Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un avis de Emmanuelle Goffaux sur "Temps Zéro" de Laurent Dumortier et... Bonnes vacances !!!

Publié le par christine brunet /aloys

 

"Lire votre recueil de poésie a correspondu à des instants privilégiés d’évasion, petit moment hors du temps.

Bien que quelques de vos poèmes évoquent la maladie et la disparition, ils m’ont inspiré la sérénité. C’est peut-être ça le pouvoir de la poésie, en plus de toucher à l’universalité, elle a quelque chose d’apaisant, de méditatif. "

 

 

Voici qui clôture ce premier semestre en beauté !!

 

Bonnes vacances à tous !!!!!

 

 

Partager cet article
Repost0

Le roman SF de Dan Berthod "La colonie NT5" référencé dans la revue "Solaris"

Publié le par christine brunet /aloys

Le roman SF de Dan Berthod "La colonie NT5" référencé dans la revue "Solaris"
Partager cet article
Repost0

Le nouveau roman d'Edmée de Xhavée dans "Bruxelles News" !

Publié le par christine brunet /aloys

Le nouveau roman d'Edmée de Xhavée dans "Bruxelles News" !
Le nouveau roman d'Edmée de Xhavée dans "Bruxelles News" !
Partager cet article
Repost0

Carine-Laure Desguin et "Tribulations d'auteurs"

Publié le par christine brunet /aloys

Tribulations d’auteurs, un collectif à paraître aux Éditions Chloé des Lys. Laissez-vous entraîner par ce trailer :

https://www.aloys.me/2023/03/un-trailer-pour-notre-collectif-tribulations-d-auteurs.html

Un auteur a toujours une anecdote à raconter, suggère Christine Brunet, auteure française de romans policiers et chef d’orchestre de l’équipe des Éditions Chloé des Lys. Et quatorze auteurs ont répondu à cet appel à textes tonitruant.  Des anecdotes vécues lors de séances de dédicace, avec une maison d’édition, des lecteurs. Des manuscrits qui se perdent et se retrouvent, bref, des textes qui touchent à tout ça.

Des textes parfois drôles, parfois émouvants aussi. Des textes qui vivent et qui claquent. Certains auteurs ont illustré leurs mots et un cocorico tout particulier à Alain Charles qui signe dans ce livre pas moins de huit illustrations. La couv, ah je l’aime beaucoup cette couv, merci à François Beukels. Il me semble que j’ai oublié quelqu’un ou … quelque chose ? Ah ouiiii, Bob Le Belge himself se balade entre les lignes du texte de Bob Boutique. Texte ? Vous avez dit un texte ?

Pour obtenir ce livre, contacter le chef d’orchestre, Christine Brunet ( brunetchristine0212@gmail.com)

Des noms ? Vous voulez des noms ? La table des matières (oui j’ai osé moi aussi) est ici, oui ici. Enfin là. Oui, là.

 

 

Carine-Laure Desguin

 

Notes de lecture de mon dernier recueil DIGUE DE CUESME, QUATRE-VINGT-DEUX :

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/digue-de-cuesme--quatre-vingt-deux--poesies--grenier-jane-tony--chant-de-jane-n-34--2022/39861907.html

Lien vers tous mes livres :

http://carineldesguin.canalblog.com/pages/mes-livres/39852592.html

Lien vers mes poèmes de la Nouvelle Revue des Elytres (Grenier Jane Tony)

http://www.grenierjanetony.be/?s=Carine-Laure+Desguin 

Partager cet article
Repost0

Maël Gentgen nous présente son roman "Coeur de foudre"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Biographie

 

« Je serai cosmonaute » Un mouvement de stylo dessine parfois une route vers les étoiles. C'est ce que l'écrivain belge Maël Gentgen doit se dire, lui qui enfant rêvait de se percher sur l'extrémité du croissant de lune. Du ciel de l'enfance est né un Imaginaire de voyage. Et quand, en fouillant dans une vieille malle rongée par l'oubli, il découvre un recueil de poèmes écrits par son père, c'est la révélation : l'écriture était la voie à suivre.

 

Le résumé :

 

Coeur de foudre est un roman noir à l'odeur de soufre qui plonge ses racines dans ce que l'homme a de plus ténébreux. Des pistolets fument sur les plaines, à l'horizon des possibles, là où le sang a remplacé les larmes. C'est une histoire de limites : celles de ceux qui ont voulu, un jour, jouer entre la vie et la mort.

 

L'extrait :

 

« La mort est omnipotente et règne dans l'ombre et l'inconnu. Elle permet que cet espace de vie si infime, cette petite flamme qui exhale sa durée à la face du ciel, ce destin si fragile et si tendre, puissent nourrir les rêves des hommes.»

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet en invitée du blog Aloys avec le trailer de son nouveau thriller "Malfarat"

Publié le par christine brunet /aloys

https://youtu.be/XpWqBOWdPks

Partager cet article
Repost0

Un article pour Claude Emanuelli et son roman, Virus dans le Pattaya Journal

Publié le par christine brunet /aloys

Un article pour Claude Emanuelli et son roman, Virus dans le Pattaya Journal
Partager cet article
Repost0

Ani Sedent a lu le dernier roman d'Edmée de Xhavée "Lovely Brunette, tout simplement"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

C’est un cliché, avec ses tons sépia et sa bordure crème dentelée témoin muet d’une époque où le monde était différent, qui m’a donné envie de lire « Lovely Brunette, tout simplement ».

  Avec cet ouvrage, Edmée de Xhavée nous livre, par petites touches, tout en finesse, non pas une biographie mais un regard ; celui d’une enfant, d’une jeune fille, d’une femme sur une maman aimée.

  Au fil des pages, de souvenirs en anecdotes, Edmée de Xhavée nous entraîne dans la vie de Lovely Brunette d’une plume pleine d’humour et d’amour.

  C’est un très joli livre qu’on ouvre avec curiosité, qu’on lit avec plaisir et qu’on referme avec émotion… tout simplement.

 

 

Ani Sedent

 

Partager cet article
Repost0

Nos nouveautés !!! Bonne lecture !

Publié le par christine brunet /aloys

Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Nos nouveautés !!! Bonne lecture !
Partager cet article
Repost0

Edmée de Xhavée a lu notre collectif "Tribulations d'auteurs"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Je viens de terminer le savoureux collectif – Tribulations d’auteurs - paru chez Chloé des lys, réunissant les aventures et mésaventures d’auteurs en quête d’éditeurs, de lecteurs, de stylo et bien d’autres choses. C’est aussi une occasion de retrouver ou découvrir d’autres auteurs – et leur parcours piégé.

Séverine Baaziz revient sur la présentation au temple de son quatrième roman, accueilli avec tapis rouge et trompettes dans un café littéraire, tenu par une fidèle lectrice désireuse de partager son plaisir. Un plaisir que l’auteur ne boude pas et que, encore émue, elle nous décrit.

Micheline Boland, égale à elle-même, nous régale littéralement d’un peu de noirceur bien dosée et rusée…

Bob Boutique s’indigne des exigences de son amie Cri-cri, qui ne plaisante pas avec les retards et diktats et raconte qu’il déjante alors que tout le monde sait qu’il n’en est rien. Mais… urgent, c’est urgent, et il est diligent, Bob !

Christine Brunet aimerait que les lectrices ne soient pas toutes en doudoune noire, car entre le déjà vu ou la potentielle fan elle s’y perd un peu. C’est qu’il faut parfois maintenir le sourire en forme et qu’il ne vire pas au claquement de dents d’un piranha avec les réflexions parfois irritantes ou les visiteurs en chasse aux discounts.

Luce Caron en a encore la tête qui tourne. Gallimard l’a boudée. Pas perdu pour tout le monde : les éditions Marguerite du Bois lui ouvrent la porte à deux battants, et lui envoient, le plus aimablement du monde, le parcours fléché de l’auteur, une sorte de carte de chasse au trésor avec un zeste de Monopoly.

Alain Charles nous livre un poème désabusé, une sorte d’avertissement et d’incitation à suivre un cours de renforcement de l’estime personnelle.

Claude Colson, alors là, cet homme arrive à désenchevêtrer un secret familial en plein salon, livres et généalogie se rencontrant avec bonheur.

Carine-Laure Desguin nous dégaine un souvenir « salon », une presque gaffe survenue malgré le soin apporté à la présentation de son dernier (à l’époque, Les enfants du grand jardin), et voici « C » aux yeux révolver qui veut sa dédicace, et là, attention, il faut bien suivre le tour de prestidigitation…

Bettina Forment, elle y tient, à être publiée, et elle y met le paquet, le courage, la persévérance, la diversité dans les styles et sujets… tout, vous dis-je. Elle a le cœur à l’arrêt quand elle reçoit des réponses, oh zut, ces réponses impersonnelles – quand il y en a. Et puis un jour, un jour….

Jean-François Foulon… Après avoir rêvé en cinémascope et technicolor d’un talent reconnu et accueilli dans l’Olympe, il a pensé que, peut-être, après tout, il lui faudrait gravir les échelons comme tant d’autres. La joie est là, pourtant, un pas à la fois. Et les salons, la grande surprise des salons et puis surtout, le net avantage d’un marketing bien rodé sur le talent…

Jennifer Platarets et son premier salon, celui où enfin elle rencontrera des auteurs collègues virtuels et dédicacera sans relâche, le poignet de plus en plus souple. Tiens, des auteurs s’en vont avant la fin… un énergumène fait un chahut pas possible…

Martine Platarets et l’éditeur odieux, infâme, qui aboie – et boit, tiens, oui, il boit et fume et est en colère. On dirait un très mauvais rêve.

Christina Previ présente un duo des plus intéressants, une sorte de chassé-croisé, une histoire d’amitié, d’indépendance, de surprise finale. De bonne surprise. Le Happy Ending, en somme…

Quant à moi, Edmée, c’est dans l’exagération que je vous emmène aussi dans le monde des salons (on le voit, ça reste souvent une expérience perturbante, les salons…) et le stand à partager avec des êtres qui, s’ils sont auteurs « comme nous » et publiés chez le même éditeurs, restent souvent d’étranges exemplaires de ce qu’on appelle « auteurs »…

 

Edmée de Xhavée

 

Partager cet article
Repost0