Un texte d'Edmée de Xhavée, "l'attente"

Publié le par christine brunet /aloys

 

lovebirds

 

L’attente… 

 

Il descend le chemin vers la vallée, ses cheveux blonds bondissant autour de sa tête, et je l’attends déjà. L’attente brûle mon cœur, cet écureuil enfoui sous mon sein comme il dit. Il reviendra pour la noce, dans trois jours. Plus que trois jours pour que notre bonheur ne fasse qu’une seule chair.

Sur les marches de l’église je l’attends, retarde le prêtre, retarde les heures. Il va venir, je l’attends, je souris au chemin qui me l’apportera, essoufflé mais épris.

L’Octavie est morte, et le Gaston veut m’épouser. Il lui faut une mère pour les trois petits et une femme pour chauffer sa couette. Mais moi, j’attends mon Louis… comme chaque jour je guette l’or de ses cheveux au bout du chemin.

Hier quelques promeneurs sont arrivés de la vallée, avec des sacs à dos et deux chiens. Ils m’ont demandé si le chemin les mènerait bien au refuge des trois ours, et j’ai dit oui. Pendant qu’ils s’éloignaient j’ai entendu une des jeunes filles dire que je marchais encore bien vite et bien droite … pour mon âge.

La maison des parents de Louis vient d’être achetée par des citadins. Elle tombait en ruine, abandonnée depuis que son frère ainé est mort d’un coup de sabot. Je l’attends, patiente. Quand il reviendra le temps de la chair sera peut-être passé, mais pas celui du cœur.

Je me fais bien vieille. J’ai demandé que l’on m’enterre dans ma robe d’épousée, qu’on la découse un peu à la taille et aux manches pour la faire passer. Et qu’on mette Louis près de moi lorsqu’il reviendra. Mais surtout qu’il ne monte pas avec cette tempête, et attende que le vent soit tombé.

 

L’avalanche a emporté quelques chalets et une partie du plateau, mettant à nu un corps congelé. A bout de souffle deux gendarmes ont couru vers la maison d’où la vieille Elodie ne sort plus… Le Louis… il était là, à deux pas, Elodie. Elle a souri, fermé les yeux et acquiescé de la tête. 

 

 

Edmée de Xhavée

edmeedexhavee.wordpress.com

edmee.de.xhavee.over-blog.com

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Très beau texte, Edmée, merci pour ce lien.
Les histoires de montagne ont toujours quelque chose d'implacable et de sublime, à l'image du décor.
¸¸.•*¨*• ☆
Répondre
E
Je savais que tu aimerais... et c'était parfait avec ton billet du jour!!!
L
Ah ! Une nouvelle triste, cela n'arrive pas souvent chez toi. Cela me rassure qu'il y en ait.
Répondre
E
Je ne mets pas la tristesse de côté, il en faut, et cette nouvelle est à la fois triste et triomphante...
P

Quelle patience !


J'aime ta manière de raconter, une magicienne des mots, grâce à toi nous entrons dans l'univers des personnages avec une familiarité prodigieuse !!!
Répondre
C

"J'attendrai
Le jour et la nuit, j'attendrai toujours
Ton retour"... Super !  et poignant...


 
Répondre
C

J'ai vu le téléfilm dans ma tête. J'ai eu froid tout à coup. 
Répondre
S

merci Edmée pour ce beau texte, sobre et vrai, si loin des flonflons de la st valentin.  
Répondre
C

Magnifique de délicatesse, Edmée, comme toujours.
Répondre
E

Merci! Ce n'est pas un extrait de Lovebrds comme le dit Bob... c'est un petit texte tout seul
Répondre
M

Beaucoup d'émotions. J'adore !
Répondre
N

Le plein d'émotions en quelques lignes, le tout servi à la sauce Edmée. La sauce prend toujours ! J'aime beaucoup. 
Répondre
M

Emouvant et bien écrit. Bravo !
Répondre
M

Joli, émouvant et bien écrit ! Bravo
Répondre