauver les apparences quelque soit la situation quitte à garnir les placards et les malles de cadavres bien encombrants et à glisser des secrets tout aussi ennuyeux sous les tapis et dans les greniers de la maison qui, elle, finit toujours par rendre un jour ce qu’on lui a confié. Une belle saga un peu british certes mais qui ne peut dissimuler des relents de tragédie bien classique.

Chloé des lys

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

L'ére nouvelle, un poème de Salvatore Gucciardo paru dans la revue "Magie Poétique"

Publié le par christine brunet /aloys

L'ére nouvelle, un poème de Salvatore Gucciardo paru dans la revue "Magie Poétique"

 

 

L’ère nouvelle

 

Les mots s’endorment

Sur l’eau

Pour se réveiller

Dans le rythme

De la constellation

 

La symphonie des mondes

Suit le cycle des éléments

On amadoue

La horde nébuleuse

Pour faire renaître l’homme

De sa fugue volcanique

 

A l’orée de l’aube nouvelle

Le champ de vision

Déploie ses ailes incandescentes

 

 

SALVATORE GUCCIARDO

Publié dans Poésie, articles

Partager cet article
Repost0

Le blog "les lectures de Lilly" a lu "Fractures" de Laurent Dumortier

Publié le par christine brunet /aloys

http://les-lectures-de-lilly.eklablog.com/fractures-laurent-dumortier-chloedeslys-a145180790

http://les-lectures-de-lilly.eklablog.com/fractures-laurent-dumortier-chloedeslys-a145180790

Bienvenue dans un monde où la réalité ne semble pas du tout celle qu'elle semble être. Où l'horreur côtoie le gore et où un simple

Fractures - Laurent Dumortier  @ChloeDesLys

Un recueil d'histoires de plus en plus folles ! 

Je ne sais pas vraiment comment qualifier ces histoires. Des nouvelles ? Des petites nouvelles alors, elles ne font que quelques pages chacune, mais c'est bien assez pour nous plonger dans  l'angoisse pour certaines, ou dans le doute pour d'autres... Un melting-pot d'émotions condensé en un tout petit nombre de pages.

D'une page à l'autre, tout change, les personnages, le décors, l'atmosphère... 

Cet auteur a une drôle d'imagination en tout cas ! 

Si vous aimez les histoires déjantées, je ne peux que vous inviter à le lire ! 

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Marcelle Pâques a lu "Chaos" de Bob Boutique

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Tout commence par le vol d’un tableau (de peu de valeur) dans un musée d’Amsterdam...
Pourquoi ce vol ?

La Kmar section anti-terroriste est chargée de l’enquête car Lieve, commisaire, jeune et jolie blonde très futée a découvert que l’auteur du vol est un dangereux terroriste “ Yahia”.
Elle fait appel à son chef, Johan surnommé “ Le bouledogue” pour l’épauler dans cette enquête qui s’avère très compliquée. soit dit en passant elle est amoureuse de son boss qui résiste ( par rapport à la différence d’âge)...

Nous suivons nos héros et leurs collègues en Allemagne à Genève et même au vatican !!!
Le mystère s’épaissit, on ne s’ennuie pas, j’ai pensé au - DA VINCI CODE -

L’auteur a beaucoup d’humour ( moi j’aime bien );-)
Par exemple page 245, une réunion importante avec le Mossad et la Kmar...
• Un ange en robe blanche, un cytare à la main vole un instant au dessus des têtes réunies dans la salle...
• Un regard fuyant vers le géant du Mossad...
• Est-ce vraiment important?
• Très confirma la petite, peut-être même déterminant pour notre enquête.
• ...
• Repassage en sens inverse de l’ange à la harpe. Il suffirait de lever la tête pour voir sa culotte, pour autant qu’elle en porte.

• Dans la quatrième partie l’histoire se corse, le commisaire hollandais se retrouve dans les montagnes en guerre du Yémen. Il se fait passer pour un Français originaire d’Aix en Provence ( je suppose qu’il n’a pas d’accent)...
• Il doit ruser et affronter mille dangers. Il se débrouille comme un chef !
• J’ai pensé à - JAMES BOND - ( cela n’engage que moi) !
• Bientôt rejoint par Lieve toujours aussi amoureuse et déterminée.

• Le chaos va t’il survenir ?
• Je n’en dirai pas plus...
• Mais le chaos ne règne pas dans la tête de l’auteur qui nous balade avec dextérité et talent ( très bien documenté) dans ce thriller déroutant.

 

MARCELLE PÂQUES

 

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

Sophie Fedy se présente... et nous propose un aperçu de son ouvrage "Territoire Gris"

Publié le par christine brunet /aloys

 

De formation scientifique par goût de la biologie et de tout ce qui touche au vivant, j’ai travaillé dans différents secteurs (industrie pharmaceutique, hôpital, médico-social). Je suis actuellement gestionnaire de risques dans un hôpital de la banlieue parisienne.

J'ai toujours beaucoup lu, un peu de tout, selon les prescriptions de mes professeurs, puis au hasard des rayonnages des bibliothèques. J'ai toujours un livre à portée de main sur ma table de chevet !

Des rencontres humaines et des événements personnels m’ont donné l’envie d’écrire ; il en est sorti un premier recueil de textes: « Il n’y a pas que les infirmières, les autres comptent aussi… ». Après avoir abordé plusieurs genres littéraires : récit de vie, poésie, roman jeunesse, j’ai retrouvé mes amours de jeunesse, l’anticipation et la science-fiction. Mon premier roman de science-fiction, « Complexe 13B », a été édité en 2009 ; Territoire gris est mon deuxième roman. Imaginer comment nous vivrons, à quels défis nous serons confrontés demain et après-demain, voilà ce qui m'intéresse et ce que je voudrais faire partager.

J’ai rejoint en 2008 le collectif d’écrivains Val d’Oisiens « Mots Migrateurs » pour échanger avec d'autres auteurs et participer à des projets communs, faire vivre l'écriture sous différentes facettes.

 

 

TERRITOIRE GRIS

 

Ce roman présente un entrelacs de différentes époques du futur. Le lecteur y rencontrera trois destinées situées à des époques éloignées les unes des autres, mais reliées entre elle par l’archéo-tourisme du futur, les conférences historico-sensorielles proches du voyage dans le temps et par le fil rouge que constitue la fameuse clef de Yodel !

 

Le couple de Yodel et Maelia : la société du XXIIe siècle, celle de l’après ère nucléaire, civilisation des complexes où les hommes se sont réfugiés. A l’image du complexe 13 B, où le principe de précaution a été poussé au paroxysme, et où l’on n’a plus le droit de se toucher. Pire, les programmes de manipulation scientifiques sur les humains sont à l'oeuvre. Certains ont réussi à fuir les complexes et forment des communautés organisées dans les décombres de Paris et de ses proches banlieues. Yodel et Maelia les ont rejoints et avec leur aide réussiront à contrer les projets aliénants de ceux des complexes.

 

Le couple de Stefan et Maude : la société du XXIVe siècle sur terre où les gens vivent dans des cités aériennes suspendues pour laisser la place à l’agriculture au sol. Passé 50 ans, vous étiez invité à l’Interruption Volontaire de Vieillesse. Mais les « too old » s’organisent… et résistent.

 

Le couple d’Alexis et Ginger : la société du XXVe siècle exilée dans l’espace - pour fuir la terre devenue insalubre - émiettée dans des stations orbitales type New Earth 22. Société avec ses refoulés – les TF « Too Fat », les trop gros renvoyés de force sur terre pour des cures d’amaigrissement – ses sous-hommes, les « kapas » entretenus pour offrir des organes de rechange aux plus vieux, aux plus sages, ses « hors la loi » envoyés au bagne, c’est-à-dire condamnés à coloniser de nouvelles planètes dans des galaxies lointaines après des années lumières de voyage en état de léthargie, sans espoir de retour…Alexis et Ginger seront exilés avec quelques autres et retrouveront une planète qui ressemble étonnamment à la terre.

 

 

Un débat de fonds imprègne tout le roman ; celui de la tolérance – et de l’intolérance - de l’homme pour l’homme. Quelles que soient les sociétés imaginées dans ce récit, il y a des sous-hommes exploités par des « hommes supérieurs » ou « normaux ». Et une question qui restera ouverte : sera-t-on capable un jour de ne plus reproduire les erreurs du passé ?

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Blanche Benarroya nous présente le premier volet "Liam" de sa série "Les Amants de l'Ombre"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Biographie  Blanche Benarroya a passé toute sa jeunesse à Marseille et vit  actuellement avec son mari et sa famille à Tilburg, Pays-Bas.

Elle a été professeur de français dans un institut de langues aux Pays-Bas.                         

Liam est le premier tome de la série Les Amants de l’Ombre.

 

Résumé Lily ne s’attendait pas, après avoir accepté de venir passer avec sa cousine Anne et son ami Paul quelques jours de vacances dans un petit village du nord de la France, à ce que l’apparition de Xander dans son existence la plonge dans un chaos le plus total. L’amour, la magie et la mort allaient rapidement remplacer la monotonie d’une vie bien réglée.

 

Extrait – Mademoiselle, si j’étais vous, je ne m’éloignerais pas trop et je ferais attention, toute seule dans les bois. On ne sait jamais, vous pourriez faire d’étranges rencontres.

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

"La réconciliation selon la tradition africaine", dernière notion abordée dans l'essai d'éthique politique signé Cyriaque Maixent Ebenga "Reconstruire le Congo-Brazzaville"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

La réconciliation selon la tradition africaine

 

La « sagesse africaine » n’est pas qu’une expression conventionnelle, elle existe.

C’est un ensemble de procédés originaux qui ont permis aux hommes de l’Afrique traditionnelle d’aménager aussi harmonieusement que possible le terrain tendu d’embûches des relations humaines. Une telle philosophie est offerte par chaque société à ses membres, et elle fait partie de l’héritage social transmis de génération en génération. Dans les traditions africaines traditionnelles, cette philosophie se présente sous deux formes nettement différentes : Savoir exprimé mais ésotérique, et thèmes implicites sous-jacents. Dans le premier cas, la vision du monde est formulée dans des récits secrets que mémorisent et se transmettent quelques hommes, qui sont parvenus aux degrés les plus élevés d’une société initiatique. Ces traditions ésotériques l’expriment, comme tous les textes sacrés, en un langage imagé et clos qui nécessite une exégèse explicative.

Dans la deuxième forme que peut prendre une philosophie africaine traditionnelle, les thèmes ne sont pas exprimés dans des textes : ils sont inférés de comportements, d’usage, de croyances, de rites par l’observateur. C’est par cette démarche logique que « Placide Tempels » l’a appelé la « philosophie Bantoue », elle est faite de quelques principes d’ordre ontologique (puisqu’ils portent sur la nature même de la réalité, qui est au-delà des phénomènes et les soutient).

Avant l’arrivée des colons, l’Afrique, en particulier le Congo, était régie par le droit traditionnel. Il avait sa source dans les croyances religieuses africaines.

Ce droit conçu par les Congolais pour répondre à leurs propres besoins réglementait le comportement des individus vivant en société. Le droit traditionnel administré par des chefs coutumiers était scrupuleusement respecté. Avec la colonisation, l’introduction des européens confina de facto, le droit traditionnel dans un rôle de second plan. Mais le droit traditionnel continua de s’appliquer exclusivement aux seuls africains pendant la période coloniale. Il était appliqué par des tribunaux d’exception appelés «Tribunaux coutumiers ».

En cas de conflit de lois entre une norme de droit traditionnel et une norme de droit européen, la dernière l’emportait. Les colons, quant à eux, restaient soumis au droit européen et relevaient des tribunaux de droit commun.

Pour certaines matières, les Africains relevaient des tribunaux de droit commun qui appliquaient en pareille circonstance le droit colonial.

Les droits européens s’illustrèrent en Afrique par leur souveraine inadaptation et leur incapacité congénitale à appréhender les faits et des situations propres à la culture africaine.

Ceci fait penser et surtout réfléchir a ce qu’avait dit Monseigneur Ernest Kombo dans une interview à propos de la réconciliation après les guerres qui ont terriblement ensanglanté le Congo.

 

« Nous nous sommes trompés parce que nous n’avons pas associé les sorciers. Nous le regrettons. Si nous avions associé les sorciers, de par la fonction sociale de chefs coutumiers qu’ils occupent au sein de notre société, tous les moqueurs, tous ceux qui ont enfreint la réconciliation, seraient déjà sous la terre.

Malheureusement le curé que je suis n’a pas pensé aux sorciers ou psychologues. La réconciliation doit partir des cœurs, des villages, des quartiers pour enfin devenir publique. Et cela aurait dû être encadré par tous nos sorciers encore vivants. »

 

Malheureusement, l’introduction du Christianisme en Afrique favorisa l’effondrement de la culture africaine. En effet, avant l’arrivée des missionnaires, les chefs coutumiers dépositaires du pouvoir traditionnel protégeaient et veillaient sur la société. En cas de trouble ou de conflit opposant deux tribus ou deux ethnies, la communauté faisait appel à leur sagesse. Grâce à leurs pouvoirs, les chefs coutumiers arrivaient à résoudre le différend sous l’arbre à palabres  « Mbongui ». Ils étaient très respectés.

Les premiers missionnaires s’attachèrent particulièrement à détruire les religions africaines ainsi que les objets de culte, et avec elles, toute la tradition.

En réalité, ces missionnaires, qui venaient évangéliser les peuples primitifs, comme ils le disent, jouaient le rôle d’éclaireurs et préparaient le terrain de la colonisation. Ces premiers missionnaires avaient à la main gauche la Bible, et à la main droite une arme. La Bible servait à civiliser, et l’arme à décourager les récalcitrants. De ce fait, la résistance s’est organisée, elle était politique et religieuse. De cela, on en y déduit également une organisation religieuse bien avant le Christianisme.

Il serait important de souligner que les Africains croyaient à une religion, « l’Animisme », contrairement à ce qui se dit. La civilisation africaine était structurée et organisée au niveau politique, juridique, économique, social et religieux, organisationnel et culturel. Que ce soit dans un royaume, un empire ou même en dehors de ces entités. Nous nous intéressons uniquement à deux types d’organisations bien hiérarchisées qui entrent dans le cadre de notre réflexion. Hiérarchisées dans chaque organisation, certaines classes avaient le droit et le devoir de régler les conflits, ce qui n’était pas le cas pour les autres classes.

La juridiction était réservée aux sages (personnes âgées ayant beaucoup d’expérience en dehors de ceux qui occupaient une fonction au sein de la société) qui règlent les conflits sous l’arbre à palabres « Mbongui » ou corps de garde au centre du village. A cette époque, il n’y avait pas de convocation écrite, le tam-tam jouait le rôle de porte-voix pour annoncer un événement ou encore, le chef du village se mettait à un endroit où il lançait un appel, repris par des relayeurs, pour convoquer tous les villages environnants.

Lorsqu’il s’agissait d’un conflit, la disposition de la cour se présentait comme suit :

Le chef du village était au milieu, les sages autour, et les accusés au centre ; les femmes quant à elles étaient en arrière plan. La parole est prise en premier par le chef du village qui préside la séance, il accueille et remercie les personnes présentes d’avoir répondu nombreuses à son appel.

Après cela, il communique l’ordre du jour en utilisant divers proverbes et en citant des cas similaires qui se sont déjà produits. Ensuite, la parole est prise par d’autres sages ; la parole se demande par un claquement des mains en signe de croix, le chef du village, en répondant de la même manière, vous accorde la parole. Les sages, en intervenant à tour de rôle, entérinaient ce qu’avait dit le chef. Et ce n’est qu’après que les accusés, à tour de rôle, pouvaient parler sous le contrôle des sages.

Il s’agira pour chacun des accusés de convaincre l’assistance par la pertinence de ses propos. Après l’audition des deux parties, les sages leur prodiguent des conseils. La réconciliation se faisait après les conseils des sages. Mais auparavant, le chef du village s’entretenait, à tour de rôle, avec chacune des parties, et à son retour, le collège des sages pouvait savoir si les deux parties acceptaient cette réconciliation, soit par des signes qu’ils étaient seuls capables de déchiffrer ou après concertation derrière les cases. Et ce n’est qu’après cela que pouvait se faire la réconciliation de façon définitive.

En Afrique de l’Ouest par contre, il y a certaines familles patronymiques, prises deux à deux. Ici sont instituées des relations intra ethniques et interethniques d’obligation et de plaisanterie. Par exemple, chez les Peuls constitués en quatre grandes familles patronymiques : Bâ, Barry, Diallo, Sow, les relations à plaisanterie s’exercent dans un sens bien déterminé et précis : d’une part entre les Bâ et Diallo et, d’autre part entre les Barry et Sow, très strictement, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de relations de plaisanterie et/ou d’obligation entre : Bâ-Sow, Bâ-Barry, Diallo-Barry, Diallo-Sow qui demeurent des relations d’obéissance aux règles générales de différenciation socioculturelle liée à l’âge, au sexe, au rang.

Ce qui se trouve ainsi posé, c’est le problème des relations affectives privilégiées, institutionnalisées selon plusieurs modalités : honte-pudeur, par exemple entre le gendre et la belle-mère, entre leur belle-fille et son beau-père ; agressivité rituelle à sens unique du père au fils aîné chez les Peuls, à réciprocité entre camarades de même promotion et de même classe d’âge ; institutionnalisation de l’affection proprement dite, essentiellement entre enfants et parents maternels, et en particulier, entre neveux et oncles maternels, grands-parents maternels et petits-fils.

Les modalités rationnelles, tout en étant nombreuses et variées, existent en nombre fini et précis dans un même ensemble communautaire. Mais il n’est pas nécessaire de les énumérer toutes ici : ce que nous voulons simplement, c’est souligner l’institutionnalisation des sentiments et relations interpersonnelles, ainsi que faire remarquer l’existence de certaines modalités de résorption de l’agressivité.

C’est ainsi qu’à l’intérieur du même groupe d’âge, où la compétition synchronique est à peine cachée, il y a de nombreuses techniques instituées d’écoulement de l’agressivité. Nous en citerons une du pays Peul : le Wettoorè. En voici le canevas général : deux adolescents, appartenant à la même classe d’âge, se trouvent être en conflit, ce qui finit par créer une tension qui va en croissant au sein de la communauté. Des personnes appartenant à un groupe plus âgé décident d’organiser une séance publique de dramatisation-dédramatisation, séance à laquelle sont invités tous les jeunes.

Un cercle humain est formé, à l’intérieur duquel les deux protagonistes-acteurs sont invités à prendre place en « face à face ». Le déroulement de l’action consiste dans l’invective verbale mutuelle, à tour de rôle et de parole, sous le contrôle des aînés présents. Il s’agira, pour chacun des deux protagonistes, d’inventer des métaphores à l’adresse de l’autre, métaphores piquantes, caustiques, très ironiques, investissant, au fil d’incantations poétiques, tous les détails de la personnalité de l’autre – le corps, le maintien, les attitudes, le caractère, etc. –, bref, c’est à celui qui convaincra le plus l’assistance par la pertinence de ses propos ou par son lyrisme… On en rit et, à la fin de la séance, les deux protagonistes s’étant suffisamment « exprimés », il y a chute de la tension conflictuelle qui appelle la réconciliation, consacrée d’ailleurs par les aînés.

Il existe un rapport formel entre toutes ces pratiques et celles de certains griots- mi-chansonniers, mi-fous du roi qui, par l’ironie qu’ils expriment au travers de leurs « chansons », visent à aplanir des conflits latents de communication, ou à réduire l’écart psychosocial vécu entre les personnalités politiques puissantes d’une communauté et le citoyen moyen. 

Publié dans présentations, Textes

Partager cet article
Repost0