Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Viktoria LAURENT-SKRABALOVA publie dans la revue LICHEN et MENINGES !

Publié le par christine brunet /aloys

Viktoria LAURENT-SKRABALOVA publie dans la revue LICHEN et MENINGES !
Viktoria LAURENT-SKRABALOVA publie dans la revue LICHEN et MENINGES !
Viktoria LAURENT-SKRABALOVA publie dans la revue LICHEN et MENINGES !
Viktoria LAURENT-SKRABALOVA publie dans la revue LICHEN et MENINGES !
Viktoria LAURENT-SKRABALOVA publie dans la revue LICHEN et MENINGES !

Publié dans Article presse

Partager cet article
Repost0

Un article sur Jean-Claude Colasse pour son recueil de poésie

Publié le par christine brunet /aloys

Un article sur Jean-Claude Colasse pour son recueil de poésie

Publié dans Article presse

Partager cet article
Repost0

Laurent Femenias a chroniqué sur son blog "Le palais deLaurent" le roman de Joe Valeska "Les métamorphoses de Julian Kolovos"

Publié le par christine brunet /aloys

http://laurent.femenias.free.fr/livres/livres2.php#kolovos

http://laurent.femenias.free.fr/livres/livres2.php#kolovos

Meurtres surnaturels, volume I : Les métamorphoses de Julian Kolovos, de Joe Valeska: 

 

 

à l’origine, Les métamorphoses de Julian Kolovos est un roman sorti en 2016 aux éditions Chloé des Lys. En 2020, son auteur en propose une nouvelle édition « révisée et étendue », passant par la même occasion à un nouveau nom de plume : exit J. P. Volpi et place désormais à Joe Valeska. L’occasion pour moi de découvrir enfin ce roman que je m’étais promis de lire depuis longtemps déjà et que j’ai eu la chance de pouvoir enfin apprécier durant ce printemps confiné. Merci beaucoup à l’auteur pour cela. Je ne parlerai donc ici que de la « nouvelle version », n’ayant pas comparé avec la précédente.
Julian Kolovos est acteur. Il est le héros de la série télévisée « Meurtres surnaturels ». Mais la star de la famille, c’est sa jeune sœur Ivana, vedette du cinéma hollywoodien depuis l’âge de 16 ans. Pour Noël, toute la famille se retrouve dans le manoir familial du Kent autour du patriarche Francesco qui idolâtre sa fille. Et le repas de fête ne va pas être de tout repos...
Le style de Joe Valeska est fluide et agréable. Mais son vrai point fort, ce sont les dialogues qu’il traite remarquablement. Ils sont très vivants et on se croirait un peu dans une pièce de théâtre, notamment lorsque tout le monde est réuni dans le manoir. Faux semblants et manigances en tous genres sont au programme lorsque le testament du père de Julian et Ivana est découvert par le plus grand des hasards. Quelle famille ! On sent beaucoup de noirceur et de ressentiment entre la plupart des personnages. Chacun possède un côté excessif, exaspérant souvent, drôle aussi parfois.
Mais tout ne se passe pas uniquement dans le huis-clos du château britannique. On voyage aussi beaucoup dans ce livre, de Los Angeles à Londres… en passant par Marseille, clin d’œil sans doute à la ville de l’auteur.
Je suis très friand du côté sombre et fantastique de ce roman qui se lit vraiment tout seul ! Je partage beaucoup des références de Joe Valeska : Shakespeare, Anne Rice, Dickens pour n’en citer que quelques unes. J'ai passé un très bon moment de lecture et j’ai particulièrement apprécié la fin (ne vous inquiétez pas, pas de spoiler ici ;-) !) que je n'attendais pas du tout et qui est vraiment remarquablement amenée.
Bref, très content d'avoir pu découvrir ce très bon roman. J’espère que cette nouvelle édition saura trouver un vaste public.
Et maintenant, il n'y a plus qu'à attendre le prochain tome que je lirai également avec grand plaisir !
Un livre à commander directement sur le site des éditions Chloé des Lys.

"Julian déglutit, inquiet, mais nullement terrorisé. Et puis, n’avait-il pas l’habitude des fantômes ? Sauf que les fantômes en question étaient ceux de Meurtres Surnaturels : des figurants ou des caméos très savamment maquillés. Ou des images de synthèse de la plus haute qualité. Le spectre qui lui faisait face lui ressemblait étrangement… Comme deux gouttes d’eau peuvent se ressembler. Pareil à un reflet dans un miroir, l’apparition imitait chacune des expressions de son visage à la perfection."

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Dans le blog "Cdubelge" de Philippe Desterbecq, une note de lecture du recueil de nouvelle s "Ailleurs est ici, dans la pénombre" de Laurence Amaury

Publié le par christine brunet /aloys

http://cdubelge.eklablog.com/ailleurs-est-ici-dans-la-penombre-de-laurence-amaury-a204160188

http://cdubelge.eklablog.com/ailleurs-est-ici-dans-la-penombre-de-laurence-amaury-a204160188

 

Ailleurs est ici dans la pénombre de Laurence Amaury

Par philippedester dans livresd'auteurs belges le 12 Novembre 2020 à 09:01

Voici le 5e livre que je lis de Laurence Amaury, une auteure montoise que je rencontre à certaines occasions. 

L'auteure a tenu à m'offrir ce recueil de nouvelles et je l'en remercie beaucoup.

*

"Les cinq portes", nouvelle inspirée d'un dessin fantastique de Jean-Pierre Delvaux, dessin qui figure sur la couverture du recueil. 

Laurence aime les fins ouvertes, moi aussi, et j'ai tendance à laisser aller mon imagination pour terminer l'histoire. 

Judith rêve d'une maison qui comporte cinq portes. Derrière la cinquième, un homme l'attend. Obnubilée par ce rêve, elle finit par habiter dans ladite maison et recherche la cinquième porte cachée. Elle découvre alors un souterrain qui mène au château dont la muraille jouxte sa maison. Des rencontres mystérieuses suivies d'une disparition. Mais que s'est-il réellement passé? Au lecteur de l'imaginer ! 

Puis j'ai repris le livre par le début. 

Quel plaisir de retrouver la plume de Laurence Amaury, un style parfait et inimitable qu'on déguste comme un sorbet ! Une écriture et un vocabulaire qui appartiennent parfois à une époque révolue, un style peut-être suranné que ne pourra qu'apprécier l'amoureux des mots.

- Bien qu'elle s'en défende, je pense que "Une tour à soi" est largement autobiographique. J'y ai découvert, en tout cas, une mère de famille qui me fait penser étrangement à l'auteure. 

- Un brin d'inexpliqué dans "Les ciseaux baladeurs" ne pouvait que me plaire ! 

- Le mental joue sur le physique dans "L'enkystement". Laurence a le don de trouver des titres originaux ! 

- Des enfants cachés dans un réduit surprennent des conversations d'adultes et par là de secrets qu'ils n'auraient pas dû découvrir dans "Les invités sans visage". 

- Un rêve éveillé pour "La fièvre du vendredi soir". 

- Le lecteur croirait à un poème épique pour "Costaeres". 

- Quant à "L'homme aux statues", il reporte tout son amour et les sentiments qu'il ressent pour sa cousine dans l'achat de statues de femmes nues ou presque. 

- Les flèches de Cupidon ont blessé les protagonistes de "La nuit aux mille oreilles."

- Peut-on rencontrer l'âme sœur lors de funérailles? La réponse est "oui" avec "Les funérailles de Gudrun Appeldörfer".

- La dernière nouvelle "La tour, prends garde" se lit comme un roman moyenâgeux. 

Note personnelle : 

En général, je n'aime pas beaucoup les textes courts. Pour moi, une nouvelle doit comporter plusieurs pages de façon à pouvoir entrer dans l'histoire, la vivre avec les personnages qu'il faut apprendre à connaitre voire pouvoir s'identifier à eux. 
Laurence Amaury écrit des textes longs (plus de 30 pages parfois) et laisse donc le temps au lecteur de laisser courir son imagination. 

 

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Un retour de lecture signé Danika Lichtträger pour le roman noir de Vincent Knock "Courant alternatif"

Publié le par christine brunet /aloys

Coucou les Lieblings 🖤

📚Retour de lecture de "Courant Alternatif" de Vincent Knock

.

Ce livre est le deuxième que je lis de cet auteur. Je l'avais découvert l'année dernière avec "Une nuit à tuer", son slasher écrit dans les règles du genre. Avec ce récit, changement total d'ambiance.

🖋Le livre se compose de plusieurs parties relatant chacune un moment de vie d'un des personnages impliqués dans ce grand puzzle. Une présentation de chaque pièce.

Le style devient plus haché par moment quand l'ambiance s'y prête. Le ton s'adapte pour rendre des instants plus percutants ou touchants.

👥Le personnage principal est une jeune fille, une lycéenne perturbée. Le lecteur découvre au fur et à mesure les raisons de son mal être au travers de ses interactions avec les autres protagonistes.

☕Les personnages sont décortiqués, l'auteur nous les livre en toute impudeur, sans fard. Les faiblesses les travers, les douleurs sont dévoilés. Un beau clichés de 4 vies qui s'entremêlent.

La façon dont est structuré le livre permet une découverte au compte-gouttes des éléments qui vont mener à cette fin presque prévisible mais interpellante tout de même.

Une partie de l'action se déroule à Lille et j'ai apprécié retrouver une rue en particulier et la célèbre maison qu'elle abrite.

J'ai passé un très bon moment de lecture noire.

https://www.facebook.com/danika.lichttrager.7

Partager cet article
Repost0

Emission 5 d'ACTUTV2 !!!

Publié le par christine brunet /aloys

https://youtu.be/qJkp9l1_Ou8

Publié dans vidéo

Partager cet article
Repost0

Un nouvel article pour Micheline Boland dans la Gazette

Publié le par christine brunet /aloys

Un nouvel article pour Micheline Boland dans la Gazette

Publié dans Article presse

Partager cet article
Repost0

"Les mots...", un texte de Bernadette Gérard-Vroman

Publié le par christine brunet /aloys

… Les mots…

 

Se sont invités au bal masqué.  Ils ont profité du moment que j’avais choisi pour hiberner, au beau milieu des bois.  La balade contée « Arbres & Sens » m’avait mise sur la piste.  L’endroit serait propice pour un retour à soi, loin de tous, loin des médias, loin de tout.  J’allais enfin pouvoir prendre soin de moi, et des autres, en laissant les mots se frayer leur chemin.

 

À chaque détour d’une sente, ils sautillaient de joie et ne savaient où se poser, des fougères aux nuances tigrées, aux feuilles des arbres leur offrant une mosaïque de couleurs des plus variées.  Un gros tronc qui avait eu la tête tranchée, réincarné en conifère, profitait de sa force pour grandir.  D’autres troncs arrachés, à moitié recouverts de mousse, étaient devenus le gîte d’une famille entière de champignons.  Ceux-ci s’amusaient, pour l’occasion, à revêtir toutes sortes de chapeaux, de toutes les tailles et formes.  Les uns se camouflaient parmi les feuilles, les autres, au contraire, aimaient se faire remarquer en se parant de chapeaux de couleur orangés vifs, certains même rouges à pois blancs !  Sur d’autres encore, on aurait dit que les premiers flocons venaient de s’y poser.  C’était un bal où chaque espèce végétale offrait aux mots leur plus belle palette de couleurs automnales.  Certains arbres étaient chaussés de mousse, assortis parfois à leurs chaussettes, d’autres de lierre.  

 

Entre les sentiers, les chemins feuillus, caillouteux, boueux, labourés par les sangliers ou encore bétonneux, chaque bifurcation en T offrait aux mots une occasion rêvée pour imaginer des fantômes qu’ils espéraient voir surgir de derrière l’obscurité des forêts de conifères, ou ce qui leur donnait l’eau à la bouche, les emmenant vers des infusions fruitées et boisées.  Tout était prétexte pour s’évader.  L’objectif était atteint.

 

Les mots aimaient se glisser sur l’eau des ruisseaux ou parfois, suivaient le courant de la rivière.  Même les gouttelettes de pluie, en se posant sur les mots, avaient un effet apaisant et venaient en masser chaque syllabe.  Par moments, ils s’accrochaient aux feuilles, pour virevolter avec elles jusqu’à se poser par terre.  Ils adoraient la légèreté de cette danse.  Plus loin, ils se laissaient bercer par les cris des oiseaux, résonnant dans ces grands espaces qui invitent à la contemplation.  Tous leurs sens étaient en éveil dans cette immersion totale.  Le soleil accentuait les couleurs, quelles qu’elles soient, du jaune au rouge, en passant par le vert, et invitait le peintre à reproduire leurs teintes rendues chatoyantes, par les rayons lumineux.  

 

Comme une chenille, chaque mot s’accrochait à l’autre pour venir se poser sur une feuille et chaque feuille s’assemblait pour offrir à celui qui passera par ici les bienfaits du bain de forêt par le biais de l’écriture.

 

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

Carine-Laure Desguin a lu "Pour un petit secret", le dernier ouvrage de Brigitte Hanappe

Publié le par christine brunet /aloys

Publié dans avis de lecteurs, video

Partager cet article
Repost0

Le blog "Les lectures de Maryline" a lu et chroniqué "Putain de pays noir" de Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/putain-de-pays-noir-a202948182
http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/putain-de-pays-noir-a202948182

http://leslecturesdemaryline.eklablog.com/putain-de-pays-noir-a202948182

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0