Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CARINE-LAURE DESGUIN COMMENTE "UNE BELLE EPOQUE de KATE MILIE"

Publié le par aloys.over-blog.com

http://idata.over-blog.com/3/13/64/26/_-34-recadr--3.jpgJ'ai lu "Une belle époque" de Kate Milie

 

Si vous aimez , ET vous énivrer aux effluves pernicieuses de l'absinthe, ET vous promener sous les ombrelles des dames que l'on nomme, à juste titre d'ailleurs, "belles", ET en même temps participer à un forum littéraire sur l'écran virtuel, n'hésitez pas, ce livre est pour vous !



Sublimé par une jolie couverture style "art nouveau", ces pages se lisent "comme une fleur"...



Dans une histoire qui semble véridique puisque si justement écrite, Kate Milie a réussi, dans ce tout premier roman, le difficile pari d'allier l'histoire avec un grand "H", et les dérives informatiques d'aujourd'hui.



Qu-est-ce-que-c-est-que-ça-que-c-est , me demanderez-vous ?
http://blogsimages.skynet.be/images_v2/000/000/000/20091108/dyn010_original_336_426_pjpeg__28704552e81ae61c8e11f2d49979c9d9.jpg


Qui sont-ils, ces "fous de mots" ? Attendez que je vous explique, ne vous impatientez pas comme ça ! Et puis, après tout, lisez-le et vous verrez par vous-même !

Et bien, dans une écriture à la fois simple et élégante, cette talentueuse romancière raconte la conversation virtuelle entre cinq personnes.


C.I.N.Q. ! Retenez bien ce chiffre, cinq; deux plus trois, en principe, car il occulte un tout petit mystère qui ne vous sera révélé que vers la fin du roman. Mais avant cette chute, autant inattendue qu'interpellante, Kate Milie nous offre dans un style d'écriture très noble, un parcours virtuel dont on ne se lasse pas. Et, précisément, c'est ce que j'aime dans ce roman : la confrontation ou pour utiliser un terme moins violent, le rapport entre les prouesses informatiques actuelles et la description de cette "Belle Epoque".
Ces cinq passionnés de cette période très révolutionnaire qu'est cette fin du dix-neuvième siècle enrichissent jour après jour leur conversation sur le net par des avis différents et ..et des sentiments amoureux ( hé oui, l'amour pigmente le net...)


Ensemble et grâce à la "fée-internet", ils réalisent un roman interactif qui a lui seul a retenu toute mon attention. Je salue ici l'ingéniosité littéraire de Kate Milie qui a écrit si clairement ( et fallait l'faire, croyez-moi! ) un roman dans son roman, plongeant le lecteur dans un double mystère : celui du chiffre "cinq" et celui qui unit le peintre Gustave Klimt et la belle Ana.



Bingo donc pour notre romancière qui avec cette " belle Epoque" a suscité d'abord chez moi et puis bientôt chez vous ( car vous êtes tous curieux n'est-ce pas et que vous ne comprenez rien à mon charabia ! ) un questionnement bien à propos....Mensonge...Vérité...?? Lisez vous-même...

 

CARINE-LAURE DESGUIN

http://carinelauredesguin.over-blog.com


Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

MARTINE DILLIES-SNAET: LA "GLOIRE AMOUREUSE" DE DANIEL PLASSCHAERT

Publié le par aloys.over-blog.com

 

 

MARTINE.jpgJ’ai lu «La gloire amoureuse» de Daniel Plasschaert


 

            Voilà un auteur qui devait être mon compagnon au    salon du livre de Tournai.

Seulement à  défaut de pouvoir lui serrer la main – M. PLASSCHAERT était  absent-, j'ai emmené son bouquin.

            Et maintenant que je l'ai lu, je me demande par quel mot commencer, par quel bout prendre ce diable de livre, car ici, il s'agit d'un livre. D'un-li-vre! Et sûrement pas d'un bouquin et encore moins d'un bout de papier! Mais un livre! Un vrai! Un de ces livres intemporels que, dans cent ans, on trouvera encore chez un bouquiniste.

 

            Dans quelle cathédrale suis-je  donc entrée ! Parce que c'est bien dans une cathédrale que j'ai mis les pieds. Seulement je ne sais dire si elle est gothique ou romane. D'ailleurs existe-t-il des cathédrales de style roman ? Il faudra que je me renseigne.

J'imagine les mots de l'auteur écrits à l'encre noire sur les voûtes et les murs sombres. La lueur tremblotante des chandelles  éclairant le tout. Et quels mots! Je ne sais quel maître surpasse ce diable d'homme que doit être DANIEL PLASSCHAERT ?http://www.bandbsa.be/contes/gloireamoureuse1.jpg

 

            Livre de poésie dont je n'ai pas tout compris car il m'aurait fallu pour cela des mois entiers. Chaque page  entraîne le lecteur vers la femme ou vers la vie. Chaque ligne est un cri, une absence, une mort, une recherche, un souvenir.  Seules les pierres peuvent être le support d'une telle puissance!

Je ne connais pas l'auteur, mais je ne peux qu'imaginer un DANIEL PLASSCHAERT rude, assis sur un banc de bois tel qu'on les trouve encore, parfois, dans nos campagnes arriérées, avec à  la main une coupe d'argent dans laquelle  brille un vin couleur grenat. Isolé, rustre avec au fond des yeux cet amusement que seule une intelligence vive peut donner. Tout est à l'état brut, de cet état dont le sublime se transcende en mots encrés.

 

            Il faudrait une révolution dans notre enseignement de la poésie pour que ce livre devienne un produit commercial et je veux bien qu'on me pende si un jour, il se tire à des centaines de milliers d'exemplaires! Mais, en attendant, ces lettres de feu m'ont brûlée.


Peut-être qu'une prochaine fois, j'aurai le plaisir de lui serrer la main. Et c'est avec humilité que je le ferai.

 

MARTINE DILLIES-SNAET

   http://users.skynet.be/TheDillies/

 

 

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

CLAUDE COLSON : UNE RESPIRATION

Publié le par aloys.over-blog.com

http://www.liensutiles.org/colsonphoto.jpgUNE RESPIRATION



Train de fraîcheur en matin-pluie.
Aux rameaux touffus le vert se fait plus profond.
La tuile frôle le marron, trône là, brun recuit.
Les toits de zinc luisent, s'anoblissent en ardoise.



Quelle beauté aussi, ce jour plus sombre !



Le vif ambiant a ragaillardi les gens.
La langueur a cédé.
Aux jupes et chemises  légères popelines ont succédé.
Aux bras des passagers les parapluies s'égouttent.
Doucement.



Rien n'est triste.
La nature seulement reprend son élan
Pour bientôt à nouveau ses splendeurs nous offrir.



Tu médites, ébahi.



Peu de mots pour cela :
E guapa la vida.


 

CLAUDE COLSON

http://claude-colson.monsite.wanadoo.fr/


Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

UN POEME DE GEORGES ROLAND: TOI ET MOI

Publié le par aloys.over-blog.com

http://georges-roland-auteur.wifeo.com/images/photogeorges.jpgToi et moi

Nous étions hier comme aujourd’hui
C’est comme si on n’avait pas vieilli
Comme si les automnes
Étaient nos printemps
Comme si on avait perdu le temps
Le nôtre avait l’air réconfortant
De ces jours qui passent insolemment
Sans grincer les portes
Sans claquer les dents
Regardant mûrir l'œuvre de la vie
Nos miroirs ne sont pas déformants
Mais tes yeux auront toujours vingt ans
Leur éclat l’emporte
Sur le voile blanc
Rien n’efface l’être pas même l’esprit
Et je veux graver l’ombre
De ces mots suprêmes
Je t’aime

Si quarante ans nous ont unis
Que l’on nous dit au déclin du sursis
Comme si nos automnes
Perdaient leur allant
Comme si nous n’avions plus le temps
Notre entente fut riche à tout moment
Et nous avons ri insolemment
Sans grincer les portes
Sans claquer les dents
A quel intrigant faisons-nous donc envie
Ce n’est pas dans les mots qu’on se comprend
Un regard suffit naturellement
Notre union l’emporte
Sur les impotents
Nous serons les princes de l’amour grandi
Et je veux graver l’ombre
De ces mots suprêmes
Je t’aime

 

GEORGES ROLAND

http://www.georges-roland.com/

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Une nouvelle de ROMANO VLAD JANULEWICZ... L'AGE DES CROISIERES

Publié le par aloys.over-blog.com

Romano_Vlad_Janulewicz.jpg« L'âge des croisières » 

 


– Il n'est jamais trop tard pour prendre des vacances, n'est-ce pas, Messieurs? Allons, embarquons s'il vous plaît, embarquons ! avait invité l'affable steward vêtu de son beau costume blanc. 


A présent, la contrée merveilleuse, émergeant des brumes scintillantes, prenait forme sous les regards contemplatifs des voyageurs. Le formidable panorama de leur destination semblait conforme à l'image qu'ils s'en faisaient depuis toujours. Non, il était plus magnifique encore, plus grandiose, comme un Nouveau-Monde paradisiaque et immuable, une terre d'accueil éternelle baignée d'une exquise pâleur rosée. Un long rivage de sable clair prenaient forme, dominé en arrière plan par d'immenses plaines verdoyantes.

– Je l'ai pas trouvé très long ce voyage, moi... on est déjà arrivés dis-donc !...

– Hé Théodore, tu crois qu'on serait mieux à marcher sur la Lune ? consulta Ignace.
– Ah ! mais si déjà on pouvait encore trotter comme dans le temps, ça serait formidable ! regretta son jumeau. Regarde-moi tout ça... 
– Ouais ! Eh ! bien, qu'est-ce que je donnerais pour un Picon bière... tiens, il est passé où le serveur? 
– Et moi pour un petit blanc limé bien frais... allez, profite donc du spectacle ! Il va revenir ton serveur, avec sa belle tenue blanche ! 


Des pays, Ignace et Théodore en avaient visités des centaines. Ils avaient navigué sur toutes les mers du globe qui les avaient conduits jusqu'en des endroits invraisemblables de magnificence ou de singularité. Les deux frères avaient traîné les pieds dans les villes les plus richement parées, parcouru les déserts les plus reculés et exploré les forêts les plus anciennes. Ils avaient croisé tant de visages, admiré tellement de paysages magnifiques et vécu tant d'expériences et de tribulations incroyables !... Dans leurs vieilles têtes raisonnaient encore la multitude des langues du monde et les chants d'espoir ou de douleur des peuples qu'ils avaient côtoyés. Ils avaient aimé tant de femmes, aussi... mais jamais ils ne s'étaient fixés, fuyant le repos et la sédentarité comme une maladie mortelle, et préférant vouer sans relâche leurs vies au rythme effréné du voyage aventureux. 


Aujourd'hui cependant jamais une sérénité aussi profonde, ni une telle plénitude, ne les avaient enveloppés, si ce n'est dans l'asile primordial du ventre maternel. Le chatouillement de la brise sur leurs corps se faisait plus rapide. 


Ils y étaient presque. 


– Tu crois qu'on serait mieux à marcher sur la Lune , Théodore ? intervint Ignace. 
– M'en parle pas ! Ah ! un blanc limé bien frais... Mais qu'est-ce qu'il attend le steward pour me l'apporter, hein ? ça fait déjà deux fois que je lui demande... ou trois fois ?

 


Une agréable chaleur envahit chacun de leurs membres, et se généralisa à tout leur corps ; leurs muscles se relâchèrent, et leur respiration ralentit en s'accordant au rythme des vagues. Ils se livrèrent au doux abandon qui s'offrait à eux. 
– C'est beau, non ? Le Brésil... 


Une larme ondula le long du visage flétri et mal rasé de Théodore. Un tendre sourire s'imprima sur sa figure épuisée et son reflet – son frère – lui sourit également. 


Quelques minutes plus tard, leur grand voilier accostait en silence tandis qu'un vol de goélands criait au large.


L'infirmier de soins palliatifs s'arrêta finalement de masser les membres perclus de ses vieux patients. La mine grave, il se leva en silence pour éteindre le vidéoprojecteur et le ventilateur. En un instant le paysage angélique qui s'imprimait sur le mur s'évanouit dans les ténèbres. L'air redevint lourd. D'un geste, l'homme releva le store, puis il vérifia son biper et sortit en hâte de la pièce, songeant à Alzheimer et sa triste œuvre. A travers la vitre, le ciel était d'un gris mercure ; l'orage éclaterait bientôt.


Le médecin qui examina les dépouilles fut incapable d'expliquer les raisons de la concomitance de la mort des jumeaux et encore moins la présence d'un dépôt salé aux commissures de leurs lèvres, ou d'un sable blanc incrusté dans leur cuir chevelu. 


Le vent, sans doute, le vent...

 

 ROMANO VLAD JANULEWICZ

http://blogoscriptorium.canalblog.com/

Publié dans Nouvelle

Partager cet article
Repost0

GAUTHIER HIERNAUX : JE ME PRESENTE...

Publié le par aloys.over-blog.com

gauthierhiernauxJe me présente... 

 

 

Alors, comme vous le savez déjà, je suis un auteur belge francophone.


Je suis né à Mons en 1975 et vis à Ixelles depuis 1993. Je suis licencié en langues et littératures romanes de l’Université Libre de Bruxelles (ULB).LeTriangle sous le sable G. Hiernaux 


J’ai travaillé une poignée de mois dans l’enseignement (18 mois) mais je me suis vite réorienté vers le privé. Actuellement, je suis consultant SAP pour une boîte située à Wavre.


C’est pendant mes études que j’ai commencé à élaborer l’univers de l’Empire de la Nouvelle Ere.


Au total, il y aura dix tomes (tous écrits) qui constituent une fresque racontant l’apogée puis la déchéance de cet Empire.Le Rêve de Maximilien G. Hiernaux 


La plupart de ces tomes ne sont pas liés entre eux, c’est-à-dire qu’il n’est pas forcément obligatoire de les avoir tous lus pour comprendre quelque chose. Mis à part quelques exceptions, les personnages sont chaque fois différents et les histoires sont indépendantes, avec un début et une fin.      


Naturellement, je conseille aux lecteurs de débuter par ‘Le Triangle sous le sable’ qui vient de sortir aux Ed. Chloé des Lys.


‘Le Triangle sous le sable’ est le tout premier roman de cet univers, même s’il n’est pas le premier sorti et qu’il a été écrit en 2006.Le Livre de Saon G. Hiernaux 


Quand je dis que les histoires ne sont pas liées, ce n’est pas tout à fait vrai. Dans ‘Le Triangle sous le sable’, une découverte importante est faite. Un secret est mis au jour qui, s’il est divulgué, peut faire basculer l’Empire dans le chaos.


Naturellement, le lecteur se saura pas immédiatement ce dont il s’agit mais c’est l’occasion, à travers les 10 tomes de suivre la trace de cette « bombe » qui sera tantôt le détonateur du récit (comme dans ‘Le Triangle sous le sable’), tantôt un prétexte au déroulement de certaines actions, tantôt une sorte de « caméo ».

 

Parus chez Chloe des lys

  • Le Rêve de Maximilien, Editions Chloé des Lys, 2007
  • Le Livre de Saon, Editions Chloé des Lys, 2008
  • Le Triangle sous le sable, Ed. CDL, 2010

 

 

GAUTHIER HIERNAUX

http://grandeuretdecadence.wordpress.com

Publié dans Réflexions

Partager cet article
Repost0

GEORGES ROLAND : LE COUP DU CLERC FRANCOIS

Publié le par aloys.over-blog.com

http://georges-roland-auteur.wifeo.com/images/photogeorges.jpgLE COUP DU CLERC FRANÇOIS

 

Il s'agit d'un récit anar et anachronique, d'où son sous-titre. Humour, dérision, impertinence, en sont les principaux vecteurs. Il fait souvent référence à des noms, des lieux, des situations propres à la Belgique, mais pourrait se situer n'importe où, au gré du lecteur. En fouillant un peu, on pourra y trouver des figures tant internationales que régionales. Qu'on n'aille cependant pas y rechercher des intentions, des visées, des buts poursuivis. Il s'agit d'un divertissement destiné à faire (sou)rire. On y découvre des personnages connus, mais décalés vers un autre environnement que le leur, des rois et des papes de comédie (mais jusqu'où ?), des allusions, des citations,des à-peu-près évocateurs. J'y ai maintenu l'esprit frondeur, le souci du détournement, de l'ironie et de la provocation. Comme ces textes de clercs vagants (Carmina Burana, par exemple)  qui chantaient en termes osés (pour la morale du XIIIe siècle)  l'amour, les abus de l’Église, l'ordre social établi.

 

Résumé

 

Le moine copiste François (Rabelais) s'est vu confier la mission par les instances de Rome, de réécrire le lai d'une abbesse Marie (de France) en version expurgée, et conforme aux directives papales et sous le pseudo Chrétien de Troyes.http://api.ning.com/files/8-p3w3RQ5y5KYJfc37d3*3kG*0B-Py-c3vt30Mf*cI6Z7tV6TUYLx*qe-8WRk2gbz6XlmWwHX8menjbewKMV*bLACNdwG0Ml/clercrecto.jpg?size=173&crop=1:1

Mais le moine, facétieux et rebelle, décide de relater in extenso la vie réelle de Marie, à la cour de la reine Éléonore, souveraine de la Province. Ce petit royaume est coincé, dans un monde politiquement bipolaire, entre le Sud (capitaliste) et le Nord (d'obédience marxiste) dont il est la proie désormais désignée. Les puissants monarques ont décidé de marier Éléonore à leur champion respectif, pour s'approprier le contrôle de la Province.

La reine Éléonore se préoccupe bien plus des arts et des préceptes de son chapelain, et veut privilégier l'amour courtois, tandis qu'une Ligue fomente dans la Province une révolution appuyée par les vieux rois.

 

Frère François émaille son récit de citations de ses pairs, d'allusions diverses et surtout, tient à illustrer son adage favori : le rire est le propre de l'homme. Il trace avec ironie et dérision une galerie de portraits dont la pérennité n'échappe à personne.

Développé sous forme séquentielle, le récit s'approche du scénario, sans considération de temps et d'espace. L'outrance des descriptions et l'impertinence des situations accentuent l'approche surréaliste et quasi pamphlétaire. 

 

GEORGES ROLAND

http://www.georges-roland.com/ 

 

Du même auteur

  

Chansons de Roland, poésie

Vous feriez bien d'amener votre Lanterne, comédie

Marier  Éléonore, comédie en huit tableaux

Houadepiti!  roman urbain

C'est le brol aux Marolles, roman bruxellois

Cartache !  roman à casaque

Le Pantin de l'Impasse, roman funambule

Les Farfadettes, roman bucolique

Louis Blanc Biquet, roman rural

Nouvelles du Diable, hantologie satanique

 

Chez Chloé des Lys

Le Coup du Clerc François, récit anarchronique

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

EDMEE DE XHAVEE et RUE BARAKA

Publié le par aloys.over-blog.com

http://chloedeslys.buygoo.net/users/1913/52/32/14/avatars/67-93.jpgNe vous laissez pas tromper par la taille de ce livre. 


Il n’est pas bien épais, mais il vous sera impossible d’aller trop vite pour le lire, voire même d’aller vite tout court. Car si le vocabulaire est à la fois animé et simple, la promenade dans la rue Baraka est truffée de points de vue, parsemée de bancs invitant à la réflexion. Et non, de toute façon, on n’a pas envie de se hâter.

Carine-Laure nous fait voir un film, tant elle est picturale dans ses descriptions. Tant il y a à voir. Le monde terne de Tarek le maussade se pare de couleurs, parfums, sons et joies se matérialisant sous sa plume. Comme d’un coup de baguette magique qui toucherait le monde avec un chant cristallin et un éclaboussement d’étincelles. Et le lecteur est emporté dans cet arc-en-ciel qui mène à … la sagesse. Le bonheur. http://idata.over-blog.com/3/65/07/04/image-1.jpg

Parce que ce jour-là Tarek fait une toute petite chose inhabituelle pour lui, il accueille le changement, lui prend la main, le suit, ouvre enfin son cœur aux mille joies de la vie. Dans la maison du vieux peintre que, qui sait pourquoi – mais oui, nous savons, le destin et ses ruses… - il a aidé ce matin-là, il sera baigné par la beauté, celle de l’Art, du savoir serein, de la bonne chère, de la confiance. Il verra irradier la jeunesse de ces vies bien remplies, effacer les rides, recouvrir la fatigue, sortir des corps marqués par les ans en bulles de pur bonheur. Il comprendra des messages familiers, cent fois entendus et cent fois repoussés d’un rire amer, d’une chiquenaude de dédain.

La lumière vibrera tout autour de lui, comme une aura fidèle. 

Carine-Laure a un style léger qui vous guide là où elle veut vous emmener. Il y a des répétitions, comme si elle pointait du doigt ce détail que, peut-être, vous avez survolé. Avez-vous bien vu combien la pièce du peintre est lumineuse ? Regardez donc encore … Là, ce coin, il était sombre il y a cinq minutes, et voyez-vous ? La lumière y rit de tout son cœur, à présent. Elle fait aussi des effets de freeze : tout continue de s’animer grâce à la magie de son récit, mais pourtant une voix off vous stoppe sur place et vous pénètre. 

Quant à la couverture … un « Mint Julep », la boisson des Etats du sud des Etats-Unis : Bourbon, menthe, sucre, eau et glaçons. Une rasade de fraîcheur sous un beau soleil.

 

EDMEE DE XHAVEE

http://edmee-de-xhavee.over-blog.com

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

A LA UNE...

Publié le par aloys.over-blog.com

bobclinACTU-tv: le podcast de l'émission "Nos amis et les amis de nos amis" du 27 juin est désormaishttp://photos-g.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc4/hs140.snc4/37350_430681727358_676387358_5776882_3444547_s.jpg disponible sur le site ACTU. Une émission très variée de plus de 2h avec en finale un cabaret chantant qui réserve de jolies surprises artistiques...
A visionner en réduisant un peu l'écran, afin d'optimiser la définition. Voir ici: http://www.bandbsa.be/contes.htm

Publié dans ANNONCES

Partager cet article
Repost0

Un article sur le roman de Jacques de Paoli, "Après tout"

Publié le par aloys.over-blog.com

http://www.bandbsa.be/contes/depaoli.jpgJacques De Paoli et son roman « APRES TOUT… » 

publié sur le site http://www.espace-seniors.be/Espace-Seniors

  

Voilà ! Vous n’avez pas loin de 75 ans. Et vous vous mettez à écrire. Comment l’idée vous est-elle venue ?

La retraite laisse du temps au temps. J’ai toujours été sensible aux phrases bien faites. Il m’a semblé aussi ne pas être dépourvu d’imagination. Quand ma petite-fille me demande de lui raconter une histoire, j’en invente une, sur le champ. Alors, je me suis dit pourquoi ne pas les écrire. Comme un ébéniste se met à son établi, je me suis mis à mon bureau. L’informatique apprise dans mon entreprise juste avant ma pension m’a bien été utile. Mon inspiration pour les contes enfantins avait besoin de ma petite-fille. Sans elle la source était tarie. Je suis néanmoins resté devant mon ordinateur. D’autres créneaux m’ont tenté. Et voilà, le livre est là !

 

Quel raccourci ! C’est aussi simple que cela ?

Non, pas du tout. Au contraire.  J’ai peiné. J’ai sué. Un paragraphe terminé un jour est remplacé par un autre le lendemain. Le contentement de soi n’est pas ma religion. Il faut que mon écriture ait une certaine musique. Une phrase doit en appeler une autre. Nos yeux doivent glisser sur la page.  Je lisse mes écrits. L’ennui du lecteur est ma crainte. Le surprendre est mon credo.

 

Musique…Un style lissé… Et ça suffit pour faire un roman ?http://www.wmaker.net/encrenoire/photo/1282193-1681385.jpg

Il faut encore avoir des choses à dire ! La forme est d’importance. Le fonds ne l’est pas moins. Et il convient d’avoir du souffle aussi. Les personnages m’aident. Parfois, ils m’échappent. Je me laisse guider par eux. Le lendemain, je revois ce qu’ils m’ont fait écrire. C’est un jeu entre eux et moi. J’adore ça. Il n’empêche. Mon roman ne s’est pas écrit en trois coups de cuillère à pot. Le nombre de mois que j’y ai consacré n’est pas précis. On ne compte pas. On travaille pour soi.

 

Quand avez-vous estimé que votre roman était fini ?

Grande question ! Quand mes personnages n’ont plus rien eu à dire. Je m’en suis rendu compte : personne ne me parlait. Ni le héros ni l’héroïne ne m’adressaient la parole. Ils n’avaient plus soif d’aventure. Alors ce soir-là,  au souper, j’ai annoncé à mon épouse la fin du roman. Elle s’est empressée de le lire. Son aide a été appréciable. Une bonne relecture est essentielle pour « produire » un bon écrit.

 

Et ensuite ?

Il reste à trouver un éditeur. J’ai sollicité plusieurs maisons d’édition. Au bout d’un moment, Chloé des Lys de et à Barry (Tournai) a accepté de prendre le risque financier de faire de moi un auteur qui a « pignon sur rue ».

 

 

 

Le titre du roman est « APRES TOUT…». C’est un roman d’idées derrière un Kyoto des relations amoureuses. L’érotisme en est l’épine dorsale.

Publié dans articles

Partager cet article
Repost0