Vous avez dit oeuf dur ? une nouvelle de Micheline Boland

Publié le par christine brunet /aloys

 

boland photo

 

 

VOUS AVEZ DIT ŒUF DUR ?

 

Corentin était joueur. Il était jeune. Il était en vacances et il avait remarqué Caroline, une jolie fille qui logeait comme lui et ses parents au gîte rural.

 

Corentin aurait bien aimé proposer à Caroline de faire une partie de ping-pong, de tennis ou même de pétanque avec lui mais sous des dehors d'adolescent déluré, il avait un peu peur des filles…

 

Voilà déjà deux jours que sa petite famille prenait le petit déjeuner en même temps que Caroline et sa famille. Corentin était à l'affût de tout ce qu'elle disait. C'est ainsi qu'il apprit qu'elle aimait faire des balades à pied ou à vélo le long du lac, qu'elle avait pris plaisir à visiter les ateliers d'artisanat du centre du village. Alors, confiant en sa bonne étoile, Corentin, ce matin-là, décida de louer un vélo pour faire le tour du lac.

 

Heureux hasard, Caroline avait eu la même idée. En compagnie de sa sœur, elle faisait une pause assise sur un banc lorsque Corentin la vit.

 

Corentin s'arrêta, salua Caroline et prononça quelques phrases banales qui à tout âge permettent d'établir le contact. "Quel coin agréable. Que de belles fleurs. On se croirait en Suisse…" Caroline sourit. Alors, côte à côte ils reprirent la promenade à vélo.

 

L'après-midi, ils jouèrent au ping-pong. Une partie de Trivial Poursuit fut au menu de la soirée.

 

Décidemment, Caroline et lui aimaient les mêmes activités. Mis en confiance, Corentin se montra sur son meilleur jour celui de l'humour et de la bonne humeur. Caroline riait de ses jeux de mots et de ses histoires. Pour sûr, ce serait une belle semaine de vacances.

 

Le surlendemain, comme ils faisaient la queue au buffet, Corentin au petit déjeuner prit un œuf dans un des plateaux et s'osa à le casser sur la tête de Caroline qui le précédait. Il faisait cela couramment, il s'amusait à le faire sur la tête de son frère aussi bien que sur celle de cousins. Hélas, ce qu'il croyait être un œuf dur était un œuf cru. Rouge de confusion, Corentin s'excusa. Caroline regagna vite sa chambre pour se laver les cheveux et se changer.

 

Heureusement, elle n'était pas rancunière. Pour se faire pardonner, Corentin lui offrit un bouquet de fleurs des champs. Voyez-vous, être gentilhomme ne dépend pas de l'âge…

 

 

Micheline Boland


Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

claude danze 25/07/2011 20:48



Simple, sympa et tellement bien raconté! On se croirait dans l'Hôtel de la Plage, A nous les p'tites anglaises ou une autre gentille comédie sentimentale des années 70.



magerotte 20/07/2011 12:02



Caroline pas rancunière ? Possible, mais je pense surtout que la jeune fille sait que les oeufs... "c'est bon pour les cheveux" (y parait...), donc, elle en déduit que Corentin ne lui
veut que du bien. Bravo Micheline pour le coup de l'oeuf dur qui ne l'était pas !



Micheline Boland 20/07/2011 09:17



Merci à Carine-Laure, à Philippe et à Marie-Ange pour leurs sympathiques commentaires.



Micheline Boland 19/07/2011 21:53



Lors d'une de mes dernières visites chez Fafouille (Librairie de Charleroi), Etienne Granchamps m'a présenté la "victime" de cette histoire qu'il m'avait racontée et
qui m'a inspiré ce texte : une dame très BCBG qui s'est très vite reconnue !


Elle a lu l'histoire que j'avais mise dans mon fameux sac pour la faire lire au héros qui, paraît-il, avait été moins gentleman que dans l'histoire
!   


 



Marie-Ange Gonzales 19/07/2011 20:29



Micheline m'a embarqué en vacances, avec ces deux adolescents qui vivent les prémices d'un amour d'été. Simple efficace, une nouvelle très bien écrite


Bravo Micheline


Bises


Marie-Ange



Philippe D 19/07/2011 19:57



Le coup de l'oeuf dur : une manière comme une autre de faire connaissance! Je vais essayer...



carine-LAure Desguin 19/07/2011 19:53



Comme c'est minouche ! Une histoire de vacances ...