Une recette exceptionnelle, une nouvelle de Micheline Boland, Partie 1

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

boland photo

 

RECETTE EXCEPTIONNELLE

 

Sa bouche arrondie soufflait un tel "Oh" enthousiaste que je sus à ce moment que quelque chose d'irréversible se produisait. Les prunelles de la femme brillaient. L'odeur de lavande, qui émanait d'elle, m'était agréable. Je restai près d'elle, l'unique cliente de ce samedi midi. Sur la cuiller à dégustation, un modeste morceau de foie gras d'oie assorti d'un peu de confiture de figue. Elle avait savouré longuement la première bouchée, puis elle avait émis ce "Oh", porteur d'une immense admiration. Ensuite, les yeux mi-clos, elle avait entamé la portion restante. Cela avait duré plus d'une minute. J'étais demeuré immobile. Doucement, elle avait pris le verre contenant le muscat, elle avait fait tournoyer le vin, admiré sa couleur, humé les senteurs fruitées avant de porter le verre à ses lèvres. "Superbe". Le mot m'avait ému jusqu'au plus profond de mon âme.

 

Déjà au téléphone, je m'étais laissé séduire par la voix et j'avais ouvert mon restaurant pour cet unique couvert.

 

À son arrivée, elle avait simplement dit : "Je vous fais confiance pour le menu et les vins".

 

Les larmes me gagnèrent lorsqu'elle reposa le verre.  

 

Du bout de la fourchette, elle prit un fragment du carpaccio de thon agrémenté de parmesan. Je vis  ses joues qui rosissaient. J'attendis un son. Un murmure vint me combler : "Pur et simple".

 

Elle essuya ses lèvres sur la serviette blanche. Elle repris une gorgée de muscat et ferma les yeux tandis qu'elle déglutissait. Son menton tremblotant était, selon moi, l'indice d'un plaisir intense. Déjà, je me laissai aller à imaginer comment elle se délecterait de mon cappuccino de homard.

 

Quand elle eut rouvert les yeux, elle prit la petite cuillère et la plongea dans le coquetier contenant le cappuccino. Mon pouls s'accéléra. 

 

"Sublime." A chaque cuillerée, le verdict rebondissait. "Su-bli-me."

 

Rentré en cuisine, je m'assis, pour faire infuser les "Sublime".

 

Tout le repas fut à l'avenant…

 

"En ce temps-là,

Ce que fera pousser le Seigneur sera l'ornement et la gloire

Et le fruit de la terre sera l'orgueil et la parure

Des rescapés d'Israël."

(Isaïe 4 versets 2)

           

Pour sa visite suivante, j'émiettais de la levure dans un saladier tandis que je me demandais comment j'allais aromatiser mes petits pains. Je voulais l'éblouir par une note si personnelle qu'elle en aurait une de ces exclamations devenues indispensables à mon bien-être. Tandis que je m'activais, je décidai de me concentrer plutôt sur une entrée.

 

Quelle préparation allait remporter ses suffrages ? Les praires ou les moules ? Le saumon ou la sole ? C'est ainsi que j'en vins à préparer des mousses, l'une au cresson, l'autre à la ciboulette. Des idées me vinrent qui me donnèrent l'eau à la bouche. Oui, je salivai tandis que s'imposaient à moi des recettes neuves. Comment jugerait-elle ce buisson de langoustines à la crème d'épinards, ce gâteau de lotte aux endives ou cette terrine de pétoncles aux poivrons doux ?

 

Micheline Boland

homeusers.brutele.be/bolandecrits

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


Evoquer des saveurs par les mots... voilà un exercice de haute volée. Et c'est réussi: je viens de quitter la table et, là, ça y est, je viens de prendre un kilo rien qu'en lisant... Vivement le
dessert. Zut, ma balance a tout entendu...



Répondre
C


J'ai hâte de connaître la suite ! Je reste sur ma faim !



Répondre
A


C'est tout mignon - le sens "péjoratif" du mot en moins -, c'est superbement écrit, et, à en lire les commentaires de mes camarades, le dessert promet
d'être... savoureux. Bravo Micheline, et vivement la suite !



Répondre
M


Eh bien, Micheline, j'attends la suite avec curiosité ! A dégustation exceptionnelle, intérêt garanti !



Répondre
L


J'ai beau la connaître par coeur, cette nouvelle, j'en reste toujours fan !


Un "modeste" morceau de foie gras... et les autres intitulés de plats. De quoi donner des idées à certains restaurateurs de mes amis ?


N'oubliez pas de lire la fin, c'est le meilleur morceau !



Répondre
E


J'aime beaucoup beaucoup beaucoup la sensualité de ce texte... J'attends la suite (chute? patatras? Que nous mijotes-tu, Micheline???)



Répondre
P


Grâce à Micheline, on sait ce qui inspire les restaurateurs lorsqu'ils inventent de nouvelles recettes.


Bon dimanche à tous.



Répondre
C


Deuxième partie, demain. Auriez-vous hâte de savoir qu'elle va être la trouvaille culinaire ? Connaissant Micheline, la surprise va être à la hauteur.



Répondre