Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Concours poé'vies 22...

Publié le par christine brunet /aloys

 

Très heureuse de faire partie du jury de cette deuxième édition du concours POE'VIES, aux côtés de Françoise Lison-Leroy, Jef Deblonde et Laurent Harduin. 

Voici deux ans déjà, et pour la première édition de ce concours, mon texte OEIL NU DEVANT ACRONYME avait obtenu le Prix de la Musicalité:  

 
Toutes les infos du concours POE'VIES 2022 ici:
 
Mille mercis à Marie Den Baës pour toute cette organisation! 

 

 

 
 
Sur le blog  http://carineldesguin.canalblog.com/press book, palmarès, actu et évènements de l'auteur.  

Publié dans ANNONCES

Partager cet article
Repost0

Edmée de Xhavée chronique le dernier roman de Sophie Vuillemin

Publié le par christine brunet /aloys

Publié dans vidéo

Partager cet article
Repost0

Pour Actutv, une chronique de meurtres surnaturels, T2...

Publié le par christine brunet /aloys

Publié dans vidéo

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet chronique le dernier recueil signé Patrick Beaucamps pour actutv

Publié le par christine brunet /aloys

https://youtu.be/o2sygUAZtnI

Publié dans vidéo

Partager cet article
Repost0

L'envers du miroir... Le dernier roman de Rolande Michel chroniqué sur Actutv

Publié le par christine brunet /aloys

Partager cet article
Repost0

So long, Rolande…

Publié le par christine brunet /aloys

So long, Rolande…

 

Rolande Michel n’est plus, et ça semble impossible. Injuste. Même si la mort n’est pas injuste puisqu’elle est inévitable, bons et mauvais, tendres et infâmes, nous y passons tous. 

Mais Dieu si nous n’aimons pas voir partir les êtres de bonté, de sourires, de joie tout en bulles aérienne…

Rolande n’était pas une naïve à œillères qui ne voyait pas clair, oh si elle voyait, et très bien même. Mais son regard choisissait ce qui méritait son attention, et survolait le médiocre et le mesquin. Les épreuves, elle en avait tâté, et en avait émergé plus déterminée encore à embrasser joies et gens aimables. Son imagination, faite de lucidité, de bon sens, d’analyse sans flatterie, de pitreries aussi, nous a tenu compagnie avec les ouvrages qu’elle a publiés chez Chloé des lys. Et puis elle a eu la joie de voir son vaudeville en deux actes – Promotion Jolivet - passer des pages à la scène, et se mériter les applaudissements d’un public réjoui.

J’ai eu la joie – et je dis bien la joie ! – de la côtoyer à deux salons du livre et puis lors d’une rencontre liégeoise « entre nous ». Il y aurait tant à dire sur elle, et comme on dit, « le trop nuit en tout ». Je ne voudrais rien gâcher. Son départ m’attriste, même si il ne me surprend pas autrement que « quoi ? Maintenant ? Déjà ? ». 

Tu nous a donné un frisson, Rolande, à tous quand nous avons su que tu étais partie. Et puis là, voilà que déjà on pense à toi, on te reconstruit, on visite les souvenirs, on sait ce qu’on te doit – certains te doivent plus que le travail, ils te doivent l’amour apporté à ce travail, ils se reconnaîtront – et on se dit qu’on a eu de la chance d’avoir croisé ta route.

So long ma chère Rolande, tu as eu, je n’en doute pas, un comité d’accueil très chaleureux. Sois bien, laisse les souffrances ici-bas et hop, un coup d’ailes ou deux et… sois bien !

 

 

Edmée de Xhavée

Publié dans ANNONCES

Partager cet article
Repost0

Bonnes vacances à tout le monde !!!

Publié le par christine brunet /aloys

Bonnes vacances à tout le monde !!!
Partager cet article
Repost0

Michaël Zoïna dans L'avenir.net

Publié le par christine brunet /aloys

Michaël Zoïna dans L'avenir.net

Publié dans Article presse

Partager cet article
Repost0

Petite présentation du collectif "Faits d'hiver: 20 journées ordianires de la vie de 50 femmes" aux ed. Jacques Flament

Publié le par christine brunet /aloys

Présentation du recueil collectif "Faits d'hiver/ 20 journées ordinaires de la vie de 50 femmes"

chez Jacques Flament Éditeur, 2022

(560 pages – 40,00 €)



 

LES AUTEURES

 

Cinquante auteures se sont investies et ont consacré beaucoup de temps à l'écriture du recueil. Les cinquante auteures viennent d'horizons différents et manifestent des sensibilités diverses. Elles sont de tout âge et de toute condition. Les textes reflètent assez bien une représentation des personnes qui composent la société dans laquelle nous vivons. 

 

Savoir que quarante-neuf autres femmes parcouraient le même type de chemin, écrivaient elles aussi leur journal au quotidien avait, n'en doutons pas,  quelque chose d'émouvant et d'excitant pour chacune de ces auteures.  

Les espaces blancs entre les différents journaux des cinquante auteures sont agrémentés d'extraits de journaux de femmes au renom des plus éclatants, il s'agit en effet de Georges Sand, Anne Franck, Anaïs Nin, Marta Hillers et Virginia Woolf.

 

L'OUVRAGE

 

Comme le signale Jacques Flament, le livre, qui est de format A4, fait plus de deux cent cinquante mille caractères soit dix fois plus qu'un roman classique. Il pèse un kilo et demi de bonheurs, de joies, de plaisirs, de blessures, de colères, de craintes, de solitude, d'amour, d'amitié, d'ironie, de détresse, de tendresse. Il offre de nombreuses heures de lecture en perspective et "cinquante nuances de plaisir…littéraire" comme l'a écrit Valerie Morales, une des diaristes. 

Bordo Moncsi a, par exemple, écrit un texte très émouvant sur la mère, l'enfance, la douleur. Carine-Laure Desguin a, par exemple, quant à elle écrit un texte très fort et très poignant sur le quotidien des infirmières en période de pandémie. 

On découvre dans le recueil de la poésie aussi bien que des pages qui s'en tiennent à des faits précis, de l'humour aussi bien que des réflexions philosophiques. La plupart auraient probablement pu commencer l'écriture de leur journal de bord comme l'a fait Micheline Boland : "Cher journal, je me livrerai à toi sans calcul…"   

La couverture apparaît comme un magnifique kaléidoscope : elle est, en effet, constituée des portraits des auteures.  

Tous les textes de ce recueil ont été écrits par des femmes durant la période s'étendant du 21 décembre 2021 au 9 janvier 2022, soit durant une vingtaine de jours pour passer de l'année 2021 à 2022. Il y a eu des désistements, des hésitations, des rajouts au fil de l'aventure. Ce fut une très grande aventure pour l'éditeur Jacques Flament qui lui consacra quarante-deux journées de travail consécutives après avoir reçu les textes.   

Le journal ou le journal intime est un genre littéraire à part entière. Ce journal certaines s'en servent dans l'ouvrage pour parler de l'actualité, des livres, de la nature, de leur vie familiale, de leurs émotions, et cetera. On en vient ainsi à parler plutôt de journal personnel. Cela devient alors un récit littéraire qui peut se rapprocher de l'autobiographie par le fond.   

L'ambition du recueil est de mettre en avant des femmes auteures que l'on ne rencontre pas habituellement sur le devant de la scène littéraire, mais dont l'écriture n'a souvent rien à envier à leurs illustres consœurs médiatisées. Les Éditions Jacques Flament remplissent ainsi pleinement leur rôle de découvreur, défricheur et donnent à lire à contre-courant de la scène littéraire des textes qui parviennent à séduire.  

 

Partager cet article
Repost0

Jean Louis Minot nous présente son dernier ouvrage "Les statues"

Publié le par christine brunet /aloys

Biographie

Né en 1952. Retraité de l’Éducation Nationale sans avoir été enseignant. Abandon des études après le baccalauréat par manque d’idée sur l’avenir. Aime la lecture qu’il a pratiquée en autodidacte. D’où une culture hétéroclite.

Aime toutes les formes de culture. L’écriture est un moyen de mettre son monde intérieur en ordre. Depuis toujours plus spectateur qu’acteur. Curieux de tout. Fanatique de rien.

Publie ici son 5ème roman après trois policiers et un roman à énigme :

La serpette (en cours de réédition chez CDL)

Le rire des gargouilles – CDL

Chroniques I – CDL

Le Lac – CDL

 

Résumé

Guillaume sort de prison et erre sur les routes plutôt que de rentrer chez lui. Il a peur de devoir affronter son passé. Deux femmes vont se succéder pour le ramener à la vie. Deux femmes aux pouvoirs étranges qui vont l’aider à accepter ses erreurs passées et envisager l’avenir.

 

Extrait

     -  Trop de questions sur toi, le monde qui t’entoure, ton bout de bois. Sur moi.

Cette voix… il l’attira contre lui et elle ploya comme une branche de saule.

     - Tu veux tout contrôler. C’est perdu d’avance.

Il se contracta, la repoussa à bout de bras.

-   Je sais ce que ça donne quand je ne contrôle plus. Je ne veux pas recommencer.

-   Une fois tout, une fois rien : des réactions d’enfant.

Il la maintint fermement à distance, les bras raides, inconscient de sa force.

    -  Lâche-moi, tu me fais mal.

Surpris, il la lâcha.

  -  Fous le camp ! laisse-moi tranquille !

Il se retourna vers son établi. Trop de questions ? Non, pas de questions.  

-   Depuis les meurtres, je fais que survivre. En prison ou au-dehors, c’est pareil, pas plus de liberté. Pas plus d’avenir non plus. Je suis revenu vivre ici pour une raison… qui m’échappe, une espèce d’obligation. C’est juste une épreuve supplémentaire, histoire d’en chier un peu plus. J’ai eu la rage pendant des années, plus maintenant. Mon avenir est simple : vivre ici, travailler avec Émile et dans trente ans je serai à la même place.

-   En tête-à-tête avec ta bûche jusqu’à ce qu’elle tombe en poussière et toi avec !

La voix avait claqué. Il se retourna d’un bloc, les poings serrés, eut envie de frapper ce visage impassible. Sa tension chut brutalement, le laissant sans énergie, tremblant.

  -  Bon Dieu, mais qu’est-ce qu’il m’arrive ? Dis-le puisque tu sais tout.

Elle se précipita contre lui, le serra dans ses bras. Le chagrin monta en lui comme une vague de fond. 

Publié dans Présentation

Partager cet article
Repost0