Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog "Au fil des pages" a chroniqué "Jardiner avec les étoiles" de François Noul

Publié le par christine brunet /aloys

http://au-fil-des-pages477.blogspot.fr/search?q=jardiner+avec+les+%C3%A9toiles

http://au-fil-des-pages477.blogspot.fr/search?q=jardiner+avec+les+%C3%A9toiles

 

 
Résumé: Louis est décédé. Il est aujourd'hui jardinier des étoiles au service du divin et des galaxies. Toutefois, dès qu'il a le temps entre deux plantations célestes, il vient rendre visite à son épouse dans sa chaumière. Ils parlent ensemble de la pluie et du beau temps, et des souvenirs de leur belle vie.

 

Mon avis: truculent, tendre, doux, paisible et comique à la fois...
Ce recueil de petits récits retraçant les petites aventures de Louis, de Virgile, du coq Arsène et bien d'autres personnages est vraiment bien écrit.
Des expressions en wallon parsèment les pages, et retrouver ces mots bien de chez moi au détour d'une phrase m'a vraiment plu au plus haut point! Les spécialités culinaires (ces fameuses couilles de suisse qui, moi, me font saliver rien que d'y penser) décrites me sont savoureuses au possible.
J'avais lu il y a quelques années la série de livre de Toine Culot, d'Arthur Masson. J'avais adoré. Eh bien, j'ai adoré tout autant le voyage fait dans le livre François Noul.
Je n'ai rien trouvé à retirer. Par contre, une très belle leçon de vie fait son apparition peu à peu: ce monde d'aujourd'hui qui court, court, court, ne prend plus le temps d'apprécier de petits plaisirs, et c'est bien dommage.
Me voila donc avec un livre que je pourrai conseiller quand il s'agira de faire découvrir les campagnes bien de chez nous.
Points attribués: 8/10
Je remercie la maison d'édition Chloé des Lys pour cette lecture à l'odeur de terroir belge.

Publié dans avis de blogs

Partager cet article
Repost0

Christine Brunet a lu "Nouveaux contes en stock" de Micheline Boland

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

 

"Il était une fois..."

J'adore cette phrase, je crois que vous connaissez à le savoir !

Micheline Boland, "serial auteur", nous propose un nouveau recueil de contes : près de 80 ! Courts voire très courts regroupés par thème : histoires de peurs, histoires de petits chemins, contes de Noël, histoires de nourriture, histoires de plaisirs sucrés et histoires de moments magiques...

Autant de nouvelles imprégnées de fraîcheur qui amènent le lecteur malgré lui à tourner les pages et à se plonger, encore et encore, dans ces histoires douces amères avec gourmandise.

Délicieux moments de tendresse ou de méchanceté qui, toujours, se terminent "bien", un peu comme si l'auteur refusait de laisser gagner la noirceur.

Instants légers, pétillants, enfantins, gourmands, des pages qui forcent le sourire et même la bonne humeur. 

Cela faisait quelque temps que je n'avais pas goûter à l'écriture de Micheline Boland et je dois avouer que je me suis régalée !

 

Christine Brunet

www.christine-brunet.com

 

 

Publié dans Fiche de lecture

Partager cet article
Repost0

Fiches de diffusion des nouveaux ouvrages parus aux Editions Chloé des Lys

Publié le par christine brunet /aloys

Fiches de diffusion des nouveaux ouvrages parus aux Editions Chloé des Lys
Fiches de diffusion des nouveaux ouvrages parus aux Editions Chloé des Lys
Fiches de diffusion des nouveaux ouvrages parus aux Editions Chloé des Lys
Fiches de diffusion des nouveaux ouvrages parus aux Editions Chloé des Lys
Fiches de diffusion des nouveaux ouvrages parus aux Editions Chloé des Lys
Fiches de diffusion des nouveaux ouvrages parus aux Editions Chloé des Lys
Fiches de diffusion des nouveaux ouvrages parus aux Editions Chloé des Lys

Publié dans fiche auteur

Partager cet article
Repost0

Salvatore Gucciardo dans l'Avenir

Publié le par christine brunet /aloys

Salvatore Gucciardo dans l'Avenir
Salvatore Gucciardo dans l'Avenir

Publié dans articles

Partager cet article
Repost0

Léo Peiller nous présente son roman "Les petits chiens ne fument pas"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Biographie

 

 

Léo Peiller est né en Savoie en 1975.

 

Il vit actuellement près de Lyon, où il travaille comme serveur dans un restaurant.

 

 

Résumé

 

Le jour où Geoffrey accepte de rendre service à Younès et de jouer pour lui les détectives privés chez une professeur de russe, il ne sait pas vraiment ce qu'il est censé découvrir. C'est ce qu'il était loin de chercher qu'il va trouver, et c'est bien plus que quelques mots de russe qu'il va finir par apprendre.

 

 

Extrait

 

 

Pour faire partie de cette catégorie, je sais que les lâches ont peur de presque tout. Cet aspect de leur personnalité les pousse à mettre en place des stratégies plus ou moins ingénieuses pour traverser la vie sans se rendre trop malades. Mais en y réfléchissant bien, les lâches ne sont pas les seuls à élaborer des moyens de survie qui peuvent paraître saugrenus ou décalés vus de l’extérieur. La vie peut être compliquée pour tout le monde. C’est pour ça que les gens font des tas de trucs pour la supporter : passer cinq heures par jour à faire de la danse classique, aller à la pêche tous les dimanches, dépenser sans compter son temps et son argent pour tuner sa bagnole, fumer du crack, suivre Dany Brillant dans toutes ses tournées… Finalement, ce que je fais n’est pas plus bizarre, et des tas de gens le font. Et entre mes élans d’euphorie et de drame, je me rends bien compte que des tas de petits moments justifient tous les autres.

 

 

Les petits chiens ne fument pas est son premier roman.

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Albert Niko nous propose cinq nouvelles apparitions

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Les fourmis dévalant du quignon de pain que s’octroie le chien

 

***

 

Les klaxons incessants d’un mariage : à mon tour j’aboierais si j’étais chien

 

***

 

Passée l’averse, il commence à pleuvoir sous l’arbre

 

***

 

Le sentier qui part à l’embranchement – ce sentiment

 

***

 

Le chien me regarde quand lui regarde son chien

 

Albert Niko

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Vincent Knock nous présente son nouveau roman "Courant alternatif"

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Présentation du livre

« Je m’inspire de l’adulescence, ce temps bloqué entre l’adolescence et l’âge adulte »

 

Il s’agit de mon second roman, initialement publié en 2010 chez un autre éditeur, juste avant de recevoir un avis favorable de CdL. J’ai récupéré mes droits, ajouter un passage afin de lui donner, cette fois, toutes ses chances. 

Dans ce roman, on suit les vies contrariées de quatre personnages : un surveillant de lycée trop amoureux, une mère larguée qui cache un secret de jeunesse, une rock star habitée qui sort de prison et une adolescente énervée bien décidée à faire la lumière sur l’identité de son géniteur.

Ce livre est celui du basculement, celui qui pousse à la confession. Avant il y avait quelque chose dans la vie des personnages, la promesse d’un avenir balisé, un amour contrarié, l’écriture d’un nouvel album et la célébrité qui va avec, la reconnaissance paternelle. Après, il n’y a plus rien. La fête est finie. Irrémédiablement. Comme l’adolescence qui est le temps où il faut choisir entre vivre où mourir, entre révolte et résignation, les personnages de ce livre aspirent à faire la paix avec leur conscience pour changer d’existence. De ce constat mélancolique naitra pourtant la lumière, interrompant la course illusoire des rêves à jamais disparus, permettant de tourner la page.   

 

 

Quatrième de couverture

Rater sa vie. Ne pas faire les choses à moitié. Être capable d'héroïsme. À défaut d'imagination. Il faudrait pouvoir raconter ces choses-là.

- Un sourire peut-il pousser à commettre  l’irrémédiable ?

- Oui, évidemment.

 

Un surveillant appâté, une mère névrosée, une rock star habitée et une adolescente décidée. Avec ces quatre vies qui se répondent, se correspondent et se mélangent en un singulier kaléidoscope, Courant alternatif évoque les malentendus amoureux qui transforment la vie en un fatal vaudeville, passant de l’enchantement au désenchantement le temps d’un clin d’œil. À la fois comédie noire sur les apparences et portrait satirique de gens aux prises avec leurs propres démons avec en filigrane la présence fantomatique et obsédante d’une jeune fille brune et écorchée, catalyseur de tous les maux.

 

 

Vincent Knock enseigne quelque part près de Lille. Après Le début de rien (éditions Edilivre) et Mâle en patience, Courant alternatif est son deuxième roman, dans une nouvelle édition revue et corrigée, publié par les éditions Chloé des Lys.

 

Extrait :

C’est écrit en haut de la page :

 

Mort du chanteur GONTRAN TONKIN.

 

Florence tourne les pages du journal pour lire la suite de l’article.

 

Grande figure du mouvement rock français du début des années 90, le chanteur du groupe Idées Noires, Gontran Tonkin est mort à l’âge de 39 ans des suites d’un accident de la circulation à Paris la nuit dernière. Le chanteur avait défrayé la chronique en 2001 date à laquelle il avait été condamné à huit ans de prison pour l’homicide de l’ancien mannequin Pamela Burni au cours d’une dispute conjugale. Placé en détention provisoire dès le lendemain. Totalement désespéré par son geste, il avait tenté de se donner la mort en absorbant une grande quantité de médicaments. Il avait reçu de nombreuses menaces de mort et sa résidence secondaire avait été brûlée par des incendiaires. Depuis 2001, il purgeait sa peine dans une prison de la région parisienne. En 2007, il avait obtenu une libération conditionnelle pour son comportement modèle. La mère de la victime, la célèbre actrice Valéria Burni, s’était opposée à cette libération, à plusieurs reprises par voie judiciaire et par voie de presse en envoyant une lettre au journal Le Figaro, dans laquelle elle déplorait « un signal négatif » vis-à-vis des violences faites aux femmes.

Une enquête est en cours pour tenter de retrouver le chauffard, toujours en fuite. Difficile d'en savoir plus à l'heure où nous imprimons ces lignes, les enquêteurs en charge de l'affaire se refusant à la moindre déclaration. Il semblerait, toutefois, qu'un témoin ait été entendu dans les locaux de la police judiciaire peu de temps après l'accident.

 

Florence replie le journal et porte sa main à sa bouche pour lui éviter de se liquéfier sur place. La peur de comprendre anime son ventre de puissants spasmes.

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0

Paul Maakad lit l'un des textes du recueil de poésie "Bouillonnement"

Publié le par christine brunet /aloys

https://youtu.be/PprpxPf5w7c

Paul Maakad lit l'un des textes du recueil de poésie "Bouillonnement"

Publié dans vidéo, Poésie

Partager cet article
Repost0

"Je ne verrai plus...", un poème signé Alfred Herman

Publié le par christine brunet /aloys

 

Je ne verrai plus...

 

Je ne verrai plus la Mer du Nord,

Je n'entendrai plus rugir la houle.

Comme ils semblent loin ces petits ports

Sentant bon les frites et les moules.

Ostende larguait depuis ses quais

Ses grosses "malles" vers l'Angleterre,

Ses quais où pendaient les poissons frais,

Son vieux port aux navires de guerre.

 

Blankenberge, aux bateaux de pêcheurs,

Etalait ses marchés populaires.

L'estacade où les flots en fureur

Aspergent le passant solitaire.

 

Zeebruges dorlotait ses voiliers,

La Panne aux tapis de coquillages,

Knokke et ses villas d'éclat princier,

Un vrai paradis pour troisième âge.

 

Partout rugissait la Mer du Nord,

Léchant le sable fin des plages,

Les brise-lames portant pieux morts,

Algues brunes et moules sauvages.

 

Ce plat pays, était-ce le mien?

Non, ses plaines étaient trop flamandes.

Face au lac, je m'en souviens,

Ce soir sur cette terre romande.

 

 

Alfred HERMAN

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Virginie Vignolo présente son ouvrage "Enfermé(e)s"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Auteure, interprète et metteure en scène

 

 

Née à Nice, Virginie Vignolo est comédienne, auteure, metteure en scène et professeure d’art dramatique.

 

C’est au travers d’un parcours atypique et parfois chaotique, qu’elle est arrivée au théâtre.

Elle est montée sur scène pour la première fois, à la Faculté des Sciences et des Lettres de Nice, dans la langue de Shakespeare.

 

Puis, un changement d’orientation l’a conduite à l’IUT d’information-communication, où elle rencontre le rôle d’Amélie dans « Occupe-toi d’Amélie » de Feydeau. Elle y a aussi interprété Mme de Tourvel dans « Les liaisons dangereuses » de Choderlos de Laclos.

 

Formée aux ateliers TNN-ERAC de Cannes, puis au cours Florent, ainsi qu’à l’Atelier international de Salant et Weaver à Paris, elle joue entre autres, sous la direction de Lilian Llyod ou d’Eric Hénon.

Elle commence également à donner des cours de théâtre et se lance dans la mise en scène.

 

Après plusieurs années de doutes, une reconstruction psychique et un retour dans sa ville natale, elle renoue avec le théâtre. Et surtout, l’écriture s’impose à elle. Pour sa première pièce, elle choisira de raconter l’histoire de deux sœurs qui ne se sont pas vues depuis dix ans, « Deux filles et des costumes ». Puis une autre suivra, sur les relations hommes/femmes « Les armes sœurs ».

 

La « Compagnie la Folie de nos Envies » voit le jour en Mars 2012. Comme une évidence, l’écriture devient une partie intégrante de sa vie. Un véritable prolongement d’elle-même.

 

« Enfermée(s) » est sa troisième pièce. Certainement la plus intime. Pour cette raison, en plus de l’interpréter, elle décide de la mettre en scène.

 

 

 

 

Résumé :

 

« Enfermée(s) » c’est l’histoire de plusieurs femmes qui vont s’imbriquer et se confondre jusqu’à ne laisser aucune trace, ou si peu…

 

C’est l’histoire de femmes qui ont beau crier mais en vain.

Le son de leurs voix ne nous parvient pas ou si peu.

 

Elles souffrent, se battent, suffoquent, coulent, avec un fracas qui souvent semble laisser indifférents ceux qui les regardent.

 

À travers ce monologue, à quatre voix de femmes, sont mises en exergue leurs souffrances pour qu’enfin résonnent leurs voix et que l’on ne puisse plus faire autrement que de les écouter. 

 

 

 

 

Extrait :

 

…Je m’appelle Alexandra,

Je m’appelle Marina,

Je m’appelle Najet,

Je m’appelle Magdala

Je m’appelle Louisa, Sylvie, Coralie, Sophie, Irma, Kaina, Tatiana, Karine…

Je m’appelle comme vous voulez.

Je suis de ces femmes que l’on voit sans les voir.

Je suis de celles dont le corps et l’âme ne vous touchent plus.

Je suis presque morte et pourtant encore si vivante.

Mon histoire pourrait être la vôtre…

 

Publié dans présentations

Partager cet article
Repost0