Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le petit tombeur de Levy Blancard dans Le Bibliothécaire

Publié le par christine brunet /aloys

Le petit tombeur de Levy Blancard dans Le Bibliothécaire
Le petit tombeur de Levy Blancard dans Le Bibliothécaire

Le Bibliothécaire de mai-juin 2015

Publié dans articles

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet a lu "2401", le nouveau thriller de Bob Boutique

Publié le par christine brunet /aloys

Christine Brunet a lu "2401", le nouveau thriller de Bob Boutique

Voilà quelques mois, je reçois dans ma boîte mail un message de Bob (Boutique… mais ça, vous l’avez compris) m’annonçant qu’il venait de terminer son… thriller ! Il m’annonce 400 pages mini… Je tombe de ma chaise !

Je dois avouer que je suis fan des récits de Bob… tout lu et même plusieurs fois.

Mais un thriller, fichtre ! Ces précédents bouquins ont déjà le rythme, parfois la noirceur du texte, souvent le fil fantastique, le suspens (les 10 petites négresses étaient pas mal dans le genre), mais, pour moi, un thriller va au-delà… Enfin si l’auteur est assez bon pour ça… Un thriller doit parvenir à coller à la peau du lecteur, à le faire voyager, bien entendu, mais il doit, surtout, proposer un univers qui va rester longtemps dans l’imaginaire comme une impression tenace mêlant images et sensations.

Jusqu’à présent, les textes de Bob sont doux-amers, piquants, mais toujours portés par le punch des récits courts (nouvelles dans contes bizarres 1 et 2) ou par des scènes flashes pour les 10 petites négresses qui marquent, à mon sens, un tournant dans l’univers littéraire de Bob (même s’il n’est pas d’accord avec moi…).

Donc, avant de vous en dire plus sur ce que j’ai pensé de ce roman (j’ai eu la chance de le lire en avant-première), j’ai demandé à l’auteur de répondre à quelques questions histoire d’introduire… de confirmer ou d’infirmer ses propos… J’ai commencé à lire ses réponses et là, heureusement que j’étais assise…

Un thriller... pourquoi t'être embarqué dans un genre littéraire qui est, finalement, assez loin de Contes bizarres et même des 10 petites négresses (même si le rythme est assez similaire) ?

Ben pour faire comme toi ! J'adore tes bouquins (et ton héroïne), on risque pas de s'embêter avec elle... et puis chaque fois que je te lis et que je trouve ça accrocheur (on peut plus arrêter de tourner les pages), je me dis... si elle arrive à le faire, pourquoi pas moi ??? Je vais quand même pas me lancer dans la poésie ? J'ai besoin d'action, et de suspense: au fond suffit de te copier ! Je suis tranquille, il n'y a pas de droits d'auteur sur le style. Suffit de changer les noms...

Bon… euh... Voyons… 400 pages… Une première : tu t'étais fixé un nombre de pages, c'est venu comme ça ?

Non, je ne me fixe jamais rien, j'ai pourtant essayé de foncer tout droit le plus vite possible vers la fin, sans perdre trop de temps à égarer le lecteur sur de fausses pistes... le sujet est suffisamment étonnant comme ça... en plus j'ai supprimé plus de cinquante pages suite à la lecture d'une amie qui m'a indiqué à juste titre ce qui n'était pas nécessaire dans le récit ... malgré ça j'arrive à 400 pages. C' est comme ça, je me suis étonné moi-même. Faut dire que la "petite main" qui a fait ma maquette a tenu à présenter un texte aéré, facile à lire et qui prend donc plus de place...

Avec 2401, tu restes dans un univers auquel tu as déjà goûté avec des bouquins précédents : un zeste de fantastique, un rythme rapide, des personnages atypiques mais à une autre échelle: tu peux me dire ce qui a changé (si c'est le cas) dans ton univers littéraire et ta démarche d'auteur ? Pourquoi ce changement ?

Je n'ai pas changé d'univers. Mes personnages ne sont jamais des héros, il leur arrive de faire des choses héroïques sans le savoir, mais ils redeviennent très rapidement de simples mortels... même mes personnages sombres restent quelque part sympathiques car je me dis qu'ils ont tous été un jour, de petits bébés innocents qui riaient aux éclats en pointant leurs yeux dans ceux de leur maman. Je crois que c'est très belge ça... un peu comme notre célèbre autodérision. Je ne crois pas à l'enfer. C'est la même chose dans mes Contes bizarres, je compte d'ailleurs bien sortir un volume III (rassurez-vous ce sera le dernier du genre), car ils sont terminés dans mon tiroir et qu'ils ont envie de sortir...

Un changement qui sera pérenne ? Qui est appelé à bouger ?

Tu emploies des mots que je ne comprends pas... soit ! Il n'est pas impossible que je fasse une suite à "2401", exact. Les mêmes personnages avec d'autres enquêtes... Tu me connais tellement bien que je pourrais difficilement jouer à l'incertain. Encore une fois je te copie, Ax est déjà apparue dans cinq ouvrages... et je la trouve toujours aussi compliquée et torturée, en fait j'aimerais la consoler... et peut-être même la protéger.

D’où tes deux héros… Je crois que je comprends mieux… Tes deux personnages « phares » (d’autres sont tout aussi présents pour le lecteur) sont beaucoup plus « humains » que les miens, moins torturés, moins noirs aussi… quoique ton « méchant » soit gratiné mais… humain… enfin, on va dire ça.

Que dire sur « 2401 » ? Bien entendu, pas question d’en déflorer la trame, ce serait dommage.

Je l’ai abordé avec curiosité et je l’ai terminé avec impatience (et un brin d’agacement pour la fin… mais là, à chacun de la vivre comme il l’entend…).

Première impression : un style qui reste très visuel, compact, efficace mais un brin railleur (faut dire que Bob ne peut s’empêcher d’intervenir… comme ça, d’un mot, d’une remarque, histoire de recentrer son lecteur).

Outre le départ sur les chapeaux de roue (ça j’adore), l’auteur nous propulse très vite dans un contexte atypique et TRES original (et là, franchement, Bob, un vrai coup de génie !)… A l’heure où la plupart des flics sont issus des pays nordiques, d’Angleterre, des States, ceux qui se positionnent sur cette affaire sont belges, suisses, hollandais ! Quel plaisir de sortir des sentiers battus surtout lorsqu’on nous propose du réaliste, du vrai, du documenté !

Après quelques chapitres qui nous propulsent dans ce qui fait le titre (que je trouvais au départ trop… Stephen King ou trop… abstrait et qui trouve rapidement un sens, je dois l’avouer), on plonge dans une histoire ultra rythmée, aux côtés de personnages attachants… On se demande qui s’amuse dans l’ombre à tirer les ficelles et lorsqu’enfin, il se découvre, le lecteur pense que tout est terminé et qu’il peut refermer le livre sauf que… ben, c’est pas vraiment fini parce qu’un esprit retors a toujours prévu le pire…

Bob aime le fantastique… pour ceux qui ont lu ses « Contes bizarres », on retrouve ici ce fil différent… et qui fait la différence parce que le ressort de toute l’affaire « 2401 » (ne jubilez pas, le titre ne reporte pas à un n° de dossier) oscille entre les univers de Donald James, d’Hitchcock, Peter May et, curieusement, de Simenon dans ce clair-obscur pointilleux presque en noir et blanc.

Pas question, je vous l’ai dit, de vous parler de l’histoire (remarquez, je ne le fais presque jamais dans mes fiches de lecture), mais un fait est certain : 2401 est, à mon avis, l’un des meilleurs policiers que j’ai lu depuis bien longtemps ! Alors, « 2401 », un thriller ou pas ? Sans doute mais sans le gore ou le sanglant de bien des romans du genre qui fleurissent actuellement…

Je n’ai plus qu’une hâte : lire la suite…

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Christine Brunet a lu "2401", le nouveau thriller de Bob BoutiqueChristine Brunet a lu "2401", le nouveau thriller de Bob BoutiqueChristine Brunet a lu "2401", le nouveau thriller de Bob Boutique
Christine Brunet a lu "2401", le nouveau thriller de Bob BoutiqueChristine Brunet a lu "2401", le nouveau thriller de Bob BoutiqueChristine Brunet a lu "2401", le nouveau thriller de Bob Boutique

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

Philippe Couillaud nous présente son roman "Léonard ou les odonymes du cancer"

Publié le par christine brunet /aloys

Philippe Couillaud nous présente son roman "Léonard ou les odonymes du cancer"

Ce livre qui est mon deuxième roman est en cours de référencement. Je profite donc de ce blog pour en faire une présentation succincte.
Il ne s'agit pas d'une banale histoire d'un type qui serait atteint d'un cancer, etc... Mon écriture tente de mêler la grande Histoire avec les petites histoires de chacun. Sous une forme épistolaire, je mets en scène un jeune couple durant la guerre d'Algérie. Rapidement, au fil des lettres, j'entraîne le lecteur dans une histoire familiale qui se répète au gré des grands évènements historiques du vingtième siècle. Seul, un troisième personnage, contemporain, tente de faire le lien.
J'espère que mon écriture est suffisamment fluide pour aider le lecteur à surmonter les épreuves dans lesquelles se débattent les personnages. J'ai conscience que, parfois, les situations sont sévères. Mais je n'ai pas l'impression de vivre dans un monde très équilibré et dans une société très juste. Heureusement, il y a la Garonne dans cette bonne ville de Bordeaux qui m'aide de son mieux avec ses courants inversés pour cause de marée et ses langueurs étranges.
"Odonyme" est un drôle de mot qui ne figure pas dans le dictionnaire. Il signifie une rue, une voie. Malgré quelques "critiques", je l'ai maintenu dans le titre, histoire de titiller le lecteur. Une sorte de clin d’œil entre amoureux des mots...
Voilà pour un premier contact. Le livre va sortir à la mi_juin et j'ai promis et juré à Christine de me soumettre aux "interrogatoires" dès le référencement obtenu. Ce sera une épreuve pour moi, car vous l'aurez compris, je n'aime pas beaucoup parler de moi et comme je travaille sur un troisième livre, j'ai tendance à oublier déjà mon brave "Léonard"...

Philippe Couillaud

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

fiche auteur de "Le miraculé" de Luc Harache

Publié le par christine brunet /aloys

fiche auteur de "Le miraculé" de Luc Harache

Publié dans fiche auteur

Partager cet article
Repost0

Emilie Decamp dans l'Inédit

Publié le par christine brunet /aloys

Emilie Decamp dans l'Inédit

Publié dans articles

Partager cet article
Repost0

"Leurs échos dans la nuit", une nouvelle signée Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

Leurs échos dans la nuit

Du ciel, les étoiles entendaient ses pas. Leurs échos dans la nuit cognaient contre les bitumes. Les oiseaux aux ailes d’argent le reconnurent. Ils savaient que c’était lui, ils pressentaient qu’une nuit sans horoscope, il reviendrait dans cette ville, lui et ses sueurs sanguines. A la meute alanguie, le vent avait soufflé des lettres et des couleurs et le vent ne se trompait jamais. Sur les quais de la Sambre, l’homme brillait de tous ses feux. Qui se reflétaient, illuminés qu’ils étaient par des éclipses divines, sur les eaux endormies. La lune était pleine et des éclaboussures satellites cliquetaient sur les toits. L’homme aux semelles parfumées des lieux magiques qu’il avait sillonnés recherchait cet endroit où, quelques années plus tôt, il allongea ses jambes. Quand la pluie commença à claquer contre les berges de la rivière, l’homme se souvint de cette serveuse à qui il entassa quelques coups de boutoir, et de ses cris qui déchirèrent le bleu de la nuit. De ces glorieuses, les oiseaux se souvenaient aussi. Les oiseaux aux ailes d’argent n’oublient pas ce qui est gravé dans la mémoire de la nuit et à coups d’ailes, ils conduisirent l’homme prodigue vers ce cabaret, le Cabaret-Vert. Là, l’homme s’agenouilla. Dans cette ville qui s’appelait Charleroi, le Cabaret-Vert n’était plus qu’un tas de fientes pestilentielles. L’industrie avait digéré tous les feux follets. L’homme alluma alors son regard sulfureux et il courut vers les étoiles. La grande Ourse n’était pas loin.

Carine-Laure Desguin, in « La Belle Epoque », Editions Noctambule, 2014

http://carineldesguin.canalblog.com

"Leurs échos dans la nuit", une nouvelle signée Carine-Laure Desguin"Leurs échos dans la nuit", une nouvelle signée Carine-Laure Desguin"Leurs échos dans la nuit", une nouvelle signée Carine-Laure Desguin

Publié dans Nouvelle

Partager cet article
Repost0

Joël Godard se présente et présente son ouvrage "Ailleurs est un pays aux rivières lentes"

Publié le par christine brunet /aloys

Joël Godard se présente et présente son ouvrage "Ailleurs est un pays aux rivières lentes"

Joël Godart

« Ailleurs est un pays aux rivières lentes »

Le mot de l’auteur :

Je vis dans le Nord de la France, enseignant, père de deux enfants. La poésie m’a

happé lorsque j’avais 15 ou 16 ans, puis m’a suivi avec plus ou moins d’assiduité tout

au long de mes années. Les grands aînés : Villon, Baudelaire, Verlaine & Rimbaud puis

plus tard Apollinaire, Segalen, Desnos, Schehadé, Thomas etc… Je me suis longtemps

demandé si l’on pouvait encore écrire après le Rimbaud des Illuminations : « la poésie

est une clameur » chantait Léo Ferré et effectivement chaque texte de ce recueil porte très

haut et très loin – un sommet dans notre littérature… De façon beaucoup plus modeste,

j’ essaie d’écouter la voix qui est en moi, voix qui se manifeste à certains instants de ma vie

– sans que je ne puisse comprendre complétement ce qui la fait naître et la fait se

développer. Une étincelle ou une fulgurance pour débuter, puis le choix des mots, leur

assemblage, la phrase qui se développe avec plus ou moins de bonheur : le poème vient

au grand jour … Qui a parlé d’ alchimie ?

La 4 ème de couverture :

« Tu as raison de dire que pour toi la poésie ne sert à rien. Mais également tu as tort. Ce que je lis aujourd’hui, je le laisse s’infiltrer au plus intime de ce que je suis ( je n’ose pas dire de mon âme…) , je lui donne le temps de prendre place : ainsi le champ au printemps se couvre de fleurs sauvages, ainsi dans ma cervelle d’autres fleurs - toutes aussi rebelles - se prennent à pousser inexorablement jusqu’à la floraison. »

Quelques extraits :

XLV

Ô mémoire et tu dis la douceur d’être là : voile

sur les choses, traversée des êtres. Quand tes

ombres feront cercle autour de toi, ta vie comme

une ruche bourdonnera de dix-mille abeilles.

XLVI

Dans l’obscurité de la chambre, déchiffrer les

contours de ton corps : secret alphabet de

notre amour.

LIX

Dans la nuit il y a

des voix qui me parlent

des mains qui effleurent ma peau

Il y a tant et tant de choses

que je ne comprends pas

Alors je fais semblant de dormir

de tomber dans mes songes

Mais à travers l’obscurité de la nuit

je vois les bras sombres des hommes

s’abattre et se couvrir de sang

JOEL GODARD

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

La bukinê d'Anna, le teaser du roman de Marie-Noëlle Fargier !

Publié le par christine brunet /aloys

Publié dans vidéo

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet a lu "Contes du vieux trouvère" de Christian Van Moer

Publié le par christine brunet /aloys

Christine Brunet a lu "Contes du vieux trouvère" de Christian Van Moer

Voilà quelques semaines, je terminais "Contes du vieux trouvère" de Christian Van Moer. Comme toujours avant de rédiger ma fiche de lecture, j'ai posé le recueil au dessus de la pile des livres en attente d'une "chronique". J'aime lorsqu'un texte, une histoire fait son chemin dans mon imaginaire et parfois, le voyage est plus long, plus intense.

J'adore les contes : ce sont les premiers textes qui m'ont été lu (j'ai un "grand livre des fées" que j'ai dû engloutir une bonne centaine de fois) et je crois que ce sont ces textes qui m'ont donné envie de lire puis d'écrire. Donc, tout naturellement, lorsque j'ai vu que Christian Van Moer (un auteur que je lis toujours avec grand plaisir) publiait un recueil de contes, j'ai sauté sur l'occasion mais avec une légère réticence : les contes médiévaux, pas forcément ce que je préfère (ben oui, les chevaliers et les romans de chevalerie, pas ma tasse de thé). Mais comme j'aime les dragons et les fées, je me suis laissée convaincre et porter, au fil des pages, dans ces récits bourrés d'action, de héros, de fées et de créatures magiques, de félons, et de sorcières. Pas déçue, loin de là ! J'ai même adoré et... relu pour faire bonne mesure !

Christian nous propose cinq contes émaillés d'un vocabulaire médiéval qui donne du poids et de la véracité à ses histoires. Ses héros sont attachants, les méchants très méchants, les vengeances douces mais avec leur revers de la médaille. L'atmosphère est électrique, remplie de magie, parfois de violence et de méchanceté... Ce côté "humain" donne plus de poids au côté extraordinaire et "surnaturel" des histoires. Comment ne pas se laisser emporter dans cet univers peuplé d'hippogriffes, de licornes bleues, de tapis volants et de philtres d'invisibilité, de géants borgnes et de malédiction ?

A découvrir que vous soyez adulte, ado ou enfant, n'hésitez pas ! Au fait, Christian, tu en as d'autres dans ton escarcelle ?

Alors... Pour vous mettre en appétit, la quatrième de couverture...

Il était une fois...

au temps des heaumes et des auberts,

des dragons et des fées,

des loups-garous et des femmes serpents,

des djinns et des tapis volants,

des philtres et des élixirs, et des belles captives à délivrer...

Il était une fois...

de vaillants chevaliers aux prises avec les forces du Mal...

Tout un programme , n'est-ce pas ?

Un coup de coeur !

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

Christine Brunet a lu "Contes du vieux trouvère" de Christian Van MoerChristine Brunet a lu "Contes du vieux trouvère" de Christian Van MoerChristine Brunet a lu "Contes du vieux trouvère" de Christian Van Moer

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet en invitée du blog aloys avec une fiche de lecture de "Poker menteur" signée Rolande Michel

Publié le par christine brunet /aloys

Christine Brunet en invitée du blog aloys avec une fiche de lecture de "Poker menteur" signée Rolande Michel

J'ai lu Poker Menteur, le dernier polar de Christine Brunet



Une fois de plus, Christine Brunet nous entraîne, à la suite d'Axelle de Montfermy, au cœur d'un monde à faire frémir où nous retrouvons avec bonheur les héros de ses précédents romans.


Rescapée par miracle de sa mission précédente, Axelle de Montferny accepte une enquête des plus délicates qui nous emmène à sa suite au cœur de Marseille.


Nous pénétrons dans un milieu interpellant où le danger rôde, se dissimule et surgit soudain de façon imprévisible.


La mort est là, partout, à l'affût, bien cachée derrière des promesses, des pseudo-associations, des flics au comportement douteux.


Infiltrer des réseaux mafieux où le respect n'existe pas, où la vie ne compte guère, où seuls le pouvoir et l'argent font loi, se frotter aux caïds de la drogue, adopter des comportements douteux pour mieux infiltrer leurs réseaux, sous la plume de Christine, l'improbable se fait réalité.


Dans un contexte difficile, où le Mal peut surgir de partout, Axelle retrouve son grand amour Sean Sheridan. A tort ou à raison, elle ne lui révèle qu'une partie de sa mission.


Le doute naît parfois d'un détail. Peut-elle faire confiance à Sean ? A qui d'autre ? Et dans quelles limites, dans ce monde où bons et méchants se ressemblent tellement, où pour atteindre leurs buts, tous s'encanaillent, oubliant toute morale, au risque de se perdre dans des manigances perverses, des relations ambigües , des jeux dangereux, des amours bidons où ils s'enlisent.


Ressurgis d'un passé parfois lointain, des êtres avides et monstrueux sont bien décidés à mener nos héros à leur perte , sans le moindre état d'âme ! C'est l'Enfer !


Au cœur de ce milieu interlope, Axelle évolue, court des risques inconsidérés, bien déterminée à expliquer les drames qui la hantent, quel que puisse en être le prix.


Se pourrait-il qu'elle y parvienne alors que peu à peu sa confiance s'effrite, parmi tous ces gens pour qui compromis et marchandage d'informations sont devenus monnaie courante. Comment qualifier un milieu où l'assassinat d'un fils semble une sorte de routine et n'éveille aucun état d'âme, cette dernière étant dominée par une ambition inhumaine ?


Et cependant, dans toute cette histoire imaginée avec brio, la question reste posée : "Qui est la tête pensante ? Qui tire les ficelles et est prêt à tout? Qui manipule flics, truands, dealers, et que pourrait être le sort qu'il réserve à Axelle ?


C'est à votre tour, chers lecteurs, de pénétrer dans les secrets les mieux cachés et les plus inattendus dont notre reine du suspens soulève un coin du voile !


Bonne lecture !

ROLANDE MICHEL

Christine Brunet en invitée du blog aloys avec une fiche de lecture de "Poker menteur" signée Rolande Michel
Christine Brunet en invitée du blog aloys avec une fiche de lecture de "Poker menteur" signée Rolande Michel

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0