Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joe Valeska nous propose un nouvel extrait de son premier tome des Meurtres surnaturels

Publié le par christine brunet /aloys

Ivana / Caroline

 

Un extrait de Meurtres Surnaturels, volume I :

Les Métamorphoses de Julian Kolovos

 

Par Joe Valeska



 

Environ une heure plus tard, Ivana, déjà pomponnée, descendit dans le grand salon, toute guillerette. Une cartomancienne rencontrée lors de la fête d’anniversaire du jeune Abhishek l’y attendait depuis dix minutes. La femme aux cheveux orange et au visage buriné, vêtue comme les bohémiennes dans l’imagerie populaire, fut accueillie par Caroline qui demeura sur place pour, d’une part, s’occuper de l’époussetage des meubles et, d’autre part, se divertir du spectacle grotesque que lui offrirait, à coup sûr, cette petite imbécile d’Ivana.

Car c’était la toute dernière lubie de la star : se faire tirer les cartes. Il y a quelque temps, cela avait été la pratique du yoga – qu’elle abandonna dès qu’elle réussit, Dieu seul sait comment, à se faire un tour de reins. Avant la pratique du yoga, cela avait été des cours de country. Mais le professeur la pria de ne plus jamais revenir, la qualifiant de catastrophe ambulante ! De tsunami ! Elle pensa également s’essayer au paintball… Par chance, son père lui fit promettre d’abandonner son idée de se mettre au tir à l’arc sur leur domaine.

– Ma colombe… Et si jamais tu tirais dans les fesses de ton frère pendant qu’il est à cheval ? Ou si tu tuais la bonne !?! Le tricot, qu’en penses-tu ? Quoique… non : les aiguilles ! On ne sait jamais, tes yeux !

Et que dire de la fois où, croyant adopter des maine coons, elle revint au château, embobinée par un vendeur, disons, louche, avec un couple de hyènes tachetées ? Quel cirque dans les couloirs et les pièces du château… Francesco, Ornella, Sofia, Dimítrios et la domestique couraient dans tous les sens, se croisaient et se croisaient encore, poursuivis par les bébés de la star hilare, poussant des cris d’horreur, alors que les hyènes ricanaient. Julian regretta fortement d’avoir raté ce merveilleux spectacle.

Pauvre Caroline… Aux urgences, encore une fois !

Quand Ivana tournait, dès qu’une scène nécessitait un minimum d’adresse – ne parlons même pas de cascades ! Car une doublure était alors requise –, le pire n’était jamais bien loin… Ni les services d’incendie et de secours. Une actrice exceptionnelle, certes, mais un cauchemar durant les tournages. Ainsi que dans la vie de chaque jour.

– Après la méchante reine, voici Blanche-Neige, dit la domestique à voix basse, se mettant à fredonner Supercalifragilisticexpialidocious afin de rendre Ivana complètement folle, car la star détestait Mary Poppins, et ce, depuis qu’on lui avait refusé de reprendre le rôle de Julie Andrews dans cette nouvelle version cinématographique qui, au final, était tombée à l’eau.

La séance put commencer après quelques : « Chut !!! », des regards obliques et un minimum de préparation et de manipulation des cartes du tarot – dit « de Marseille ». Mais Caroline, se tenant à bonne distance, jouant avec son plumeau comme un chef d’orchestre avec sa baguette, reprit de plus belle, augmentant le volume dès que revenait le mot le plus incroyable jamais créé pour une chanson et faisant, par là même, sursauter Ivana à chaque fois, comme si la malheureuse était assise sur un ballon sauteur ! La star finit par perdre son sang-froid.

– Mais allez-vous vous taire, Caroline !?! Nous sommes occupées, Raka et moi ! Êtes-vous réellement idiote ou le faites-vous exprès !?!

– Je ne voulais pas importuner Mademoiselle. Que Mademoiselle et son amie m’excusent.

– Allez voir ailleurs si j’y suis, Caroline. Il émane de tout votre être des ondes négatives qui perturbent notre concentration. N’auriez-vous pas tous les W.-C. du château à récurer, à tout hasard ?

– Mais même ailleurs, Mademoiselle, il serait bien difficile de vous ignorer… Des portraits de Sa Majesté recouvrent la plupart des murs de ce château.

– Vous êtes sotte, Caroline.

– Juger autrui… c’est se juger soi-même, Mademoiselle !

– Oh ! Quelle impudence… Je le dirai à papa, quand il descendra, et vous serez crucifiée ! CRU-CI-FIÉE !!! Dehors, maintenant ! Dehors !!! s’époumona Ivana, folle de rage et rouge comme le nez de l’auguste.

La domestique quitta la pièce une fois de plus, mais plutôt fière d’avoir réussi ce qu’elle espérait réussir : faire sortir Ivana de ses gonds. Dans le vestibule, tout en s’éloignant, elle se remit à chanter la chanson à tue-tête…

– Vous entendez, Raka ? Vous entendez ? Elle le fait exprès. C’est le démon, cette fille ! Un jour, j’en suis sûre, je vais avoir une rupture d’anévrisme à cause d’elle ! 

– Souhaitez-vous que nous arrêtions, très chère ? demanda alors la cartomancienne à Ivana, exaspérée.

– Arrêter ? s’étonna la star. Mais non, ça va aller, Raka. Il me faut absolument savoir. Continuez, je vous en prie.

– Fort bien. Comme il vous plaira. Mais quelle était votre question, déjà ? Cette chanson m’a fait perdre le contact avec les puissances supérieures.

– Eh bien, Raka, est-ce que c’est moi qui vais décrocher l’Oscar de la meilleure actrice lors de la prochaine cérémonie, voyons !?!

Raka tira les cartes et fit mine de très longuement réfléchir. Elle fronça les sourcils, manipula les cartes, soupira, manipula les cartes à nouveau, puis elle ouvrit de très grands yeux.

– Oui ! Les puissances supérieures sont formelles ! s’écria-t-elle.

Ivana, ivre de bonheur, se mit à gesticuler sur son siège et à pleurer comme une démente. Gloussant en même temps, elle n’arrêtait pas de demander à son invitée si c’était bien vrai.

Elle se leva subitement, surexcitée. On aurait dit qu’elle allait prononcer son discours de remerciements.

– Il faut que nous fêtions ça ! Après tout, c’est mon anniversaire, aujourd’hui. Sortons vite m’acheter de nouveaux atours et de nouvelles paires de chaussures ! Je sais où trouver les derniers modèles qu’on ne verra jamais sur quiconque. Vous n’allez pas en croire vos yeux, Raka ! Bien sûr, je vous achèterai un petit quelque chose pour vous remercier, vous et les puissances supérieures…

 

Publié dans extraits

Partager cet article
Repost0

Barbara Flamanden invitée d'Aloys avec un article dans Bruxelles culture signé Bob Boutique

Publié le par christine brunet /aloys

Barbara Flamand, une existence pleine… pour rien ! 

---------------------------------------------------------------

Une vie entière avec l’impression de s’être trompée de A à  Z sur l’évolution de nos sociétés européennes (qui englobe les Etats-Unis), d’avoir perdu ses illusions politiques en chemin et de conclure par l’absurde, voilà à quoi ressemble ce livre magnifiquement écrit mais d’une vérité crue, celle d’un échec qui se résume à la fin de la vie de l’écrivaine par une profonde désillusion, qui confine à l’absurde : tout ça, pour ça ! 

Barbara Flamand a été de toutes les batailles de l’ultra gauche pour se rendre compte à l’heure du bilan qui approche qu’elle avait tout faux ! Ceci n’est qu’un avis bien sur, et je présume qu’elle ne voit pas les choses de cette façon, mais l’URSS a disparu, la Russie s’est effondrée avec le mur de Berlin et le communisme n’a plus d’adeptes sérieux en dehors de la Corée du Nord et de Cuba. Tout ça, pour ça !

« Snobée en Belgique, ignorée en France, il fallu qu’une éditrice praguoise réalise enfin la portée de ses textes  et fasse l’effort de les traduire en… tchèque, pour les faire paraître par la suite dans notre pays. » Il a fallu du temps, mais elle a  tenu bon et Barbara Flamand est devenue une écrivaine prolifique, respectée, controversée certes, mais d’une totale sincérité. Elle a publié 13 recueils de poèmes, deux romans, deux essais, et diverses pièces de théâtre pour clôturer en 2021 aux éditions Bernardiennes par ce livre étonnant qui raconte sa vie teintée de tristesse et de désillusion malgré son titre paradoxal « Il était une fois… le bonheur ». 

Très jeune, la petite Barbara s’est vite rendue compte (dès ses 12 ans) que la religion ne reposait sur rien de sérieux et que nous n’étions en fin de compte que des primates plus évolués que les singes, donc pas des bêtes à bon dieu. Elle prit alors le parti de l’espoir un peu fou, en se donnant aux sirènes de l’ultra gauche et de l’athéisme dont elle devint une ardente combattante. 

Elle a tout expérimenté, depuis la vente du drapeau rouge dans les rues de Prague, à diverses amours de passage jusqu’au jour ou elle rencontre enfin (c’est elle qui l’affirme) un homme qui venait de perdre sa femme depuis quelques mois (il fait 25 ans de plus qu’elle)  et trouve en elle, l’égérie qui réussira à combler ce vide, Marcel ! Elle vivra alors une passion complète jusqu’à son décès, même si elle reconnait avoir vécu entretemps diverses amours lesbiens. Dans la vie rien n’est jamais simple, surtout lorsqu’on parle de sentiments ! 

Une vie d’aventures bien remplies mais qui se clôture en fin de compte, vers la fin de son parcours, par une grande solitude, le constat décourageant sur le plan politique du triomphe de l’ultra libéralisme et d’un dernier décès, celui de sa chienne Laika sur qui elle avait reporté le trop plein d’amour qu’il lui restait. Une chienne, au lieu de l’homme ! 

Personnellement je retiendrai surtout de « Il était une fois… le bonheur » la première partie du livre où elle raconte avec une simplicité et une franchise désarmante, l’histoire de sa vie. Ça commence avec une gosse perte de temps, dieu, (je l’écris avec ostentation en lettres minuscules), jusqu’au jour où dans une nacelle, à la foire entre ciel et terre, elle se sentit libérée et capable de choisir. Elle venait d’avoir 12 ans ! « Je ne crois plus en Dieu, parce qu’il n’existe pas… je n’ai pas besoin d’aide, ma conscience me suffit. » explique t-elle au curé de sa paroisse, désemparé. Et tout était dit. 

Après quoi elle fit la connaissance de son premier grand amour qui l’emmena à Prague, mais ce n’était pas le bon (il était violant et un peu barjot) et divorça, puis rentrée en Belgique fit la connaissance de Marcel, un responsable du « Drapeau Rouge » beaucoup plus âgé qu’elle mais dont l’aura et l’intelligence firent  main basse sur son esprit partagé entre son engagement politique sans retenue et l’amour inconditionnel d’une amoureuse séduite par son aura politique… un amour total qui ne se démentira pas jusqu’ajour où intervint l’accident et le décès de l’ être aimé : « C’était un samedi fin d’après-midi, il sortit de la voiture et s’écroula. Les infirmiers de l’ambulance ne purent le ranimer. Il était bel et bien mort ! » 

Dans le même temps elle fait la connaissance de Simone, une jeune fille effrontée qui du jour au lendemain l’initie au monde lesbien ! Une expérience ravissante qui lui apprit qu’on pouvait aimer de plusieurs façons et qui dura plusieurs années. 

Et voilà ! Une vie qui se résume en quelque phrases, des amours compliquées, un parcours politique chaotique qui ne mène nulle part et fort heureusement pour nous, lecteurs, une existence consacrée à l’écriture (elle ne cessera jamais de coucher ses impressions sur papier) qui au fil des ans tissera l’histoire mouvementée mais décevante sinon absurde du communisme. 

« La jeunesse d’aujourd’hui n’est plus celle qui se voulait le fer de lance dans le futur. Il s’agit de se caser au mieux dans une société sans but !  Je la quitterai cette société en ayant perdu l’espoir des lendemains qui chantent. » 

Je pourrais évidemment vous parler des autres textes de cet ouvrage où elle raconte des histoires fortement influencées par ses convictions  politique (les ouvriers d’une part et les méchants ou minables patrons de l’autre) mais je les trouve à tort ou à raison trop engagés, parfois d’une façon simplistes,  pour être représentatifs. D’autant plus que ces « patrons » sont la plupart du temps des ouvriers qui ont réussi et travaillés dur pour y arriver.. Soit. 

« Il était une fois… le bonheur » est un très beau livre, remarquablement écrit, et témoin d’une époque où la gauche, on pourrait même ajouter l’ultra gauche, faisait rêver une partie de la jeunesse obnubilée par le rêve des lendemains qui changent, mais ne parvint jamais à concrétiser. » 

Ce qui m’a littéralement convaincu dans ce livre controversé mais passionnant, c’est le « ton », la finesse de l’écriture, et l’incroyable franchise d’une vie passée pour rien (ce n’est qu’un avis bien sur), et totalement consacrée à un idéal déchu. Au confins de l’absurde !

« Quel sens ? Question que beaucoup ne posent pas. Et d’ailleurs ils n’ont pas besoin d’un sens. C’est sage. Car la question posée, le mot qui saut dans la tête est l’absurdité… Vivre pour mourir ! Mourir: le gouffre. ? L’abime ? ». 

 

Bob Boutique

 

Partager cet article
Repost0

Un texte signé Carine-Laure Desguin dans la Revue Aura !

Publié le par christine brunet /aloys

Jusqu’au dixième étage

 

L’adjointe à la direction m’a remis les documents. Je devais cocher une seule case, et la bonne case hein, ah ah ah, signer tout en bas de la page numéro 5 et de préférence je devais utiliser la même signature que celle figurant sur mon contrat de travail, ah ah ah. Ceci était un document de la plus haute importance d’après un mail ministériel envoyé ce matin dans toutes les résidences pour personnes âgées, ah ah ah. Ensuite je devais déposer cette page signée dans la boîte aux lettres de la direction. Ou encore la numériser et l’envoyer par mail, à la direction bien sûr. Pas de ah ah ah. Et surveiller si un mail de réception me parvenait car dans le cas contraire je devais recommencer l’opération. Tout cela après avoir pris connaissance du contenu de toutes les pages qui exposait dans un langage très compréhensible, ah ah ah, tous les bienfaits de ce vaccin qui combattrait cette Covid-19. Le personnel soignant était prioritaire pour recevoir dans les plus brefs délais les deux doses dudit vaccin et c’était une chance, je devais bien comprendre ça, une chance. Nous étions donc des élus, ah ah ah. Mais nous faisions ce que nous voulions, bien sûr. Notre pays est une démocratie, quand même. Le citoyen est libre. J’ai coché la case située devant la phrase je refuse ce vaccin. La semaine suivante, j’ai appris que j’étais la seule parmi les soignants à avoir coché cette case. Et pourtant, lors des pauses, personne ne l’aurait acceptée, cette vaccination. Tout le monde s’était insurgé. Nous ne sommes pas des cobayes, et puis quoi encore ? Ils ont fait crever des milliers de vieux et à présent on veut assassiner le personnel ! Basta ! Fuck ! C’est une honte ! Et ça, cette manipulation, les gens l’applaudiront aussi ? Et de plus, les doses ne sont pas des unidoses, tu te rends compte quel foutoir si tu tombes sur une infi qui n’est pas capable de diviser dix par cinq ? Non non et non ! Fuck à ce vaccin ! Tout ça, je l’ai entendu, je me le rappelle très bien. Le jour des premières vaccinations, je suis la seule à ne pas aller tendre le bras afin de recevoir l’injection. Tous les autres membres du personnel ont accepté les deux doses à vingt et un jour d’intervalle. De suite, j’ai été fichée. Dans cet établissement pour personnes âgées (qui comprenait aussi des patients en soins palliatifs, des patients déments bref des patients pour qui il n’y avait pas de place ailleurs), j’étais la seule à avoir refusé ce vaccin. Et donc, les conséquences n’ont pas traîné à survenir. Durant mon service, je devais prendre chaque heure ma température. Afin que je n’oublie pas cette corvée, mon deck vibrait à l’heure dite. On a accroché sous mon badge d’identification épinglé sur mon uniforme à hauteur du sein gauche une caméra. Oui, une caméra. Pour contrôler chacun de mes pas, surveiller le nombre de fois que je me lavais les mains, et puis aussi tous mes autres gestes. Mes collègues m’évitaient, elles ne s’approchaient plus de moi, elles maintenaient une distance deux fois supérieure à la distance normale. Elles ne partageaient plus leur pause avec moi. D’office, j’étais contrainte à ne rentrer que dans les chambres de patients covidiens. Tout le monde a fait bloc contre moi. À partir de ce moment-là, chacun de mes avis ne comptaient que pour du vent. J’étais devenue celle qui avait refusé le vaccin. Par extension, j’étais celle qui refusait de prendre soin de l’autre et j’étais donc celle qui refilerait aux autres (membres du personnel ou résidents), cette merde de Covid-19. La pression a atteint son comble lorsque le bruit a couru parmi les résidents non contaminés que j’avais refusé le vaccin. J’étais devenue leur ennemie, celle qui pouvait les infecter et faire de leurs derniers jours des jours de supplice coincés entre deux draps et un respirateur qui pendouillerait au bout de leurs lèvres. Chaque semaine j’étais testée et chaque semaine j’étais négative. Cela importait peu. Il était connu que la fiabilité des tests n’était pas de cent pour cent. J’étais donc peut-être positive asymptomatique. J’étais priée de ne pas me trouver dans le vestiaire en même temps que les autres. Pour tout, j’étais décalée, les pauses, et aussi pour le travail effectué à l’ordinateur. Je devais encoder mes soins après l’encodage de mes collègues. Et là aussi, on boycottait mon travail. Je me suis aperçue que des soins encodés la veille ne portaient aucune signature, j’étais donc en infraction. La cheffe de service, qui déjà ne supportait pas que je publie sur mon blog des textes pourtant littéraires mais dans lesquels sont glissés des problèmes sociétaux, par une astuce informatique avait accès à ma session et effaçait certaines de mes signatures numériques. Tous ces faux manquements, on me les foutait sous le nez. Du coup, mon travail administratif me prenait deux fois plus de temps car tout ce que j’encodais, je le photographiais afin de pouvoir prouver que mon travail était réalisé avec sérieux et professionnalisme. Et lorsque l’équipe suivante se pointait, j’étais toujours scotchée devant un des ordinateurs. Il m’a donc été signifié que je perturbais le service tout entier. D’autant plus qu’une collègue avait informé la direction qu’elle m’avait vue quitter la salle des ordis sans désinfecter au préalable la machine. Et cela était inconcevable vu que j’étais peut-être positive asymptomatique. Le lendemain, une autre de mes collègues m’a vue éternuer deux fois de suite. C’était suspect. Neuf résidents furent mis en quarantaine car ils présentaient des symptômes, température, céphalées, toux. Tout le personnel a cité mon nom. Je ne présentais pourtant aucune hyperthermie, ni aucun autre symptôme. Mais mon refus devant cette vaccination bousculait l’équipe entière et les résidents. J’ai alors décidé de m’isoler afin de faire le point au sujet de tout ça. Je suis rentrée chez moi, au dixième étage de la tour Centre Europe, place Buisset à Charleroi. Rester là, surélevée, en plein centre-ville me paraissait être l’endroit idéal pour réfléchir à l’absurdité de cette situation. Le soir, l’éclairage du réseau routier qui surplombait la ville clignotait de partout, la vue était grandiose. Les fenêtres de mon appart avaient vue plongeante sur la gare et je ferais donc partie du monde, malgré tout. 

Sur la porte, stupéfaction, des mots ignobles peints en rouge vif et en lettres capitales : FUCK À LA NON-VACCINÉE. 

 

Texte paru dans la revue littéraire AURA 109, été 2021

 

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

Christian Copay nous présente succinctement son ouvrage, MALCONFORT

Publié le par christine brunet /aloys

 

Biographie :

 

Né en Belgique en 1955, enfance à Bruxelles. Marié à Brigitte, en 1976. Études  aux HEC de Liège. Ne vit plus en Belgique depuis 1979. Marié, deux enfants, nés en Norvège et en France. Sa maison, son port d’attache, se trouve dans le sud de la France, près de Carcassonne, depuis 1988.

 Vit et travaille en Algérie durant quatre ans, en Norvège pendant deux ans, en France de nombreuses années, au Mexique pendant quatre ans, en Uruguay plus de deux ans, aux USA pendant deux ans, à Singapour et en Indonésie de 2013 à 2016, et enfin à Madagascar.

Son goût pour la grande expatriation trouve toute sa motivation dans sa soif de connaître le Monde.

 

 

Résumé :

 

Ce livre est né d’une colère noire.

 Marjan n’a rien laissé.

 Aucune note. Il ne s’est confié à personne. Personne. Il a disparu. Simplement. Comme un salaud. Mais pas comme un lâche, non. Comme une bête blessée, plutôt.

 Qu’avait-il donc dans la tête ce vieux bourrin, pour refuser toute aide – pas même médicale, juste amicale - ? Dans quel mépris de lui-même était-il tombé ?

Il m’a donc lâché la bride, le vieux salopard. Comme lorsque nous nous étions battus en duel au sabre – nous avions à peine plus de vingt ans! Il m’avait laissé gagner, je crois. Je n’ai pas su pourquoi.

 Je ne voulais pas que sa mémoire s’évanouisse.

 Nous avions nécessairement un certain cousinage dans notre expérience professionnelle. Nous avons expérimenté une vie différente de celle de nos contemporains.

 Ce qui manquait à la connaissance de son existence, j’ai dû le puiser dans mon expérience.

Que cela me soit pardonné.

Publié dans Présentation

Partager cet article
Repost0

Carine-Laure Desguin chronique pour ActuTV le nouveau recueil de nouvelles signé Bob Boutique "Contes Bizarres III"

Publié le par christine brunet /aloys

Publié dans vidéo, avis de lecteurs

Partager cet article
Repost0

Un portrait de Séverine Baaziz dans la revue "Lettres capitales"

Publié le par christine brunet /aloys

https://lettrescapitales.com/portrait-en-lettres-capitales-severine-baaziz/

https://lettrescapitales.com/portrait-en-lettres-capitales-severine-baaziz/

Qui êtes-vous, où êtes-vous née, où habitez-vous ?

Je m’appelle Séverine Baaziz, j’ai 43 ans, je suis née à Amnéville et je vis à Briey, en Lorraine.

 Vivez-vous du métier d’écrivaine ou, sinon, quel métier exercez-vous ?

Comme beaucoup d’auteurs, dans la vraie vie, j’exerce une autre profession. Depuis 22 ans, je suis développeur informatique dans une société luxembourgeoise. En d’autres termes, je participe à l’évolution d’un logiciel de comptabilité et de finance. Un métier fait de chiffres, d’algorithmes et de millions de lignes d’instructions. Qui sait si cela n’a pas nourri mon envie d’écrire autre chose, d’écrire pour de bon.

Comment est née votre passion pour la littérature et surtout pour l’écriture ?

J’ai toujours aimé les livres. Ceux que je feuilletais sans savoir encore lire et ceux qui, plus tard, attendaient sagement que je m’intéresse à eux en bibliothèques et en librairies.

Pour ce qui est de l’écriture, après quelques griffonnages de poésies et deux ou trois histoires rapidement avortées, c’est à l’âge de trente-cinq ans que je m’y essaie sérieusement. Mon fils a alors six ans et il me pose une foule de questions existentielles sur le paradis, la vie après la mort et sa crainte de perdre ceux qu’il aime. D’une certaine façon, c’est lui qui m’a offert le sujet de mon premier roman. Une bonne raison d’aller cette fois-ci jusqu’au bout.

Quel est l’auteur/le livre qui vous ont marqué le plus dans la vie ?

Du plus loin que je me souvienne, le premier livre à m’avoir marquée, ce sont les Contes de Grimm, une belle édition de 1984 que j’ai toujours. Je devais avoir sept ans. Je ne comprenais pas tout, mais les histoires me fascinaient, m’attiraient, comme un mystère à percer. Bien des années plus tard, j’ai découvert avec bonheur que les contes n’étaient pas réservés aux enfants, avec L’alchimiste de Paulo Coelho ou encore Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran de Eric-Emmanuel Schmitt. Je reste une friande du genre. Et puis, il y a ces livres lus plus tardivement qui ont été de véritables révélations : La Vie devant soi de Romain Gary, pour sa fausse simplicité d’une puissance folle ; La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel, pour sa délicatesse et sa profondeur ; ou plus récemment les romans de Gilles Marchand, pour leur façon si singulière d’aborder des sujets difficiles en mêlant légèreté, poésie et touches surréalistes.

Quel genre littéraire pratiquez-vous (roman, poésie, essai) ? Passez-vous facilement d’un genre littéraire à un autre ?

Je n’ai pour le moment publié que des romans, mais la nouvelle est une forme qui me plaît beaucoup aussi. 

Et s’il fallait parler du style de romans que j’écris, je dirais qu’ils flirtent avec le réalisme magique, jouant avec les ficelles de l’imaginaire et de l’absurde pour dire et peindre le monde qui les entoure. 

Comment écrivez-vous – d’un trait, avec des reprises, à la première personne, à la troisième ?

Je n’ai pas de règles strictes. Il m’arrive d’écrire d’un trait, mais aussi de faire des sauts dans la narration en insérant trois étoiles afin d’y revenir plus tard. J’essaie d’être à l’écoute de l’inspiration du moment.

Trois de mes romans sont à la première personne et un seul autre, à la troisième. Le choix se fait naturellement, mais en y réfléchissant un peu, quand il y a un personnage central, c’est vrai que ma préférence va à la première personne. Une façon de me glisser plus facilement dans la peau du narrateur.

 D’où puisez-vous les sujets de vos livres, et combien de temps est nécessaire pour qu’il prenne vie comme œuvre de fiction ?

Pour tout dire, je me sens souvent comme une étrange bestiole à antennes. Tout stimule mon envie d’écrire. Mon quotidien, l’actualité, un bon film, un bon livre, une chouette chanson, une expo, une rencontre. Mais quand je suis dans l’écriture du premier jet d’un roman, j’essaie de les mettre un peu en berne, ces antennes, pour qu’elles ne me distraient pas trop du propos à servir pour le moment.

Quant à la durée, plus ou moins une année. Sauf pour le roman en cours d’écriture qui a décidé de compter plus de pages que les précédents.

Choisissez-vous d’abord le titre de l’ouvrage avant le développement narratif ? Quel rôle joue pour vous le titre de votre œuvre ?

Quand je commence un manuscrit, je lui choisis un titre, mais presque systématiquement ce n’est pas celui que je garde au final. Je crois bien que j’ai besoin de terminer le roman avant de lui choisir un porte-voix.

 Quel rapport entretenez-vous avec vos personnages et comment les inventez-vous ?

Au risque de paraître un peu hallucinée (alors que, parole de scout, je ne prends aucun stupéfiant), je dirais que mes personnages existent et qu’ils me rendent visite. Un peu comme si j’avais des tas de parents éloignés qui, sur invitation, venaient se raconter, partager avec moi leurs souvenirs, leurs confidences et que je me contentais de tout consigner sur papier. Je les observe, je les écoute, et je leur souris avec une infinie gratitude, parce que ce qu’ils font, je ne saurais pas le faire. Et puis, l’histoire se termine et je les perds de vue, sans les oublier pour autant, comme ça se passe parfois dans les véritables familles. 

Parlez-nous de votre dernier ouvrage et de vos projets. 

Mon dernier roman s’intitule La petite fille aux yeux d’or. C’est un ouvrage qui s’approche du conte. L’histoire d’une enfant de huit ans qui se découvre un don : une vue exceptionnelle qui décèle le minuscule, le lointain et l’invisible. J’avais envie de parler d’enchantement, de la beauté de la nature, d’amour filial et de la puissance des souvenirs heureux.

Sinon, comme mentionné plus haut, j’ai un cinquième manuscrit en cours d’écriture, dont la première version touche à sa fin. En fil rouge, la différence et le droit aux nouvelles chances.

Publié dans Article presse

Partager cet article
Repost0

Aubes lunesques... Notre rendez-vous poétique signé Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

Chevelures rousses

d’une lune en folie

les astres déchus



 

Senteurs de fruits frais

des enfants en vacances

sur de hautes branches



 

Des tas de sable

coquillages sans soucis

appels des sirènes







 

Contre la falaise

l’écume des océans

empreinte des jours



 

Semences d’été

entre les ornières please

déployez les vies



 

Odes légères

distillent dans les vallées

des humeurs suaves

 

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Carine-Laure Desguin dans l'émission LES MOTS NIAQUES

Publié le par christine brunet /aloys

Carine-Laure Desguin dans l'émission LES MOTS NIAQUES
Carine-Laure Desguin dans l'émission LES MOTS NIAQUES
Carine-Laure Desguin dans l'émission LES MOTS NIAQUES

Voici quelques jours, j'étais l'invitée de l'émission LES MOTS NIAQUES (https://www.facebook.com/youfmbe ) dont voici le podcast:

 

http://youfm.be/?fbclid=IwAR2SwkoCFkhoCmj9HIX2ejsMxT3ImLJhiClg6lpqiajEzc4tzQfhoX7wslE
 

 

Merci à Sylvie Mordang pour sa lecture d’un extrait de ma nouvelle surréaliste ET LES VIEUX DANS TOUT ÇA, parue dans le recueil collectif NOUVELLES D'UN NOUVEAU MONDE (Jacques Flament Editions) http://carineldesguin.canalblog.com/archives/2021/07/28/39075475.html et bien sûr pour sa lecture des extraits de MISHA, LE POISSON ROUGE ET L'HARMONICA, opuscule paru récemment dans la collection Adospuscules aux Éditions Éric Lamiroy

http://carineldesguin.canalblog.com/archives/2021/11/09/39212719.html 

 

Une équipe formidable que celle de cette émission, merci à Sylvie, Carine, Violette et Xavier ! 

 

Et un énorme merci aux enfants de troisième et quatrième année de l'école des Sorbiers, à Cuesmes (Mons)! Ils s'appellent KAWTHAR, ANIS, CHAIMAE, EWEN, HAJAR, MOUSTAPHA, TIMEO, ELYA, ANGELINA, ORIANA, ELEONA, LOUKA, LOUIS, et RIYAD! Ce sont eux les auteurs des dessins sur les photos. A l'écoute de l'histoire de Misha, Sylvie a demandé à ces artistes de dessiner ce qu'ils ressentaient et comprenaient. Et voilà! C'est pas beau tout ça ? Je vous dis pas mon émotion quand Sylvie m'a offert ces magnifiques dessins pleins de couleurs, de lettres et de chiffres, de poissons rouges et d'harmonicas... 

 

Publié dans articles

Partager cet article
Repost0

Un extrait de Meurtres Surnaturels, volume I : Les Métamorphoses de Julian Kolovos par Joe Valeska

Publié le par christine brunet /aloys

Sofia / Dimítrios

 

Un extrait de Meurtres Surnaturels, volume I :

Les Métamorphoses de Julian Kolovos

 

Par Joe Valeska



 

Après une intense querelle avec Sofia, Dimítrios, une bouteille d’absinthe à moitié vide dans une main, ses cahiers dans l’autre, avait décidé de redescendre au rez-de-chaussée, histoire d’écrire quelques pages. Avec de la chance, un chapitre tout entier ou peu s’en faut. Hélas pour lui, il allait en être autrement…

Dimítrios, tu as réellement l’intention de passer la nuit tout entière devant tes maudits cahiers ? Je ne sais pas si tu es au courant, mais les hommes évolués utilisent des ordinateurs, aujourd’hui, le railla-t-elle, mesquine au possible.

– Sofia, s’il te plaît, tais-toi… L’inspiration vient, je la sens.

– Tu la sens ? marmonna-t-elle. C’est très bien… L’un de nous deux sent quelque chose, au moins !

Dans sa jolie nuisette longue en satin rouge cardinal, Sofia fit de son mieux pour se montrer entreprenante, ondulant lascivement sur un flamenco imaginaire qui ne jouait que dans sa tête, mais Dimítrios la houspilla. Elle se contint pour ne pas lui envoyer le premier objet à portée de main au visage et, après avoir tourné en rond comme une lionne famélique autour de sa proie, elle se mit à chantonner, plus incisive que jamais : « Ma chandelle est mor-te, je n’ai plus de feu… » Elle réussit à provoquer la colère de son mari qui lui demanda ce que pouvaient signifier ces insinuations puériles.

– Oh ! Mais rien… Rien du tout, rassure-toi… Allez, écris ! Tu es un écrivain admirable, la planète entière le sait, le brocarda-t-elle sans pitié.

– Je n’ai que faire de tes sarcasmes ! À raté, ratée et demi, rétorqua Dimítrios.

– Parce que je suis une ratée, moi ? Mais tu te prends pour qui, dis ? Oscar Wilde ? H. G. Wells ? Tolkien ? Espèce d’alcoolique, se fâcha-t-elle. Tu le sais, ce que tu es ? Tu le sais ? Un boit-sans-soif ! Voilà tout ce que tu es.

– Mocheté… répliqua-t-il, écœuré. Tu es aussi laide qu’Ornella, à l’intérieur, ma tendre épouse.

– Mal fichu… répondit-elle. À présent, quand je te regarde, je ne vois plus que mes années perdues, Dimítrios… Mon Dieu ! Quand je pense à tous les hommes à qui j’ai dit non… pour toi ! Même David Bowie, si tu veux tout savoir ! Et Prince !

– Il suffit, Sofia chérie… Va te donner en spectacle ailleurs, si ça t’amuse. Je n’ai guère le désir de me disputer…

– Et moi je voulais faire l’amour, Dimítrios ! Si tu continues à me délaisser de la sorte, je vais te faire cocu avec le premier venu, je te préviens ! Moussa, le chauffeur livreur de DHL, je lui plais…

– Eh bien, tu as ma bénédiction ! D’ailleurs, il me vient une idée. Pourquoi tu ne reprendrais pas aussi contact avec ton copain Prince ?

– Non, mais tu te moques de moi, là, Dimítrios ? Méfie-toi… Je plais encore aux hommes. Je peux avoir qui je veux.

– Mais oui… Mais oui… Tu es Kate Moss, c’est sûr. Maintenant, ma douce, sois gentille et fous-moi la paix ! J’ai un roman à écrire et je dois me concentrer.

– C’est ça, concentre-toi… Concentre-toi bien ! Tu te concentres tellement que tu en deviens con tout court, mon pauvre Dimítrios ! Sur ce, bonne nuit ! Mais sache une chose : je ne suis pas prête à te pardonner cet affront !

Sofia quitta la pièce, terriblement déçue et meurtrie… Dans une seconde de lucidité, Dimítrios se leva pour la rattraper, mais, au final, il préféra renoncer pour, à la place, se servir un verre d’absinthe. Il le but cul sec, puis il en but un autre, et un autre, et encore un autre, avant d’abandonner, à son tour, le grand salon. Il n’écrirait strictement rien, cette nuit.

 

Publié dans extraits

Partager cet article
Repost0

Philippe Desterbecq nous propose un texte sur le thème de l'avenir...

Publié le par christine brunet /aloys

Avenir

« Pense à ton avenir », « pense à ton avenir », c’est ce que me répétait sans cesse ma mère. « Tu dois bien travailler à l’école pour avoir un bon diplôme, un bon métier, un bon salaire et un avenir radieux ! »

Elle y a pensé, elle, à son avenir quand elle fumait cigarette sur cigarette, quand elle avalait la fumée toxique avec délectation, quand les résidus de combustion lui brulaient la langue, le larynx ou les poumons ? 

Elle, elle avait un bon diplôme, un bon métier, un bon salaire qui lui permettait notamment de me gâter, de faire des folies sans devoir compter. Oui, elle avait tout ça, mais elle n’avait pas d’avenir ! 

Ça, bien sûr, nous le savions ni elle ni moi. Nous profitions du peu de temps disponible qu’elle avait pour nous amuser tous les deux, nous balader dans les bois, au bord de la mer, aller au cinéma ou au théâtre. Quand enfin ses congés tant attendus arrivaient, nous partions, tous les deux, dans des contrées lointaines et nous profitions, de nous, à fond, sans mon père qui n’était jamais du voyage. Ses vacances à lui, c’était se retrouver seul à la maison, profiter du silence, de notre absence et faire absolument tout ce qu’il voulait. 

Moi, je ne voulais pas que mon avenir ressemble à leur vie : des postes à responsabilité, des salaires mirobolants, mais des horaires impossibles ! 

Mes parents me manquaient quand la nounou me gardait le soir ou pendant les congés scolaires ! J’avais besoin d’eux, de leur présence, pas de leur fric ! 

Et maman qui fumait comme un pompier ! Combien de fois lui ai-je dit qu’elle risquait d’attraper un cancer ? Mais elle me répondait que ça la déstressait, qu’elle avait besoin de sentir cette douce chaleur l’envahir, la nicotine pénétrer son sang pour se sentir bien, calme, apaisée, et pouvoir s’occuper de moi ! 

Et puis est arrivé ce qui devait arriver ! Est-ce moi qui ai attiré le malheur vers elle en y pensant si souvent. Maman se mit à tousser, de plus en plus, le matin, en se levant. Puis, presque tout le temps. Il fallait qu’elle trouve un créneau pour aller voir un médecin, mais elle était « tellement occupée, ces temps-ci, tu ne te rends pas compte, mon petit » que quand elle s’est décidée à consulter, c’était trop tard. Le cancer, celui que je redoutais plus qu’elle s’était installé dans son corps de maman. 

Et soudain, il n’y a plus eu de place que pour lui. J’étais relégué au deuxième plan, la chimio prit la première place dans sa vie. Le boulot ne comptait plus. Plus rien ne comptait à part ce fichu cancer qu’il fallait vaincre. 

Mais c’est lui qui a vaincu et c’est moi qui suis resté tout seul, seul devant cette tombe que je fleuris encore toutes les semaines et ce depuis 20 ans ! 

20 ans ! Ça fait 20 ans que ma chère maman s’en est allée dans les étoiles ! Un triste anniversaire ! Et maintenant, je répète à mon fils, comme un mantra : « Pense à ton avenir, fiston, pense à ton avenir… ».  

 

Philippe Desterbecq

 

Partager cet article
Repost0